Archives pour la catégorie “La cuisine de Mlle Gima”

Depuis quelques temps on voit beaucoup d’AOC ou de produits géographiques essayer de faire parler d’eux sur internet. Les opérations ne sont pas toujours d’une grande finesse et manquent souvent de logique rédactionnelle. Je ne me vois guère faire une critique sur le goût d’une pomme ou la sélection génétique des meilleures pommes de terre.

Pourtant, il y a 15 jours, j’ai accepté de faire un article sponsorisé autour du Morbier (vous savez, le fromage au trait de cendre). Pas par appât du gain mais parce que j’ai trouvé l’opération intelligente et engageante.

Ils ont proposé à 40 blogueurs d’inventer une recette à base de morbier et de la partager dans un grand concours de recettes. Le concours lui-même est aussi bien fait, puisque les blogueurs et les personne qui veulent voter ont tous quelque chose à gagner (un cours de photos pour les blogueurs et un robot ou des livres pour les votant.

Même le morbier en lui même y gagne grâce à l’ajout de toutes ces recettes qui prouvent qu’on peut parfaitement être créatif avec ce fromage… Et je ne parle même pas des lecteurs qui viennent voter pour leur recette préférée

Bref, c’est vraiment une belle opération qui m’a permis aussi de m’essayer à la cuisine fromagère.

J’en veux pour preuve ma recette :

Soupe automnale de châtaigne et morbier

Les ingrédients :

200 gramme de Morbier

400 de châtaigne cuites (en boite)

20 cl de crème fraiche ou crème de soja

50 cl à 75 cl de lait

Muscade et cumin

La recette :

– Rappez le Morbier en conservant deux tranches fines par invités.

– Faites chauffer la crème avec les châtaignes égouttées

– Quand le mélange commence à frémir ajoutez le Morbier râpé et mélanger pendant 2 minutes.

– Passez le tout au mixeur jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

– Remettrez le mélange obtenu sur le feu puis délayez au fur et à mesure avec du lait, pour obtenir la consistance que vous préférez.

– Ajoutez une dose de cumin pour deux doses de muscade. Vérifiez et corrigez l’assaisonnement selon votre gout.

– Versez dans les assiettes et déposez délicatement les tranches de Morbier restante sur le dessus (vous pouvez aussi saupoudrez de morceaux de châtaigne concassées)

La soupe obtenue, en plus d’avoir un vrai gout de morbier, conserve un léger gout de châtaigne rehaussé par les épices ajoutées à la fin. C’est un plat consistant avec du gout. A servir en entrée ou en verrine apéritives. Si vous devez accompagner d’un vin, choisissez le avec du caractère mais pas trop tannique.

Comments 2 commentaires »

Saviez-vous que le Printemps Haussmann fait souvent des opérations thématiques ? Je ne parle pas juste des vitrines et des expositions. Ils proposent aussi des ateliers autour des thèmes choisis. Cet été par exemple ils ont proposé des ateliers avec les palaces parisiens et ce fut pour moi de grands moments de plaisir et de découverte.

Cet automne le thème est : Printemps loves New York.

Et pour la peine le Printemps s’associe à la marque Kitchenaid pour proposer des cours de cuisine américaine.

Ainsi, pour 15 € par personne (ou 10€ si vous payez avec la carte printemps) de multiples atelier s’offre à vous. Mais dépêchez-vous, il n’y a que 6 places par séance.  Pour réserver il faut appelez le : 01 42 82 49 00.

Les ateliers sont :

  • Cupcakes : le samedi 18 septembre à 15h ou jeudi 23 septembre à 19h
  • Bagels : le 25 septembre à 11h
  • Hamburgers : le 2 octobre à 11 h
  • Pumpkin pie: le 10 septembre à 18h
  • Brownie et Cheese cake : le 24 septembre à 18 heures

Ps: pour les curieux, je participe à l’atelier Cupcakes du 18 et l’atelier Pumpkin pie !

Les sessions ont lieu à côté de la brasserie la coupole, dans le printemps de la mode.

Comments Pas de commentaire »

Lors du mois de mai, j’ai réalisé tout un repas sur le thème de la cuisine au fleurs. C’était le défi, et si j’en crois les invités je l’ai relevé de main de maître. Du coup je vous distille les recettes que j’ai utilisées petit à petit.

En entrée, je souhaitais faire une salade de fleurs fraiches, seulement la grande épicerie de Paris a mis un sacré coup à mon menu lorsqu’elle m’a annoncé qu’ils n’auraient pas de fleurs fraiches cette semaine-ci (de manière exceptionnelle). J’ai donc du revoir mon menu en utilisant des fleurs séchées. Pour l’entrée je me suis donc rabattue vers une recette de quiche adaptée en « tarte à la lavande »

Et malgres les ingrédients « particuliers » (fenouil et lavande), les invités en on redemandé car les gouts s’atténuent sans se trahir, provoquant une saveur sucrée/fleurie de très bon effet.

Lire la suite »

Comments 4 commentaires »

Lors du mois de mai, j’ai réalisé tout un repas sur le thème de la cuisine au fleurs. C’était le défi, et si j’en crois les invités je l’ai relevé de main de maître. Du coup je vous distille les recettes que j’ai utilisées petit à petit. Aujourd’hui on parle de l’un des desserts, celui où j’ai utilisé la rose.

Sur la photo, vous remarquerez qu’il y a de la gelée à la rose, mais aussi une gelée à la crème fraiche. J’espérais que celle ci atténue et serve de base à la rose. Toutefois ce « blanc manger » ne m’a pas du tout plu, j’ai donc décidé de vous présenter la recette sans cette partie, car il me semble que l’on peut parfaitement s’en passer pour peu que l’on serve ce dessert avec des petits gâteaux (comme des madeleines) ou un sorbet.

En tout cas, il ne m’est pas resté une seule coupe, j’en déduis donc que, malgré le gout particulier de la rose, tout le monde à apprécié. 😉

Lire la suite »

Comments Un commentaire »

Aujourd’hui je vous présente une recette pour les conserves en bocal. Ce n’est pas anodin car c’est ma participation au concours lancé chez Papilles et Pupilles en collaboration avec la marque de bocaux Le Parfait. Le but étant de proposer une recette pouvant s’appliquer aux conserves.

J’ai commencé la cuisine en bocaux lorsque je cultivais mon jardin ouvrier et qu’il fallait se soumettre au diktat du rendement du jardin. Au début ça m’amusait beaucoup, malgré mes faibles moyens de conception, d’ailleurs aujourd’hui j’utilise toujours une couscoussière pour stériliser et fermer mes bocaux. Mais n’ayant plus de jardin, je fais des bocaux surtout quand je reviens de chez les grand-parents avec les valises pleines de fruits et légumes, ou quand je traficote des confitures et des vins de baies sauvages.

Si j’ai choisi de proposer la riste d’aubergine, c’est que la saison se prête particulièrement bien à l’utilisation des légumes de la ratatouille, et qu’elle reste la recette la plus simple et la plus originale pour l’utilisation des bocaux. (C’est d’ailleurs la première que j’ai vraiment apprise car j’adore les aubergines.)  Je conseille particulièrement l’usage des pignons de pin dans la recette car ça donne une petit note croquante et explosive de saveur au milieu des chairs plus arrosées des légumes mitonnés. Servie avec un riz en plein mois d’automne c’est un revival estival qui fait toujours sensation. Le secret étant d’être assez patient pour ne pas tout manger avant l’automne…

Par contre il faudra excuser la très mauvaise qualité des photos mais, mon appareil bridge étant en train de rendre l’âme, il a fallu utiliser le Nikon Coolpix du chéri qui est un calvaire pour la mise au point -__- (si je ne gagne pas le concours c’est de sa faute !)

Lire la suite »

Comments 10 commentaires »

Lors du mois de mai j’ai réalisé tout un repas sur le thème de la cuisine au fleurs. C’était le défi et, si j’en crois les invités, je l’ai relevé de main de maître. Du coup je vous distille les recettes que j’ai utilisées petit à petit.

J’ai essayé cette recette par hasard car je n’avais pas pu me procurer de fleurs fraiches de chrysanthème pour préparer les truite aux fleurs que j’envisageais au début. Du coup, c’était la première fois que j’utilisais des huiles essentielles en cuisine.

Je dois avouer que si j’ai eu la main lourde pour la première truite, je ne regrette absolument pas l’essai car j’ai appris à calmer ma générosité en huile pour les autres,  et j’apprécie beaucoup cette recette. Contrairement à l’idée reçue, la fleur d’oranger ne masque pas les autres gouts, elle relève le poisson tout en introduisant une saveur « exotique »  parfaitement adaptée à leur chair fine.

J’ai appliqué la recette à des filets de truite et de la truite entière. A choisir je conseille plutôt le filet, mais quand on a des amis pêcheurs il faut aussi savoir s’adapter :p

Lire la suite »

Comments 2 commentaires »

… ou plutôt faire ses propres tagliatelles dans notre cas. La fabrication des spaghetti ou des lasagnes marche aussi avec la machine qu’on a utilisée, mais on est en train de digresser.

Le mois dernier « rue du commerce » m’a proposé de m’envoyer un ustensile de cuisine pour l’essayer et donner mon avis. Comme chez nous on est du genre volontaire et motivé, on a dit oui. Par contre on a mis du temps à s’y mettre pour la simple et bonne raison qu’on était rarement à la maison pour manger.

Ayant retrouvé un rythme plus sain on s’y est mis ! Et je peux vous dire qu’on ne regrette rien, parce qu’on s’est éclaté en cuisinant, mais qu’on s’est aussi régalé. Il nous aura fallu 2h30 pour faire de parfaites tagliatelles carbonara, mais en comptant 1 heure de repos pour la pâte et 30 minute de séchage. En sachant que c’était notre premier essai, je dis qu’on s’en est sorti comme des chefs !

Et pour vous en convaincre il y a  les photos de la recette, l’avis sur la machine mais surtout une vidéo de démonstration  (ne me jetez pas des pierres, c’est la première que je fais « en vrai »)

Billet dédié à Osmany pour lui montrer que je mange des carbonara comme tout le monde (ou presque)

Lire la suite »

Comments 14 commentaires »