Posts Tagged “gastronomie”

J’ai profité de ce début du mois de juin pour partir à la découverte de Lisbonne, le temps d’un weekend.
Il était question d’aller chercher le soleil en utilisant (enfin) les billets pour le Portugal que j’avais gagné l’année dernière (ici).

Or, si nous nous sommes complètement fourvoyé sur la question de la météo et du soleil (4 jours froids et venteux)… on a tout de même passé un très chouette weekend à arpenter les rues de Lisbonne !

1dfcc920cf9311e2b5fe22000aaa0750_7

Le premier contact « dépaysant » que j’ai eu avec la ville (et non pas des moindres), c’est celui des trottoirs.
Car si ceux-ci sont suffisamment beaux pour marquer les esprits, ils sont surtout parfaitement impraticables en talons, et carrément dangereux dès qu’il se met à pleuvoir

trottoires de Lisbonne

Donc, ami touriste, oublie l’élégance ou le confort de tes chaussures estivales et PREND DES BASKETS !
Sinon tu vas souffrir, abimer tes chaussures et pratiquer la glissade sur trottoir pendant tout le temps de ta visite
#çasentlevecu

2f3add46cf9611e29dbc22000a1f9e59_7ebcb9a9cd03e11e2ba1322000ae91369_7Vivent les trottoirs de Lisbonne

Mais en dehors de ces petits soucis d’aménagement urbain, la ville est vraiment magnifique.

Lisbonne par Mlle Gima

On peut se balader allègrement d’un coin à un l’autre à pied, mais avec les différentes collines et l’éloignement du quartier de Belèm, il est conseillé de prendre les transports en commun et, en particulier, le tramway n°28.
C’est une ligne mythique avec des trams de bois toujours en activité qui relient le Bario Alto à l’Alfama.
Ambiance et expérience garanties, surtout lorsqu’ils frôlent les murs ^^

Lisbonne way of travel tram 28 a Lisbonne

Qu’est ce qui m’a plu à Lisbonne ?

Les quartier en eux-mêmes ! Car si la ville est relativement étendue, on distingue surtout quelques quartiers recommandés au touriste en goguette.

Il y a les quartiers du centre historique : Bairro Alto et Chiado.
Ensuite il y ceux de la colline à l’Ouest du centre : Estrela, Lapa et Alcantara.
Puis, ceux de la colline médiévale (à l’Est du centre) : l’Alfama et Graça.
Et enfin le quartier de Belém (excentré à l’ouest) ou encore le Parque das Naçoes qui est très excentré au nord.

20130609_180954La vue sur Lisbonne « historique » depuis le château qui coiffe l’Alfama

Personnellement j’ai surtout apprécié le Barro Alto et l’Alfama.
Notre hôtel était un poil plus au nord (Marqués de Pombal) mais nous finissions toujours par trainer entre ces deux quartiers aux identités bien marquées et agréables.

20130608_131023

20130608_124206

20130608_124046

20130608_122845

Lire la suite »

Comments 7 commentaires »

L’avantage lorsqu’on a des amis fins gourmets, c’est qu’on finit toujours par découvrir des adresses plus ou moins cachées et plus ou moins preppy.
En l’occurrence, je n’ai découvert  le Chateaubriand que récemment ; il s’agit d’une adresse que l’on trouve principalement dans des guides que je ne lis pas, mais qui encensent régulièrement l’endroit.

Car derrière sa façade de bistrot typiquement parisien, se cache surtout un concept gourmand et « snob » qui veut qu’il n’y ai qu’un même menu pour tout le monde, excepté ceux qui (comme moi) dénoncent une allergie, une contrainte alimentaire ou un dégoût profond pour un type d’aliment. 😉
De fait, le prix est le même tous les soir (60 € le menu ou 120 € le menu avec vins) et cette carte change tous les jours, en fonction du marché et de l’envie du chef.

Cela valait bien de faire la file 70 minutes pour avoir une table. Pourquoi attendre ? Car le 1er service se fait uniquement sur réservation et il faut donc patienter le temps que les tables se libèrent après 21h30 pour avoir la chance de s’installer sans avoir réservé.

C’est après 40 minutes à faire la queue dehors et 30 minutes après avoir commencé une bouteille au bar que nous avons (enfin!) vu une table pour 4 se libérer. Car il y a une chose à dire sur le Chateaubriand…
On y est tellement bien à discuter et à voir les plats s’enchaîner les uns après les autres, que l’on a aucune envie de lâcher sa table.

La patience (ou la réservation) sera donc votre meilleure arme.

Car ensuite, c’est la surprise.

Vous découvrez la carte et c’est parti pour 1h – 1h30 de plats divers et variés.

Au menu ce soir là, il y avait :

Lire la suite »

Comments 3 commentaires »

Durant le mois de mai, l’Office du Tourisme du Portugal, la compagnie aérienne TAP PORTUGAL et l’épicerie Lusishop.com, organisent un jeu concours pour faire découvrir ce pays visiblement assez mal connu des français. D’ailleurs, je suis un parfait exemple de cette méconnaissance car, bien qu’ayant visité de nombreux pays européens, je n’ai encore jamais mis les pieds au Portugal !

Pourtant le pays est beaucoup plus proche de nous qu’on ne semble y penser. Que ce soit en terme de transports et de culture…
En y réfléchissant rapidement, je connais de nombreux franco-potugais, je rends visite chaque weekend aux vendeurs de charcuterie portugaise se trouvant sur mon marché et je craque régulièrement pour des  pasteis de nata ^^

Mais en dehors de ça… Pourquoi n’avoir jamais pensé à voyager au Portugal ? Je l’ignore.
Et c’est  ce qui m’a encouragé à écrire finalement cet article pour le concours AMO PORTUGAL. Car je me suis sentie assez honteuse de ne savoir que si peu de choses sur un pays voisin à plus d’un titre.

Il a donc été question d’étudier de plus près ce Portugal. En commençant par ce qui nous motive le plus souvent : la gastronomie !
Et ça tombe bien car il y a un paquet de recettes dispo en ligne, en plus des produits disponibles dans les restaurants et les épiceries françaises…
Le sponsor gastronomique (lusishop) balaye déjà un large spectre des spécialités portugaises. Mais ce sont surtout les sites et les blogs de cuisine qui nous en ont mis plein les yeux. J’ai passé beaucoup de temps à lire le site portugalmania.com qui présente aussi la gastronomie portugaise à travers ses régions et ses produits phares. (D’ailleurs j’ai beaucoup aimé la partie sur le comportements et les habitudes des portugais ^^). On découvre ainsi que la cuisine portugaise est finalement un très beau mix entre la cuisine d’Europe du sud et la cuisine des côtes Atlantique. Et non… il n’y a pas que la morue au portugal ! Il y a aussi  la viande, les fruits de mer, les marinades…

J’ai du coup cherché des recettes typiquement portugaises pour voir ce qui serait sympa à essayer à défaut de voyager cet été au Portugal.
Force est d’admettre que je n’aurais jamais dû faire ça car j’ai ouvert la boite de Pandore… Les recettes récoltées sont à des kilomètres des idées reçues que j’avais sur la cuisine portugaise. C’est frais, c’est beau et c’est souvent beaucoup plus fin qu’on aurait pu le croire.

Deux exemples au hasard :

Porc à l'alentejana ou aux coques - recette du site 750gr

Sauté de veau de Lisbonne

Par contre, lorsqu’il s’agit des desserts, le Portugal fait moins dans la demi-mesure… un peu comme en Espagne voisine. On semble beaucoup aimer ce qui contient du sucre, du lait, des oeufs, etc. Pour autant, je dois dire qu’après avoir gouté certaines spécialités (les pasteis mais aussi le cocktail Molotov), j’en reprendrais avec plaisir et « gourmandise assumée » :p

Le Pao de lo

Le flan portugais

<3 Le Cocktail Molotov <3 ou Molotoff

Arroz doce, le riz au lait

Serradura

Alors, qu’est ce que vous en pensez ? La gastronomie portugaise vous motive-t-elle vous aussi pour un petit voyage culturel ?

Personnellement je me sens assez en appétit mais je sais très bien qu’il ne sera pas question -que- de nourriture si on y va. C’est juste que je n’ai aucune idée des lieux à voir en dehors de la capitale et des quartiers où se pratique le Fado.

Quelqu’un pourrait il me renseigner ?

En traînant sur des sites dédiés au tourisme, j’ai trouvé pas mal d’idées de lieu et de visites, mais je serais incapable de faire le tri dans tout ce qui est proposé… J’ai donc surtout fait une collection de beaux lieux dans lesquels j’ai bien envie de me balader.
D’ailleurs, j’en ai fait un album Pinterest que je vous encourage à visiter pour vous en mettre aussi plein la vue :p


Cliquez sur l’image pour y accéder

Comments 10 commentaires »

Enfin un bon petit week-end nature !

Je suis sur les rotules à la suite de ce mois de juin épique, coincée entre des aventures professionnelles rocambolesques et des vacances personnelles calamiteuses. Du coup, partir prendre l’air trois jours en Corrèze me semble être la meilleure des idées !

Ça a beau être loin de Paris, l’idée d’aller faire un peu de rando et du canoë me motive au plus haut point ! J’ai déjà hâte d’y être. Entre les vallées préservées, les plus beaux villages de France, les vestiges médiévaux et la gastronomie locale, je suis sûre de trouver un peu de temps pour souffler (si si,  ne vous en faites par pour moi).

D’ailleurs, comme je pars avec des blogueurs, vous allez pouvoir suivre nos trépidantes aventures sur le groupe facebook ou sur ma propre page. Car  c’est le comité départemental de tourisme  de la Corrèze qui nous a concocté cette escapade nature.

Vivement demain !

Mais une fois de plus, LA question se pose :

Quelle est la spécialité locale que je dois absolument gouter/ramener ?

Comments 6 commentaires »

Comme on peut s’en douter avec ce blog dédié (en partie) à mes voyages, je baroude beaucoup et j’adore ça. Certaines fois je vais très loin, mais dans la majorité des cas je reste en Europe et plus souvent en France. Car malgré le coté désuet de la chanson « douce France », je suis tout à fait d’accord avec ce que nous chante Trenet : la France est un pays extrêmement riche en paysages et découvertes, et qui n’est pas la première destination touristique au monde pour rien.

Ce weekend ce fut l’Ardèche qui m’a intéressée ; j’étais invitée par le département à venir constater par moi même la richesse de son environnement. Ou plus exactement, j’étais invitée à découvrir la bio attitude de l’Ardèche dans le cadre de la saga « à la conquete de l’Ardèche« . J’étais conviée en tant que blogueuse « voyage » et « eco-friendly », c’est donc mon regard de touriste écolo que je vais tacher de vous retransmettre ici.

Et si j’en crois le peu de réponses j’ai obtenues sur le billet où j’attendais des conseils de votre part quant à la gastronomie ardéchoise, je ne suis visiblement pas la seule à méconnaître la région !

J’ai habité pendant très longtemps la région Rhône-Alpes, et pourtant je ne suis jamais allée visiter l’Ardèche (en dehors d’une descente des Gorges de l’Ardèche et d’une visite du Safari de Peaugres). La faute à quoi ? Allez savoir… Mais dans tous les cas c’est avec un regard assez neuf que j’ai découvert cette région vallonnée et quelque peu en retrait de l’agitation de la vallée du Rhône.

L’idée de développer un weekend autour de la dynamique écologique du département n’est pas anodine. L’Ardèche a non seulement su préserver l’authenticité de son territoire naturel, mais entreprend et développe depuis plus de trente ans dans des branches éco-responsables avec conviction et pragmatisme. Et toujours, au cœur des ces entreprises, des gens extrêmement réalistes qui font preuve de conviction et d’envie de s’y mettre.

On a donc rencontré beaucoup de monde et constaté beaucoup de choses en trois jours. Et au sortir de tout cela j’ai comme une envie dévorante de réserver mes vacances en Ardèche cette année. Des rencontres humaines, des débats francs et de très jolies découvertes m’ont démontré que l’agence de promotion du département n’a pas cherché à nous jeter de la poudre aux yeux en nous invitant à découvrir le coté bio et engagé de ce département. Il fut question de tourisme, d’accueil, de gastronomie, d’engagement bio, de respect écologique. Et malgré un temps maussade le weekend fut riche en petites émotions qui se cristallisent maintenant en de très beaux souvenirs

[Lire la suite : Partie 1 – L’éco-tourisme // Partie 2 – L’économie bio]

Credit photo : Christophe Gressin

Plus d’info sur l’Ardèche et l’Ardèche bio

Comme on peu s’en douter avec ce blog dédié (en partie) à mes voyages, je baroude beaucoup et j’adore ça. Certaine fois je vais très loin mais dans la majorité des cas je reste en Europe et plus souvent en France. Car malgré le coté désuet de la chanson « douce France » je suis tout à fait d’accord avec ce que nous chante Trenet: la France est un pays extrêmement riche en paysage et découverte, un pays qu’il suffit d’arpenter sans rêver à plus loin s’il on souhaite s’en mettre plein les yeux. Ce week-end ce fut l’Ardèche qui fut au centre de mon intérêt, j’étais invitée par le département à venir constater par moi même la richesse de son environnement. Ou plus exactement, j’étais invité à découvrir la bio attitude de l’ardéche dans le cadre de la saga « à la découverte de l’Ardèche ». J’étais conviée en tant que blogueuse « voyage » et « eco-friendly », c’est donc sous mon regard de touriste écolo que je vais tacher de vous transmettre tout ce que j’y ai vu. Et si j’en crois les quelques réponses j’ai obtenu sur le billet où j’attendais des conseils de votre part quant à la gastronomie ardéchoise, je ne suis visiblement pas la seule à méconnaître la région! [Photo] J’ai habité pendant très longtemps la région Rhones Alpes, et pourtant je ne suis jamais allez visiter l’Ardèche (en dehors d’une descente des Gorges de l’Ardèche et d’une visite du Safari de Peaugres). La faute à quoi? Allez savoir… Mais dans tous les cas c’est avec un regard assez neuf que j’ai découvert cette région vallonnée et quelque peut en retrait de l’agitation de la vallée du Rhône. L’idée de développer un week-end autour de la dynamique écologique du département n’est pas anodine. L’Ardèche a su non seulement préserver l’authenticité de son territoire naturel mais entreprend et développe depuis plus de trente ans dans des branches eco-responsable avec conviction et pragmatisme. Et toujours, au coeur des ces entreprises, des gens extrêmement réaliste qui font preuve de conviction et d’envie de s’y mettre. On a donc rencontrer beaucoup de monde et constater beaucoup de choses en trois jours. Mais au sortir de tout cela j’ai comme une envie dévorante de réserver mes vacances en Ardèche cette année. Des rencontres humaines, des débats francs et de très jolies découverte m’ont démontrer que l’agence de promotion du département n’a pas chercher à nous jeter de la poudre aux yeux en nous invitant à découvrir le coté bio et engagé de ce département. Il fut question de tourisme, d’accueil, de gastronomie, d’engagement bio, de respect écologique. Et malgré un temps maussade le week-end fut riche en petites émotions qui cristallisent maintenant en de très beaux souvenirs

Edit: pour ceux qui m’ont posé la question, j’ai effectivement été invitée lors de ce week end. Une invitation émanant de l’ADT (Agence de Développement Touristique) qui travaille à la labellisation d’une filière écotourisme (gîtes, chambres d’hôtes, campings, sites touristiques, prestataires d’activités, manifestations) mis en avant dans la rubrique « Ecotourisme » du site www.ardeche-guide.com

Comments 3 commentaires »

[Suite de l’article de la veille]

Suite à l’accumulation de fatigue et à une visite prolongée dans un coin noctambule d’Andorre la Vieille, il a  été quelque peu difficile de se lever ce matin là. Mais le programme alléchant de la journée a su nous tirer du lit encore une fois. Direction Naturlandia.

J’aurais été toute seule, je vous avoue que je n’aurais jamais pensé à mettre les pied là bas. D’une part parce que les parcs d’activités ne m’attirent pas, et aussi parce que je trouve leur mascotte terrifiante… Mais en définitive ce fut un bonne surprise qui nous attendait là bas, car même si les lieux proposent des activités « nature » que je trouve agressives (quad et moto neige), les lieux sont admirablement conservés et n’ont pas ce coté bétonné qu’on croise souvent dans les structures françaises.

Lire la suite »

Comments 6 commentaires »

Je suis une grande pratiquante des blogs, et j’aime particulièrement allez faire un tour chez les blogs étrangers pour découvrir leur façon de vivre et de voir leur environnement.

Parmi mes petits chouchoux étrangers il y a les blogs de japonais écrits en anglais. Je suis nulle pour la traduction anglais/français mais pour certains les photos suffisent à satisfaire ma soif d’exotisme.

Et comme cette semaine je n’ai guère le temps de vous faire de grands et bons articles je profite de l’occasion pour vous parler d’un blog nippon que je meurs d’envie de vous présenter : « Lunch Maniac »

Le principe ?
Un groupe d’amis qui aiment la bouffe et partagent cet intérêt par leur blog avec photos des restaurant et des plats.

Alors évidemment quand ils font un article sur un restaurant italien ou le restaurant d’Ikea, c’est pas franchement exotique pour nous : lunchmaniac-Ikea.
Mais, quand on voit la gueule de la sauce des spaghetti on découvre que la gastronomie italienne n’est pas la même en Europe et en Asie.

D’ailleurs, pouvoir juger de leur attrait pour la nourriture exotique (au regard de la culture  japonaise) est vraiment intéressant :

Ils présentent aussi des portraits culinaires typiquement nippons avec restaurants de Ramen, les magasins et leurs promotions saisonnières de spécialité (exemple avec les sashimi à l’époque du thon gras), petites douceurs japonaises, etc.

Bref, suivre leurs quelques billets, c’est sympathique car original pour des sites de cuisine.

Et vous, des petites adresses à proposer ?

Comments Pas de commentaire »