Posts Tagged “sex-toys”

Donc hier, on s’est amusé à édicter les commandements de l’écologiste pratiquant les rapports sexuels engagés. Mais comme tout le monde n’a pas la fibre militante, voici une petite liste des produits actuellement sur le marché et visant à faciliter les bonnes actions écologiques sans trop révolutionner vos pratiques.

– Les préservatifs bio :
Oui ça existe. Faut dire qu’à la base les premiers condoms étaient fabriqués en boyau de cochon (glamour quand tu nous tiens…). Maintenant, pour satisfaire le consommateur adepte du bio (et vegan par dessus le marché), on vous propose du préservatif 100% caoutchouc traité avec des produits non nocifs. Le truc c’est que pour la peine les allergiques vont connaitre quelques chaleurs non désirées… mais les producteurs affirment que c’est du latex non allergène… (Recherchez la marque RSFU).

A défaut on peut aussi vous proposer les préservatifs bio-dégradable (oserai-je avouer qu’ils sont compostables* ?) comme on les trouve chez Escaboucle (qui les a fabriqués pour les campagne de la mairie de Paris notamment).

– Les lubrifiants bio :

Pour les lubrifiants il y a évidement des alternatives naturelles, toutefois j’ai beau m’échiner je dois vous avouer que je n’en ai pas trouvé de bio.
Du coup on trouve plutôt de la composition naturelle, avec principalement la marque Sylk (eau et composant naturel) car compatible avec tous les préservatifs

Mais pour ceux qui recherchent un lubrifiant plus « costaud », il y une autre marque alternative aux composants 100 % naturels : Bioglide avec une gamme plus étendue de produits.


– Les sex-toys :

Pour revenir au problème des sex-toys, si je vous parle de leur fabrication problématique c’est en parti à cause d’un rapport très alarmant de greenpeace quant aux composants.

Donc pour se faire du bien sans prendre de risque pour la planète, privilégier les joujoux en verre et pyrex.
Et puisque les piles sont polluantes (et leur recyclage une vaste fumisterie mensongère), mieux vaut prendre de sages et stoïques jouets.

D’ailleurs pour éviter d’utiliser des piles dans les vibros, il existe maintenant des vibros qui se rechargent sur secteur. Je ne suis pas convaincue qu’une batterie soit meilleure que des accus, mais il fallait le signaler pour les accros aux vibrations.
Enfin comme le sex-toyeur écolo est écologiste (oui, oui), il pensera à suivre la campagne anglo-saxonne de recyclage de sex toys pour laquelle on rend un vieux « rabbit » en échange d’un nouveau à moitié prix. Or, comme la moitié des acheteuses ont les yeux plus gros que le ventre, la campagne a fait beaucoup d’émules pour rendre l’imposant bestiau contre quelque chose de plus mesuré et plus écologique (moins gourmand en piles et sans mauvais composants chimiques).

Maintenant vous savez tout ^^

Mais si vous avez des choses à m’apprendre : je vous écoute !

* l’idée du préservatif compostable a donné lieu à beaucoup de jeux de mots pourris pendant la rédaction de cet article, notamment avec la perle de Donio : « Tu vois ce légume gamin ? Et bien quelque part c’est un peu ton petit frère »

Comments 3 commentaires »

Et si on parlais sexe ? Ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé sexe, non ? Mais cette fois ci on va parler sexualité à la mode « bio ». Parce que voyez vous, même au pays des labels écologiques on assume le port du préservatif, l’utilisation des lubrifiants et… des sex-toys. Donc « petite » revue de ce que j’ai vu et aperçu jusqu’alors.

Tout d’abord les commandements de l’écologiste qui fait l’amour écologiquement (ça c’est le concept) :

  • La  lumière éteinte tu garderas : oui, l’économie d’énergie peut justifier la perte d’un sens, sinon faut faire l’amour le jour 🙂
  • En couple fidèle tu pratiqueras : parce que bon, les préservatifs c’est du déchet en plus, donc au bout de 3 mois et avec confiance envers l’autre (si c’est possible) on va faire sa batterie de dépistages et si c’est bon on peut coïter sans condom. Il vous reste plus qu’à trouver un moyen de contraception pour ceux qui ont besoin
  • D’ailleurs si t’es écolo et contre la reproduction immédiate, en tant que femme, tu choisiras le stérilet pour éviter d’aller mettre de l’œstrogène partout de part le monde. C’est malheureux à dire, mais la contraception hormonale est l’un des facteurs chimique les plus polluants, source de stérilité chez l’homme et de mutation chez les animaux (ce n’est pas une blague, allez voir ce lien). Reste plus qu’à trouver un gynéco qui accepte de le poser (et là bon courage… hors planning familial c’est galère.)
  • Les excitants chimiques et les lubrifiants pétro-chimique tu éviteras. Quand on est écolo on ne sur-utilise pas des produits raffinés. Or, tous ces produits en contiennent beaucoup…
  • Enfin, le pratiquant sexuel écologique n’achètera pas de sex-toys en plastique ou à pile. Il faudra se retourner vers le verre ou céder aux sirènes des piles rechargeables. C’est peut-être triste, diront certains, mais ça fera travailler votre créativité (lâchez cet épis de maïs tout de suite, il y a des mineurs qui lisent ce blog !)

Ça c’était pour les commandements un peu rabat-joie. Demain on parlera  plus concret avec la présentation de produits qui permettent de faire quelques consensus dans une pratique sexuelle écologique (mais non dépourvue d’ustensiles)

La Suite

Comments Pas de commentaire »

Aujourd’hui, nouvelle chronique de ma part sur Save My Brain: “Les sex-toys” dans les chroniques ordinaire. avec une super illustration de Pulupulu .

Et comme d’habitude, c’est à lire sur le site pour profiter des illustrations et des commentaires

sex toys

En ces temps de Saint Valentin, le phénomène est de retour et frôle l’omniprésence dans les messages commerciaux à destination des jeunes femmes et de leurs amoureux. Car toi, humaine moderne et dynamique, tu te dois de n’avoir qu’une envie et un désir afin de t’épanouir : celui de te faire titiller par des engins électriques (ou non) dans les zones les plus érogènes de ton anatomie.

Et oui, les sex-toys reviennent vous hanter !

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE EN ENTIER

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Dernièrement il s’est passé chez moi une drôle de réunion où plusieurs blogueuses et copines étaient conviées.

Sur la table de salon attendaient plusieurs bols de cochonneries sucrées et des verres à cocktail où apparurent au fil de la soirée du vin pétillant à la fraise, des Bloody Mary, quelques Cosmo et d’étranges cocas plein d’édulcorants (voyez vous les filles ça boit du light).

Bien que le chat et le décolleté de Nama aient tout fait pour attirer l’attention de l’assemblée, nous n’avons eu d’yeux cette soirée là que pour des trucs comestibles, flexibles, parfumés, turgescents ou vibrants.

Car le thème (et le but) de la soirée était de faire connaissance avec un panaché de sex-toys spécialement amenés par une hôtesse démonstratrice. Comme toutes les filles sont un peu gouinasses, on a toutes joué en même temps avec les trucs et les bidules. En plus, comme toutes les filles sont des langues de vipère, on s’est toutes plus ou moins moquées de l’hôtesse qui a eu la mauvaise idée de dire « cosmétable » au lieu de dire « comestible ». Et puis comme toutes les filles on est des copines on a amplement débordé de la démonstration pour blablater sur les chaussures, nos copains, nos vies et le monde en général.

Bref, ce fut une chouette soirée bien déconnante que même le chat il a fini par jouer avec nous :

Et puis en fait Nama elle raconte vachement mieux que moi la soirée avec les débuts tout sages, la suite moins sage, et la suite qui est à suivre.

Par contre avant de vous laisser je tiens à tout prix à vous montrer l’objet qui m’a choqué, moi, qui ne suis pourtant pas née de la dernière pluie ! Pour ce faire (et épargner les yeux des lecteurs innocents) je vous suggère de cliquer sur le lien. Personnellement ça m’évoque une innocente tototte de bébé revue par une bande de designeurs pervers adeptes de hentaï avec monstres tentaculaires. Beurk ! Et ils osent appeller ça « pistil d’amour » !

Comments 4 commentaires »