Archives pour la catégorie “Billets écrits par d’autres”

Les élucubrations des Françis se subissent d’habitude ici.

Mesdames, mesdemoiselles, bonjour.

On m’a demandé, pour pallier l’absence de Mlle Gima partie en cure thalassothérapique à La Bourboule, de fournir un article, de préférence gai et enlevé, suintant la bonne humeur et l’oestrogène. Parce qu’il paraît que c’est un blog de filles. Alors que je suis un mec, moi. Un vrai, avec le chromosome Y et tout. Je lui ai dit, à la Gima « Hiiiii mais t’es folle, jamais je pourrais ! Je sais pas ce qui intéresse les filles, moi ! Je vais quand même pas parler de la non-sélection de Trézéguet pour l’Euro ou de la dernière double-page de Playboy, et je connais rien aux régimes ! Elles vont pas m’aimer tes lecteuses :'( :'( (je n’aime pas ne pas être aimé) »

Mais elle m’a répondu : « Lol, mais t tro kon, vazy, ta pa a parlé de réjim, koz zy de makiyage, l kif les meuf ».

J’allais protester que je ne connaissais rien au maquillage non plus quand est arrivé son copain Donio, un ancien catcheur espagnol qui roule les R comme un russe et qui m’a fait comprendre en des termes convaincants qu’il fallait faire un article, que ça plaise ou non, du moment que ça fasse pas baiser ses stats. (ce que je tente par les moyens les plus désespérés comme la coquille précédente).

Très exactement, il m’a dit « Toi pas casser couilles, fairrre arrrticle, si pas marcher, couper zézette Lebowski ! »

Tremblant dans mon slip Versace, j’ai demandé d’une petite voix « Heuuuu… combien de caractères, signor ? »

-Je sais pas et je m’en foutre, juste apporter lecteurs pour faire péter prix pubs. Gima vouloir aller Baléares prochaines vacances. Parler qu’est-ce que tu veux aussi, mais pas dire mal de bébés lapins. Donio aimer beaucoup bébés lapins ».

Ca tombe bien, parce que c’est difficile de ne pas parler de bébés lapins, quand on y pense, sur un blog de filles. Parce que un truc que j’ai remarqué, c’est que bien souvent, les articles de filles, régime, maquillage, strings, gloss à paillettes, tout ça, ça visait essentiellement à faire des bébés. Et il est si facile de passer de bébés tout court à bébés lapins, qui sont nettement plus mignons, il faut l’avouer.

Par exemple, quoi de plus courant sur un blog de filles que la proposition : Alors, une fois que votre régime protéiné et votre string à paillettes de gloss vous aura permis d’avoir un bébé, échangez le au magasin contre un bébé lapin plein de poils tout doux, au regard polisson et aux oreilles attendrissantes ?

Le problème des bébés lapins, c’est que comme les bébés tout courts, une fois qu’ils ont grandi, ils cherchent à s’accoupler avec des poufs (si, si, en tous cas, c’est le cas du lapin de la tante d’un pompier d’un strip de monsieur Le Chien). C’est dur à supporter pour les mamans et les détenteurs de poufs.

D’ailleurs, si quelqu’un veut m’offrir le pouf de chez Muji (http://shoponline.muji.fr/product_info.php?cPath=35_25&products_id=958), je lui en serai reconnaissant super super longtemps. En plus, il est en promo, 180 euros au lieu de 225 !

Et c’est super confortable, pour faire les bébés, y’a rien de mieux je parie.

Voilà, j’ai fait ma page. Tu… Tu peux éloigner ce couteau de ma braguette, Donio ?

Comments Un commentaire »

Vous pouvez retrouvez MissBrownie sur son blog Mes Doudoux

A l’époque où je n’étais encore qu’une enfant et que les trous percé à mes oreilles à 2 ans s’étaient rebouchés, je ne rêvais que d’une chose : avoir les oreilles (à nouveau ) percées pour pouvoir mettre des boucles d’oreilles et par la même occasion, piquer celles de ma maman.

Mais en attendant, j’empruntais les quelques clips que ma maman avait dans sa boîte à bijoux.

Colliers autour du cou et Clips aux oreilles, nous pavanions avec ma sœur.

Mais les clips : Quelle torture!!!
Je les gardais juste histoire de faire la belle parce que sincèrement, ça faisait un mal de chien!
Quel soulagement à la fin du jeu de pouvoir les retirer et de laisser mes lobes endoloris et rougis retrouver leur forme initiale.

Heureusement, ça n’a pas duré trop longtemps. Ma sœur et moi avons vite demandé à notre mère à nous faire percer les oreilles.

Durant les années qui ont suivi, j’avais oublié l’existence de cette bête… Je pensais même improbable qu’une femme normalement constituée puisse porter cela toute une journée.

Ceci jusqu’au jour où j’ai appris qu’une de mes collègues très bling bling dans ses bijoux (on l’entend arriver à 300 m) n’avait pas les oreilles percées!
Quoi! Les trucs immenses accrochés à ses oreilles sont des clips!!!??? Oui Madame!

Je n’imagine même pas la tête de ses lobes à 80 ans.. Enfin si, j’imagine: digne des tribus africaines où l’on s’agrandit le lobe pour qu’il pendouille joyeusement au niveau des épaules.

Faut être maso pour porter ça, non?

Comments 11 commentaires »

[ndlr: Aujourd’hui c’est Wawaa qui s’invitent avec ses célèbres mouches. Si vous ne les connaissez pas il est temps de faire un tour sur « un peu de tout et de rien« ]

Parce que Gima elle m’a fait des yeux de cocker, -un cocker qui rappelons le, s’appelle Joe-, j’ai décidé de répondre à sa requête et de lui offrir mes non-talents d’écriture pour combler les trop pleins de vide de son blog pendant son absence. Bref, comme dirait mon ami Pépin qui adore les pommes, je vais jouer les pigi(ma)stes.


Le tout est de savoir de quoi on va parler. Parce c’est vrai que je sais toujours de quoi je vais à peu près parler sur mon propre blog qui je le rappelle est consultable en cliquant sur son merveilleux nom qui va apparaître incessamment sous peu en vert et souligné : Un peu de tout et de rien (+ lien= wawaa.canalblog.com). L’auto-publicité ça n’a jamais fait de mal personne. Il va donc falloir meubler ce vide…

Parler de la pluie et du beau temps? C’est quoi le beau temps au fait? Parce que là je vais surtout parler de la pluie. Cette éternelle pluie qui arrose le Gers depuis 10 mois moyennant une belle journée de soleil tous les 3 mois. Youhou! Non, il faut le dire ! Trop de pluie c’est pas la joie (même si ça rime pas !).

Décidément je n’ai rien à dire. Rien du tout. Ah si, bonnes vacances Gimette !

Comments Un commentaire »

Et si vous aimez le style de Sekhmet son blog est

Je squatte à nouveau… et finalement j’adore ça. Alors quand Mlle Gima a frappé à la porte de mon mail pour me demander de lui faire un billet j’ai répondu avec grand plaisir. Le problème quand on a à poser sa prose ailleurs c’est toujours de trouver l’imagination pour le billet mais là elle n’a pas pris longtemps pour se manifester… Mais je viens de passer un week-end assez exceptionnel et je dois avouer que ça a déclanché un délire assez conséquent qui m’a inspiré ce billet…

Alors les filles, fashionistas ? Toujours à l’affût des derniers trends, de ce qui définit la hipness et surtout de ce qui va faire de vous la It girl ?? Oui ?? Vous avez l’accessoire qui fait mouche à chaque fois que vous sortez, le sac à la mode, la paire d’escarpins dans le vent ? C’est bien… mais avez-vous l’accessoire nécessaire à toutes les femmes dans le vent, le truc qui fait de vous une femme moderne, sans tabous et surtout terriblement in… Si vous êtes fan de Sex and the City, si vous avez suivi leur aventures depuis le début… vous aurez découvert que le truc « IN » par excellence, le petit plus qui ne s’est jamais démodé en 10 ans de série, c’est l’ami (meilleur ami) homosexuel.

Aie honte à moi j’ose parler d’un être humain comme accessoire, quelle horreur. Ne le prenez pas comme ça, ne soyez pas choqués car, le pire est que la personne qui m’a inspiré ce billet est un homosexuel et je reviendrais plus tard sur ma relation privilégiée avec ce monde un peu particulier…

Par contre vous ne trouverez jamais aucun homme sur cette terre qui réunit autant de qualités qu’un homosexuel. Jamais un homme aura une si bonne influence sur vous qu’un gay… car le gay est :

Le confident idéal : L’homo est un homme, d’accord avec quelques moments efféminés parfois, mais il reste un mâle. Et un homme sait comment réagit un homme. Alors l’homo est un parfait confident. Il comprendra les états d’âme de la femme tout en pouvant nous expliquer quelques détails sur le fonctionnement pur de l’autre sexe. De plus, au contraire de la copine, il n’y aura jamais de jalousie ou d’envie de la part de l’homo. Naturellement c’est un homme, il ne peut pas envier votre corps, vos formes ou autres choses qui rendent parfois la vie entre filles si compliquée. Au pire des cas il pourra vous jalouser votre petit ami… mais se contentera d’un « la vie est injuste » comme on le fait quand on voit leur petit copain.

Le compagnon de shopping parfait : Le Gay adooooooooooooooooooore faire les magasins et vous accompagne avec un plaisir non dissimulé. L’œil affûté et le goût juste il saura vous conseiller sur la tenue que vous voulez absolument acheter, sur la couleur qui vous ira au teint, sur le maquillage à choisir absolument et sur les accessoires à prendre avec. L’Homo il adore passer des heures dans les magasins avec vous, vous aider, il ne râle pas quand vous essayez 10 robes différentes… il est même ravi de vous voir faire des aller-retour dans différentes tenues… et ne tire pas une tête hallucinée quand vous osez dépenser la moitié de votre paye en chaussures… au contraire il vous aura accompagné dans votre délire. En plus, il se fait un plaisir de vous porter vos sacs… vous êtes la reine de la journée en somme.

Le garde du corps qu’il faut : L’Homo est le compagnon de sortie idéal pour rester à l’abri des pots-de-colle-dragueurs-du-samedi-soir. L’idéal c’est d’avoir la version masculine du gay, c’est-à-dire celui où il faut véritablement gratter un peu plus fortement la première couche pour savoir ce qu’il est (à éviter : le style Stanford, pote de Carrie Bradshaw, ça n’intimide pas), mais choisissez le plutôt grand, bien bâti (car oui les homos font attention à leur corps) et avec une voix normale… j’en ai deux comme ça, toutes mes amies en tombent éperdument amoureuses jusqu’à la minute où on leur dit… désolée mais il est de l’autre côté de la barrière. Ah que la vie est cruelle… Mais cet homo là est parfait pour sortir en boîte quand on a juste envie de danser, de s’amuser et de faire la fête…

Le coach personnel idéal : Nouveau Look pour une nouvelle vie, c’est chez vous à domicile, en plus c’est gratuit. L’Homo (et là c’est plutôt le genre cage aux folles qu’il vous faut, ou alors Priscilla Folle du Désert) est le Coach look parfait. Il n’acceptera jamais que vous soyez sous votre plus mauvais jour. L’homo « folle » est toujours parfait, alors il faut que tout ce qui l’entoure soit parfait aussi… plusieurs fois il m’est arrivé d’entendre le « Mais chériiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, tu ne vas quand même pas sortir comme ça » et d’avoir droit à ma séance de relooking total. Mais j’étais magnifique après!

Le Pass VIP général : L’Homo est le pass VIP idéal pour toutes les soirées en vues de la région et pas de limite de boîte. Car l’homo connaît tout le monde qui connaît tout le monde qui connaît tout le monde. L’homo est accueilli comme une star dans chaque lieu à la mode. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’homo est un fêtard… il adore s’amuser et ne lésine pas sur la dépense. Naturellement, en règle générale l’homo n’a pas d’enfant, il a un bon job et se fait plaisir. Alors si vous êtes au bras d’un Party Gay vous n’aurez plus aucun soucis pour vos sorties, tous les profiler vous laisseront entrer…

Ma meilleure amie me dira presque que l’ami gay est un accessoire indispensable à toute soirée réussie, que c’est le It Bag coordonné à la tenue idéale… et j’avoue, sans vouloir parler d’accessoire, que mes amis homos sont grandioses et que j’adore sortir en leur compagnie. J’ai beaucoup d’amis gays et j’adore participer aux gay prides avec eux. Je suis même témoin de pacse pour deux petit couples et mon meilleur ami est juste fabuleux… en plus il est la preuve vivante que l’amitié peut être forte entre un homme et une femme (argh… je ne me suis pas foulée là).

En plus les hommes homosexuels ont une qualité non négligeable: quand ils vous aiment ils vous aiment par-dessus tout et vous seront fidèles en amitié. Alors jetez tous vos préjugés ou barrières aux orties et ouvrez votre cœur aux gays…

Moi mes amis homos je ne voudrais jamais qu’ils soient hétéros (et ce même si il y a de vraiment beaux spécimens et que ça réduit encore plus le terrain de chasse) car c’est comme ça qu’ils sont parfaits.

Comments 11 commentaires »

Les passionnantes aventure d’Angie se trouvent sur ses chroniques.

 

Je n’ai définitivement pas le sens de l’orientation: C’est un fait.

Y a pas à tortiller des fesses, ce don on l’a ou l’on pas. C’est inné, on naît avec ou dans mon cas, sans.

De plus, même si j’ai la mémoire des visages, pour tout le reste, je n’ai pas vraiment une mémoire visuelle, ce qui fait que certains bâtiments ou rues pourront me paraître familiers mais je ne saurai pas retrouver mon chemin plus facilement. Du moins, pas au début. Il me faut un certain temps d’adaptation pour me familiariser avec l’endroit pour ensuite pouvoir prétendre connaitre le coin.

Je me souviens, j’étais à Florence en voyage d’étude. On avait une après midi de libre, j’en ai profité pour m’éclipser et semer mes camarades, je voulais acheter un cadeau d’anniversaire à ma maman. En passant sur le Ponte Vecchio, j’avais repéré un bijou, je me suis dit qu’il lui plairait. Je me suis donc retrouvée sur ce fameux pont. Puis après avoir acheté le fameux bijou, je suis descendue du pont pour me promener le long des allées d’un côté du pont, mal m’en a pris, impossible de retrouver mon chemin, c’est à dire le Ponte Vecchio lui même, car des ponts il y en a, surtout du côté de cette fameuse rue. Et même si le Ponte Vecchio est différent des autres ponts, avec la panique qui venait de m’envahir, j’ai incapable de les distinguer.

Car la panique m’a envahie. A l’époque, j’avais l’âge ingrat de 14 ans, je ne parlais pas la langue, maintenant non plus d’ailleurs et j’étais mortifiée à l’idée de demander mon chemin. Alors qu’il aurait suffit que je montre plan que j’avais dans la main pour qu’on me sorte de là. Je n’ai rien trouvé d’autre à faire que d’entrer dans la plus proche cabine téléphonique et d’appeler mes parents restés à la maison, en Suisse, pour m’aider à me retrouver. J’étais en larmes.

Depuis, j’ai cessé de paniquer et surtout d’appeler mes parents à la rescousse… Mais j’ai aussi cessé de voyager seule. Ou si vraiment je suis obligée de le faire, maintenant j’ose demander mon chemin.

Je me demande parfois comment font les gens qui habitent Paris ou Londres et qui empruntent le métro pour s’y retrouver ou mieux, ceux qui visitent ces villes, comment arrivent-ils à ne pas se perdre ? C’est tellement mal indiqué. Et quand bien même ce serait bien indiqué, avec toutes ces informations, lignes existantes, noms, comment s’y retrouver ?


A Ouagadougou, j’ai beau y être depuis un an, même si je reconnais certains endroits ou bâtiments familiers ou rues que je fréquente parce que j’y vis ou travaille, dans 80 % des cas, je serais incapable de revenir sur mes pas. Déjà, les plaquettes des rues n’existent pas ou tout du moins pas encore dans tous les quartiers, c’est entrain de changer, ensuite, ici on ne dit pas « 3ème rue à gauche, mais 3ème six (6) mètres sur la gauche (je me suis amusée à calculer, ça fait vraiment 6 mètres). De plus, à part le centre ville et certains quartiers où il y a des bâtiments facilement repérables, d’autres quartiers n’en possèdent pas et les maisons sont typiquement locales, c’est à dire carrées, avec des volets/toits en tôle peints en bleu ou vert. Et quand le coin est commerçant, autant vous dire que moi je suis totalement perdue.

Et vous, vous êtes plutôt avec ce don ou plutôt sans ?

Comments Pas de commentaire »

[ndlr: Cubik ayant décidé d’envahir le monde, je le laisse pour la journée deversé son flot d’elucubration sur mon blog. N’ayant pas peur de lui, il fait le maitre du monde mais tout les soirs il rentre dans sa cage.]

 

 

Bienvenues en Cubikie

Encore une fois, je profite d’une absence pour m’imposer sur un nouveau territoire. Un blog purement féminin, avec des notes qui valent des sous et d’autres sur le gras de la peau, je crois pas l’avoir déjà fait. Mais peu importe, puisque j’ai décidé d’envahir le monde. Virtuel, mais quand même. Bon ok, je ne connais pas beaucoup l’endroit. Tout ce que je sais de la tenancière, c’est qu’elle voulait avec moi et que ça a été fait à cause d’un barbu. Même qu’après ça, elle a rayé de sa liste l’idée de coucher avec moi. Ca fait plaisir. En tout cas, ça fait une raison de plus d’annexer l’endroit. A moi les nouveaux horizons!

Et comme je l’ai fait chez le barbu, le meilleur moyen de m’imposter sur ces contrées lointaines et inconnues, c’est évidement de faire comprendre à tous que cubik is good for you. Un peu comme les romains qui ont su imposer la tomate aux gaulois, pour manger avec le sanglier mixé dans les pates. Je vais donc concentrer mon attaque en 2 points. Tout d’abord, tuturel et ensuite cosmétique.

Au niveau culturel, ce sera facile. Tout le monde sait bien que les filles n’ont aucun goût. Enfin si, mais pas un bon en matière de cinéma. Y en a même qui vont jusqu’à cracher sur Ong Bak, n’importe quoi. Le conseil culturel du jour, il y a 2 (aussi). D’abord, allez voir JCVD au cinéma, c’est un film qu’il est super bien avec un Van Damme méconnaissable. Et ensuite, allez lire les Ensembles contraires, une bd de Kris, Eric T. et Nicoby, sur l’amitié des 2 premiers, mis en image par le dernier (tout le monde suit?). Pour ceux qu’ont du mal, vous pouvez toujours aller voir les détails sur le site de l’éditeur (http://www.futuropolis.fr/fiche_titre.php?id_article=717170).

Au niveau cosmétique, oubliez les concombres et autres crèmes à la bave d’escargot. LE produit miracle qu’il vous faut, il est beau, il est fort, il est universel: c’est bien sur la patate. Avec la patate, on peut tout faire, y compris des piles pour horloge alors pourquoi pas un soin du visage? C’est plein de bon amidon. Du coup, vous vous éclaboussez la tête, un peu de patate frottée partout et hop! Mieux que du Botox. Raffermissement du visage, disparition des rides. Ca marche aussi avec la cellulite, j’suis sur.

Donc voilà, j’ai encore appliqué ma toute puissance, qui ne laisse plus place qu’à l’abdication pour ce qui deviendra désormais la squatteuse locale. Je n’ai plus qu’à remettre la gestion de cette province de mon royaume en expansion aux indigènes et repartir vers la conquête de nouveaux lieux. Peut-être chez Cécile (http://www.lannexedececile.com/). En route vers l’aventure!

Comments Pas de commentaire »