Débriefing

Difficile le débriefing, peut être à cause de la mauvaise humeur chronique depuis ce matin, ou de la confusion des souvenirs et sentiments. Avec un recul brut j’ai l’impression d’avoir passé trois jours à manger, faire des boutiques ou du transport en commun. Quand j’approfondis un peu il y a un tourbillon d’images variées et de sentiments tronqués : Les regrets : Les problèmes d’horaire d’ouverture des monuments et des prix exorbitants des droits d’entrée (et donc le manque énorme de visite de monuments), la fermeture de la section du british muséum que je voulais voir spécifiquement, les problèmes de cohésion du groupe, le fait de ne pas avoir vu le Tower Bridge, le petit déjeuner de merde de l’hôtel, et l’immense tas d’ordure devant la fenêtre. les joies : Camden market et la découverte d’un goût pour l’excentricité vestimentaire, la discutions sérieuse et pourtant peu déprimante à la gare vers 3hrs du matin, les photos débiles devant temple Church, les demi-litre de café bien au chaud au starbuk café, le fait que je peut parler anglais si je me stress pas sur ma grammaire, le “chat c’est toi qui est” sous champi à picaddily, les bus rouge et la “gentillesse” de leurs chauffeurs, la grenouille magique, Bi Ben assis sous sur un ban a 23hrs, le reflets des buis de nuit dans la tamise, un baiser de Doudou avec cette phrase culte “fuck on est à Londres!” et les kinder surprise dans l’eurostar.

Répondre