Archives pour la catégorie “Archives 2004”

Samhain Attitude n°4

Déprime World…

Mouai… j’avais beau faire ma maligne ce soir là en discutant à la gare, mais n’empêche j’en mène pas large. Rassurez les autres pour ne pas avoir à se regarder en face, facile ça.

Donc voila. Ayant obtenu un cdi je passe de sécu étudiante à sécu salarié. Le hic c’est que du coup je ne sais pas trop si j’ai toujours le droit de percevoir une bourse pour mes études.

Et si je ne perçois plus de bourse, ça devient bien moins amusant d’être étudiante dans un secteur qui ne m’apportera pas de boulot. En fait, si je ne suis pas boursière ça va déjà être très chaud financièrement. Bon, j’aurais toujours de quoi me loger et me nourrir mais je comptais sur la bourse pour rembourser mon prêt étudiant. Et c’est sans compter qu’actuellement je boss tellement que je ne prend plus le temps d’aller en cours. Et puis sans statut de boursière je vais me retrouver à payer les frais universitaire et là ça va faire grogro bobo.

Et parralelement la question est : « qu’est ce que je fout encore dans ces études ? » Voui faut l’avouer c’est déprimant. Je suis là pour m’occuper et satisfaire une curiosité en attendant de faire le grand saut. C’est traître mais c’est comme ça. Inutile de le leurrer je me vois pas bosser dans ce domaine. Je sais pas quoi… j’aimerais bien être femme au foyer, ou alors avoir un boulot avec les gosse (prof d’archéo en maternelle ça existe ?), ou tenir ma propre boutique… Mais ce n’est pas des projets à mettre en œuvre du jour au lendemain.

J’ai 6 heures par semaines avec 4 matières différentes. Donc normalement 4 notes en fin de semestres. Mais en tout franchise je ne suis déjà noté que sur 2 matières puisque les deux domaines historique ont des horaires qui font que je ne peut jamais (je dis bien jamais) y aller. Ça va être joyeux pour les partiels, celui qui devait me passer ses cours ne donne aucunes nouvelles et ne répond plus … Pour le reste j’ai déjà séché tellement de cours que je me demande comment j’ose me présenter encore devant la prof.

Enfin pour ce qui est de la maîtrise je ne préfère même pas en parler. J’ai deux mois de retard et j’avance pas, dès que j’y met le nez je déprime et il me prend une violente envie de courir chez moi et me cachez sous la couette.

C’est moi ça ?

Bah faut croire…

… elle est loin l’Amazone et la fouteuse de claque…

*dur*

Comments Pas de commentaire »

Débriefing

Difficile le débriefing, peut être à cause de la mauvaise humeur chronique depuis ce matin, ou de la confusion des souvenirs et sentiments. Avec un recul brut j’ai l’impression d’avoir passé trois jours à manger, faire des boutiques ou du transport en commun. Quand j’approfondis un peu il y a un tourbillon d’images variées et de sentiments tronqués : Les regrets : Les problèmes d’horaire d’ouverture des monuments et des prix exorbitants des droits d’entrée (et donc le manque énorme de visite de monuments), la fermeture de la section du british muséum que je voulais voir spécifiquement, les problèmes de cohésion du groupe, le fait de ne pas avoir vu le Tower Bridge, le petit déjeuner de merde de l’hôtel, et l’immense tas d’ordure devant la fenêtre. les joies : Camden market et la découverte d’un goût pour l’excentricité vestimentaire, la discutions sérieuse et pourtant peu déprimante à la gare vers 3hrs du matin, les photos débiles devant temple Church, les demi-litre de café bien au chaud au starbuk café, le fait que je peut parler anglais si je me stress pas sur ma grammaire, le “chat c’est toi qui est” sous champi à picaddily, les bus rouge et la “gentillesse” de leurs chauffeurs, la grenouille magique, Bi Ben assis sous sur un ban a 23hrs, le reflets des buis de nuit dans la tamise, un baiser de Doudou avec cette phrase culte “fuck on est à Londres!” et les kinder surprise dans l’eurostar.

Comments Pas de commentaire »

J’ai maaaaal

Migraine chronique depuis plusieurs jours.

… j’ai maaaaal….

Rien à y faire, l’aspirine ne fonctionne pas et le doliprane m’encombre le plexus solaire.

Va falloir attendre ce soir pour une tisane d’ecorce de saule.

Mais en attendant ça deviens tres ardu de se concentrer! Je comprend rien!

Comments Pas de commentaire »

Leçon de vie

Je n’ai aucun merite d’avoir copié collé cette note du blog de Mazrin mais le texte était trop parfaitement tombé pour que je l’abandonne aux seuls lecteurs de mon voisins de blog… Toutes mes excuse donc à Mazrin et bonne lecture  à tous, ça en vaut vraiment les 30 secondes de lecture!

Un prof de philo se présente devant la classe avec une série d’objets inhabituels qu’il pose sur son pupitre, face à ses étudiants. Le silence intrigué de l’assistance étant acquis, le prof prend un  grand bocal de cornichons (vide et propre) et commence par le remplir jusqu’au bord supérieur de pierres d’un diamètre situé entre 6 et 7 cm. Cela une fois terminé, il demande à la classe si le bocal est rempli. Les élèves répondent que oui. Le prof prend alors un sachet rempli de gravillons et le verse dans le bocal. Il agite le tout, pour égaliser, et voila que le gravier remplit tous  les espaces encore vides. Après avoir complété cette manipulation, le prof demande une fois encore si le bocal est maintenant bien rempli.La classe répond, hilare et intriguée, que oui. Le prof se saisit alors d’un petit sac de sable et en verse le contenu dans le bocal. Évidemment, le sable se fraie un passage dans les interstices qui sont encore disponibles, au grand contentement de la classe. “Voyez-vous” dit le prof en s’adressant à ses étudiants, “j’aimerais que vous compariez ceci à votre propre existence. Les grosses pierres représentent les choses véritablement importantes, comme la famille, le couple, la santé, les enfants. Ces choses qui  font que même si vous perdez tout le reste, votre vie n’en demeurera  pas moins remplie. Les gravillons représentent, quant à eux, les choses qui sont importantes, mais non essentielles, comme le travail, la maison, la voiture.  Enfin, les grains de sable peuvent être comparés aux choses sans importance. Si vous commencez par mettre le sable dans le bocal, il ne restera  plus assez d’espace pour le gravier ou les pierres.  Il en va de même avec votre vie : si vous gaspillez votre disponibilité et votre énergie pour les petites choses, il ne vous restera jamais  assez ni de temps, ni de place pour ce qui est essentiel à votre  bonheur. Jouez avec vos enfants, prenez le temps d’être à l’écoute de  votre santé, sortez avec votre conjoint, parlez avec vos parents. Il y aura toujours du temps pour réparer l’aspirateur, pour finir un dossier ou laver la voiture.  Soignez les grandes pierres en tout premier lieu, ce sont les choses qui comptent vraiment. Le reste n’est que sable qui s’écoule entre vos doigts”.

Comments Pas de commentaire »

Vive Noël!

Oh c’est bientot noël!

Vite vite consomons!

Comments Pas de commentaire »

Samhain Attitude – Exil – Final Cut

ça y est, rentrée.

Bien eu besoin de ces trois jours en exil. Bon, je me suis découverte une sensibilité au anti inflammatoire que je ne connaissait pas et pis m’a main c’est mis a pourrir aussi. Mais en attendant je crois que j’ai bien profité de ces trois jours à l’écart.

Une retraite au sens propre. Un univers « cloîtré » où on peut se retrouver sans avoir à faire face au 36 000 petits trucs du quotidien et se livrer ainsi à une introspection sans complaisance.

Tout les points n’ont pas été traité (faut pas exagérer) mais il y a déjà une accalmie dans les brumes. La plupart des points ont été identifié et plusieurs ont été suffisamment traités pour que les ombres ne menace plus. Au contraire, qu’elles m’accompagnent.

Reste encore quelques brouillards…

Mes cours, mon avenir, mon envie d’avancer au milieu de tout ça. D’assumer.

Mais c’est encore trop d’actualité pour être déballé. Faut attendre que cette viande boucane un peu.

Comments Pas de commentaire »

Samhain attitude – Exil part 3 –

Ouai… là ça va pas. Suis dans l’état post anesthésie, une lobotomie du cerveau qui donne l’impression d’être ailleurs. L’air complètement hagard, le corps qui bouge sans qu’on ai l’impression de lui avoir demander, froid au extrémité et impossibilité de se rappeler la phrase qu’on vient de lire…

Je crois que la convalescence me rattrape à grand pas. Ou peut être que ce paquet de smarties était un tube de médicament ?

Non je déconne mais j’ai quand même l’impression d’avoir avaler un tube de somnifère.

Je crois que je vais aller m’allonger…

Comments Pas de commentaire »