L’autre jour, à la radio, j’ai entendu les résultats d’une étude sociologique ( * ) concernant l’infidélité dans un couple, par rapport aux revenus de chacun des partenaires.
Cette étude a concerné environ 2500 personnes, âgées de 18 à 28 ans (en couple depuis au moins un an).

Il semblerait qu’il y ait un lien entre ces deux facteurs.
Si j’ai bien compris les résultats, si la femme gagne plus que l’homme, la probabilité qu’il y ait infidélité est plus importante que dans l’autre situation (le taux d’infidélité est le moins élevé si la femme touche 75% du salaire de l’homme). Et c’est aussi bien l’homme que la femme qui pourrait tromper sa/son partenaire.
La doctorante à l’origine de cette étude explique que l’homme aurait tendance à l’infidélité, pour restaurer en quelque sorte sa masculinité.
Celle-ci serait en effet mise à mal dans le schéma de l’homme qui doit gagner de l’argent.
Pour la femme, le résultat est présenté différemment : il est moins probable qu’elle trompe son mari, si elle gagne moins que lui.
Là, c’est la dépendance financière qui est mise en avant.

Donc, si je suis ce raisonnement je devrais m’exclamer : « mesdames et mesdemoiselles, arrêtez de vous plaindre que vous gagnez moins que les hommes : c’est pour sauver vos couples ! » ?

-_- ça m’apprendra à écouter la radio

Sources :

Répondre