Comme une grande gerbe que le corps expusle sans qu”on puisse avoir controle de soit. C”est sortir et poooooooooooouuhhhh: l”ejection s”en est fait avec autant de puissance que la pression en dedans n”etait plus contenable.

Elle avait raison la fée noire, ça riquait d”exploser.

Maintenant c”est fait.

Oh, pas avec les flammes et decharges electriques qu”on aurrait pu craindre, ce n”est pas mon genre.

Non, c”est le Doux qui à prit.

Avec des cris, des larmes et le juste ce qu”il faut de morve pour prouver que ce n”etait pas chiqué… Il a beau eut ruer dans le branquart il a fini par entendre; et jouer le filtre.

De mon coté je ne sais pas, je ne sais plus. Moi a repris le dessus et Soit ne me parle que d”une voix eteinte a travers l”Ego. L”estomac au moins a tenu le coup. Mais la saturation n”est pas loin, les coups de nerfs, comme des coups de fouets, le mettent a rude epreuve et les montées d”adrenalines fissent pas jouer les filles de l”air avec le contenus de l”estomac.

Personne ne M”ecoute, seules les hormones, les influx nerveux et les coups d”ego font la roumba dans une tete de plus en plus petite pour soutenir la pression de ce remumenage.

Quand le Soit n”a plus de place il passe en force et me laisse des traces pour prouver qu”il est passé. Qu”il n”en peut plus. Et que si je ne sort pas ce que je met de l”Autre Coté on va finir par s”Enfermer et s”Isoler.

L”Autre Coté c”est ici. Attendons et nous verrons si cela suffrira.

En attendant la chose est sortie mais je ne m”en sent pas liberée. J”attend, et je scrutte. J”espere et j”angoisse. La liberation se fera t elle avec le depart? Ou est ce autre chose ……….. et quoi?’

Répondre