Posts Tagged “tradition”

A nouvelle année nouveaux souhaits de bonne année.
Et force m’est de constater que d’année en année les textos se multiplient, les emails affluents et les messages Facebook se démultiplient.

Mais qu’en est-il de la vraie tradition des vœux de nouvelle année?
Celle qui nous faisait souhaiter la joie, la santé, la prospérité en y mettant un bout de cœur et un souhait à proprement parlé ?

Les gens y pensent-ils lorsqu’ils textotent des messages standard à tout leur répertoire ?
Le souhaitent-ils vraiment lorsqu’ils lancent un « bonne année » à leurs collègues ou leurs contacts professionnels ?

Qui se donne encore la peine d’écrire une carte de vœux en y rédigeant de vrais souhaits ?

voeux

Je me sais très vielle France lorsque je récrimine à ce propos, mais les faits sont là …
Où est passé le fond et la forme des vœux de bonnes années ?

 

J’envie nos voisins anglais qui font perdurer cette jolie tradition des cartes de vœux, et je m’applique chaque année à envoyer des cartes en étant  sincère dans les vœux qui y sont prononcés.

Pourtant, j’en envois de moins en moins.
Car  … que valent des vœux qui ne sont pas salués en retour ?

voeux2
A force d’envoyer des cartes sans réponse pendant 1,2, 3 voir 4 ans, j’ai fini par ne plus écrire à ceux qui ne donnent pas signe de vie en retour.
C’est bien triste, mais les vœux de la nouvelle année sont aussi une excuse pour reprendre contact avec ceux qui s’éloignent.
Si ceux-ci ne souhaitent pas faire l’effort de saisir cette occasion …

…il faut peut-être garder ses vœux pour soit.
Non ?

Comments 6 commentaires »

Lorsque nous étions à Malaga, nous avons séjourné chez l’habitant. Une façon économique mais surtout bucolique de découvrir la région et ses habitudes de vie.

Or, en même temps que nous prenions gout à la vie « à l’espagnole », aux petits déjeuner andalous et aux goûters aux churros, nous avons découvert une tradition 100% malaguène : la Biznaga !

La biznaga est un art populaire auquel s’adonnent les malaguènes pour profiter, le soir venu, d’une composition florale qui libère les arômes puissants et délicats de la fleur de jasmin.

 

L’après-midi il faut ainsi chercher une fleur sèche d’Armazon (en espagnol dans le texte). Il s’agit d’une plante séchée dont la tige se termine en « hérisson » de petites tiges droites et sèches (en voici une en photo).

Une fois ceci fait, il suffit de cueillir des boutons de jasmin sur le point d’éclore (lorsque la couleur rosée disparaît au profit du blanc) et de les piquer sur les tiges de l’Armazon.
A raison de 30 à 50 fleurs de jasmin cela va donner ceci :

biznaga de malaga 1 C’est beau, hein ?

 

Puis, il faudra piquer la Biznaga dans vos cheveux ou dans un pot de terre à la maison, et attendre le soir.
Lorsque la nuit tombe, les fleurs de Jasmin vont s’ouvrir et prendre la forme d’un bouquet de Jasmin absolument magnifique :
biznaga de malaga 2

Vous n’imaginez pas à quel point ça sent bon !

Mais outre l’aspect esthétique, la Biznaga libère surtout le parfum entêtant du jasmin blanc qui repoussera les moustiques (et attirera les amoureux) !

Si vous lisez l’espagnol et si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à découvrir le site Biznagas malaguenas

Comments Pas de commentaire »