Voila ça fait trois mois et demi que je suis officiellement au chômage. Jusqu’à présent je gère plus ou moins bien. La danse des candidature spontanées, des réponses aux offres reçue et des entretiens qui donnent rien s’enchainent à rythme constant. Pourtant les deux premier mois ont aussi  été largement utilisés pour les activités liées au blog, et ce n’étais pas de refus , mais avec la pause estivale il est d’autant plus désagréable de faire le constat…
Les offres sont rares , les entretiens sont pour des postes mal payés ou à l’emploi du temps  pourris (oui en librairie le travail du dimanche n’a pas attendu la loi).

Quant à la micro entreprise c’est plus ou moins prometteur, j’arrive à avoir des contact pro intéressants mais dès qu’il est question de salaire ou de contrat prolongé  ça devient  vite décevant.
Piges payées au tiers du tarifs, renégociation du moindre élément facturé…

Le truc c’est que la motivation des premier temps commence a s’effacer.
Le climat des vacances n’y étant pas étranger on s’en doute. Jusqu’à présent je me levais et couchais avec les horaires du chéri, histoire de garder le pieds dans les horaires de boulot, et je m’astreignait a travailler les candidatures ou site internet sur ces mêmes horaires de travailleur.
Mais là je sens la lassitude s’installer.
Le réveil est de plus en plus difficile, le coucher ne me motive guère, et chaque matin le rituel de la consultation des petites annonces devient carrément démotivant puisque, jusqu’à septembre c’est quasiment impossible de trouver un poste.

Donc que faire?

Répondre