Archives pour la catégorie “Londres”

Chaque hiver c’est pareil.

Depuis trois ans (déjà) mon mari et mois avons pris l’habitude de rallier Londres sitôt noël fêté. A la base, c’était pour une compétition de Go qui se déroule chaque fin d’année à Londres (le tournoi de Londres pour ceux que ça pourrait intéresser). Mais depuis, nous avons cédé aux sirènes commerciales des soldes Londoniennes.

Car le lendemain de noël, à Londres, c’est le boxing day ! Le cauchemar rêve de toutes les fans de shopping. Car le boxing-day ça ne rigole pas : tous les plus grands magasins soldent, jusqu’aux plus grandes marques, avec des remises qui vont jusqu’à moins 80% dès les premiers jours !

L’année dernière nous avons ainsi pu voir les rayons de Selfridges fondre comme neige au soleil.
Chez Marks & Spencer les gens remplissaient leur caddie de vêtements (sans essayer), au point de ne plus avoir assez de bras pour tout porter.
Et chez Primark, enseigne pourtant aux tout petits prix, les gens achètent des valisent pour transporter les vêtements qu’ils viennent d’acheter !
Car si les magasins londoniens liquident aussi fort, ils acceptent aussi les retours et le remboursement…

Le boxing day, en fonction de l’enseigne que vous choisissez, c’est donc un spectacle à voir au moins une fois dans sa vie.
Pour autant, les anglais restent tout à fait civilisés, rien à voir avec les images guerrières que nous renvoient certains grands magasins français 😉

Donc cette année, encore, nous émigrons à Londres le temps de deux journées shopping.
Pour autant, nous n’y allons pas pour le plaisir de dépenser (*se racle la gorge d’un air de ne pas y toucher*), mais parce que l’ambiance du boxing day est quand même quelque chose qui mérite de se déplacer.

Ok, l’année dernière on s’est un peu (trop) laissé aller au shopping…

Et  c’est notre cure de britisheries annuelle.
Celle où l’on ira manger un fish and chips sur les bords de la Tamise, où l’on prendra un cidre à la pression à notre pub préféré, et où mon chéri tentera de m’extirper des food halls où je suis capable d’acheter du stilton au kilo 😉

Vivement qu’on y soit. J’ai hâte ^^

Comments Un commentaire »

Je visite toujours les supermarchés des pays où je me trouve;  et même si je viens souvent à Londres, je ne manque pas l’occasion d’aller voir ces drôles de choses que mangent nos voisins.

Pour les plaisirs des yeux, je vous ai ramené quelques photos des curiosités en rayons, ainsi que quelques repas « so british » que l’on a gouté pour vous (et surtout pour nous)

Et ne pensez pas que je me moque par cette liste, car je goute souvent ce que je trouve étrange 😉

Et n’oublions pas la merveille du marché alimentaire d’Harrods :

Comments 5 commentaires »

Ma chronique du mois s’inspire directement de mes vacances à Londres. Je crois que tout y est dit :

Pour les gardiens du bon goût et du chic à la française, il ne fait aucun doute que les anglais ne savent pas s’habiller. Il n’y a guère que la France et la mode parisienne pour incarner la vraie qualité de la mode européenne. Non ?


Après tout, si on regarde du côté de Londres, on ne trouve guère de personnes vraiment habillées. D’ailleurs je ne crois pas avoir déjà visité une autre ville européenne en y croisant (dans le désordre) une personne en pyjama, un dandy avec veste de velours, un bataillon complet de filles en uggs, des hommes en tweed et de nombreux passants habillés
on ne sait pourquoi avec tout ce qu’ils ont trouvé en premier dans leur placard. Tiens, voilà qui expliquerait sûrement le style des londoniens : un joyeux patchwork de tout et n’importe quoi, comme si c’était l’organisation de leur placard qui dictait leur tenue.

A l’inverse, en France, on porte toujours une attention maladive à notre tenue. Car chez nous, « vous êtes ce que vous portez ». Impossible d’arborer comme ici une paire de huggs sur un jogging et un manteau de laine. On sait s’habiller, nous !

… Et pourtant…

[LIRE LA SUITE]

Comments Un commentaire »

On aura donc surtout visité Londres le 1er janvier car les horaires de tournois de mon chéri ne lui permettais de sortir après la tombée du jour. On a quand même profité de ces sorties nocturnes pour passer au British Museum, arpenter les quais de la Tamise et quelques quartiers nocturne comme Soho, Coven Garden et Chinatown. C’est assez sympa mais ça limite un peu l’intérêt « visuel ».

La cathédrale St Paul, vue de nuit, de la rive droite.

Pour la peine le soir on trainait plutôt dans les pubs, activité locale très importante à laquelle on s’est plié de bonne grasse. D’une part parce que le cidre à la pression c’est super bon, mais surtout parce que la faune des pubs est un condensé de ce qui se fait dans le pays, et il y a vraiment des looks qui valent le coup d’œil

Ambiance de pub

Donc le 1janvier 2010 c’était décidé: on faisait visiter le Londres du tourisme au Chéri. Enfin, on a surtout commencer par  Oxford et Regent Street pour faire quelques boutiques et rhabiller monsieur. Ce n’est donc que vers 11h30 qu’on s’est jeté dans un bus à étage pour rallier la Tour de Londres.

Comme d’habitude très chouette promenade que celle où l’on utilise les bus impériaux ; exception faite de la buée qui s’accumule sur les vitres c’est très beau et très pratique. Malheureusement le 1er janvier étant un jour férié beaucoup de monuments historiques étaient fermés, dont la fameuse Tour de Londres…

Pour compenser on s’est offert un Fish and Chips et la pause déjeuner à déguster de très bon filets de poissons panés en regardant le Tower Bridge valut sa part de plaisir.

Puis a on traversé la Tamise pour rallier The Globe Theater que l’on souhaitait visiter après un premier essais raté un soir de semaine. Toutefois le budget conséquent que cela implique (10,50£ par personne) nous a fait abandonner le projet une fois sur place. On s’est rabattu sur la Tate Moderne avant de retourner sur la rive gauche en empruntant la passerelle piétonnière.
On a ainsi pu admirer le tintamarre de la cathédrale St Paul et de sa cloche Big Paul.

On a céder le terrain avant la fin du concert (qui a largement dépassé le quart d’ heure) parce que c’est quand même très bruyant.

On a trouver refuge dans un pub le temps d’étancher notre soif. Puis on a continuer a arpenter la ville en trainant dans les librairies et les échoppes de mode masculine assez présentes autour de St Paul et de Bank. D’ailleurs les soldes y font de véritables miracles (140£ au lieu de 560£ le manteau pour homme en laine et cashmere: il faudra prévoir des économies pour ça l année prochaine). On a fait un bref passage près de Coven Garden, puis bifurcation vers Trafalgar Square.

Et c’est à Trafalgar qu’on est tombé -par hasard- sur la parade du nouvel an. Tradition annuelle à Londres.

C’est ainsi qu’en suivant les chearleeders, les fanfares, etc, on s’est retrouvé devant le Parlement et l’Abbaye de Westmister.

On a alors embrayé vers le parc St James où l’on s’est amusé à nourrir les écureuils (décidément bien gras même en plein hiver) l’une de mes activités préférées lorsque l’on est dans l’un des parcs de Londres.

Pour finir la boucle on est repartis vers le quartier du British Museum (lui aussi fermé le 1er janvier) avant de rallier Regent’s Street où l’on dormait à l’International Students House (qui est une excellente affaire si on veux loger pas cher en plein cœur de Londres SAUF la nuit du 31 décémbre). Et c’est l’Eurostar de 20h qui nous a ramené à Paris.

Preuve qu’avec une journée à Londres on peut amplement visiter et faire un peu de shopping.

Pour ceux que ça intéresse les quelques photos de la ville sont disponible sur  mon album Picasa dédié à Londres.

Comments 3 commentaires »

Et voilà : tout juste revenue de Londres, j’ai une folle envie de débriefer ce séjour.

Cette fois ci ce fut un peu différent car le voyage était motivé par une compétition de Monsieur Mon Chéri. Du coup ses journées furent essentiellement dédiées au tournoi de go auquel il était inscrit et où il a d’ailleurs fait une belle performance. Pour ma part j’en ai profité pour faire du shopping sans l’avoir dans les pattes.

Je n’ai guère fait de folies vestimentaires pendant ces soldes anglais, à vrai dire leur mode actuelle me laisse plutôt froide… Trop « dégénérée 80’s » à mon goût. Mais on n’est pas revenus les mains vides pour autant.

J’ai d’ abord profité des soldes de Noël pour acheter des babioles pour l’année prochaine (oui, je suis une vraie névrotique de Noël).

Et j’ai encore défailli dans la boutique de chaussures « Irregular Choice » de Carnaby Street, mais le modèle pour lequel j’ai fondu n’était évidement plus disponible dans ma pointure. (100 livres quand même ces splendides bottines vertes, et pourtant je les veux, je les veux, je les veux !)

Je suis sortie extrêmement déçue frustrée et je médite un achat par correspondance dès que les finances le permettront (120 livres avec les frais de port, qu’attendez vous pour me les offrir à mon anniversaire ?!).

Sinon j’ai fait de belles découvertes en ce qui concerne les médicaments contre l’intolérance au lait, j’en ferai un petit billet plus tard.

J’ai satisfait à ma réputation d’ accro aux chaussures avec de très joli petits escarpins violets à 7£ et j ai évidement craqué pour des bêtises à Camden Town.

Par contre on a profité de la remise de ma carte VIP Regent Street pour rhabiller le Chéri en dévalisant la boutique Uniqlo. Vraiment je suis conquise et lui aussi. D’ailleurs, sans profiter des soldes ou de ma remise, il faut savoir qu’on a trouvé les pantalons pour homme vendus 39,90€ en France à 19£, ce qui fait une jolie remise. Mais l’intérêt est moins évident pour les produit de la gamme Heattech.

Mais à part ça le séjour ne s’est pas réduit à du shopping … à vrai dire on a surtout shoppé le 1er janvier. D’ailleurs il y a un vrai bon conseil là dessous : au matin du 1er janvier, les rues de Londres sont quasi désertes et les boutiques du centre ouvertes dès 09h00 / 09h30. Pour la peine c’est un vrai plaisir que de faire des achats jusqu’à midi car les magasins sont à vous seul !

Toutefois comme mon amoureux n’était jamais venu dans le coin, il fallait bien faire les touristes et s’organiser pour qu’il puisse découvrir la ville.

[à suivre]

Comments Un commentaire »

Dans la série des « truc qu’il faut absolument que je vous raconte » il y a ma petite journée shoping à Londres.

Ceux qui me suivent sur Twitter savaient effectivement que j’ai passé une journée sur Londres avec un panel d’autres blogueuses, invitées comme des starlettes par Eurostar à passer la journée outre-manche aux frais de la princesse. Dommage que la princesse n’ai pas pourvu aussi à la partie shoping parce que j’ai quand même laissé 130 livres là bas ; au taux de conversion actuel ce n’est pas trop grave mais quand même… J’ai la chance d’avoir un chéri compréhensif (surtout quand je dis « chaussures »).

Bref, pour faire la starlette il a quand même fallu se lever à 6h30 un samedi car le rendrez vous était donné à 7h30 gare du Nord. Avec le récent déménagement il fallait assurer niveau itinéraire mais je ne l’ai pas regretté.

Sur place, et malgré un retard de ma coéquipière, on a passé les douanes et l’enregistrement en un temps record. Placées dans un wagon à demi vide, nous étions parties pour 2h30 de voyage… à écouter Sweetange babiller de bonheur (j’ai pas réussi à lire la moindre page de mon magazine). Petit déjeuner à nos places, ce fut parfait (une fois la bouche pleine Sweetange se tait, enfin presque).

C’était la première fois que j’arrivais à la gare de St Pancras donc j’étais plutôt curieuse, et plutôt déçue, de la gare d’arrivée. J’aimais bien le coté vieux et un peu paumé de la gare de Waterloo, j’y ai passé plusieurs nuits à attendre les premiers Eurostar donc je lui portais une certaine affection. Là, c’est plus pareil.

Une fois le brief de départ reçu, on s’est élancées dans ce bon vieux Tube, direction Oxford Street, puis Regent Street, puis Canaby Street etc… Le bonheur de retrouver les boutiques anglaises avec leur coté loufoque et en même temps so-british. On a bien suivi quelques invitations qu’on nous avait distribuées, mais après une demi-heure de speech commercial on a laissé tomber et nous sommes parties fureter sur des boutiques plus aguicheuses. Il n’était pas 11h30 que j’avais déjà 3 sacs sous le bras, dont une paire de chaussures :p

Après une coupe de champagne rafraîchissante, on a suivi un workshop sur les nouveau média. Seulement, avec la fatigue accumulée et la faim qui arrivait, on ne fut pas le meilleur public.

Une fois libérées, c’est reparti vers les boutiques ; on est descendues sur Piccadilly, visité Fortune et Masson (très bonne idée reçue de la part de Manou, merci), puis direction Hyde park en passant par le palais de la reine (Sweetange n’était pas venue depuis ses 11 ans, il fallait faire un minimum de tourisme).

Ça été un vrai bonheur de retrouver Hyde park. Aussi trivial que cela puisse paraître j’adore tout particulièrement ce parc. A part sa taille il n’a rien de spécifique, mais je lui garde une affection particulière puisque chacune de mes errances à Londres finissent systématiquement les fesses dans sa pelouse.

Sur place Sweetange à découvert les écureuils… j’ai eu l’impression de provoquer une rencontre entre Blanche Neige et les animaux de la foret mais le principal est que ça lui aie plu.

Après une pause salutaire on s’est rendues dans le quartier de Knight Bridge pour se rendre chez Harrods et ses supermarchés alimentaires. Puis brunch international en hôtel de luxe où l’on a rencontré des blogueuses européennes. Manque de pot, arrivées en retard, on n’a pas vraiment pu se présenter à nos voisines de table qui se sont trouvées être toutes de Londres et se connaissant (un peu frustrant je dois avouer).

On s’est ensuite sauvées pour retourner sur Oxford Street à la recherche d’un Mark et Spencer. On a embarqué MissFashion au passage et on est repassées par Hyde Park pour ne pas bouder notre plaisir. Il faut dire qu’à chaque fois que je mets les pieds au Royaume-Uni, il faut systématiquement que j’en ramène de la nourriture, c’est une manie élevée au rang de tradition.

Puis l’heure du retour, on s’est enquis d’un bus à étage (toujours pour faire plaisir à notre touriste de Sweetange) et direction St Pancras où l’on a procédé à l’embarquement en bon ordre.

Dans le train du retour ça piaillait de bonheur et le champagne généreusement distribué par le personnel de bord ne nous a pas aidé à nous faire apprécier des co-voyageurs. Mais c’est ravies et fatiguées qu’on est arrivées à Paris à 23h30, 130 euros de moins au portefeuille mais une grosse dizaine de sacs sous le bras et des étoiles pleins les yeux.

J’ai déjà hâte d’y retourner ^^

Merci Eurostar et Buzzparadise en tout cas.

Comments Pas de commentaire »