Posts Tagged “guide”

A l’occasion d’une rencontre entre blogueurs voyage, je me suis rendue compte que la manière de préparer nos voyages avait beaucoup changé ces 5 dernières années.
Il y avait eu pas mal d’évolutions avec l’arrivée des offres sur internet et des compagnies low cost il y a 10 ans, permettant de se créer des voyages de A à Z en supprimant tous les intermédiaires.
Mais ces dernières années, l’offre internet nous a aussi permis de « socialiser » nos voyages, qu’ils soient en cours et à venir.

Je n’entends pas parler ici des offres pour se loger ou se faire accompagner dans des visites. AirBnB a certes changé la donne, au même titre que la démocratisation du couchsurfing ou des petites annonces en ligne sur le routard.
Mais je pense plutôt au poids de la recommandation lorsque l’on prépare un voyage.

choisir une destination voyage

Avant, c’était simple :
On se rendait en agence de voyage, on lisait des guides de voyage et, avec de la chance, on échangeait avec des gens qui avaient déjà voyagé pour identifier les lieux à visiter.
La préparation d’un voyage était donc quelque chose de complètement actif (on effectuait des recherches) ou complètement passif (on laissait l’organisateur nous préparer tout cela).

Or, maintenant, c’est un peu à chacun de faire comme il le sent…

  • Certains de mes amis sont restés dans l’optique du chasseur de merveille.
    Ils vont compiler tous les guides de voyages, fureter sur les forums spécialisés, interroger les agences et passer de longues heures à chercher sur le web.
  • Mes parents sont plutôt du genre à faire appel à une agence de voyage qui va leur concocter un truc sur-mesure, même s’ils n’hésiteront pas à aller barouder un peu de leur coté une fois sur place.

Mais moi, je m’aperçois que je suis encore une autre logique…

Car mes voyages, je commence par les préparer de façon passive : je laisse le choix de la destination se faire un peu tout seul, au gré des lectures, discussions et découvertes tout au long de l’année. Puis quand vient l’envie alors de prendre des vacances, je vais… sur Pinterest.
Car mon vrai guide de vacances, c’est désormais Pinterest !

Trouver l'inspiration pour les destinations vacances

Trouver une idée de destination pour les vacances

Je vais y taper le nom des lieux que j’ai en tête, et je vais fureter dans les moodboards qui apparaissent alors.
J’y crée un tableau par destination envisagée, puis j’y épingle tout ce qui me fait alors envie !

(Voir mes boards voyage sur Pinterest)

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

La question du guide de voyage est un l’un des serpents de mer qui crée toujours des vagues lorsqu’on lance le débat entre voyageurs. C’est d’ailleurs une question que j’adore lancer alors que j’ai pourtant mes propres préférences ^^

quel guide de voyage choisir pour l'inde 2

 

Depuis que je voyage, je suis totalement acquise aux guides du National Geographic.
Je ne dis pas que ce sont les meilleurs pour voyager, mais ils sont surement les meilleurs pour s’imprégner d’un pays avant d’y aller.

Ils permettent d’avoir une foultitude d’informations contextuelles, de belles photos et des focus très inspirants pour faire connaissance avec la destination. Un peu comme les guides Milan (qui sont très agréable à lire mais absolument pas pensés pour être emmenés,) à la différence qu’ils peuvent parfaitement convenir de guide de voyage pour les « petites » destinations.
J’ai ainsi fait un superbe voyage en Irlande ou à New-York grâce à leur aide.guide national geographic pour l'inde 1

guide national geographic pour l'inde 2

guide national geographic pour l'inde 3

Par contre, pour les grands pays (Canada, Inde) ils sont malheureusement trop gros et en en même temps trop légers en terme d’informations.

 

J’ai donc flirté avec les géants du marché pour voir ce qui me conviendrait le mieux.

Nous avons voyagé en Corée avec le petit futé et je dois dire que j’étais restée sur ma faim (la preuve : j’avais plus utilisé le guide de l’office de tourisme de Corée dès lors qu’il ne s’agissait pas de trouver un restaurant ou un hôtel).

 

Et j’ai donc fini par rallier les groupies du Lonely Planet.
D’abord grâce à ses guides city (exemple : Rome en quelques jours, Berlin en quelques jours, etc…) que je trouve parfaitement bien pensés et plein de bonnes adresses ou d’itinéraires de découverte pédestre. C’est simple : je les adore !

J’ai donc basculé logiquement vers les Lonely pour mes plus grands voyages et j’avoue que je ne le regrette pas. Ils ont été particulièrement pratiques pour préparer le voyage en Inde car ils sont tellement riches qu’il existe deux tomes justes pour ce pays (Inde du Nord et Inde du Sud).

J’avais commencé par acheter le volume du Sud en édition papier lorsqu’il n’était question que d’un voyage de 10-15 jours.
Et puis il a été question d’aller voyage dans le Nord.
Mais à la vue du poids de ces bouquins, j’ai changé de méthode en commandant des extraits du tome « inde du nord » sur mon Kindle.

 

Et là, ça a été la révélation…

guides de voyage sur kindle tous droits reservés Mlle Gima

Mais qu’est-ce que c’est pratique de voyager avec un bouquin de plus de 700 pages lorsqu’il est numérisé !
Et pourtant, j’ai troqué mon Kindle Fire HD (en couleur et tactile) par un Kindle paperboard plus classique (non tactile et avec encre numérique).

Je me retrouve avec 2 guides complets dans un engin qui a 8 semaines d’autonomie (ou plus exactement 1 semaine et demi de tourisme) et ne pèse que 170 gr !

Un vrai bonheur à consulter quel que soit l’endroit ou la luminosité. Soit j’ai le livre ouvert à la bonne page, soit je fais une recherche dans le bouquin avec des mots clefs au clavier. Il y a même des liens vers des cartes Google lorsqu’on est connecté wifi, ou des cartes offline lorsque ce n’est pas le cas.

Le seul défaut, ce sont les cartes qui sont très peu lisibles, même lorsqu’on zoom dessus.
Il faudrait que l’éditeur pense à créer une carte avec zoom à 3 niveaux minimum pour qu’on puisse les consulter sans s’exploser les yeux.

probleme de lisibilité des cartes sur Kindle dans les guides lonely planet

 

Enfin bon, j’ai donc ma propre technique de préparation de voyage avec guide(s) :

 

1- j’achète un guide papier agréable à consulter pour découvrir le pays (et que je laisserai à la maison)
– ça marche aussi en empruntant celui-ci à la bibliothèque –

2- j’achète le lonely planet en version Kindle après avoir téléchargé un extrait pour vérifier qu’il s’agit bien du guide qui m’intéresse, pour le lire avant de partir mais aussi l’emmener avec moi
(pour info j’ai aussi téléchargé le guide focus Rajasthan du petit futé, et il n’y avait pas photo entre les guides proposés :/ )

3- enfin, si je trouve des itinéraires ou des plans qui m’intéressent dans mes livres papiers (achetés ou empruntés à la bibliothèque) je photocopie ceux-ci et  les glisse dans la valise avec mon Kindle

 

quel guide de voyage choisir pour l'inde

 

Et vous, quels sont vos trucs ou vos références ?

 

 

Comments 5 commentaires »

Cette note un peu fourre-tout sur la Corée permettra de donner des conseils en vrac, le genre qui ne font pas un article complet à eux seuls, et qu’on ne sait pas trop où caser.

Argent :

Si vous ne restez pas à Séoul pendant l’ensemble de votre séjour il faudra penser à préparer votre porte monnaie pour le voyage. Car si les distributeurs de cash se multiplient, ils n’acceptent qu’assez rarement la visa ou la mastercard. Il y a même de fortes chances que vous ne trouviez pas de distributeur en dehors des grandes villes. Et même en ville, il faut trouver une « grande banque » (banque nationale ou régionale) pour espérer y trouver un cash-back international. Ces établissements se distinguent par la mention « international change » (parfois écrit en tout petit sur leur devanture, soyez attentif).

L’autre solution consiste à entrer dans le pays avec une forte somme d’argent et d’échanger celle-ci sur place en une ou plusieurs fois. Les grands sites touristiques ont souvent un petit bureau de change à proximité. Mais en dehors de Séoul ou des quartiers commerçants de Busan, je vous recommande de prévoir à l’avance : même si le cout de la vie est bas (pour nous), se retrouver en manque de cash en pleine province peut se révéler désagréable.

Les musées :

Nous n’en avons visité que quelques-uns, mais quelques caractéristiques générales semblent déjà se dégager :

  • Les musées ne coutent généralement pas cher  (2000 ou 3000 won par personne, soit généralement moins de 2€)
  • A l’intérieur les grands panneaux explicatifs sont souvent traduits en anglais mais c’est extrêmement rare que ce soit le cas pour les cartels des objets
  • Les explications sont souvent frustres ou de peu d’intérêt. Si vous avez la possibilité prenez un guide!
  • Les coréens semblent préférer les petites vidéos aux textes pour les explications. Vidéos le plus souvent en coréen, bien sûr. (Oui, c’est normal, mais ça ne nous aide pas.)
  • A notre grande surprise nous avons découvert que les coréens sont très bruyants et indisciplinés dans un musée. C’est vraiment surprenant et peu propice à la concentration

La langue :

Les coréens, au risque de vous surprendre, parlent coréen. Ils ont un alphabet qui leur est propre, le hangûl, qui est facile à apprendre et qui vous permettra une lecture plus facile des panneaux et des menus dans les restaurants. Ceci dit, une bonne moitié de la population (surtout les jeunes et ceux au contact des touristes) parle assez anglais pour vous donner au moins des renseignements de base, et les autres sauront se faire comprendre s’il y en a vraiment besoin. Les marchands, par exemple, sont tous équipés d’une calculette pour vous indiquer rapidement et sans erreur combien coutent les articles qui vous intéressent.

Les coréens manifestent souvent une envie de communiquer avec les européens, même quand ils ne parlent pas anglais. Nous avons déjà eu des conversations de sourds (eux en coréen, nous en anglais puis en français quand nous capitulions) avec des gens qui voulaient absolument nous montrer combien ils étaient contents de nous voir en visite chez eux. Ceux qui parlent anglais sont souvent curieux de vous parler et veulent savoir si vous appréciez votre séjour. Outre le fait que ce sujet de conversation est évident, je crois qu’ils aiment leur pays et sont très heureux qu’on s’intéresse à leur culture. Apprendre quelques mots de base en coréen peut vous aider malgré tout à faire comprendre le plus urgent.

Les guides :

Pour se préparer à la Corée, nous n’avons utilisé que 2 guides.

Le petit futé d’une part (car nous avions besoin d’adresses), et le guide de l’office du tourisme coréen à Paris, parce qu’il était beaucoup plus détaillé en ce qui concerne Séoul.

Pour faire face à un éventuel problème de langue, nous avons aussi pris un guide de dialogue, mais nous ne nous en sommes jamais servi. Ce qui sert par contre c’est l’alphabet coréen. Car en province les hôtels ont beau porter un nom « occidental », les panneaux sont tous en coréen, y compris celui portant le nom de l’hôtel. Savoir déchiffrer l’alphabet nous a ainsi aidé à trouver le « Good Morning Hotel » à Jeonju… On doit pouvoir faire sans, mais c’est quand même appréciable à 23h dans une ville inconnue.

Sachez aussi qu’on peut facilement trouver des cartes dans les gare et les offices du tourisme. Mais, attention aux échelles qui ne sont quasiment jamais justes,  attention aux orientations qui ne sont pas toujours vers le nord, et attention aux noms des rues car les rues n’ont quasiment jamais de plaques. Une fois qu’on sait cela, on s’en sort. Mais dans un premier temps n’hésitez pas à avoir des papiers imprimés avec le nom de vos hôtels et leur adresse, car il est plus simple de montrer aux autochtones les adresses imprimées que de leur montrer sur un plan ou pire… de leur épeler !

Comments Un commentaire »

Il y a maintenant quelque temps, j’ai reçu un exemplaire presse de « WordPress, toutes les clés pour créer, maintenir et faire évoluer votre blog« . A la base je l’ai reçu pour l’association « Des lettres et Du net », asso’ qu’on a décidé de mettre en veille jusqu’à une prochaine réalisation du salon « blogs et livres » (pas avant 2010). Du coup, comme je tiens particulièrement à vous parler de ce bouquin je réintègre cet article sur mon blog.

Car « c’est de la balle » (comme disent les jeunes de maintenant mon époque). 447 pages bourrées d’informations pratiques. Une parfaite initiation pour ceux qui débutent, une bonne remise à plat pour ceux qui bidouillent, et un approfondissement pour ceux qui l’utilisent quotidiennement.

J’ai beau faire du wordpress depuis trois ans, j’ai réappris l’utilisation d’options et clarifié des détails qui m’avaient échappé jusqu’alors.

Chaque compétence et utilisation est passée en revue dans un plan très structuré et clair. Petit cadeau, un cd-rom joint contient la version 2.7 de WordPress, des tutoriels ainsi que plusieurs thèmes et plugins.

Vous pourrez aussi trouver des extraits sur le site de l’éditeur [ici] et les critiques de la presse.

Pour ceux qui utilisent wordpress au quotidien, ce livre est fait pour ne pas quitter votre bibliothèque, car il répond efficacement aux questions qui nous viennent parfois en cours de création. Quant à l’introduction  et l’explication efficace de l’installation elle répondra aux interrogations de ceux qui veulent passer à un blog indépendant.

Vraiment un très bon guide !

Sommaire :

1. Introduction
2. Installation de WordPress
3. Le quotidien du blogueur
4. Choisir le thème et les extensions pour son blog
5. Comprendre le fonctionnement d’un thème WordPress
6. Créer son propre thème WordPress
7. Mise en forme du blog
8. Philosophie des extensions WordPress
9. Déconstruction de l’extension Hello Dolly
10. Les API de WordPress
11. Construction d’une extension évoluée
12. WordPress MU
13. WordPress MU en pratique
14. Spécificités du développement sous WordPress MU
15. BuddyPress – la face sociale de WordPress MU
16. bbPress – le forum pensé « WordPress »
A. Participer à l’amélioration de WordPress

  • « WordPress, toutes les clés pour créer, maintenir et faire évoluer votre blog« , Editions Pearson, 33 €
  • Auteurs : Francis Chouquet, Amaury Balmer, Xavier Borderie

Comments 5 commentaires »