Le 11 février 2007 j’ai arrêté de fumer ; oui, il y a maintenant un an passé.

Parce que j’emménageais dans un appart sans balcon et que, détestant l’odeur du tabac froid, j’ai fait le choix d’arrêter pour regagner un confort olfactif… et financier aussi. Dans un premier temps quand l’envie était vraiment trop forte (le dimanche aprem à glander) je me preparais une shisha, mais c’est une envie qui a vite disparue. Le truc difficile c’était surtout de ne pas griller une cigarette avec les amis, en soirée, quand ils allumaient les leurs. Au fur et à mesure les soirées en bars sont devenues de plus en plus difficiles pour moi. Et même lorsque l’envie ne fut plus là, je tenais de plus en plus difficilement une soirée en milieu fumeur.

Mais depuis le premier janvier et l’application du decret anti-tabac je revis. J’ai redécouvert le plaisir de sortir en société et de partager un verre sans subir le tabac ou l’envie de griller une clope. Un voyage cet été en Irlande m’avais permis de mesurer, déjà, le plaisir qu’on peut prendre à une soirée bar/resto sans cigarette. D’ailleurs le pote fumeur qui était avec nous avait arrêté de maugréer en découvrant qu’une solidarité entre fumeurs s’instaurait lorsqu’ils se trouvaient tous dehors ; paraît même que c’est un très bon plan drague.

 

Donc voilà, un monde sans cigarette c’est quand meme vachement plus chouette. On se voit, on respire, on goûte bien mieux nos plats et le lendemain nos cheveux n’ont pas cette horrible odeur de tabac froid.

 

Le seul inconvénient à cette excellente idée qui bannit le fumeur aimant cloper des salles fermées… c’est qu’il se trouve partout où il n’a pas de toit au dessus de la tête.

 

Mise en situation : j’me balade, le coeur léger, l’oeil sautillant d’une vitrine à l’autre, le sourire accroché aux lèvres, quand soudain… *BAM*, mon visage entre en collision avec un Nuage Résiduel de Pollution Tabagique.

Comprenez que, quelques pas plus loin, un passant fume en marchant, et qu’il a laissé derrière lui un nuage puant et invisible dans lequel mon appareil olfactif s’est jeté aveuglément.

Parrait que c’est un truc d’ancien fumeur de raler contre ça…

 

Mais moi à ce compte là je serais prête à enfermer les fumeurs dans des parcs clos avec des bracelets électriques pour les empêcher de sortir…

 

 

En tout cas mes considerations sur la question du tabac en était là lorsque j’ai été demarchée pour vous parler du bracelet AcuOne Anti-Tabac qui se trouve justement être… un bracelet électrique!!!

 

Vous allez me dire : « nan, ils ont pas osé? ». Figurez vous que moi même je me suis demandé s’il osaient appliquer la méthode de Pavlov pour inhiber le reflexe tabagique (même si ma partie sadique souriait à cette idée).

Calculez votre dépendance tabagique

 

Et bien pas tout à fait. Les techniciens qui ont inventé ce système sont en fait partis des thérapies par l’acupuncture et ont essayé de la rendre facile d’usage pour réduire l’envie de fumer.

L’idée : vous mesurez votre degré de tabbagisme sur le site du constructeur, puis vous vous munissez dudit bracelet. Lorsque survient une envie de fumer (disons dans un bar, lorsque vous êtes engagés sur une discussion à très fort intérêt), vous actionnez le petit bouton. Pendant un temps donné le bracelet va alors vous envoyer des ondes électriques sur quatres zones du poignet en simulant une séance d’acupuncture. Au fur et à mesure cela réduira l’envie de fumer.

 

On n’arrête pas le progrès, hein?

 

En tout cas, pour l’heure, je n’ai vu aucun de ces bracelets, et je me demande s’il n’existe pas des couleurs plus seyantes…disons couleur vache histoire de rappeller les barrières électriques 😀

Mais bon, en meme temps, vu le succès des croks aux couleurs franches, les bracelets aux couleurs actuelles seront parfaitement assortis cet été à vos chaussures favorites 😀

 

 

Personnellement je me demande quand même si un vrai choc électrique ne donnerait pas des résultats plus immédiats *rictus sadique*

disclaimer

2 réponses à “Des considérations tabagiques d’une ancienne fumeuse”
  1. Gima dit :

    Tomate, c’est pas bien de répondre par un lien!

  2.  
Répondre