Posts Tagged “vie”

En règle générale il y a plein de choses qui se passent pour moi au printemps. Faut pas chercher, c’est ma saison. Mais du coup, quand arrive le mois d’avril, j’ai plein de mini-dates anniversaires qui me font devenir mièvre et contemplative.

Du genre :

– ça fait un an que je vis dans ma nouvelle maison. Un an d’achat mobiliers, d’ajustements décoratif, de mises au point techniques et de plus ou moins gros travaux. Aujourd’hui je suis ravie de voir que je m’y sens si bien et que cet appart me plait autant qu’il plait à monsieur. C’est la première fois depuis 5 ans je ne déménage pas cette année ^^

– ça fait un an que j’ai quitté mon ancien job (et que je pointe au chômage, malgré ma micro-entreprise). Et vous savez quoi ? Je n’ai aucun regret. C’est loin d’être facile tous les jours, il y a des matins où j’hésite à prendre le premier job venu. Mais cet été les choses devraient avoir changé,  et je n’en apprécierai que plus cette étrange situation !

ça fait deux ans que j’ai quitté la province pour m’installer à Paris avec le chéri.  J’y ai laissé ma seule année de vie en célibataire, et les ruines d’une ancienne vie qu’il m’a fallu digérer durant deux ans. Mais je n’ai toujours aucun regret.

– ça fera bientôt deux ans que je tiens un blog féminin et j’hallucine aujourd’hui devant tous les bienfaits que cela m’apporte. Moi, le garçon manqué qui ne se maquille pas et qui pense à peine à démêler sa tignasse, ai non seulement appris beaucoup (faire la part des choses entre autres,) mais  je constate surtout que l’application, le travail et la sincérité payent encore.

– ça fait trois ans que je suis avec mon chéri, et bien que j’ai dû traverser 10 mois absolument horribles avant de le rencontrer, je  recommencerais  si je devais en passer par là. L’année prochaine il m’emmène chez monsieur le maire et c’est sans aucune hésitation que j’y répondrai oui 😉

Et cette année il se passe quoi alors ?

Et bien rien. Cette année est la première que je passe vraiment au calme, sans gros projet en gestation, avec l’unique but de profiter de ce que j’ai et de travailler pour améliorer ce qu’il faut encore améliorer.


Comments 4 commentaires »

Ouvrir les yeux au son du réveil et ne rien voir dans la pièce encore obscure. Retirer la couette et sentir sa peau saisie par l’air frais. Aller à la fenêtre et ouvrir les rideaux sur une pénombre égayée de quelques fenêtres qui s’allument les unes après les autres.

Tressaillir au contact du carrelage froid et allumer la cafetière. Préparer le petit déjeuner après avoir retrouvé des pantoufles et attendre que le café finisse de couler en observant les gens des autres immeubles faire les mêmes gestes.

Boire avec délice le liquide chaud et rassérénant en observant la pénombre extérieur se teinter d’un  bleu/gris annonciateur de l’aube. Faire une bise au chéri qui s’en va travailler avec force pulls, manteau et écharpes.

Allumer l’ordinateur et filer à la cuisine pour regarder le soleil apparaître dans le reflet des immeubles qui sont sur la colline.

J’aime les saisons froides, mais plus que tout :

J’aime voir l’automne et l’hiver s’installer et encotonner nos habitudes.

Comments 7 commentaires »

Septembre dernier

En sortant d’un resto avec des anciennes copines de promo je marche en direction de chez moi. Tout d’un coup c’est la simple douleur d’une ampoule naissante qui va me faire embrasser du regard la scène ou j’évolue. En petite robe noire , installée sur d’adorables richelieu à talons, un sac sous le bras j’évolue sur un trottoir éclairé en lumière tamisée avec le Louvre et ses colonnes en toile de fond. Il ne fait ni trop chaud, ni trop froid. L’instant se fige comme sous l’influence des reflex des japonaises gloussantes que je croise.

C’est là que je prend la mesure de ce que je suis, que j’épouse ce que que je ressens en ayant définitivement terminé ma vie de jeune fille et que le toc-toc de mes talons m’annonce joyeusement que je suis une jeune femme épanouie.

Comments 3 commentaires »

Tous les jours en partant au boulot je descends prendre le métro avec mon chéri. Passé le guichet de la ratp on se sépare d’un bisou pour chacun prendre son quai en regardant qui aura son métro en premier. S’ensuivent 20 minutes de métro alternant voie aérienne (splendide vue parisienne) et souterrains sombres et graffés. Puis c’est l’arrivée et les dix petites minutes de marche matinale où je tourne autour d’un des plus beaux quartiers de Paris.

Et que vois-je avec la levée du jour ?

Une belle crèche à l’ancienne publicité très colorée :

Des petites rues bucoliques qui me font revivre en province :

Et enfin la vitrine poétique d’une charcuterie dont le message m’enchante chaque jour :

Avouez qu’il y en a qui ont de la chance 😀

Comments 7 commentaires »