Second impact.

Deuxième changement amorcé: j’ai repris le boulot.

Boutique très pépère avec très peu de clients et beaucoup de visiteurs. Une responsable peut être un peu trop dictatoriale (pas de discutions, être tout le temps en train de tourner et surtout toujours vigilante) mais des collègues dans l’ensemble assez sympas. Et puis de beau produit et le temps de discuter vraiment avec les clients…

Bon… honnêtement … même si je me fait chiez au moins le cadre est agréable et le rythme tellement mou que ça me permet de décompresser de la semaine où je passe mon temps à courir.

Allez: qu’est ce qu’on ne ferait pas pour son loyer…

Répondre