Archives pour la catégorie “:: Regards sur le Monde ::”

http://www.forjapanwithlove.com/

http://adrafrance.aiderenligne.fr/Tremblement-de-terre-japon.html

https://www.croix-rouge.fr/Je-donne/Don-ponctuel?elk_dc_id=158

http://www.savethechildren.ca/2011-japan-earthquake-and-tsunami-update

http://worldvets.org/index.php?option=com_content&view=article&id=203

Comments Un commentaire »

Même si je n’ai jamais eu besoin de transfusion sanguine, je mets un point d’honneur à donner régulièrement aux établissements français du sang. Juste parce que j’estime que c’est un moyen simple de rendre service, tel que j’aimerais qu’on me rende service si j’étais dans le besoin. Et comme je suis freelance,  je fais surtout des dons de plaquette car ils prennent longtemps et que tout le monde n’a pas le loisir d’avoir 2 heures à y passer.

Mais comme je m’ennuie vite, j’y vais parfois accompagné d’un « chaperon » pour discuter. Or, au dernier passage, je lui ai proposé de faire un don de sang pour s’occuper  (oui, j’ai des drôles de façon de passer le temps ;-)). Mais celui-ci m’a rétorqué qu’il ne pouvait pas faire de don puisqu’il est homosexuel.

Sur le coup, ça m’a scotché. Mais vraiment scotché

Je lui ai rétorqué qu’il était en couple monogame depuis trop longtemps pour qu’il ait encore à se déclarer « partenaire multiple ». Mais visiblement ça n’avait rien à voir.

J’ai donc attendu de rentrer chez moi pour vérifier. Et oui:

la législation française interdit aux homosexuels masculins de faire des dons de sang, plaquette, ou plasma.

En cause ?  Une interdiction qui date de 1983, basée sur le risque de contamination sanguine plus haut chez eux,  dû aux pénétrations anales.

Non, non, je ne rigole pas… Ce type de pénétration peut provoquer des petites déchirures (micro-saignements) et causer des contaminations par le sang ou le sperme.

Quelque part, l’interdiction pourrait alors se tenir. Sauf que l’ESF vérifie sur chaque don la possible contamination aux maladies sexuellement transmissible (entre autre).

Qui plus est, pourquoi pointer du doigt les gays alors que les femmes peuvent aussi avoir ce genre de pratiques sexuelles ? Sans compter les hommes qui marchent à « voile et à vapeur » et ne le déclarent pas…

D’ailleurs, si le problème vient vraiment des pénétrations anales, pourquoi n’y a-t-il pas une question à ce sujet dans le questionnaire que l’on doit obligatoirement remplir avant la consultation qui précède le don?

Comprenons-nous bien, je considère que donner de son sang est  un devoir pour ceux qui le veulent, mais surtout un droit. Donc,  En quoi cette interdiction  basée sur un risque qui est désormais réduit et partagé avec les autres préférences sexuelles doit-elle perdurer ?

Sommes-nous si incertains envers les tests de sécurité de l’ESF ? Sommes-nous trop hypocrites pour admettre que les risques sont aussi présents chez les hétérosexuels ? Ou est-ce donc juste un oubli législatif qui survit sous forme de ségrégation pure et simple ?

Le débat sur la remise à jour des conditions de don date de 2009 (voir cet excellent article), et les gays furent sans doute les seuls oubliés des assouplissements des conditions de dons. Pourtant, la France connait trop souvent un manque de don. Et l’excuse du VIH qui met plusieurs jours à apparaitre après le rapport à risque peut être aisément contrecarrée par une demande  d’abstinence avant un don (comme c’est le cas actuellement pour les soins dentaires, aspirine, etc.).

J’ai beau ne pas être une militante enragée des droits des homosexuels, je suis outrée de voir qu’on en est là sur une pareille question de santé publique.

Suis-je la seule à découvrir cette lacune et la trouver injuste, voire irréfléchie ?

Comments 24 commentaires »

Les vacances… enfin !

Ça fait un an que je n’ai pas pris de congés, donc je vous laisse imaginer ma joie à J-4 de mes premières vraies vacances de l’année 2010 ! Il faut dire qu’il n’est pas facile d’avoir du repos lorsqu’on est freelance. Surtout lorsqu’on travaille chez soi!

Pour ça il faut du budget, ce qui implique d’avoir une affaire qui roule.

Il faut du temps aussi, ce qui implique de pouvoir respecter un planning pour soi comme pour les clients.

Mais ça demande aussi de pouvoir quitter son lieu de travail. Car en passant ses week-ends dans la même pièce, il n’est pas simple de décrocher pour de bon.

Et cette année c’est fête : j’ai réussi à conjuguer les trois impératifs (ô joie!)

Voilà trois semaines de break qui s’annoncent. Une coupure bienvenue qui s’imposait vraiment.

Direction Londres, pour s’aérer (et se congeler). Histoire de revenir en pleine forme et d’attaque 2011 sans aucune langueurs.

Comments 2 commentaires »

L’autre jour, à la radio, j’ai entendu les résultats d’une étude sociologique ( * ) concernant l’infidélité dans un couple, par rapport aux revenus de chacun des partenaires.
Cette étude a concerné environ 2500 personnes, âgées de 18 à 28 ans (en couple depuis au moins un an).

Il semblerait qu’il y ait un lien entre ces deux facteurs.
Si j’ai bien compris les résultats, si la femme gagne plus que l’homme, la probabilité qu’il y ait infidélité est plus importante que dans l’autre situation (le taux d’infidélité est le moins élevé si la femme touche 75% du salaire de l’homme). Et c’est aussi bien l’homme que la femme qui pourrait tromper sa/son partenaire.
La doctorante à l’origine de cette étude explique que l’homme aurait tendance à l’infidélité, pour restaurer en quelque sorte sa masculinité.
Celle-ci serait en effet mise à mal dans le schéma de l’homme qui doit gagner de l’argent.
Pour la femme, le résultat est présenté différemment : il est moins probable qu’elle trompe son mari, si elle gagne moins que lui.
Là, c’est la dépendance financière qui est mise en avant.

Donc, si je suis ce raisonnement je devrais m’exclamer : « mesdames et mesdemoiselles, arrêtez de vous plaindre que vous gagnez moins que les hommes : c’est pour sauver vos couples ! » ?

-_- ça m’apprendra à écouter la radio

Sources :

Comments Pas de commentaire »

Les gens ne mesurent pas à quel point il est difficile d’avoir une blogueuse à la maison.

D’abord parce qu’une blogueuse ça a besoin de communiquer, d’échanger, de parler. Alors avec une blogueuse qui travaille à la maison, vous n’imaginez pas la pression… Vous rentrez le soir, et vous devez affronter une fille qui n’a pas pu parler assez dans la journée ; du coup elle se rattrape sur vous. Impossible de rentrer et de trouver une femme aussi fatiguée que vous, prête à vous laisser vous reposer. Sauf quand elle a fait la tournée de conférence de presse. Mais dans ce cas vous retrouvez la maison envahie de sacs et de cadeaux/produits/dossiers de presse…

Mais parfois, il y a de bonnes surprises : elle vous a fait inviter dans une soirée.

En général je me méfie : il s’agit souvent de soirées où on veut mettre à mal ma masculinité : soirées de girlz ou présentation de produits avec buffet tendance… A chaque fois je me demande ce que je fais dans ces soirées entouré uniquement de filles maquillées, habillées, et sans jamais aucun partenaire masculin pour me soustraire à cette horde de nanas.

Mais l’autre jour, enfin, elle avait une soirée qui semblait respirer la testostérone : la soirée Heineken !

Alors là bien : une soirée dans un bar, pour « déguster » des bières.  En arrivant sur place j’ai vu une majorité d’homme et je me suis senti à ma place.  Bon, ils n’avaient pas pensé au match de foot en arrière-plan, mais  j’accepte le compromis.

Mais question virilité de la soirée, ça s’est arrêté là. Tout était dans l’élégance et la finesse… Dégustation de bière à l’aveugle, discussions avec un brasseur expert et échange autour des saveurs de la bière.

Heureusement, il y avait une animation pour faire peur aux filles : ils proposaient de prendre des photos en tablier et chapeau de paille sur fond vert. On rajoutait ensuite le fond qu’on voulait derrière : champs d’orge, culture de houblon… On sentait monter l’appel puissant de la campagne, l’envie de labourer la terre-mère et de se délasser le soir avec la production de l’année précédente… Bref, un peu moins viril qu’une partie de chasse, mais quand même un truc d’homme quoi, je me sentais à ma place.

Malheureusement, je ne devais pas être le seul homme à profiter de cette soirée (enfin) masculine. Les lieux étaient combles.

On a donc filé assez vite (ô bonheur éphémère) mais on nous a remis une bouteille personnalisée qui contenait le breuvage de la soirée : la bière des champs. Une cuvée de bière conçue exclusivement selon les saveurs demandées par les internautes.

Ce n’est pas avec ça que je noierais la féminisation galopante de ma blogueuse, mais j’ai au moins pu profiter de cette soirée pour réaffirmer ma place.

Comments 5 commentaires »

Dernièrement j’ai importé mon carnet d’adresse sur LinkedIn. L’un des principaux site de réseau professionnel.

Au début je l’ai fait juste comme ça, parce que  je n’arrivais pas à retrouver certains de mes contacts. Or, sur ces 1600 mails, vous vous doutez bien qu’il y avait des gens que j’avais complètement oublié. Et c’est ainsi que j’ai vu exploser le nombre de personnes en relation avec mon profil.

Mais surtout, que j’ai découvert les métiers de mes contacts. Or, à mesure que les gens acceptaient mon invitation, je consultais leur fiche à mon tour. Et c’est devenu très intéressant.

Je n’avais jamais mesuré l’importance de mon réseau pro. A force d’accumuler des contacts, on ne fait plus attention à qui-fait-quoi. Et, en rectifiant ce tir, j’ai découvert une véritable mine d’or.

Moi qui cherchais l’autre jour un traducteur professionnel, j’en avais 4 dans mes contacts. Pareil pour les photographes et les RH en cabinets de placement. Et je ne vous parle pas comptables, avocats, journalistes et web-agency !

A ignorer ce réseau, je mériterais bien quelques baffes. Pas pour l’avoir oublié, mais pour ne pas l’avoir mis en action plus tôt. Car avoir un réseau c’est déjà une belle chose, mais si on sait l’utiliser, celui ci devient un atout certain dans le contexte professionnel !

Et depuis quinze jours, ça a accéléré mes démarches professionnelles à la vitesse grand V. Alors, qu’attendez vous ? Ça marche aussi sur Viadéo !

Comments Un commentaire »

On avait senti venir le coup avec l’arrivée de la présidence blingbling, mais on a voulu croire que ça s’arrêterait aux apparences. Or, depuis cet été (je sais, je minore) c’est florilège. Les plus hautes fonctions de l’Etat semblent ne plus savoir ce qu’est la politique et confondent allègrement démocratie et démagogie.

Le thème du sécuritaire leur fait désormais perdre la tête. Et vas-y que j’accuse les gens en caravane à la sauce « c’est eux les vilains ». Et si on nous dit que c’est la faute de l’état alors, on répondra « c’est la faute des maires qui veulent pas acheter de caméras de surveillance »2.

Mais franchement, on en est où là ?

Personne ne leur a dit que les ministères sont censés être au-dessus de la « sagesse populaire » ?

Un homme d’état ça doit réfléchir, peser le pour et le contre (c’est pour ça qu’on leur paye des conseillers) et trancher pour le bien commun. Mais là, avec leurs déclarations spontanées et la presse qui leur assure le suivi, on va-t-on ?

Droits à l'image : AFP/SEBASTIEN BOZON

L’exécutif ce n’est pas secret story, et ce serais bien que le législatif ne confonde pas avec la star academy !

Comments 4 commentaires »