Bon, déjà je le précise: je suis vivante \o/  Pourtant s’était pas gagné. Un déménagement + une gastro + aucun accès au net + tension nerveuse et fatigue = week-end épique.

D’un coté il y a les points positifs:

On a emménagé: la cuisine est fonctionnelle, la salle à manger finie, le salon terminé, la salle de bain fonctionnelle et la chambre … en devenir.

On a survécu: aux courses à Ikea, aux courses au super marché, aux courses de bricolage, au montage de tous les meubles, au déballage de 40 cartons (le 41 contient le Pc et le 42éme sert actuellement de fourre tout), au vidage de tous les déchets inhérents au déménagement, au nettoyage de l’ancien appart, et à l’état des lieux de sortie.

On s’est installé dans notre nouveau nid douillet: je passe mon temps à dire “c’est grand” ou “c’est chouette” (même en ouvrant le “grand” frigo… c’est pour dire, j’ai re-découvert les joies du marché (avec sa section bio en plus), j’ai acheté tout plein de bibliothèques et je redécouvre ainsi les 587 livres qu’on a à la maison (j’ai compté oui,oui), et je me plait à ne pas avoir internet à la maison! (l’ordinateur est toujours dans son carton).

De l’autre il y a les points négatifs:

J’ai été malade: surement un coup de la fatigue et de la tension cumulées. D’une part une gastro qui m’a renvoyé dans mon appart au lieu de travailler le vendredi (j’avoue j’ai quand même apprécié :p) mais qui m’a rendu raplapla pour tout le vendredi et samedi. Et grosse chute de tension le dimanche midi. Et pour la peine j’ai annulé les opé blogueuses de ce week end et mis un lamentable lapin à une comédie musicale et mon accompagnant :-(

Je boude internet: je suis completement à coté de la plaque pour ce qui concerne mes mails, mes blogs, et les contacts pro. A vrai dire j’utilise plus le net au boulot pour feuilleter des catalogues de meubles qu’autre chose. Mais du coup j’accumule le retard dans le boulot. C’est pas très productif…

– J’ai du mal à me reconnecter au monde réel: j’ai beau avoir retrouvé le boulot et la routine quotidienne,  il n’empeche que j’ai l’impression d’être décalée par rapport à l’univers. Je marche 4 centimétres au dessus du sol et je suis coincée entre deux realité parallèles: celle de la vie et celle de mes pensées. Dit comme ça c’est marrant, mais c’est un poil handicapant pour la sociabilité :p

Répondre