Posts Tagged “Corée du Sud”

Ces temps ci on m’écrit beaucoup pour me poser des questions sur la Corée du Sud, les habitudes de vies, les hébergements, la nourriture, etc.

Loin d’être une experte du pays je comprends tout de même qu’on me pose des questions sur cette destination. Quand nous y sommes allé, nous nous y sommes jeté un peu dans le vague. On avait certes l’aide d’un ou deux guides, mais en dehors de quelques infos « touristiques », on ne savait guère de choses sur l’accueil et la vie sur place. Alors quand on a besoin d’être rassuré avant de voyager,  je comprends qu’on vienne demander leur avis à ceux qui y sont déjà allé.

Par contre, quand on y réfléchit on a beaucouuuuuuuuuup de choses à dire. Trop pour raconter tout à quelqu’un en particulier, et trop encore pour faire un seul billet. Limite j’aurais envie de dire que je dois retourner là bas pour compléter deux trois infos et écrire un vrai guide du voyage en Corée du Sud (s’il y a des mécènes dans la salle n’hésitez pas !)

Donc, comme je suis une blogueuse super gentille (et surtout super pipelette,) je vous ai écrit plusieurs billets sur la Corée que je liste ci dessous. Ils forment une série en épisodes thématiques  qui traitent de la nourriture, du transport, de l’hébergement, etc . Je compte sur vous pour me signaler ce qui manque éventuellement.

Comment manger en Corée du Sud ?

Comment voyager en Corée du Sud ?

Quelques conseils pour le budget, la langue et le tourisme en Corée du Sud ?

Vous pouvez aussi cliquer sur la catégorie « Corée du Sud » et vous obtiendrez tous les billets du blog qui en parlent.

L’album photo du voyage est disponible ici je me suis même fendu d’un diaporama avec sous titres. Toutes les photos sont géolocalisées, vous pouvez donc retrouver facilement les sites touristiques liés aux clichés

Bonne lecture !

Je voulais faire un article sur l’hébergement mais nous n’avons pas assez étudié les différentes possibilités sur place. A l’heure actuelle je vous avoue qu’on espère retourner là bas car on est vraiment tombé sous le charme de ce pays, sa modernité, son attrait pour l’ancien, son accueil décalé et pourtant très respectueux.

Mais si la vie sur place n’est pas bien chère, le trajet demande un sacré budget (1400 € au bas mot pour un aller-retour à deux) et pour l’heure on économise. En attendant, on se marre en regardant les photos débiles qu’on a pris sur place :

Paye ta photo de touristes !

Comments 6 commentaires »

Ce qui m’agace quand on a des amis qui reviennent du bout du monde, c’est de les entendre dire « on a visité tel pays » alors qu’ils n’ont fait que visiter la capitale et passer deux trois jours dans un club de vacances à l’autre bout du pays. Entre les deux : l’avion !

Quand on veut comprendre le pays qu’on visite, le mieux est de commencer par le visiter pour de vrai ! Ne le survolez pas : faites des sauts de puce entre différentes villes et essayez de choisir un mode de transport en accord avec votre budget et la possibilité de voir le paysage pendant le déplacement.

Personnellement nous avons choisi d’utiliser le train et le bus. Mais surtout nous avons choisi trois endroit différents : la capitale (Séoul), Busan et Jeonju, pour avoir une idée de la vie dans différents type de villes et de régions. Évidemment il nous manque l’expérience de la campagne et de la montagne. Mais en 15 jours on ne peut pas tout faire.

Voila ce que nous pouvons dire de ces modes de transport :

Voyager en Corée avec le train

Pour voyager à l’intérieur du pays on a donc essentiellement utilisé le train. Il existe deux types de trains en Corée du Sud. Le KTX, notre fameux TGV exporté à la sauce Coréenne, et le Mugunghwa qui est un train à l’américaine, très large, assez confortable (même en classe économique) mais qui roule plus doucement. D’ailleurs dans les trains économiques on trouve deux types : les express (avec peu d’arrêts) et les omnibus. Selon celui qu’on utilise, on pourra mettre deux fois plus temps sur un même trajet, mais l’économie n’est pas substantielle si on prend un train  plus long (au regard du change européen évidemment).

Lorsqu’on est pressé l’idéal est donc de prendre le KTX (si la destination est desservie) mais le train économique ne doit pas vous faire rechigner car ces wagons sont bien plus confortables que nos vieux corails. La seule chose à savoir est que l’on peut parfois vous vendre un billet sans place attitrée. Et inutile de préciser qu’il serait mal vu de prendre les places handicapé qui restent vides même lorsqu’il y a six autres personnes assises par terre à côté.

On peut aussi manger dans les trains à des prix abordables. Dans le KTX une hôtesse (ou un hôte) passera dans les wagons pour vous proposer des rafraîchissements, des gourmandises et des plateaux repas à différents prix. Il existe aussi des machines automatiques pour les boissons sur les plateformes intermédiaires.

Pour le Mugunghwa par contre il existe de vrais wagons restaurant avec une très grande variété de plats, gâteaux, boisson,  etc. Il y a aussi des machines de loisir type arcade pour s’occuper pendant des trajets qui deviennent trop long.

Dans tous les cas les prix des trajets sont toujours adaptables à votre budget. Mais surtout ne vous laissez pas berner par l’attitude des coréens qui voyagent presque toujours les rideaux fermés (pour ne pas subir les rayons du soleil) : voyager en train est la meilleure méthode pour profiter des différents paysage de la Corée. La ligne Seoul-Busan permet à elle seule d’admirer les montagnes, les vallées arboricoles, les plaines semées de riz et les deltas  peuplés d’oiseaux.

Le Bus :

La Corée est parcourue d’une multitude de lignes de bus toujours très régulières. Et attention, on ne vous parle pas des autocars que vous preniez pour aller à la piscine avec l’école. Plus le voyage et long et plus vous pouvez vous attendre à des bus confortables. Pour relier l’aéroport à la capitale par exemple, vous pouvez prendre des bus « limousine », et en comparaison la première classe de la SNCF ne vaut absolument rien.

Les horaires sont quasiment toujours respectés (mais ne sont pas précis à la minute) et les tarifs sont plus bas que le train. Par contre il faut être prêt à bien prendre le temps d’expliquer où on va et comment, et ne pas avoir peur de la foule dans les gares routières. Munissez vous d’une carte pour la réservation et montrez bien ce que vous demandez. Les gens vous indiqueront le bon guichet et le guichetier vous écrira toujours les sommes des trajets qu’il propose.

Nous n’avons jamais pris de bus de nuit, mais ils existent. C’est une option non négligeable lorsque l’on veut voyager loin pour pas cher.


Comments Pas de commentaire »

Finalement le séjour à Busan s’est très bien déroulé, passé le jour de notre arrivée qui fut un enchainement de petites frustrations.

On a pris le temps de visiter autrement, sans programme préétabli, avec de longues pauses fainéantes entre chaque visite pour apprécier les charmes des bains chauds, des plages ou même des restaurants/cafés locaux. Car Busan c’est un peu Nice par sa géographie (côte entourée de montagnes) ou Marseille de par le comportement des habitants (entre autre parcequ’ils conduisent comme des brutes), mais c’est surtout une ville du Sud où il fait bon trainer.

Le premier jour nous avons visité la montagne à coté du quartier Dongnae. A sa base, il y a un petit parc urbain avec matériel de sport, parc d’attraction, et une petite reconstruction folklorique.

Rien de folichon, mais les petits vieux qu’on y a croisé étaient toujours ravis de nous arrêter pour discuter dès lors qu’ils parlaient anglais.

On a ensuite pris un téléphérique pour grimper jusqu’à la cuvette montagneuse qui marque le Nord de Busan : Geumjeongsanseong.

Celle-ci est entourée d’anciennes murailles qui la fortifiaient en cas d’invasion. Il n’en reste pas grande chose aujourd’hui, mais on peut encore admirer certaines portes ou tours de guet qui n’ont, pour ainsi dire, rien à voir avec les fortifications médiévales de l’Occident.

Le plus intéressant dans cette demi-journée de balade fut surtout la montagne. Une faune bien présente et des randonneurs retraités très très nombreux pour un matin. Visiblement le coin est très couru pour changer d’air ou garder la forme. Pour preuve, les bois fourmillent de petites « paillottes » qui proposent des rafraichissements ou de la cuisine rapide. Il y a même un village entier au centre des fortifications qui propose une multitude de restaurants sauvages et de terrains de tennis et badminton. On est loin de notre gestion forestière 😉

A la base nous souhaitions aussi traverser ce massif pour allez visiter un temple  en contrebas. Toutefois, le marquage des distances chez eux est assez aléatoire. Lorsqu’ils indiquaient 500 mètres, on à plusieurs fois eu la surprise de trouver un panneau indiquant 450 mètres  600 mètres plus loin (et encore je suis gentille sur les distances). Ainsi le 8 km indiqué pour le temple nous a fait réfléchir à deux fois. On a préféré rebrousser chemin et gagner le temple dans l’après midi par le métro puis le taxi (et grand bien nous en a pris car c’était vraiment trèèèèèèèès loin).

Le temple en question est derrière le bout de la crête qu’on voit en second plan

Heureusement Beom-eosa valait vraiment le coup d’œil. Un très grand temple bouddhiste (en pleins travaux) fondé en 627 mais dont les bâtiments actuels datent du XVIIème siècle (suite à plusieurs destructions et incendies). De part sa situation et son organisation, l’ensemble jouit de très beaux paysages et d’une unité d’ensemble qui en fait un excellent cas d’école quant à l’organisation classique d’un temple bouddhiste.

On n’a eu aucun regret de s’être déplacé aussi loin. Et même après sa visite, on est resté dans le coin pour fureter dans le quartier populaire qui est au pied de sa colline

Comments Pas de commentaire »

Bonjour la France.

Premier message pour signaler qu’on est bien arrivés à Séoul. Comme d’habitude on est arrivés bien en avance à l’aéroport à Paris, et comme j’avais pré-enregistré notre embarquement la veille, on a eu amplement le temps de trainer en zone d’embarquement.

C’était la première fois qu’on prenait Air France à l’international, et je dois dire qu’on a été surpris en bien, mais aussi en mal. Car arrivés à nos sièges, quand on a vu que ceux ci étaient aussi larges que mon derrière, j’ai eu beau conserver mon calme, j’avoue qu’à l’idée des 10 heures de voyage à faire là dedans, j’ai tremblé de terreur. Encore heureux qu’on ai pris des sièges devant l’issue de secours, histoire de pouvoir allonger les jambes.

Au final le voyage s’est bien passé ; un bon repas, 3 films et quelques épisodes de séries plus tard, on a vu l’aube se lever pour nous accueillir en Corée. Tant pis si on mourrait de faim parce que les stocks de nouilles chinoises disponibles pour la nuit avait été baffrés par les premiers à les avoir demandés… Le léger petit dej servi avant d’atterrir a permis de se caler l’estomac le temps d’arriver en ville.

J’adore suivre le voyage par les écrans de situation

Après le débarquement, le passage à l’immigration, et la récupération des bagages, la première étape était de trouver LE bus qui nous amènerait dans Séoul. J’avais bien préparé mon coup avec les guides de voyage et il a été facile de prendre les bons billets et de trouver notre bus. Au final à 7h45 (soit trois quart d’heure après l’atterrissage) on était dans un bus limousine.

Et c’est parti pour 50 minute de bus (avec des sièges deux fois plus larges que ceux de l’avion) à travers la « campagne » Coréenne, parfaite illustration à cette heure-ci du « pays du matin calme ». Bien qu’on ai toujours pas dormi, nous sommes en pleine forme, et l’arrivée sur Séoul se fait comme sur des roulettes.

Bon, évidemment il a fallut s’engouffrer dans le métro, mais l’achat des billets et trouver la bonne direction n’a pas posé autant de soucis que nous le prédisait le guide. Les rames étaient quasi désertes, et l’on est tombés sur un coréen ravi de tailler le bout de gras avec son anglais aussi approximatif que le mien ^^

La vraie difficulté a plutôt consisté à trouver notre hôtel. Là pour le coup on a pas mal tourné, arpenté la rue principale en long et en large, découvert que les plans coréens n’étaient pas forcément orientés au Nord et finalement c’est une autochtone qui a demandé pour nous à des marchands ambulants pour que l’on finisse par trouver le Sae-rim hotel, planqué dans une petite rue anonyme (ici les rues ont très rarement une plaque avec leur nom).

Le temps de poser les valises, on a regagné la rue d’Insadong (insadong gil) pour trouver un resto ouvert à cette heure (il n’était que 10 heures un dimanche matin…).

Mission réussie au final puisqu’on s’est retrouvé dans restaurant traditionnel avec deux autres couples de clients où l’on s’est fait servir un menu au bon vouloir du personnel (comprendre : aucune carte en anglais, le serveur nous a montré un prix sur la carte et nous a dit que c’est ça qu’on voulait).

Finalement pour 15 000 wons par personne ( 9 euros environ) on s’est goinfré comme des morts de faim avec un menu à 19 plats (j’ai bien mis 5 heure à digérer). Délicieux, copieux, on a juste eu du mal à comprendre comment manger quel plat avec quelle sauce.

D’ailleurs, avec le recul, j’avoue que ne jamais savoir combien de plats comporte un menu est toujours très angoissant/amusant, car à chaque fois qu’on pense tout avoir sur la table, on voit toujours revenir les serveurs avec de nouveaux plats. On a beau se dire « non c’est pas pour nous, il y a déjà tout », et bien à chaque fois c’est bien pour nous :p (record actuel à 26 plats).

Ça c’est notre table, avec notre repas rien qu’à nous 😉

Bref, avec ça dans le ventre on est évidement revenus à l’hôtel pour piquer une sieste de 3 heures.

Pour finir la journée, on s’est un peu baladé dans le quartier. Insadong est très animé, très commercial et plutôt agréable quand on veut se mettre dans le bain.

On a visité le temple Jogyesa, un temple bouddhiste situé en pleine ville. Mais avec la fatigue et le sermon qui s’y tenait, on n’y est pas resté très longtemps  (à la grande frustration de Donio qui aurait voulu faire une visite plus complète).

A force de se promener, la nuit a fini par tomber et révéler le coté noctambule de la ville. Et là on est entré dans l’aspect mégalo-consumériste asiatique avec des café, des resto, des boutiques absolument partout, des publicités qui saturent la nuit de lumière, du bruit, des marchands ambulants. Un foutoir très bien organisé qui donne envie d’y prendre part.

On a d’ailleurs fini par manger dans la rue en achetant aux marchands ambulants. Des brochettes poulet/poireau enduites de sauce piquante, des brochettes de saucisses relevées, et des beignets de patate douce avec une espèce de confiture liquide de tamarin (ou qqch dans le genre) à l’intérieur.

Pour 6000 wons à deux (environ 3,60€), on a mangé à notre faim (et je me suis découvert une passion pour les beignets de patate douce à je -ne-sais-pas-quoi-dedans).

La suite prochainement…

Comments 8 commentaires »