Il faut maintenant que je vous parle de mon séjour en Autriche. Je vous avais annoncé mon départ il y a quelque temps, et je n’ai plus rien écrit depuis (une semaine déjà). Il faut dire que le retour à la réalité fut un peu dur. Revenir en France après 4 jours en Autriche, c’est comme sortir d’un conte de fée, en laissant derrière soi des paysages de carte postale et un rythme de vie épanouissant.

Certes, on y était un peu en vacances, mais l’ambiance de ce séjour a eu quelque chose de magique que je regrette encore.

Cliquez sur la carte pour y naviguer ou profiter de la vue satellite

Nous avons commencé notre séjour dans la région de St Wolgang, avant de gagner la région de Zell am See.

Et à chaque fois, de merveilleux paysages qui n’ont rien à envier aux gravures romantiques des contes et légende. Village niché au creux d’un lac de montagne, sommets enneigés qui encadrent des levers de soleil… Tout prête à se croire dans une carte postale. Même l’architecture des maisons, robustes et colorées, aide au dépaysement.

Je sais que ça a l’air très gonflé quand je parle de cela, mais il n’y a vraiment quelque chose de superlatif dans ces paysages ; j’espère que cette galerie photo vous aidera à comprendre pourquoi on est souvent restées la bouche grande ouverte en disant « whaouuuh » et rien d’autre 😉

Je suis partie à la découverte de l’Autriche sans vraiment savoir à quoi m’attendre. Par contre, j’en suis repartie en étant sûre d’y revenir une autre fois. D’abord pour ces paysages, mais aussi pour l’accueil, la gastronomie et les multiples activités que l’on peut pratiquer sur place.

Car s’il y a beaucoup de domaines skiables et de sentiers de randonnée, le milieu naturel n’a rien a envier à nos montagnes, si ce n’est que tout est beaucoup plus propre et respecté.

Au niveau des plaisirs de la table, je pense avoir tordu le coup sur les idées grossières de la gastronomie autrichienne dans l’article ‘ »que mange-t-on en Autriche ? »(lien). Effectivement c’est gras, mais c’est surtout goûtu et c’est à chacun d’équilibrer repas légers et repas gastronomiques.

Enfin, je me dois de parler un peu de l’hôtellerie sur place. Certes, nous avons privilégié les hôtels de luxe et l’offre de spa (wellness) était à tomber par terre. Les traditions du sauna, hammam et de baignade n’ont rien à envier, là bas, aux pays scandinaves.

Mais ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est que l’hôtellerie est encore une affaire familiale en Autriche. Même dans les plus grands complexes, on a toujours eu affaire à des lieux qui conservent un charme et une authenticité qui tiennent surtout à leur appartenance à des familles très soucieuses de leur identité. Et ce, que ce soit à l‘auberge du cheval blanc (St Wolfgang) ou au Salzbourgerhof (Zell am see), on se sent toujours dans quelque chose de vrai, qui n’a rien à voir avec l’offre d’hébergement que l’on trouve en France ou en Suisse.

La famille Trutmann-Peter, qui tient l’hôtel du cheval blanc (Im Weissen Rössl und Spa im See)

Je n’ai pas été la seule à être soufflée par ce séjour ; Hélène, Isabelle, Cécile et Virginie ont été aussi séduites que moi et il a presque fallu nous forcer à rentrer chez nous.

Mais quoi qu’il en soit, il est certain que j’y retournerai, car à moins de 2 heures de Paris, c’est une destination qui sait rester vraie tout en offrant activité, repas et art de vivre dans un cadre naturel qui fait lui même souffler. Et puis j’ai aussi envie de découvrir Vienne, découvrir d’autres régions de ce pays et profiter des rétrospectives Klimt qui auront lieu en 2012. Les vacances en Autriche ne sont pas une idée en l’air. Peut-être même… déciderai-je d’y passer une partie de mon voyage de noces ? Il parait qu’il est très populaire de se re-marier dans une salle du château de Salzbourg.

Toutes les photos de ce séjour en Autriche

Répondre