On a beau galérer avec des périodes de chômage, on a beau être transportée de joie à l’annonce d’un entretien d’embauche couronné de succès, puis être ravie d’entendre parle d’un CDIa plein temps avec prime sur les bénéfices…
Il arrive parfois qu’un Job ne soit pas ce qu’il paraissait être…

Et là, c’est le calvaire et l’hésitation. Que faire?

S’en ouvrir à l’employeur en espérant que les choses changent?
Partir avant qu’elles n’empirent?
Ou attendre et prendre son mal en patience parce qu’on ne veux pas retrouver les méandres du chômage?

Vous vous en doutez, j’ai eut les deux pieds dans ce dilemme. Et tandis que la définition de ce poste devenait de plus en plus alambiquée, j’hésitais, je reculais…
Or, arrive un moment où il faut choisir.

Et j’ai préféré le risque du pire en quittant cette mission qui devenait n’importe quoi…
Passant d’une mission freelance à un possible CDI, puis une mission at home avant de devenir un deployment chez le client …

Car je préfère laisser place à d’autres opportunités plutôt que de m’entêter face à un mur d’incompréhension et malgré tout d’incompétence.
Je n’aime pas les constats d’échec mais il semble qu’on ne puisse pas s’aider professionnellement en éduquant ceux qui ne souhaitent ni comprendre, ni écouter.

Répondre