Paraitrait que les français dépensent plus en déplacements qu’en alimentation. Paraitrait que bientôt le prix dépasserait les 2 € à la pompe. Parait aussi que -vu qu’il n’y aura plus de pétrole- y aura plus de papier, plastique, chauffage, insecticide, gaz, engrais, etc…(dixit le journal de 20h sur la 2 de je ne sais plus quel jour)

Et il faut que vous réalisiez que les tupperware vont encore augmenter pour que vous vous rendiez compte du mur dans lequel on fonce ?

Je n’aime pas les gens qui crient à l’apocalypse et j’ai tendance à grincer des dents quand on me sors « je l’avais bien dit ». Mais tout de même, la question de l’épuisement des réserves n’est pourtant pas quelque chose de nouveau, encore moins l’épuisement des énergies fossiles. Je dois en entendre parler depuis facilement sept ans, et je ne dois pas être la première personne à qui on en ait parlé. Vous étiez où jusqu’alors ?

Rappelez vous à la rentrée 2005, l’un des buzz écologique était la question énergétique et le livre « Pétrole apocalypse » d’Yves Cochet. A mon gout c’est un bon livre même s’il peut laisser aller à la panique quand on cible 2010 pour la vraie crise du pétrole (ou plutôt la fin). Mais à se poser la question avec trois ans de recul, vous commencez pas à y peser quelques vérités ?

Avez vous déjà entendu parler de décroissance volontaire ? L’idée qui voudrait qu’on baisse notre consommation pour essayer de trouver un point d’équilibre entre ressources et besoins, quitte à nier la nécessite de croissance continue?

Avez vous déjà imaginé ce que serait la mondialisation sans énergie bon marché?

Avez vous penser à faire un stock de tupperware avant qu’il n’y en ai plus de disponible?

Question subsidiaire? Avez vous un kit de secours et un stock minimal d’eau et d’alimentation en cas « d’imprévu catastrophe »? Rigolez pas mais … j’en ai toujours l’ébauche à la maison. On vis pas plusieurs années avec un alarmiste sans en conserver des séquelles :p

6 réponses à “Le baril de pétrole à 250 $, voilà un bon prétexte à réfléxion”
  1. wawaa dit :

    tant que y’a du colza, moi ça va !

  2. MissBrownie dit :

    Euh j’ai quelques paquets de pâtes en stock… c’est mon Homme qui m’a forcé!

    A part ça, je ne comprend pas qu’on laisse la Chine s’équiper autant niveau automobile alors que dans quelques années plus personne ne pourra rouler au gasoil! Je trouve ça dingue!

    En ce moment je me pose beaucoup de questions par rapport à tout ça… d’ailleurs je pense qu’en septembre, j’adopte la métro attitude même s’il sera bondé!

  3. Donio dit :

    Les lois du marché fonctionnent toutes seules si on les laisse faire : que les chinois s’équipent à tout crin, très vite ça ne sera pas du tout intéressant financièrement, et ils arrêteront tout seuls. Par contre, diminuer les impôts sur l’essence et les frais pour les routiers, c’est porter à bout de bras une économie qui n’est plus viable et qui est vouée à disparaître, et ça c’est de l’argent jeté par les fenêtres… Autant utiliser cet argent pour permettre à ces gens de se réorienter.

  4. Gima dit :

    Donio »

    C’est beau ce que tu dis mon chéri. C’ets les mots que j’arrive pas à trouver au sujet de ces bidouillage économique. Le pire c’ets que je ne sais pas si les routiers pensent à utiliser cette période pour préparer une reconversion au plus vite…

  5. wawaa dit :

    En attendant moi je peux plus payer mon plein , donc la baisse je la veux bien, par contre il serait peut etre temps qu’ils se mettent à développer d’autres sources d’énergie ….car il y en a !

  6. Natacha dit :

    Décroissance, fin du pétrole… hum des thèmes que je connais depuis plusieurs années. J’avais même un projet de groupe de discussion de simplicité volontaire à une époque. Solution, développement et encouragement du co-voiturage, quand je vois que dans la zone tertiaire où je travaille tous les matins le parking est plein de voiture conduite par des employés roulant seule (avec des horaires quasi-similaires) et habitant dans la même zone géographique (périmètre de 30 km autour de la ville de Challans)… ça fait réfléchir. Idem pour l’alimentation, on a tout à gagner à faire travailler les producteurs locaux… etc (la liste est longue des solutions… encore faut il les mettre en œuvre).

  7.  
Répondre