Archives pour la catégorie “:: Internet ::”

Il était une fois… un temps où tout le monde n’avait pas de smartphone, où les appareils photos n’étaient pas numériques et où la géolocalisation s’entendait sans triangulation GPS. Ce temps était celui des voyages sans Facebook, sans applications mobiles et sans… Instagram !

Un truc un peu fou en somme, non ? 😀

1day1travel le tag instagram Parce que j’aime me rappeler des belles choses, je scrolle souvent l’historique des mes réseaux sociaux pour redécouvrir, à la façon d’un livre photo, ce que j’ai vu ou fait par le passé. C’est une façon un peu étrange de perdre son temps, mais une perte de temps qui ne manque pas de poésie puisqu’on se (re)découvre  à la façon d’un étranger. ( Car même sur une année, on redécouvre souvent des faits que l’on a oublié depuis, ou dont on a reconstruit le souvenir autrement ! ) Et parmi tous les outils que l’on a sur nos réseaux sociaux, il y en a un que j’aime particulièrement : la mappemonde d’Instagram ! A chaque fois que je suis coincée dans un aéroport ou une gare, j’ai le réflexe d’aller me promener dans cette carte interactive pour me rappeler des voyages que j’ai pu faire de par le monde. Or… cette carte est rudement incomplète !

carte instagram mllegimaMappemonde Instagram de MlleGima

  J’ai beau m’être inscrite sur Instagram en 2012, l’application est trop récente pour que j’y aie partagé mes plus beaux voyages. Or, quand je navigue dans les photos géolocalisées à New York ou au Japon,  je renoue avec les émotions et les souvenirs attachés à chaque lieu épinglé sur Instagram lors de mes voyages. Du coup, c’est particulièrement frustrant de ne pas voir ma carte du monde plus couverte de photos et de souvenirs ! J’ai donc tourné l’idée dans ma tête quelques temps et j’ai fini par accoucher de cette idée : #1day1travel 

Le concept est assez simple : Publier, le temps d’une semaine, des photos de ses anciens voyages sur la base d’une destination par jour.

    Je vous accorde que le titre est grammaticalement un peu limite (on aurait sans doute dû dire plutôt #1day1trip ). Mais l’idée de #1day1travel est de partager les voyages que l’on a fait, en s’axant sur la magie du déplacement et des découvertes faites « là-bas »… dans cet « ailleurs » qui n’est pas exactement chez nous. Ensuite, à chacun de faire ça comme il veut (plusieurs ou une seule photo par jour, des destinations par pays ou par ville, des photos de paysages ou de moments sur le vif, …) Chacun vit ses voyages à sa façon, le principe du tag doit donc en être de même… La seule règle à respecter c’est ce format de 7 jours et l’utilisation du hashtag #1day1travel pour permettre à chacun de découvrir d’autres horizons ! Et comme un hashtag ne se lance pas tout seul, j’invite 5 copines baroudeuses à faire de même (si le coeur leur en dit) : Kaki, demaquillages, marionrocks , UpupuTravel et leblogdelili

Edit 1 : Comment changer la localisation/géolocalisation de vos photos instagram pour IPHONE

Certains d’entre vous m’ont fait remarquer qu’Instagram ne permet pas de corriger manuellement la localisation d’une photo (lorsqu’on est plus sur place) #bonneremarque Pour cela il faut donc utiliser une application complémentaire qui permet de changer la localisation de vos photos. Personnellement j’utilise Mappr exif location viewer  pour ça. C’est ultra simple : vous ouvrez l’apps, vous choisissez votre photo et vous la localiser sur une mappemonde. Une fois que c’est fait l’apps vous propose d’ouvrir Instagram et vous n’avez plus qu’a faire votre publication en localisant sur le lieu précis qui vous intéresse 😉

mappr2 Mappr

Edit 2 : Comment changer la localisation/géolocalisation de vos photos instagram pour ANDROID

Si vous êtes sur Android, je vous conseille plutôt d’utiliser Location spoofer  en utilisant le tuto dispo ici 

Location spoofer sur android

Comments 6 commentaires »

Peut être avez vous déjà aperçu le mystérieux hashtag #lplpp sur vos réseaux sociaux préférés. Et, peut être avez vous cliquer sur le hashtag en question ?
Vous aurez alors aperçu toute une ribambelle de découpage-collages dont le seul but est de faire des jeux de mots autour des marques du quotidien.

C’est simple, créatif et particulièrement bien vu.
Et derrière ces manifestations du « laissez parler les petits papiers« ,  il y a de vrais talents qui s’exprime dans l’art du jeu de mot ou du clin d’œil aux références culturelles.
Personnellement j’adore !

D’ailleurs, ça n’a pas loupé, j’ai fini par en faire un (plutôt facile, j’avoue) :


Mais si vous allez farfouiller sur le sujet vous verrez qu’il y a carrément une pléthore de #lplpp créatifs sur le web :


Lire la suite »

Comments Un commentaire »

Il y a  15 jours Orangina a lancé une opération de street-marketing assez sympa sur les quais de Paris : La pin-up d’or Orangina.


On était invité à venir braquer une banque pour dérober un trésor parmi la centaine de coffres disponible. L’ambiance était assez funky avec fumées, bruits et lasers façon haute-voltige (le film). Et j’ai gagné des goodies alors qu’il y avait pourtant de vrais chèques à gagner ( :-/ ).

Mais plus que cette animation loufoque, ce qui m’a vraiment beaucoup amusé c’était les animateurs en tenu de flic sexy et les voitures américaines aux couleurs de la marque.

On retrouve là tout l’esprit décalé d’Orangina avec une ambiance très bon enfant et surtout une franche rigolade avec les copains lorsqu’on a décidé d’improviser un shooting !

A noter, le concours Pinup d’or Orangina continu sur le Web ici : http://www.orangina-pinupdor.com/


J’ai du mal à ne pas me retenir de rire… ça se voit à peine :p




Comments 2 commentaires »

Décidément ça devient une manie d’ouvrir chaque année un nouveau blog pour ne pas polluer la ligne éditoriale de celui-ci !

Depuis quinze jours, j’ai ainsi ouverts « Le Nouvel Art de Vivre« . Un blog qui parle de tendances, de décoration, d’alimentation, d’équipement, etc. Un blog de suggestion pour le plaisir de partager les belles choses.

Le nouvel art de Vivre

Ça m’évitera ainsi de vous noyer sous les billets de consommation de biens :-p

Comments 3 commentaires »

Dernièrement j’ai importé mon carnet d’adresse sur LinkedIn. L’un des principaux site de réseau professionnel.

Au début je l’ai fait juste comme ça, parce que  je n’arrivais pas à retrouver certains de mes contacts. Or, sur ces 1600 mails, vous vous doutez bien qu’il y avait des gens que j’avais complètement oublié. Et c’est ainsi que j’ai vu exploser le nombre de personnes en relation avec mon profil.

Mais surtout, que j’ai découvert les métiers de mes contacts. Or, à mesure que les gens acceptaient mon invitation, je consultais leur fiche à mon tour. Et c’est devenu très intéressant.

Je n’avais jamais mesuré l’importance de mon réseau pro. A force d’accumuler des contacts, on ne fait plus attention à qui-fait-quoi. Et, en rectifiant ce tir, j’ai découvert une véritable mine d’or.

Moi qui cherchais l’autre jour un traducteur professionnel, j’en avais 4 dans mes contacts. Pareil pour les photographes et les RH en cabinets de placement. Et je ne vous parle pas comptables, avocats, journalistes et web-agency !

A ignorer ce réseau, je mériterais bien quelques baffes. Pas pour l’avoir oublié, mais pour ne pas l’avoir mis en action plus tôt. Car avoir un réseau c’est déjà une belle chose, mais si on sait l’utiliser, celui ci devient un atout certain dans le contexte professionnel !

Et depuis quinze jours, ça a accéléré mes démarches professionnelles à la vitesse grand V. Alors, qu’attendez vous ? Ça marche aussi sur Viadéo !

Comments Un commentaire »

Parce que la chanson est rythmée et joliment rimée.

Parce que la mise en scène du clip vaut vraiment le coup d’œil.

Parce que ça, c’est savoir faire du buzz avec de l’art et des principes.

En reversant la totalité des gains liés au téléchargement du titre « Ca me blesse », le groupe Quand La Diva S’en Va, soutient le projet « enfants des rues » de l’association Clowns Sans Frontières.

« Ça me blesse » du groupe Quand La Diva S’en Va – Télécharger

Comments 4 commentaires »

Cet article ne se veut absolument pas un manifeste ou une leçon de vie. C’est l’aboutissement d’un ras le bol et de l’envie d’ouvrir les yeux à ceux qui bloguent en toute naïveté (franchise),  sans s’occuper du coté business des blogs.

Car, cher blogueurs, on vous ment, on vous spolie ! En disant ça je pense avant tout à mes condisciples blogueuses beauté, créa, et mode. Mais je suppose que ça ne se limite pas à ces domaines.  Quand je vois les sollicitations de « partenariat » que l’on reçoit, je ne peux que croire à l’image de cocottes sans cervelle qu’on nous assigne. Sommes nous si « rose bonbon » qu’on doit croire aux énormes baudruches qu’on veut nous faire passer pour des cadeaux ?

Sous couvert du mot « partenariat », on vous fait passer des échanges commerciaux pour des cadeaux que vous auriez tort de refuser.

En même temps, tout le monde n’est pas versé dans l’art du e-marketing. D’ailleurs tout le monde n’a pas forcément envie de s’en soucier. Mais tout de même, juste pour vous ouvrir les yeux, voici deux trois décryptages qui pourraient vous servir.


Les liens :

Combien de fois par semaine recevons nous des propositions d’échange de liens ? Et par échange  de liens, j’entends toutes les solutions conduisant à afficher une URL sur votre site. L’insertion d’un lien en blogroll, dans le corps d’un texte ou l’ajout de widgets censés booster le référencement en affichant votre lien sur d’autres sites partenaires.

Vous vous doutez bien qu’ils ne viennent pas vous faire des offres aussi courtoises sans une bonne raison. Pourquoi un blog à 300 visiteurs par jour intéresse-t-il une marque ou une agence (toutes critiques de qualité mises de coté) ?

Parce que votre lien, aussi modeste soit-il, est une petite brique dans un énorme système de référencement.

Parce que 10 liens de petits blogs, cela équivaut au lien d’un blog de moyenne influence (et ainsi de suite selon une échelle de qualité définie par Google.)

En vous demandant de linker leur site, ils achètent gratuitement un bout de référencement. Quand on connaît l’importance du référencement pour un site pro, et qu’on a une certaine estime pour son propre site, on peut se demander légitimement si ce lien gracieusement offert est une bonne affaire…

Et ils ont beau vous faire un lien en retour, méfiez vous. Leurs  liens contiennent parfois une balise (nofollow) qui empêche les systèmes de référencement de vous prendre en ligne de compte. Car, à trop linker de petits blogs, leur référencement peut se voir rabaisser (toujours à cause de l’algorithme Google.)

Rien ne doit vous empêcher de vouloir linker un site que vous appréciez, mais demandez vous toujours pourquoi on vous propose de faire un échange. Mesurez le poids de vos liens, pour eux, mais aussi pour votre site et sa qualité !


Les articles :

La première offre qu’on vous fait quand il est question d’articles, c’est souvent celle de l’échange : écrivez un billet pour eux et en échange  ils écriront un article sur vous.

Ça pourrait passer pour une transaction gagnant/gagnant, pourtant c’est plutôt de l’ordre d’un échange de cartes panini. Car même si on pense la transaction équitable, vous ne connaissez pas le jeu de l’autre…

Or, écrire un article parlant de leur site/produit/marque, c’est évidemment leurs offrir des liens, mais c’est aussi les inclure dans un contenu de qualité qui permettra d’attirer non seulement les robots indexeurs, mais aussi de vrais lecteurs (comme vous et moi) qui suivront d’autant plus facilement votre recommandation.

On en revient donc au problème des échanges de liens, mais en appuyant sur l’inégalité de cette transaction. Pensez vous vraiment qu’un lecteur de site commercial va suivre votre lien (non marchand) alors qu’il est là dans une démarche commerciale ? Alors qu’à l’inverse, votre lecteur de blog non commercial est beaucoup plus enclin à suivre vos recommandations et à cliquer.

Enfin, il y a une proposition à laquelle nous, blogueurs, sommes sensibles : la possibilité d’écrire sur un gros site et de nous faire connaître. Rédiger pour une marque, un journal, etc, quelle aubaine ! C’est déjà assez flatteur pour notre plume, mais on espère derrière ça récupérer du lectorat, sinon s’ouvrir des portes. Mais on oublie souvent que tout travail mérite salaire.

Je ne vous dis pas de refuser d’écrire un ou deux articles si le demandeur vous intéresse vraiment. Mais vous faites là un travail de qualité qui, autrement, devrait être acheté à des pigistes. Et croyez moi, une pige ce n’est pas 20 euros les 2000 caractères !

Ne vous faites pas berner par des statistiques qu’on vous annonce. Ne vous faite pas flouer par un beau site. Sachez réfléchir en tant que « blogueur méga influent à votre échelle ». Pensez-vous vous faire vraiment plaisir en fournissant ce billet et ainsi pouvoir l’offrir de bon cœur ? Ou ne vaudrait-il pas mieux demander une compensation pour le travail fourni et la fleur que vous leur faites ?

Il y a nombre de site semi commerciaux qui alimentent leur blog sans débourser le moindre centime. Et lorsqu’ils vous offrent des avantages en nature, ne soyez pas berné par les prix des ces objets : il y a une différence entre le prix de vente public et le prix de revient réel.

De manière générale, dans toutes les propositions qu’on fait (et je n’en ai pas cité beaucoup,) n’oubliez pas la fable du corbeau et le renard quand  tout cela est très alléchant.

Sachez réfléchir avant d’accepter !

Vous éviterez ainsi de brader votre travail (d’écriture ou de référencement) mais vous  empêcherez (à votre échelle) l’entretien d’un business des blog à l’éthique parfois défaillante.


Exceptionnellement je modère les commentaires sur ce billet 😉

Comments 26 commentaires »