Qui est Mlle Gima ?

*Qui est Gima?

Née en 82, dotée de deux chromosomes X et héritant d’un patchwork génétique 3/4 alsacien  et 1/4 savoyarde, MlleGima est une femme à l’héritage familial savamment dosé.

’ai habité successivement à Strasbourg (67), Amberieu en Bugey (01), Echouboulains (77), Lyon (69), Montbonnot St Martin (38), Etampes (91), Villeneuve le Roi (94), La Tronche (38), Grenoble (38), Paris (75) et désormais Saint Mandé, j’en ai gardé un gout pour le voyage, les découvertes mais aussi les remises en question lorsque c’est nécessaire.

D’un point de vue « formation », après un bac littéraire et un DEUG d’histoire de l’art j’ai poussé sur une licence et une maitrise en archéologie. Parce que ça me plaisait et parce que je m’en suis données les moyens. D’autre part professionnellement j’ai abandonné l’archéologie pour la Réunion des Musées Nationaux puis la carrière de libraire. En 2009 j’ai créé ma propre entreprise de consultance, créa et rédactionnel web que j’exerce à temps partiel. J’ai aussi organisés certains événements culturels en rapport avec le livre et m’oriente actuellement vers un emplois complémentaire dans la culture.

Je suis à la recherche d’un poste [voir mon CV]

*Pourquoi blogues-t-elle?
Je blog depuis 2003. Alors que ma vie n’a rien de transcendant, que je ne suis pas une personnalité reconnue, et que ma plume n’est pas extraordinaire.

J’ai commencé le blog pour voir « à quoi ça sert », j’en suis devenue très dépendante et m’en suis détachée. Aujourd’hui j’y suis encore très attachée bien qu’ayant rééquilibrer mes rapports avec ce mode de communication. Le blog est avant tout une question de passion, de curiosité et d’envie de partager.

Comment se fait il que je continu à écrire, à raconter des choses qui n’intéressent par définition que moi ou la quelque dizaine de personnes que je connais et qui passe par là? Je me pause la question depuis le début de ces journaux virtuels, sans avoir réellement une réponse juste et honnête.
Bien sur il y a le plaisir de parler de soi (ça c’est ce qu’on ne souhaite jamais avouer et que j’admets pourtant en premier). Ensuite il y a l’envie de partager voir d’exhiber ce dont on est fier (photos, récits, réflexions personnelles). Derrière il y a aussi l’exercice de style car pour rester compréhensible il faut faire l’effort de structurer sa penser et travailler son écriture. Qui plus est, l’obligation d’une note par jour créée une petite discipline journalière loin d’être un fardeau. Enfin le blog donne un exutoire à ma curiosité et à l’amas de textes qu’elle engendre.

Tenir un blog c’est donc: 1/ le plaisir d’écrire 2/ le plaisir de montrer 3/ le plaisir de partager 4/ le plaisir de recevoir 5/ le plaisir d’un exercice quotidien et satisfaisant sur la longueur.

(Mars 2008)

*Que fait Gima quand elles ne blog pas?

Elle papote autour d’un café (noir allongé), elle lis, elle se promène et elle voyage.


*Portrait d’impressions, pour finir*

J’aime le vert, les bulles, les nuages, les sorcières de cuisine, la cuisine justement, les cocktails, la lecture, geeker, la Bd, le fantastique, Klimt, les cappuccino chimiques, les lames de tarot, la montagne, le bois, “la jeune chouette” de Pompon, les visages de Brancusi, les plantes aromatiques, les gâteaux à la figues, les yogourt aux pruneaux, prendre un café avec des copines, voyager, les contes, le régionalisme, les macarons, les fleurs fraîches, la mozzarella, le café pris sur une terrasse champêtre tôt le matin, le pied qui s’enfoncent dans le sable, le champagne, le jazz, la surface d’un lac de montagne, la volupté d’une couette où l’on se love, la randonnée, un Irish-coffee pris en bonne compagnie, une bonne virée shopping, un nouveau tampon sur une page du passeport, un feu de cheminé dans un gîte de campagne, un cahier neuf aux pages encore blanche, etc…

Pour plus d’information vous pouvez aussi découvrir mes diverses interviews.

[Dernière mise à jour: le 23 janvier 2010]

Les commentaires ne sont plus admis.