Archives pour la catégorie “Evenements”

Les plus anciens se rappelleront peut-être un billet datant de 2008 et que j’avais tout simplement appelé « Mon train et moi ». Car les trains en France, je les connais un peu comme ma poche.

Avec mes multiples déménagements, mes copains éclatés aux quatre coins du pays et mon chéri qui a vécu à 600 kilomètres pendant un an, j’avais l’habitude de dire: « le TGV c’est une extension de mon salon ».
Il faut dire je le prenais au minimum tous les 15 jours et toujours à la même place ! J’avais MA place et mes petites habitudes…
Et je n’ose même pas imaginer ce que ressentent les gens ayant un abonnement grand voyageur ! A prendre le TGV 2 à 8 fois par semaine, ce train devient une pièce de leur vie. D’ailleurs, à l’époque où j’étais étudiante, je prenais le train tous les jours aux mêmes horaires et les habitués des wagons ont vite fait de vous renforcer dans cette routine habituelle qui fait de CE train, VOTRE train !


A l’heure où le TGV fête ses 30 ans, l’attachée de presse à qui je racontais cette partie de ma vie m’a parlé des célébrations de cet anniversaire et m’a proposé d’interviewer Michèle Laroque, marraine des 30 ans du TGV à l’occasion du passage de la tournée TGV à Marseille.
Être marraine d’un anniversaire de train, quelle drôle d’idée….
On a donc pris rendez-vous à Marseille, lors d’une étape du TGV anniversaire, pour une interview qui s’est faite en toute simplicité et qui a permis de poser de drôles de questions.

Mlle Gima : Ma question va vous paraitre sans doute bizarre mais … quand on est comédienne … comment se retrouve-t-on marraine d’un train ?

Michèle Laroque:
En fait je n’ai pas postulé. C’est une agence qui me croisait souvent dans le TGV au cours des tournées des enfoirés qui y a pensé et m’a proposé de devenir la marraine de cet anniversaire. J’ai tout de suite trouvé ça génial car je connais bien le TGV puisque je le prends très souvent pour les déplacements professionnels ou personnels. Le TGV c’est tout un symbole et ça a changé la vie de beaucoup de monde!

Mlle Gima : Et en dehors de l’anniversaire du Train à Grande Vitesse, vous n’auriez pas préféré être la marraine d’un train vapeur, ou d’un corail ? D’un transilien peut être ?
En fait, pourquoi le TGV et pas un autre train? Qu’est-ce qui fait qu’il se distingue de tous les autres ?

Michèle Laroque :
Le TGV c’est quelque chose qui change le voyage ; en dehors de la vitesse de ce train c’est surtout qu’on peut tout y faire et tout y vivre. C’est confortable et rapide, on est à quelques heures de toutes les villes de France.
Mais plus que tout le TGV ça change la façon de voyager, c’est beaucoup plus libre qu’avec un voyage en avion où l’on doit se rendre à l’aéroport, attendre, passer des portiques de sécurité. Là on arrive et on s’installe.
Le TGV ça peut devenir comme son propre salon, on peut y travailler ou discuter entre amis. On s’y installe en famille et on peut tout y faire. Regarder un film, travailler, se reposer ou regarder les gens autour de soi. C’est pour ça que c’est super confortable, le TGV c’est un lieu de vie en plus d’un mode de transport.
Ce que j’aime c’est aussi la sensation de voyager à notre échelle. On n’est pas fatigué quand on voyage en TGV, et pourtant on sent et on voit vraiment que l’on voyage.

Mlle Gima : Et du coup si on devait changer ou améliorer quelque chose dans ce train, ce serait quoi ?

Michèle Laroque :
[silence concentré] Honnêtement je ne sais pas. Les fumeurs réclameraient surement un wagon fumeur mais je n’y pense pas. Evidemment on pourrait avoir le service repas à notre place mais je ne suis pas sûre.
Je n’ai que de très bons souvenirs du TGV donc je ne vois pas ce qu’on pourrait améliorer en plus à part la desserte d’encore plus de villes en France. Peut-être mettre du Wifi sur toutes les lignes TGV ? (ndlr : ce qui est actuellement en test sur la ligne Paris-Strasbourg)

Mlle Gima : Une dernière chose encore. Il y a deux ans j’ai été en Corée et là-bas ils ont le KTX, le petit frère du TGV qui a été adapté pour ce pays. Mais me croiriez-vous si je vous disais qu’avant de démarrer il y a un clip télé qui est diffusé avec des consignes de sécurité et un dessin animé expliquant au enfant ce qu’est ce train et comment se comporter dedans ?
D’ailleurs, il y a même des peluches à l’effigie du KTX ?
En tant que marraine vous ne voulez pas faire pression pour avoir une mascotte et des peluches TGV  ?

Michèle Laroque: [Rire] Je ne crois pas que ce soit la peine, ici le TGV existe depuis longtemps et il fait partie de la vie des gens. C’est un objet exceptionnel, mais il s’est institué auprès des Français. Si on le retirait on se rendrait vite compte de tous les services qu’il nous rend.
Le TGV n’a que 30 ans mais c’est assez long pour qu’il ait été entièrement adopté par les gens et qu’il appartienne à leur vie comme un objet « normal ». Pas besoin de lui faire une mascotte, le TGV appartient déjà à tout le monde.



(et on se retrouve lundi pour un concours autour du TGV)

Comments Un commentaire »

Ce soir je pars me promener pendant 48 heures sur la péninsule bretonne, pour le « boulot » s’il vous plait. Et même si je m’en réjouis, je ne peux pas m’empêcher d’avoir un regret tenace : je loupe la boum de l’année ^^

Et oui, la grosse soirée We Are The 90’s, c’est ce soir à l’Elysée Montmartre, et du coup je loupe cette plongée dans mon adolescence, ses looks fluo et sa musique désormais culte/nostalgique.

Si vous avez le temps allez y pour moi

(plus d’infos sur le groupe Facebook)

Comments 4 commentaires »

Il y a de ça quelques semaines, je me suis adonnée à l’un des sports préférés de la population féminine : faire les magasins de décoration. Ayant rendu hommage au célèbre suédois la semaine précédente, ce fut une petit visite chez Alinéa qui était au programme. Pour ne pas bouder notre plaisir, on est d’ailleurs  allé au centre commercial Domus (près de Rosny) où les 3 étages sont entièrement dédiés à la déco et l’aménagement. Un petit après midi délicieux donc.

Or, voilà que le centre se lance dans les expositions culturelles. En entrant on est en effet tombés nez à nez avec une étrange installation, sorte de cascade de chaises qui dégoulinait du plafond au rez de chaussé sur près de 10m2.

Niveau installation, l’idée est bien pensée, et coté commercial la lisibilité de ce « catalogue de chaise » est aussi à reconnaitre. La composition est ainsi restée accrochée du 16 mai au 26 juin.

Mais le plus intéressant dans l’expo restait encore l’affiche :

Car oui cette femme nue est extrêmement intéressante !

En ne considérant que l’affiche, on ne peut que se demander quel est le sujet de l’expo. L’idée qu’il ne puisse y avoir que des chaises ne vient pas à l’esprit. C’est avant tout la chair qui interpelle et rend le jeu du titre intéressant. Or, lorsqu’on découvre l’installation de chaises, on saisit le second aspect de ce jeu de mots et d’images.

Plus que l’installation, c’est la réussite de l’affiche et  de son concept que j’avais envie de partager, car il est assez rare d’avoir un affichage aussi pertinent et fin. Chapeau sur ce coup ci !

Infos disponibles [ici]

Comments 5 commentaires »

Comme annoncé dans un épisode précédent je suis donc jury au festival Paris Cinéma 2009. Plus exactement j’exerce mes merveilleux talents critiques dans la catégorie des courts métrages pour décerner le « prix émotion ».

Sous la direction de Lola Dewaere, présidente du jury Kookaï, nous sommes quelques blogueuses à assister à toutes les projections des courts métrages et nous délibèrerons ce samedi pour décerner notre préférence à l’un des film en sélection. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’on a une sélection très très très hétéroclite. Ce qui ne nous simplifie pas forcément la tâche, mais enrichit considérablement l’intérêt de cette compétition.

Mais d’abord c’est quoi le festival Paris Cinéma ?

Dépêchez vous car c’est à Paris jusqu’au 14 juillet. A cette occasion les films de la sélection sont à 5 euros la séance et 25 euros le pass. Les projections  ont lieu dans une quinzaine de cinémas parisiens et elles regorgent d’invités acteurs ou réalisateurs. (Le passage de Johnny Depp c’était ça !)

Tout le programme et les explications sont présentées en ligne sur www.pariscinema.org.

Le Jury Kookaï au festival Paris Cinéma il fait quoi ?

D’abord il fait son boulot (oui on se prend au sérieux, blogueuses que nous sommes). Donc on regarde toutes les projections qui nous concernent (plus de 5 heures) et on délibèrera samedi après midi. Il y a  aussi une partie « making off » du prix Kookaï avec interviews, mais ça on aura l’occasion d’en reparler.

Ensuite il « parade« . L’ouverture du festival : on y était. Le cocktail organisé à la mairie de Paris : on y était. La clôture de lundi : on y sera. La fête de clôture au 104 : on y sera (enfin si on tient jusqu’à là). Et pour que ce soit vraiment sympa je twitte l’intégralité de cette petite expérience en utilisant le tag #pariscinema (j’ai par contre oublié de l’utiliser sur l’ouverture et le cocktail :-/ )

Jolie mise en lumière des salons de l'hôtel de Ville lors du cocktail d'ouverture du festival

Enfin il profite. Bah oui soyons honnête, c’est une expérience qui ne se présente pas tous les jours. Le badge jury c’est un max de projections, des découvertes, des avant premières et même des entretiens avec les « gens du Cinéma ». C’est aussi accès au bar VIP et aux cocktails. Je suis juste embêtée qu’on n’ai pas popcorn illimité (ça fait pas pro qu’ils disent)

Et pour les films alors ?

Et bien pour l’instant c’est « motus » car devoir de réserve. Je ne pourrai vous raconter tout ça qu’une fois le prix officiellement décerné. Et croyez moi c’est souvent frustrant, donc un peu de patience je vous raconterai mes coups de cœur, mes repérages, mon admiration, etc,  la semaine prochaine 😉

Mais en attendant n’hésitez pas à aller profiter des projections !

Comments Un commentaire »

Et c’est reparti, comme chaque année depuis 30 ans  la firme Ben et Jerry’s célèbre son anniversaire en offrant gratuitement des pots de dégustation dans ses enseignes participantes. Oh bien sûr, l’absence d’un soleil radieux gâche parfois un peu l’évènement, mais hors de question de s’en passer.

Et contrairement à ce qui se dit, c’est bel et bien illimité. Tant qu’on refait la queue pour avoir un autre pot ce n’est pas un souci ! Toutefois toutes les adresses ne participent pas. Pour profiter de cet immense avantage il faut se rendre le 21 avril de 13h à 19h dans ces boutiques :

À Paris / R.P.

À Lyon

À Bordeaux

À Strasbourg

  • Bretzel Burgard
    7 place Kléber
    67000 Strasbourg – plan d’accès
  • Centre commercial Rivétoile
    67000 Strasbourg
  • 1 avenue de l’Europe
    67300 Schiltigheim

Profitez en pour gouter les parfums que vous ne connaissez pas encore. Personnellement je ne suis guère fan de la Chunky Mokey, mais j’adooooooore la cookie dough. La dégustation anniversaire me permet de gouter tout ce que je ne connais pas pour mieux acheter les pots que je mange tranquillement chez moi :p.

Et cette année il y a un camion Ben&Jerry qui circule et distribue des glaces gratuitement, avis aux amateurs donc :

Comments 3 commentaires »

Rappelez vous l’année dernier je vous avais déjà présenté le principe de la journée du macaron et je vous avais même expliquer que cette gourmandise avait failli me perdre… Et bien cette année rebelotte: pas pour rater son train à cause d’une boite de macaron, mais pour une journée spéciale où le macaron sert de support à une bonne action.

Le 20 mars en vous rendant chez les pâtissiers participants vous pouvez vous acquittez de 1€ reversé à la recherche pour les maladies orphelines et vous voir octroyer en échange un macaron à la recette exclusive.

A Paris les pâtissiers participants sont:

  • Laurent Duchêne
    2, rue Wurtz – 13e ardt- Tel : 01 45 65 00 77
  • Pierre Hermé
    72, rue Bonaparte – 6e ardt – Tel : 01 43 54 47 77
    185, rue de Vaugirard – 15e ardt – Tel : 01 47 83 89 96
  • Jean-Paul Hévin
    23 bis, av de la Motte Picquet – 7e ardt – Tel : 01 45 51 77 48
    231, rue St Honoré – 1er ardt – Tel : 01 55 35 35 96
  • Arnaud Larher
    53, rue Caulaincourt – 18e ardt – Tel : 01 42 57 68 08

A noté, comme chaque année Pierre Hermé ne fait pas les choses à moitié et se permettra d’offrir des macarons à déguster et dédicaceras dans sa boutique des Champs.

Quant au reste de la France (parceque oui, je sais, le monde ne s’arrete pas à la forntiere du périphérique) vous trouverez la liste des participants sur le site annuaire des relais desserts.

Comments Pas de commentaire »

Après avoir fait un tour au salon lors de l’inauguration je retourne y preter mes bras ce samedi après midi. C’est l’occasion pour moi de vous faire part de mes petits coup de coeur sur place.

Tout d’abord au premier étage, sur un stand régional j’ai découverts les éditions chocolat jeunesse et leur album absolument génial « Mademoiselle Bizarre » de Raphael Baud et Sophie de la Villefromoit.

Sarah n’est pas une petite fille trés appréciée. Ses droles de vétements, ses animaux étonnants, son allure étrange lui ont valu le surnom de mademoiselle Bizarre. Son jeune voisin Hector, curieux et téméraire, ose un beau jour se glisser chez elle et son père, un peintre truculent et fantasque. Il découvre alors qu’elle partage avec lui un talent magique, celui de rendre réelle toute chose qu’il peint. Mettront-ils leur don incroyable au service de la population, menacés par une tornade qui s’avance sur la ville ? Dans une atmosphère sombre, magique et intemporelle, Mademoiselle Bizarre associe avec humour le fantastique et l’effrayant. L’univers magique, sombre et drole de Mademoiselle Bizarre l’inscrit dans le courant de ces oeuvres qui nous font délicieusement frémir, dont Harry Potter ou Tim Burton sont les prestigieux ambassadeurs.

Au rez de chaussé c’est les éditions Courtes et Longues qui m’ont amusé avec la première page de l’album « Comment les vaches font elles pour vendre leur lait » de Nathalie Magnien. Dommage que le reste de l’album ne suive pas cette excellente mise en bouche.

Autre album repéré sur le stand: « Les noces de messire chat » dont les illustrations m’évoquent Chagal avec plaisir.

Les Noces de Messire Chat, c’est l’histoire d’un beau matou transporté de bonheur à l’idée d’épouser une ravissante chatte blanche. Mais, tout à sa rêverie, il bascule et chute de six étages. Les souris célèbrent déjà la disparition de l’ennemi, mais c’est oublier qu’un chat a 7 vies…

Petite surprise hasardeuse du salon ce sont les éditions Vertige Graphique qui ont ré-édités « Le char de l’état derape sur le sentier de la guerre« . Pas très jeunesse vous me direz comme ouvrage, mais à discuter ré-éditions avec l’équipe du stand on découvre que c’est à Mr F’murr lui même que l’on parle et on repart tremblante d’emotion avec une dédicace de l’auteur! Rien que pour ça ça valait le déplacement!

Bref, n’hésitez pas à aller vous promener par là bas, l’entrée est à 4 € et si vous passez samedi après midi je suis sur le stand Usborne (E32)  à me faire « amicalement » exploitée par des copines.

Les expos toutefois sont très simplette à mon goût, de la part du salon de la litterature jeunesse je m’attendais à mieux.

Comments Un commentaire »