Archives pour la catégorie “Archives 2003”

Rêve, symbolisme et implications.

Bizarre, j’ai rêvé de Yule cette nuit. Mai le rêve n’a presque rien apporté qui n’ait été présent au cours de la célébration…

On sortait de la gâtine, on marchait jusqu’à la forêt. Là on installait le matériel et on commençait, sous la neige, dans le froid. Les paroles étaient entrecoupées de rafale de neige et des sourires amusés survenaient à chaque extinction d’une bougie. Puis il y a eu le discours sur les implications de Yule et celui-ci était totalement différent de celui qu’a prononcé D.

Dans le rêve c’était une voix sans age, sans timbre féminin ou masculin. Elle se contentait de présenter Yule comme un passage entre une zone sombre et une zone éclairée, un moment où ce qui était au-dedans allait passer au dehors, où ce qu’on a compris doit être expérimenté.

Ce discours, aussi simple qu’il pouvait être a pourtant eu un impact très fort dans le rêve. Je me rappel qu’à ce moment il n’y avait plus de sensation de froids ou d’humidité. Seul étaient là les mots, comme si tout le rêves n’était que ces mots…

Evidement je pense savoir a quoi font échos ses mots mais… est ce bien le moment ?

En tout cas une fois ce discours terminé le rêve a repris le cours de la réalité à la précision que chaque acte prenait un symbolisme bien plus fort qu’il n’avait été ressenti au cours de la cérémonie. Les bougies qui ne s’éteignent plus a partir du moment où la bougie solaire a été allumé, la rafale de neige qui nous caresse le visage une fois que les vœux sont consumé, le partage des aliments, etc.….

Comme s’il avait fallut que mon rêve réinterprète ce rituel pour que je prenne pleinement conscience de ce qui c’était passé au fond des choses…

Comments Pas de commentaire »

Coincidence?

Voici un texte trouvé dans une église pour le temps de l’Avent, bizarrement il rappel une autre tradition et j’en viens même à l’apprécier !

Laudes des quatre-temps d’hiver

Dans le froid montant.

Dans la croissance des nuits.

Dans la nudité du paysage.

Les jardins et les bois sont comme morts

Tandis que tout dort

La naissance du Christ se prépare.

Comme germe la graine dans le secret profond de la terre,

Comme cachée avance la sève

Le ventre de Marie prépare un fruit,

Un fils, notre frère selon la chair.

Comments Pas de commentaire »

Yulement votre…

Je vous souhaite un heureux Yule en espérant que le votre ait été aussi merveilleux que le mien.

La lumière revient par l’enfant, l’avenir reprend ses droits et sort de l’ombre, la roue a tournée à nous de la suivre!

Comments Pas de commentaire »

Message personnel

Bon…

On va faire vite, clair, et simple. Pas envie de me prendre la tête ou de perdre du temps.

Je n’ai pas envie de jouer à effacer vos messages, de vous répondre et encore moins de changer de blog.

On a été amis, y a eu des problèmes, on en a discuté et on ne s’est pas compris. Vous dites vous-même qu’on ne se comprendra pas et de tout façon on ne se reverra pas.

Alors maintenant puisque c’est ce que vous voulez : chacun sa route. Mais vous serez gentils de me lâcher.

Merci !

Comments Pas de commentaire »

Dans ma bulle…

Une bulle d’air pure

Une bulle d’air sûre.

Un chez soit particulier

Où tout est bien policé.

Un espace parfaitement privé

Où tout est bien agencé.

Une belle petite bulle d’air pure

Où respirer est parfaitement sûr…

[A chantonner sur un air enfantin…]

Comments Pas de commentaire »

Premiére neige

Les premiers flocons sont encore loin de nous mais l’hiver a déjà fait les premiers pas.

Le froid enserre nos êtres tout comme il prend nos cœurs. Le gel saisit l’entendement et rosi nos joues. La chaleur s’enferme et les sentiments de même.

Pourtant le froid n’est pas stérile : il renferme et laisse place à l’intérieure. C’est le temps qui resserre sur soit même. Et ce froid, ce vide, laisse du large autour de nous, il laisse place a nos malheur et en même temps anesthésie la douleur.

Prendre le froid comme on prend le soleil,

Un besoin différent mais un bienfait pareil.

Comments Pas de commentaire »

Poeme de Labmich

Glace

J’ai laissé fondre ma glace
Forte de mes plaies béantes
J’ai laissé les autres m’approcher
Voir et toucher
Ressentir la joie sauvage
Que cause la douleur d’autrui
Connaître le bonheur de l’impunité

J’ai laissé fondre ma glace
Je patauge dans une mare informe
Qui s’est mise à bouillonner
La douleur qui jaillit
En un geyser démonté
Éclabousse tout,
Surtout le beau

J’ai laissé fondre ma glace
Comme un serpent se débarrasse
De ses écailles
Et dans l’entre temps,
De ce qui n’est plus et ce qui viendra
Je m’allonge et prend de l’espace
Comme un serpent
Entre le vieux et le neuf
J’ai mal à ma peau

Comments Pas de commentaire »