Le mouton de la farce c”est tout ce que je suis. Et j”ai fournie plus de laine que je ne pouvais.

Reste à voir si celui qui tenait les ciseaux que je lui ait moi même remis me reviendras.

Ou s”il prefere la triste tiseuse qui se contente de devetir les autre plutot que de créer sa propre toilette.

Répondre