Archives pour la catégorie “Caprices et shopping”

Il est une chose que je dois bien avouer : c’est que depuis que je suis revenue sur paris je fais beaucoup plus attention à ma façon de m’habiller. Et si je reste très modeste quant à mes sacs et fringues, j’avoue avoir développé un syndrome très répandu chez les blogueuses : la folie des chaussures.

Par contre, là ou certaines fondent sur les question de quantités je me domine assez pour n’acheter que des coups de cœur. Même si, là où il y a coup de cœur, il y a souvent un crevage de porte-monnaie. Pourtant… il y a des fois où on s’en sort miraculeusement. Je vais vous conter ici l’histoire de mes chaussures « Mary Poppins »

J’ai repéré ces chaussures sur ebay. Elles n’étaient qu’à une vingtaine d’euros, frais de port compris (puisque simili cuir) et étaient la dernière paire du vendeur. Je les ai donc commandées assez vite puisque je craquais sur le modèle. Et le prix était très raisonnable…

J’ai patienté une bonne semaine pour les réceptionner, et après être passé à la poste j’ai ouvert la boite avec plaisir. Seulement, première déception le simili cuir est un simili de simili cuir. Disons que les plis se marquent vite et restent visible (voir la photo). Je les ai quand même passées pour essayer, et là : re-coup de coeur. Tant pis pour la qualité, elles sont trop jolies pour être renvoyées.

Toutefois, en les passant en revue j’ai noté qu’une emprunte d’agrafe marquait le coté gauche du pied droit (allez savoir pourquoi…) et que le lacet du même pied était complètement foireux. J’ai donc écrit au vendeur pour lui signaler les soucis et lui demander de m’envoyer un lacet de rechange voire une autre paire.

Or…. 3 jours après mon mail, le vendeur répond en s’excusant platement, puisqu’il n’a pas d’autre paire ni même de lacet de rechange, et que pour la peine il me rembourse la paire de chaussures sans que j’ai à la renvoyer.

Me voici donc avec une paire de chaussures adorables et gratuites !

Comme quoi sur ebay il y a quand même des vendeurs pro trèèèès abordables et corrects. Il vendait des chaussures de mauvaise qualité mais quand on lui en fait part en restant correct il a fait preuve d’une belle courtoisie.

Comments 6 commentaires »

J’en avait parlé dans un précédent message: j’adore les cahiers. Je suis psychologiquement incapable d’en finir un (sauf les grands cahiers de bureau) mais j’en ai des tas et pour plein de choses differentes. Rien que dans le sac à mains j’en ai actuellement trois:

Mon carnet à liste: un vulgaire petit calepin promotionnel d’éditeur où je liste: les choses à faires, les invités aux soirées, les courses à faire…

Mon carnet de Paris: un Moleskin City book sur Paris où je glisse les cartes des visites des lieux sur lesquels j’ai flashé, j’y note les adresse où je dois me rendre avec les codes qu’il faut retenir, les petites phrases ou scènes vues et entendues dans la rue. Le gros avantage du carnet c’est qu’il contient aussi les cartes du centre de Paris ce qui reste pratique lorsque je vadrouille le soir (même si les petites rue n’y figurent pas).

Mon Moleskin classique: qui comme son nom l’indique est un carnet Moleskin simple offert par une copine il y a de cela un bon moment et où j’ecris ce qui me passe par la tête: idée d’articles, piste à creuser, infos culturelles, petite confession urgente, rimes spontanées, etc. On y trouve même des « ovni » débarqués d’on ne sait où, comme ce protrait de Boulet fait par Lucie Albon.

 

Depuis peu, un nouveau venu est arrivé avec panache pour essayé de détroner mon city book Paris, il s’agit du carnet Quo-Vadis spéciale Week End.

J’avais déjà envie d’un autre cahier pour les  voyages courts (3 ou 4 jours maxi) car je n’arrivais pas à trancher entre utiliser mon carnet classique ou mon carnet de voyage proprement dit. Et jusqu’alors je n’avais pas trouver le bon modèle pour cet usage.

Le Quo-Vadis est donc arrivé comme une fleur pour remplire ce manque. Et c’est pile poil ce que je voulais: des pages libres pour raconter les week end, des pages repertoire pour lister: ici les adresses, ici les boutiques, ici les monumets, etc… Question pratique il est donc nikel.

Mais là où j’ai vraiment été surprise c’est que ce carnet a un revêtement encore plus « sensuel » que mes moleskins habituels.

Ne rigolez pas mais le moleskin, je l’ai adopté d’une part pour sa taille et sa simplicité, mais de l’autre pour le coté tactile de sa couverture en cuir. Or le nouveau venu est encore plus doux et agréable. J’ai peur que, pour mon futur cahier à idée, on dise au-revoir au petit cahier noir.

En même temps, il s’agit d’une fausse concurence car les cahiers quovadis sont avant tout une collection thèmatique. On trouve ainsi: Mes joies, mes peines, mes rêves, mes enfants, mes amours, mes amis, mes week ends, mes voyages, ma culture, ma cuisine, mes vins, mes randonnées. Ils ont tous une couleur differente et pour la peine on voudrais tous les avoir pour cataloguer en papillonnant d’un cahier à un autre les futur-souvenirs que l’on se construit.

Bref… si la question du cahier de week end est désormais réglée le cruel dileme du futur cahier d’idée est bien lancée…

Comments 7 commentaires »

Dernièrement il s’est passé chez moi une drôle de réunion où plusieurs blogueuses et copines étaient conviées.

Sur la table de salon attendaient plusieurs bols de cochonneries sucrées et des verres à cocktail où apparurent au fil de la soirée du vin pétillant à la fraise, des Bloody Mary, quelques Cosmo et d’étranges cocas plein d’édulcorants (voyez vous les filles ça boit du light).

Bien que le chat et le décolleté de Nama aient tout fait pour attirer l’attention de l’assemblée, nous n’avons eu d’yeux cette soirée là que pour des trucs comestibles, flexibles, parfumés, turgescents ou vibrants.

Car le thème (et le but) de la soirée était de faire connaissance avec un panaché de sex-toys spécialement amenés par une hôtesse démonstratrice. Comme toutes les filles sont un peu gouinasses, on a toutes joué en même temps avec les trucs et les bidules. En plus, comme toutes les filles sont des langues de vipère, on s’est toutes plus ou moins moquées de l’hôtesse qui a eu la mauvaise idée de dire « cosmétable » au lieu de dire « comestible ». Et puis comme toutes les filles on est des copines on a amplement débordé de la démonstration pour blablater sur les chaussures, nos copains, nos vies et le monde en général.

Bref, ce fut une chouette soirée bien déconnante que même le chat il a fini par jouer avec nous :

Et puis en fait Nama elle raconte vachement mieux que moi la soirée avec les débuts tout sages, la suite moins sage, et la suite qui est à suivre.

Par contre avant de vous laisser je tiens à tout prix à vous montrer l’objet qui m’a choqué, moi, qui ne suis pourtant pas née de la dernière pluie ! Pour ce faire (et épargner les yeux des lecteurs innocents) je vous suggère de cliquer sur le lien. Personnellement ça m’évoque une innocente tototte de bébé revue par une bande de designeurs pervers adeptes de hentaï avec monstres tentaculaires. Beurk ! Et ils osent appeller ça « pistil d’amour » !

Comments 4 commentaires »

Vous vous rappellez mon billets sur les auto-cadeaux ?

Et bien figurez vous que je me suis trouvé mon cadeau de félicitation pour mon nouveau boulot. Et même que c’est un rudement beau paquet cadeau qui l’accompagnait:

« Que peut bien contenir cette jolie boite ? » vous demandez vous surement…

J’ai découvert ces merveilles en cherchant un petit haut bien coupé et suffisamment original pour être porté avec n’importe quoi. Seulement, après je ne sais combien de boutiques, j’en étais à repartir choux blanc quand sont apparus au détour d’un rayon ces superbes gants de laine noire. Je me suis jetée dessus et à la vue du petit prix j’ai filé en caisse en étant convaincue que j’avais trouvé mon petit cadeau.

Le vendeur m’a alors demandé si c’était pour un cadeau et j’ai dis non. Mais lorsqu’il m’a dit qu’il n’avait de toute façons que de belles et grandes boites je me suis ravisée en me disant qu’il valait mieux immortaliser ce cadeau au lieu de courir le risque d’oublier que c’était ma récompense et d’aller craquer sur autre chose.

Mais quelle n’a pas été ma surprise quand le gentil vendeur m’a sorti cette grande boite. Je l’ai ouverte et refermée avec précaution pendant toute la semaine avant de la remettre chaque soir religieusement dans son sac pour retrouver le plaisir de ré-ouvrir la boite le lendemain soir. Pendant une semaine c’était noël tous les soirs à la maison ^^.

Rassurez vous, maintenant j’ai terminé mon trip « petite fille gâtée de 5 ans » et j’ai rangé les gants en attendant les premier frimats. Par contre j’ai gardé la belle boite pour la réutiliser lors d’un cadeau à faire. C’est trivial mais j’adooooore cette boîte !

Que voulez vous, on s’amuse comme on peut quand on a une mentalité de gamine !

Comments 3 commentaires »

Dans la vie rien ne vaut un petit cadeau. Pour remercier, féliciter, encourager, ou juste comme ça.

Et ce qui s’applique aux autres vaut aussi pour soi. Ainsi je n’ai nulle honte à m’offrir un truc de temps en temps (ou plutôt « souvent » me dit ma conscience)

Mais à force, je suis en train de me pourrir-gâter. Pour preuve : sortie de mon entretien d’embauche concluant, je me dit que je mériterais bien quelque chose pour fêter ça. Une paire de chaussures sous le bras, très contente de moi je rentre à la maison. Je sais qu’à l’avenir ces chaussures symboliserons ma réussite à cet entretien. Je retrouve le chéri à la maison et on suggère de manger un truc dehors pour fêter ça.

Et dernièrement j’en étais à me demander ce que j’allais m’offrir quand je commencerais à bosser,  une horloge pour mon bureau ? Une plante verte ? Ou enfin mon blackberry ?

M’écoutant penser mon chéri me demande ce que je vais m’offrir pour fêter ma première paye… Là je me dis qu’il exagère… ou plutôt que j’exagère peut être un peu.

Bon, au final en sortant du boulot hier soir j’avais bien envie d’un verre mais nulle envie par contre d’un shopping ou d’un resto. J’étais assez fatiguée, même si je n’ai pas fait grand chose. Donc ce fut un bref cocktail avant de rentrer manger des pâtes à la maison et de regarder quelque chose sur l’ordinateur. J’ai donc été sage finalement.

Mais derrière cette chaste conduite pécuniaire je ressassais néanmoins cette pensée obsédante… « qu’est ce que je vais pouvoir m’offrir » ?

C’est grave docteur ?

Comments 9 commentaires »

… il n’ya pas de raison de vivre avec un lapin.

Mais devinez ce que mon Chéri m’a offert comme cadeau d’emménagement?!!!!!

*saute dans tout les sens*

 

Mon lapin de Pâque cette année n’était pas en chocolat mais en plastique. Désormais nous avons un chat et un nabaztag nommé Clarou à la maison!

En plus, j’ai une heureuse nouvelle à vous apprendre à son sujet: « Il est marrié ».

Bref, on s’amuse pas mal ici et il viens de déclarer lui même « je suis plutôt de bonne humeur ».

Une fois que j’aurais fini de juger ses compétence j’en ferais un article plus complet. Là il va maintenant me falloir laissé Clarou et sa fiancée pour ranger la maison et vaquer à des occupation plus « concrètes » :p

Comments 6 commentaires »

Voila, lundi dernier c’était shopping Pouf-pouf à Paris.

Donc rien que pour faire croire à Lucette-chérie que je suis passée dans le clan des viles-bourgeoises-capitalistes-de-Paris voici la photo de mon forfait :

 

Mais rassures toi sister, je n’ai fait que jouer à la riche.

Car si on enlève le cadeau de Saint Valentin du choupi, je n’ai dépensé que 20 €uros en tout et pour tout :p

 

C’est d’autant plus drôle de s’afficher avec les mains pleines de sacs siglés « Mariage frére », « Ladurée », « La grande épicerie de Paris » ou encore « le comptoir Français de Chine et d’Orient ».

 

Allez, un de ces quatre je vous fait des billets sur mon périple et mon avis carnassier sur certaines de ces adresses!

Comments 10 commentaires »