Depuis quelques temps on voit beaucoup d’AOC ou de produits géographiques essayer de faire parler d’eux sur internet. Les opérations ne sont pas toujours d’une grande finesse et manquent souvent de logique rédactionnelle. Je ne me vois guère faire une critique sur le goût d’une pomme ou la sélection génétique des meilleures pommes de terre.

Pourtant, il y a 15 jours, j’ai accepté de faire un article sponsorisé autour du Morbier (vous savez, le fromage au trait de cendre). Pas par appât du gain mais parce que j’ai trouvé l’opération intelligente et engageante.

Ils ont proposé à 40 blogueurs d’inventer une recette à base de morbier et de la partager dans un grand concours de recettes. Le concours lui-même est aussi bien fait, puisque les blogueurs et les personne qui veulent voter ont tous quelque chose à gagner (un cours de photos pour les blogueurs et un robot ou des livres pour les votant.

Même le morbier en lui même y gagne grâce à l’ajout de toutes ces recettes qui prouvent qu’on peut parfaitement être créatif avec ce fromage… Et je ne parle même pas des lecteurs qui viennent voter pour leur recette préférée

Bref, c’est vraiment une belle opération qui m’a permis aussi de m’essayer à la cuisine fromagère.

J’en veux pour preuve ma recette :

Soupe automnale de châtaigne et morbier

Les ingrédients :

200 gramme de Morbier

400 de châtaigne cuites (en boite)

20 cl de crème fraiche ou crème de soja

50 cl à 75 cl de lait

Muscade et cumin

La recette :

– Rappez le Morbier en conservant deux tranches fines par invités.

– Faites chauffer la crème avec les châtaignes égouttées

– Quand le mélange commence à frémir ajoutez le Morbier râpé et mélanger pendant 2 minutes.

– Passez le tout au mixeur jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

– Remettrez le mélange obtenu sur le feu puis délayez au fur et à mesure avec du lait, pour obtenir la consistance que vous préférez.

– Ajoutez une dose de cumin pour deux doses de muscade. Vérifiez et corrigez l’assaisonnement selon votre gout.

– Versez dans les assiettes et déposez délicatement les tranches de Morbier restante sur le dessus (vous pouvez aussi saupoudrez de morceaux de châtaigne concassées)

La soupe obtenue, en plus d’avoir un vrai gout de morbier, conserve un léger gout de châtaigne rehaussé par les épices ajoutées à la fin. C’est un plat consistant avec du gout. A servir en entrée ou en verrine apéritives. Si vous devez accompagner d’un vin, choisissez le avec du caractère mais pas trop tannique.

2 réponses à “Le morbier ne se laisse pas faire”
  1. Ludivine dit :

    Comme quoi les OP sponso certaines fois 🙂 … (qui aime bien, châtie bien …)

  2.  
Répondre