Posts Tagged “:: Internet ::”

J’ai la chance d’avoir une redac chef assez sympa sur Save My Brain et il m’arrive de me faire bien plaisir dans certaines chroniques. Cette fois ci c’est le cas,  en divaguant sur le comportement des trolls :

Aujourd’hui, j’ai envie d’écrire une chronique qui ne vient pas de mon expérience de fille ordinaire mais de celle d’une chroniqueuse d’organe de presse numérique. Si, si, ne faites pas ces têtes. Nous, correspondantes de presse pour save my brain,  travaillons jour et nuit dans le loft luxueux qui sert de salle de rédaction à l’équipe de Save My Brain pour un salaire tout aussi luxueux sommes bien rédactrices bénévoles, mais avons le droit de nous dire « correspondante presse ». Ce qui fait des nous des filles moins normales que les autres (laissez moi rêver, d’accord).

A ce titre nous sommes amenées à écrire des articles, les animer et regarder ce qui s’écrit et se dit sur tous les autres supports de presse numérique. Or, que ce soit sur des articles politiques, sociaux, art de vivre ou people, il y a toujours un élément commun dans les commentaires : le troll.

Que ne seraient les commentaires des médias sociaux sans cet élément fédérateur qu’est le troll ? En général cet énergumène aime à partager son avis et ses grandes connaissances sur un sujet qu’il ne maitrise absolument pas mais qui de toute façon n’a pas été compris par l’auteur si on veut bien l’en croire. Il démontrera donc par 0+0 que ses idées valent mieux que les autres (les vôtres donc), sans se rendre compte que sa démonstration ressemble à une blague de toto.

Pour rendre son propos plus facile à suivre, le troll s’exprime souvent avec une orthographe exotique et une syntaxe à blêmir (à vous de voir où vous placez le second degré ici). D’ailleurs, si ça ne suffit pas, l’usage d’un langage moderne et dynamique (language sms) permettra d’écrire plus de conneries vite en s’aidant de la licence poétique pour s’affranchir des codes sémantiques conservateurs et anachroniques. Comprenez-moi : je ne parle pas ici de gens qui font des fautes ou des coquilles, mais de ces esprits novateurs qui savent s’engouffrer dans le moindre espace de liberté pour réinventer la grammaire et l’orthographe de la langue française.

Mais en dehors de la forme de communication du troll et du fond de sa pensée, ce qui est vraiment « bon » dans sa manifestation ce sont les réactions qu’il suscite.

Lire la suite

Comments Pas de commentaire »

Quand on veut acheter des produits « vert » sur le web, on a généralement l’embarras du choix. Tellement de choix que c’est plutôt de l’embarras qu’un réel choix. A force de naviguer on ne sait plus vraiment à qui on achète : un revendeur ayant une boutique « sur rue », un grossiste caché au fond d’un entrepôt, ou un particulier qui s’est mis à son compte.

Personnellement j’ai une petite préférence pour les boutiques ayant pignon sur rue ou les marchands web qui se sont spécialisé autour de leurs engagement éthique ou écologique. Mais depuis l’année dernière, je n’arrive plus à faire des choix : l’offre est décidément trop large. Et pourtant je suis une vraie accro aux achats par correspondance, surtout lorsqu’il faut se faire livrer les 10 kilos de croquette du chat, sa litière ou tous les produits d’entretien écologique que j’utilise à la maison.

Du coup je me suis demandé ce que cherchaient les gens sur une boutique web spécialisée dans l’écologie.

Dernièrement on m’a présenté greencommerce.fr, une plateforme qui regroupe plusieurs vendeurs et qui vous orientent vers les objets dont on a besoin. Le service est gratuit pour les acheteurs et payant pour les vendeurs. Un prix reversé à des associations environnementales. Seulement si l’idée est géniale, le site ne me semble  pas pour l’heure assez rempli. On peut certes y trouver facilement des panneaux photovoltaïques ou des vélos à assistance électrique mais quand je veux de la lessive écologique ou des économiseurs d’eau le choix est beaucoup trop juste.

Du coup sur quoi se reporter pour s’aider dans le choix. La question est d’autant plus importante lorsqu’on cherche des cosmétiques bio parce que c’est alors le grand n’importe quoi. Tout le monde en propose sans vraiment orienter les choix par des avis. Le recours aux blogs et aux avis de consommateurs indépendants est quasi obligatoire si on veut une vraie information.

Personnellement j’ai mis une certaine méthodologie au point pour m’en sortir…

Souvent je commence par faire une recherche par type de produits sur de gros sites marchands qui mêlent allègrement business et marché « écologique ». Une fois que j’ai sélectionner deux ou trois produits, je fais une enquête sur les blogs pour avoir des avis de consommateurs.  Ça me permet de choisir le produit que je vais vouloir essayer.

Ensuite je passe à l’enquête des prix. Auparavant je consultais des comparateurs de prix, mais ceci sont de plus en plus souvent dépassés. Je vais donc sur le site du fabriquant à la recherche d’un « prix conseillé en magasin ». S’il n’y a rien je fais des essais avec google pour voir qui propose quel prix. On sera souvent surpris de voir que ce sont rarement les « gros » sites qui proposent les tarifs les plus bas. Surtout si on prend en compte la question des frais de port.

Après cette étape, il ne reste souvent pas beaucoup de site candidat à la vente. Je finis généralement sur des sites comme le monde du bio ou e-citizen, surtout lorsqu’il est question de produits d’entretiens. Le monde bio parce que c’est une boutique engagée qui essaye de se démarquer par sa politique de prix, et e-citzen parce que c’est une plateforme de marché où les marques proposent elles mêmes leur produit (ce qui garantit un prix correct)  et qui s’engage à reverser 5% du prix des produits à une association de mon choix.

Maintenant je ne suis pas sûre que cette méthode soit la meilleure, comment faites vous pour acheter des produits écolo sur internet ? Quels sont les sites à qui vous faites confiance ? Qu’est ce que vous demandez à un site web « bio » ?

Comments 4 commentaires »

Voila une bonne petite info comme on les aime!

Savez vous, femme modernes et pressées, que Croquons la Vie a lancé un widget, propre à se greffer sur votre agrégateur RSS, rien que pour vous simplifier la vie?

Nan mais parce qu’on sait toutes qu’avec nos vies de geekettes on trouve jamais le temps de cuisiner autrement que les week end. Et qu’arrivé le samedi on a très peu d’idées de recettes, ce qui fini par rentrer des courses avec un plat quasi tout fait…

C’est là qu’intervient le dit widget qui vous propose donc chaque jour une recette de cuisine. Personnellement je suis incapable de cuisiner comme ça chaque jour mais le fait d’avoir une recette proposée chaque matin ça me permet de constituer un stock d’idées à ressortir et réinventer quand j’ai le temps de préparer mes petits plats.

Je sais, avec les recettes que je vous propose une fois par semaine vous avez déjà beaucouuuuuuuuuuuuuup d’idées à réinventer (n’est ce pas!) mais ce petit widget je trouve personnellement que c’est un bon plan cuisine parfait pour celles qui trainent plusieurs heures par jours sur le net. Alors évidement vous avez un peu de pub en dessous, mais vous avez quand même passé l’âge que je vous explique que « rien n’est gratuit sur l’internet »

Et inutile de nier le fait, perso les blogs cuisine m’ont ré-insufflé l’envie de faire de la vraie-cuisine, alors si ça m’arrive à moi ça doit marcher chez les autres!

Ceci est un Article sponsorisé

Comments Un commentaire »

Chaque semaine une petite revue  du web avec des liens que j’ai choisi de faire partager par intérêt, nécessite ou coup de cœur. Seulement comme j’ai quinze jours de retard et que j’ai pas vraiment trouvé d’article palpitant je vous balance tout dans le désordre et vous vous débrouillez :p

Bonne lecture

Web et blogosphère:

Société:

Autres:

 

Comments 2 commentaires »

Chaque semaine une petite revue  du web avec des liens que j’ai choisi de faire partager par intérêt, nécessite ou coup de cœur. Seulement comme j’ai quinze jours de retard et que j’ai pas vraiment trouvé d’article palpitant je vous balance tout dans le désordre et vous vous débrouillez :p

Bonne lecture

 

Comments 3 commentaires »

Chaque semaine une petite revue  du web avec des liens que j’ai choisi de faire partager par intérêt, nécessite ou coup de cœur.

Bonne lecture

A propos des blogs et de la blogosphère:

A propos d’elles et de la vie:

A propos de la société:

Comments 4 commentaires »

Allez hop, un joli petit billet démagogique. Parce que c’est pas tout mais j’ai des statistiques à faire tourner et mon égo a besoin de son quota de lecteurs pour ne pas dépérir. Me regardez pas avec ces grands yeux réprobateurs, je vous le dis franchement et j’essaye d’écrire des notes intéressantes plutôt que glisser les mots « sexe, femme nue, poils, anal, laure manadou, sextape, amateur, webcam »* dans le premier paragraphe de mon article.

Bref.

Y a un sujet qui me donne envie d’écrire depuis quelque temps mais que je n’arrive pas à mettre en forme. Sans doute parce que mon avis n’est pas assez abouti mais tout de même…

En ces temps de web 2.0 il est question de communication avant tout chose et d’interactivité entre les êtres. Ça va de nos vulgaires emails aux sites de retrouvailles, aux communautés communicantes et aux programmes qui permettent de vous pinguer dès qu’on va sous la douche (sérieux Vanessa, jamais tu me fera twitter).

Mais ces gens avec qui on communique et qu’on linke comme « amis » dans la blogoliste ou son profil facebook, qui sont-il vraiment pour nous ?

Rappelez vous une de ces pubs lourdingues pour un opérateur mobile qui présentait ses options internet sur le téléphone portable. Les protagonistes entrent dans l’espace des « amis » et une gourdasse gentille mais concon s’approche de l’un en disant « Ami ? Ami ? Tu veux être mon ami ? » avant de le suivre partout.

Mais ça veut dire quoi ça ? On se trouve des copains partout où l’on va sur internet juste parce que les gens ne demandent que ça et qu’on est pas capable de le faire dans la vraie vie (qui n’existe pas) ?

Allez, un peu de sérieux. L’internet, tout 2.0 qu’il soit, reste le même contexte social que dehors, avec juste quelques éléments mis en exergue !

Prenons mon réseau blog par exemple. Au total je dois connaitre une trentaine de blogueurs que je considère à tort ou à raison comme des collègues (bien qu’on puisse les considérer aussi comme mes condisciples de lycée etc). On navigue tous dans la même sphère et nos réseaux de connaissances s’entremêlent. Un peu comme dans la vraie vie. Parmi eux je retrouve immanquablement les mêmes archétypes que dans un réseau social normal : l’hyper égoïste qui se prend pour Dieu et ne comprend pas les réactions des autres autrement que comme des attaques, les sympas qui deviennent des amis voire des amis proches à force de rencontres, l’amie de personne qui s’agrippe à ta jambe du genre « on est amis » dans toute les soirées et que personne n’a la force d’envoyer bouler une bonne fois pour toute, le dragueur lourdingue qui fait semblant de te trouver intéressante pour te tirer une fois ou obtenir quelque chose de toi, le troll agitateur qui vient remuer (ou lancer) des emmerdes pour le simple plaisir de se sentir exister, etc, etc…

Selon les network le fond ne change pas même si la forme s’adapte.

Ainsi sur facebook je vais avoir droit aux retrouvailles des anciennes connaissances de collège/lycée/fac où là tout le monde s’aime et est content de voir ce que t’es devenu, la famille à divers degrés qui rigole bêtement de se voir ensemble sur le « net », les relations boulot/blogo qui te linkent comme amie juste pour se donner plus de visibilité ou profiter de ton image, et l’immense majorité des gens que tu connais peu mais qui aime avoir des tas de prétendument amis.

Là encore on n’est que dans un coté exagéré des travers sociaux hors internet.

Et je ne parle que des network qui réunissent des gens qui se connaissent plus ou moins. Sur les forums avec pseudonyme ou les rings de site internet on grossi d’autant plus les traits qu’on donne de l’importance au coté anonyme et intouchable de l’internet. Moins on a de chances de se voir et plus on se permet d’être ce qu’on veut.

Comment alors accorder de la confiance ou de la validité à ces réseaux sociaux ?

J’ai fini par me faire une raison. Là où facebook me crée un cheptel d’amis où tout le monde s’aime à la manière du marketing (ou du marais c’est selon), mes forums, blogs et mailing se réservent à des rencontres et des amitiés plus tangibles ou tout du moins plus sincères.

J’applique les même règles d’estime des autres au web qu’à la vie réelle en soupesant toujours le fait que sur internet on est souvent plus franc et plus intime dès le commencement, ce qui fait reculer par là même la découverte des penchants négatifs à plus tard.

Et encore cela dépend du fond de chacun.

Les chercheurs américains se sont penchés sur la question de la validité des cercles sociaux du web. Ils ont constaté que si les facebook et autres communautés n’aident pas plus à se faire de vrais amis qu’un réseau social ‘in real life », ils servent beaucoup à rester en contact avec les connaissances (et ne pas se perdre complètement de vue).

Ce serait donc un outil technologique pour ne pas « oublier un ami » en maintenant le lien avec lui, qu’importe l’isolement physique, les oublis de dates, ou la flemme d’appeler…
C’est une idée qui résume bien ma façon de voir la chose. Mais je fait une grosse distinction entre facebook et les autres reseaux (blogs ou forum) qui t’affichent bien moins en fonction de tes relations.

* ça c’est fait

Comments 10 commentaires »