Ce mois ci j’ai fait facile pour le sujet de ma chronique sur Save my Brain, j’ai fait la cynique et l’anti-fashion week 😉

Je n’ai pas essayé pour vous … la fashion week

Chaque année c’est pareil, les médias nous accablent avec un évènement qui ne dure qu’une semaine mais qui se répercute par ci par là pour, au final, se prolonger indéfiniment. La fashion-week c’est la seule semaine qui dure en fait deux mois et dont on entend parler avant et après.

A vrai dire, ils feraient mieux de trouver un autre nom que « week », parce qu’entre les collections d’été et d’hiver, l’année se divise entre  pré-fashion-weeks, fashion-weeks et post-fashion-weeks.
Alors évidemment, à force d’être assommées à son propos, on finit par s’y intéresser. Même avec notre accoutrement jean/converse/vieux pull, on se met à rêver de tenues haute couture, de peoples, de catwalk et de paparazzis.

Et si vous habitez dans une ville qui héberge l’une de ces semaines de la mode, alors malheur à vous ! Plus question de flâner dans un quartier huppé sous peine d’être assimilée à ces fans de mode qui viennent faire le pied de grue devant les défilés. Et je ne parle pas des accros au «  street  look » qui ne manquent pas de photographier toutes les filles un peu lookées qu’ils croisent. D’autre part, avec notre dégaine de fille normale, on risque surtout de croiser la « fashion police ».

Tiens d’ailleurs, si vous aviez l’habitude de traîner dans des bars un poil branchouilles, il faudra voir à changer de cantine pendant 15 jours. Car une population ô combien frustratrice va envahir vos terres : les mannequins sont de sortie !

Attention, on parle pas de la bonasse qui fait baver votre jules sur le palier d’à coté, mais un vrai troupeau de professionnelles juchées sur 12 cm de talon et assez fines pour faire à elles toutes la largeur de votre cuisse. […]

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE EN ENTIER

Répondre