Archives pour la catégorie “France”

L’avantage lorsqu’on a des amis fins gourmets, c’est qu’on finit toujours par découvrir des adresses plus ou moins cachées et plus ou moins preppy.
En l’occurrence, je n’ai découvert  le Chateaubriand que récemment ; il s’agit d’une adresse que l’on trouve principalement dans des guides que je ne lis pas, mais qui encensent régulièrement l’endroit.

Car derrière sa façade de bistrot typiquement parisien, se cache surtout un concept gourmand et « snob » qui veut qu’il n’y ai qu’un même menu pour tout le monde, excepté ceux qui (comme moi) dénoncent une allergie, une contrainte alimentaire ou un dégoût profond pour un type d’aliment. 😉
De fait, le prix est le même tous les soir (60 € le menu ou 120 € le menu avec vins) et cette carte change tous les jours, en fonction du marché et de l’envie du chef.

Cela valait bien de faire la file 70 minutes pour avoir une table. Pourquoi attendre ? Car le 1er service se fait uniquement sur réservation et il faut donc patienter le temps que les tables se libèrent après 21h30 pour avoir la chance de s’installer sans avoir réservé.

C’est après 40 minutes à faire la queue dehors et 30 minutes après avoir commencé une bouteille au bar que nous avons (enfin!) vu une table pour 4 se libérer. Car il y a une chose à dire sur le Chateaubriand…
On y est tellement bien à discuter et à voir les plats s’enchaîner les uns après les autres, que l’on a aucune envie de lâcher sa table.

La patience (ou la réservation) sera donc votre meilleure arme.

Car ensuite, c’est la surprise.

Vous découvrez la carte et c’est parti pour 1h – 1h30 de plats divers et variés.

Au menu ce soir là, il y avait :

Lire la suite »

Comments 3 commentaires »

Chaque année, c’est pareil : je profite d’un weekend en Alsace pour faire le plein de Potirons, citrouilles, courges ou potimarrons dans les fermes alentours.

L’occasion de mettre des couleurs pleins les yeux … et plein le coffre 😀

Comments Pas de commentaire »

A l’occasion d’un bref séjour à Cannes, j’ai fait un saut dans l’ile de Saint-Honorat et l’abbaye de Lérins pour changer d’air.

Un monde à part, à 20 minutes du tumulte de Cannes et de sa croisette. Une bouffée de calme et une jolie expérience de changement de monde.
Car pour passer de Cannes à l’Abbaye de Lérins, c’est un cheminement qui s’amuse à singer les étapes d’un cheminement vers le calme … et vers un autre monde !

D’abord il y a la mer …

… ensuite les arbres.

Les arbres eux-même se transforment au fur et à mesure que l’on s’approche des terres de l’abbaye.

Même si on ne le voit pas encore, le monastère se devine ici par un panneau, là-bas par une chapelle.

Et puis l’abbaye se dévoile au regard, …

… et s’offre à la visite !

Comments 4 commentaires »

Parfois il suffit de s’éloigner et de se taire. En ouvrant les yeux.
(Au large de Cannes – juste avant le festival – ile de St Honorat)

Comments Pas de commentaire »

Lorsque je suis partie à Royan on m’en a dit beaucoup de mal… Que la second guerre mondiale et sa reconstruction en avait faire une injure architectural.
Personnellement je m’en fichais car j’y allais pour barboter dans l’eau de mer.

Et puis en arrivant et en me promenant je n’ai guère été aussi choquée que ce que l’on m’avait promis.
Alors oui, ce n’est pas une ville de patrimoine et d’histoire architecturale, mais de là à dire que c’est une horreur … C’est une station balnéaire de la fin du XXéme. Ni plus, ni moins.

La vue de la terrasse de l’hôtel du Cordouan – Royan

Et derrière les bloc et les rue aux cordeaux il y a aussi de jolie petit chose à voir, il suffit juste de savoir où poser l’objectif de son appareil photo :

Des carrelets

Des carrelets (encore)

La plage du Chay – Royan – le soir

Vue sur le Nord de Royan

Comments Pas de commentaire »

A l’occasion de mon weekend dans le Jura je suis passée par la ville de St Claude. Je ne connaissais pas ce petit bout de France mais lorsque je l’ai dit à ma copine S. (copilote officielle du weekend) elle a presque pilé sur le premier parking municipal venu en s’écriant qu’il fallait que je découvre St Claude et sa spécialité : la pipe !

Car St Claude est la capitale de la pipe, et laissez moi vous dire que c’est un artisanat qui n’est pas près de s’éteindre dans le coin. Plus d’une dizaine de magasins dédiés à la pipe et presque autant d’ateliers de taille dans la région… Car  le Jura est un pays où l’on travaille le bois depuis longtemps (plus longtemps que la taille de pierres précieuses qui est pourtant une autre spécialité du coin).

La polisseuse de Pipe de St Claude

On s’est arrêté dans une boutique pour en voir un peu plus et j’ai appris plein de choses sur cet objet et l’art de vivre qu’il suppose. D’ailleurs je remercie l’équipe de  » La Pipe Rit » qui nous a fait un véritable exposé sur l’art de la Pipe, au point de nous donner « presque » envie de devenir fumeuses de pipe. Je pense qu’on en aurait pas autant appris en visitant le musée de la pipe qui est, lui aussi, à St Claude.

Par contre, en visitant la maison du parc naturel régional du Haut Jura (à Lajoux) j’ai eu la surprise de tomber sur une collection limitée des cartes postales de Plonk et Replonk* qui ont croqué à leur façon cette tradition du bois et de la pipe dans le Jura :

Voir la collection « Parc du Haut Jura« 

* à leur propos n’oubliez pas de lire l’article de présentation sur Plonk et Replonk écrit par mon chéri

Comments Un commentaire »

Impossible de voyager sans s’essayer à la gastronomie locale. A l’occasion de notre weekend dans le Jura j’ai évidemment gouté à tous les fromages locaux comme le morbier, la cancoillotte et surtout le comté.

Mais si je connaissais aussi le vin jaune du jura, ce sont les plats à la carte qui m’ont particulièrement surprise, avec en tête de liste l’Escalope Jurassienne !


Escalope jurassienne, servie avec un gratin dauphinois, des légumes et du vin jaune du Jura

Je peux me targuer de connaitre relativement bien les plats de montagne proposés par là bas (gratin, tartiflette, fondue, tarte à la myrtille, etc) mais je ne connaissais absolument pas cette façon de faire les escalopes. Et j’ai tellement apprécié que j’ai demandé la recette pour vous :

Recette de l’escalope Jurassienne :

Ingrédients : 1 escalope de veau, 1 tranche de jambon blanc, 1 tranche de comté, du beurre, un peu de farine, 1 œuf, de la chapelure, et des champignons.

Recette :

  • Farinez l’escalope puis trempez la dans un œuf battu avant de la recouvrir de chapelure.
  • Faite dorer  des deux cotés dans une poêle puis déposez dans un plat à gratin.
  • Recouvrez de la tranche de jambon des champignons coupés et de la tranche de comté.
  • Enfournez 5 à 10 minutes le temps de gratiner le fromage.

C’est extrêmement goutu, chaud et revigorant par jour de pluie ou de grand froid. Un plat bien de montagne mais tout de même plus fin que tout ce qui se fait en gratin habituellement. Franchement, je suis fan ^^

Comments Pas de commentaire »