Je suis vivante

Je me sens vivre…

Dans ces cinqs minutes de marche au dessus de la Seine, le visage cinglé par le vent chargé de gouttes. Quand le RER me balance de droite à gauche en se donnant un air de voilier. Quand le froid vif du matin me mord le joue et me fait briller les yeux.

….

Ces infimes tensions qui agitent mes muscles; la salive qui se tasse sous ma langue; Mes yeux qui s’agitent dans leurs orbitres tandis qu’ils detaillent ce qui m’entoure…

Là je sais, dans cet instant où tout mon corps me dis ce qu’il fait, que je suis vivante, que la vie traverse mon corps par de grandes bouffées trépidantes. La langue s’agitte, les mains volitigent. Et tandis que je m’agite, je m’éprouve et vous prouve que la vie est là. Qu’elle le restera tandis que je m’evertue à lui donner une saveure unique , un rythme vif…

Je veut en faire quelque chose qui ne s’éffritera pas et qui ne risque pas de prendre ne serait ce que trois grains de poussiére!

Ainsi soit il!

Répondre