Posts Tagged “Livre et Bd”

(Article publié à l’origine sur le blog du salon « Blogs et Livres » et réintégré sur mon propre blog histoire de garder une trace…)

Ce livre, au demeurant très simple de lecture est pourtant un travail universitaire sans avoir vocation à expliquer ce qu’est un blog ou comment cela marche.

Sous la direction d’Annabelle Klein c’est toute une équipes de chercheurs belges qui s’est penchée sur la « galaxie Internet » afin de comprendre les enjeux de ce nouveaux média.

Centré avant tout sur les blogs journalistiques, politiques, scientifique, d’entreprise, et de pédagogie, ce travail apporte des lumières sur sur le pourquoi de la création, la forme que prend la mobilisation et les dynamique sociologiques ou commerciales que cela génère.

Plutôt destiné aux universitaires, sa lecture garde un intérêt pour ceux qui souhaitent avoir une autre vision que celles des utilisateurs/acteurs sur le phénomène blogs.

Toutefois, malgré une recherches approfondie sur l’aspect « communication » du média, l’ouvrage pêche par sa forme universitaire en oubliant par trop souvent l’aspect humain qui reste le « centre » du blogs.

Je le recommande avec plaisir comme un travail sérieux sur le blog en tant qu’objet sociologique et technique. Les lecteurs qui souhaitent appréhender les blogs comme outils de communication y trouverons aussi de multiples informations et pistes d’étude bien abordée. Toutefois, les limites se posent dès l’instant où le lecteur vient « feuilleter » un ouvrage parlant des blogs, car la lecture des travaux est essentiellement extérieure au phénomène et scientifique.

Auteur : Sous la direction de Annabelle Klein: Nathalie Burnay , Anne-Claire Orban de Xivry, Julie Matagne, Emmanuel Murhula A. Nashi, Sophie Damas, Sandro Faes, Séverine Sacré, Nicolas Schnock,Sarah Sepulchre, Marc Lits, Julie Hermans, Sophie Wain, Annick Castiaux, Julie Matagne, Michel Berhin, Sarah Gallez, Céline Schöller

Quatrième de couverture:
La Galaxie Internet voit émerger une multitude de nouvelles étoiles: les blogs. Ces carnets de bord en ligne sont autant de tentatives d’exister sur la toile et s’influencer toutes les zones de pouvoir (sphère médiatique, politique, scientifique, économique, etc.) Cet ouvrage explore la blogosphère actuelle à travers une pluralité de discipline telles que la communication, l’anthropologie, la sociologie, la psychologie, le droit, les sciences de gestion et de l’éducation.

Comments Pas de commentaire »

(Article publié à l’origine sur le blog du salon « Blogs et Livres » et réintégré sur mon propre blog histoire de garder une trace…)

Ce livre répond enfin aux différentes questions juridiques quant aux droits des médias et de la communication. Tout au long des 215 pages de l’ouvrage les auteurs mènent une analyse pertinente sur les liberté et devoirs des nouveau médias.

Alors certes, une partie de l’ouvrage est surtout destinée aux professionnels de la communication et des médias en abordant des domaines de la presse écrites, de l’audiovisuel et des supportes multimédias. Mais la partie dédiée à l’internet éclairera tout autant des blogueurs particuliers ayant soif de comprendre les enjeux juridiques inhérent à un support écrit sur internet.

Le chapitre 4 « La protection de la vie privée et le multimédia » aborde particulièrement bien la question de l’identité sur internet, la protection des tiers et la création des sites.

Je considère que c’est un ouvrage particulièrement judicieux pour les collectivités et les « presque-pros » qui investissent Internet avec passion.

Auteur : Céline Halpern et Laurent Delprat .

Quatrième de couverture:

La masse toujours grandissante des moyens de communication – presse, livre, radio, télévision, cinéma, multimédia, Internet.
– fait aujourd’hui partie intégrante de notre quotidien. En principe, l’information et la communication sont libres. Cependant, si l’information doit être accessible au plus grand nombre, elle se doit également d’être sincère. Pour éviter les dérives engendrées par la multiplicité des informations et des canaux qui la véhiculent, le droit des médias et de la communication assure un rôle de contrôle et de protection.
Il met en œuvre et fait respecter les grands principes de la liberté d’expression, ainsi que le droit à l’information. Cette intervention de l’État est toutefois délicate, car elle pénètre un univers tentaculaire et prodigieusement réactif. La multiplicité des techniques, des vecteurs de communication, et celle des textes juridiques, de plus en plus complexes et éparpillés (droit civil, commercial, administratif.
), imposent une réglementation en constante évolution. En outre, cette communication véhiculée par des médias qui n’ont plus de frontières fait naître des litiges inattendus, qu’une législation de plus en plus précise doit cadrer. Cette analyse complète et actualisée du cadre juridique actuel se penche tour à tour sur la presse écrite, l’audiovisuel, Internet et le multimédia. En s’interrogeant sur les fondements, réalités, insuffisances et imperfections du droit en vigueur, elle suggère une réforme instaurant un véritable droit des médias, simplifié et harmonisé.
Ouvrage destiné aux professionnels du monde des médias et de la communication, aux étudiants et à tous ceux qui s’intéressent aux questions juridiques (et parfois même philosophiques) que pose la communication.

Comments Pas de commentaire »

(Article publié à l’origine sur le blog du salon « Blogs et Livres » et réintégré sur mon propre blog histoire de garder une trace…)

livre tout d'un blog de nicole versaille

Le livre de Nicole Versailles est vraiment l’idéal pour cerner les blogueurs et les réflexions qu’ils peuvent avoir quant à leur blog, ses relations et son accoutumance.

Tous les points de vue et les étapes d’une vie de blogueur sont passés en revue avec une justesse incroyable. Ceci en respectant aussi la différence entre le « personnage rendu par le blog » et la personne qui écrit derrière cet écran.

Clair, simple et franc c’est un ouvrage agréable qui mérite d’être lu avec plaisir. Pour les gens qui n’ont pas de blog, ce sera une juste entrée en matière, et pour les blogueurs ce sera un délice de parcourir ces pages pleines de déjà-vu et d’expériences qui leur rappelleront surement les leurs.

Quatrième de couverture :

« Un jour c’est arrivé d’un coup, j’ai créé un Blog ! Contaminée par l’air du temps je me suis surprise à rêver que moi aussi, je pourrais écrire sur l’écran du monde. J’avais envie de parler et j’espérais qu’on m’écoute, j’avais envie d’écrire et je me prenais à rêver qu’on me lise… »

Ce livre est l’histoire d’une blogueuse ordinaire. Durant trois ans, j’ai appris l’envers et l’endroit de ce monde particulier. J’aime cela, c’est une façon d’écrire qui me plaît par son immédiateté, sa diversité et sa convivialité.
Des illusions infinies traînent sur le Net, des liens se tissent, des personnes se reconnaissent et agissent ensemble, à partir des blogs…
Tout d’un blog raconte cette expérience qui me renvoie aux questions des relations entre les espaces intimes et les espaces publics.
Et si notre surexposition sur le Net traduisait aussi une façon de résister à l’effacement des individus ? Le blog est une piste, une aventure, une position.

Nicole Versailles est romaniste de formation et animatrice d’ateliers d’écriture (dans le Réseau Kalame de la Communauté française de Belgique) Divers prix littéraires (poésie et nouvelles : la Fureur de lire, l’Eau Noire, Aubel)
Et depuis plus de trois ans… le blog Petites paroles inutiles sous le pseudo de Coumarine, blog lu et commenté assidûment.
Editions Couleur Livres, mars 2008

Comments Pas de commentaire »

A la suite du billet sur les jouets de mon enfance, j’ai pas mal repensé à cette époque et je me suis souvenu que, si j’aimais bien mes jouets, je passais surtout beaucoup de temps dans mes bouquins. La plupart était ceux de mon père que j’avais récupéré par la suite. Toute une petite bibliothèque composée de littérature jeunesse venue des collections « bibliothèque rose », « bibliothèque verte » et même « bibliothèque rouge et or ». Je les ai lus et relus pour la plupart pendant de longues journées couchée.

Eux aussi attendent ma propre descendance dans le grenier de mes grands parents pour retrouver une chambre d’enfant et un public averti.

J’ai essayé de me rappeler quels étaient mes livres préférés, et s’il y en a quatre à mettre en avant ce sont :

– Mes amis les loups

Farley Mowat, l’auteur de ce livre, se voit confier la mission d’observer les loups du Grand Nord canadien dans le but de prouver qu’ils sont à l’origine de la disparition des Caribous. Peu à peu son point de vue sur eux va changer…

L’Appel de la forêt

Admiré par tous et choyé par son maître, le chien Buck n’a vraiment pas de raison de se méfier des humains. Un homme va pourtant l’arracher à son foyer, un autre va lui enseigner la dure loi du plus fort. Devenu chien de traîneau, Buck découvre la violence, le goût du sang. Des rivalités déchirent la meute dont il fait maintenant partie. Alors que Buck s’éloigne de la civilisation, une voix venue de la forêt éveille dans sa mémoire l’appel de la nature, puissant, irrésistible…

Voyage au centre de la Terre

Dans la petite maison du vieux quartier de Hambourg où Axel, jeune homme assez timoré, travaille avec son oncle, l’irascible professeur Lidenbrock, géologue et minéralogiste, dont il aime la pupille, la charmante Graüben, l’ordre des choses est soudain bouleversé. Dans un vieux manuscrit, Lidenbrock trouve un cryptogramme : Arne Saknussemm, célèbre savant islandais du XVIe siècle, y révèle que par la cheminée du cratère du Sneffels, volcan éteint d’Islande, il a pénétré jusqu’au centre de la Terre ! Lidenbrock s’enflamme aussitôt et part avec Axel pour l’Islande où, accompagnés du guide Hans, aussi flegmatique que son maître est bouillant, ils s’engouffrent dans les mystérieuses profondeurs du volcan… En décrivant les prodigieuses aventures qui s’ensuivront, Jules Verne a peut-être atteint le sommet de son talent. La vigueur du récit, la parfaite maîtrise d’un art accordé à la puissance de l’imagination placent cet ouvrage au tout premier plan dans l’œuvre exceptionnelle du romancier.

Les malheurs de Sophie

Sophie est loin d’être la petite fille modèle que l’on attend, au contraire de ses amies Camille et Madeleine. Elle n’en fait qu’à sa tête et il s’y passe souvent de drôles de choses, au grand désespoir de tous. Elle coupe en morceaux les petits poissons de sa mère, manque de se brûler en pataugeant dans la chaux vive, fait souffrir le martyr à sa poupée de cire ou décide de se couper les sourcils pour devenir plus belle ! Bref, Sophie accumule les bêtises et fait preuve de bien vilains défauts, comme la gourmandise, la paresse ou encore le mensonge. Sa mère, inflexible et désireuse d’inculquer à sa fille les bases essentielles d’une bonne éducation, ne l’entend pas de cette oreille. Elle ne laissera rien passer et la pauvre Sophie devra maintes fois assumer les conséquences de ses actes en tentant d’en tirer une leçon, ce qui n’est pas souvent facile !

Force est de constaté que ce ne sont pas les livres les plus anciens de ma collection mais que des romans d’aventures et presque un peu fantastique. Pourtant j’avais plutot des livres avec des histoires contemporaines… Mais rien ne vaut de quoi rêver plus loin qu’un club des cinq :p

Comments 7 commentaires »

Il y a quelques mois je m’étais inscrite à l’opération masse critique de Babelio. Le principe est simple, on fait une sélection de 5 ouvrages et si on est tiré au sort on reçoit l’un de ces livres en service presse en s’engageant à faire une critique sur le blog.

A cette occasion j’ai été sélectionnée et j’ai reçu « le secret de Marthe Robin » de Jacques Ravanel aux Presses de la Renaissance.

Et bien, figurez vous que j’ai pas mal galèré pour le finir, et pourtant en règle générale j’arrive à m’intéresser à tout.

A vrai dire, je connaissais déjà le cas de Marthe Robin. Poly-handicapée, c’est une mystique chrétienne à l’origine des foyers de la charité et l’une des mystiques modernes les plus connues . Je la connaissais surtout pour avoir vécu une Passion à travers des maux physiques et sa vie spirituelle.

Le livre m’avait d’abord bien plu. La préface de mgr Marchand met bien en appétit. Seulement voila, cette même préface rend l’introduction de J. Ravanel redondante. Ensuite j’ai noté certains faits qui m’ont paru troublants. Ainsi page 27 on me dit qu’elle fait sa 1ère communion en 1912 à 10 ans puis sa confirmation à 9 ans en 1911. Ces sacrement se faisant normalement dans l’autre sens j’avais un peu de mal à suivre. Mais après vérification cela semble normal.

Mais pour le reste, la biographie reste sobre bien que peu « vivante ». On a un peu l’impression de lire des bulletins de santé mélangés à une biographie sommaire.

Ce n’est qu’en avançant, petit à petit, presque laborieusement pour qui ne veut pas trop détails sur la vie mais sur la spiritualité de Marthe, qu’on va avancer et trouver une dynamique nécessaire à susciter l’intéressement à sa Passion. le portait qu’il brosse de Marthe va vraiment prendre de l’intérêt après une soixantaine de pages grâce aux textes de la mystique. Et c’est ces récits de Passion (chapitre 3 et 4) et de sérénité de foi (chapitre 5) qui rendent toute l’importance de cette femme dans le livre. La partie de témoignage donnant des informations mais ne valant pas les chapitres 6 ou 7 qui tentent d’éclairer les textes laissés par Marthe.

Pour résumer, je dirais qu’il m’a fallut du temps pour entrer dans le récit, sans doute parce que la biographie et les témoignages ne prennent un intérêt « vibrant » que lorsqu’on entre dans la seconde partie de sa vie. Ce sont les textes sur la passion qui m’ont intéressé, sans doute parce que j’avais déjà lu les textes sur les rapports à Marie et à Jésus ailleurs. Mais cela permet peut être de donner à ce livre de l’intérêt aussi bien pour les croyants (par les derniers chapitres) que pour les non croyants qui souhaitent comprendre ce qu’on appelle la Passion.

Evidemment, pour qui n’a aucun intérêt à la Foi (qu’importe qu’elle soit chrétienne ou non), le livre n’aurait qu’un piètre message. Mais sans être croyante pratiquante, les expériences de mystique m’ont intéressée. Et même si je n’accroche pas à la « personnalité » de Marthe Robin, j’ai su exploiter quelque chose de ces 220 pages.

Comments Pas de commentaire »