Archives pour la catégorie “Bio et écologie”

Lorsqu’on parle de campagnes d’intérêt public, on pense surtout aux campagnes de prévention santé, d’écologie ou de sécurité routière.
Et en France, ces campagnes ne brillent pas beaucoup par leur originalité ou par leur vocation à « faire du buzz ».

Il faut dire que les administrations ou associations qui achètent ses campagnes n’ont pas des moyens illimités ; ils ciblent ainsi la rentabilité et la sécurité de la campagne. C’est une logique qui se défend, mais qui a tendance à couter cher sur le long terme ; car il faut « payer » pour que le message soit régulièrement mis en avant et reste ancrés dans la mémoire des gens (pensez à « capitaine de soirée« ).

Toutefois, même si la France est très active sur les messages d’intérêt public, il y a certaines thématiques qui ne sont quasiment jamais mis en avant alors qu’elles pourraient être facilement mises en avant.
Et en cela, je pense au gaspillage alimentaire.

Aujourd’hui, vous avez tous (ou presque) été touchés par les campagnes de réduction des déchets ou le recyclage des objets électro-ménager. Les campagnes de « Mr Papillon »  et d » ‘écosystème » ayant été particulièrement efficace.
Pourtant, si l’on parle facilement de réduction/recyclage des déchets… on ne parle jamais du gaspillage.
Et c’est néanmoins le nerf de la guerre !

Car avant de recycler et réduire, il est peut-être temps de se poser la question des achats superflus !
Et c’est en cela que j’ai trouvé la nouvelle campagne de la région ile de France particulièrement intéressante.

On y parle avec des mots simples de l’achat superflus de l’alimentation, de l’impact sur les déchets, mais aussi de « l’indolence » de ceux qui prennent sans réfléchir.

Le fait d’avoir mis en scène les poubelles pour réduire l’accusation des propos est non seulement bien vu, mais aussi ludique grâce au mode d’animation suivi.

A mon sens ces campagnes devraient jouir d’affichage prioritaire sur les lieux publique mais aussi se décliner en affiche dans les lieux de restauration collective et, pourquoi pas, dans les lieux d’achat responsable.
C’est assez antinomique vis à vis du culte de la consommation actuel, mais la campagne à l’avantage d’être « belle » (en plus d’être légitime).

 

Bon à savoir :

De la cantine à la cuisine d’un appartement en passant par la salle de restaurant et les rayons des supermarchés, le gaspillage alimentaire s’invite à toutes les tables. Ici, ce sont les portions qui sont mal adaptées, là ce sont des plats qui peinent à séduire le client, parfois ce sont les pauses déjeuner, trop brèves, qui ne permettent pas de terminer un repas, souvent ce sont des doutes sur la conservation possible d’un aliment, ou encore des manipulations excessives de certains fruits ou légumes qui font qu’ils seront délaissés par les acheteurs… Bref, on a tous de très bonnes raisons de jeter… Et les résultats donnent le vertige : à l’échelle de la planète, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) évalue à un tiers la nourriture gaspillée chaque année. À l’échelle européenne, les tonnes de nourritures ainsi détruites permettraient de nourrir 200 millions de personnes. Car comment ne pas faire le rapprochement entre deux phénomènes : tandis que les poubelles débordent avec les restes de table et les produits pas suffisamment présentables pour rester dans le circuit, le nombre de repas servis par les Restos du cœur explose : +27% entre 2007 et 2012.

Vous trouverez l’ensemble des informations, ainsi qu’un article complet sur l’opération, sur le site du Comité Régional.

Comments Pas de commentaire »

Chaque année c’est la même chose, le printemps me donne des envie de déco et de rangement. Il m’est même catégoriquement interdit de mettre le nez dans un magazine de déco sous peine de vouloir à tout pris me lancer dans des travaux ou de la déco. Du coup je recycle cette énergie dans des activités de maison moins lourdes en investissement financier : le tri et le rangement.

D’ailleurs ces deux étapes ont été couronnées de succès puisque j’ai achevé les tri des vêtement, des bibliothèques et de la cave. Les gens des encombrants et des associations caritatives ont été plutôt dubitatifs devant l’étendu des dons, mais la cave est définitivement rangée et les placards ont retrouvé une aisance d’espace qu’ils n’avaient plus.

Mais fatalement, après tant de rangement, c’est l’heure du grand ménage. Mais là j’avoue, j’ai triché. N’ayant pas le courage de m’en occupé j’ai fait appel à une femme de ménage. Parfois il faut savoir se faire plaisir et déléguer les gros travaux ménager à plus compétant (et surtout plus motivé).

Par contre, la dame en question à fait la moue quand j’ai annoncé que je n’avais que des produits ménager bio (« respectueux de l’environnement » plus exactement). Désolée madame mais le Shit-bang et autre bombe chimique ne rentrera pas chez moi ! J’ai juste quelques cachets de javel pour nettoyer la litière du chat alors la dame n’était pas convaincue en faisant l’inventaire de tout cela…

Pourtant, après une première journée de récurage intensif de la cuisine je l’ai converti !Ou du moins, l’une des marques de nettoyant bio l’a convertie !

Et oui, même pour de gros travaux de ménage (tout y est passé dans la cuisine : le sol, les placards, le frigo, les céramiques, les murs et mêmes les plaques de cuisine) une marque de produit ménager bio a réussi à tout décrasser. Et à ma grande surprise ce n’est pas la marque bio allemande que j’affectionne, mais une marque de bio française que je connaissais plutôt pour leurs cosmétiques.

Car la marque Durance et moi ça avait commencé par la découverte d’une jolie gamme de cosmétiques à la lavande. Ressemant il m’ont proposé de découvrir leurs produits pour la maison et j’avais accepté sans trop y croire. Car si j’adore leurs cosmétiques et leurs bougies parfumées, j’étais quelque peu septique devant des produits ménagers bio.

Mais bonne pioche ! Car les produits sont non seulement très bien présentés, mais ils sont aussi très efficace. J’utilise le liquide vaisselle depuis un bout de temps, et la lessive liquide à fait ses preuve. Mais la surprise de taille c’est l’efficacité du nettoyant multi-usage !

Et c’est pas moi qui le dit mais la dame de ménage : « parce que ça sent très bon et que ça lave très bien » ! Moi je n’ai fait constaté, et ça sent effectivement très bon mais ma cuisine est surtout très propre.

Mes parfum préférés dans la gamme de soins de la maison Durance ? Verveine-Menthe et Pamplemousse-Sauge. Pour un peu on en mangerait !

Bref, Durance pour la maison c’est désormais validé ET adopté définitivement.

Tant pis si ça coute un peu plus cher que des nettoyants classique, c’est assez beau pour être mis en évidence à coté de l’évier et c’est tellement plus agréable que du conventionnel !

Plus d’infos : soin de la maison et soin du linge Durance


Comments 3 commentaires »

Quand on veut acheter des produits « vert » sur le web, on a généralement l’embarras du choix. Tellement de choix que c’est plutôt de l’embarras qu’un réel choix. A force de naviguer on ne sait plus vraiment à qui on achète : un revendeur ayant une boutique « sur rue », un grossiste caché au fond d’un entrepôt, ou un particulier qui s’est mis à son compte.

Personnellement j’ai une petite préférence pour les boutiques ayant pignon sur rue ou les marchands web qui se sont spécialisé autour de leurs engagement éthique ou écologique. Mais depuis l’année dernière, je n’arrive plus à faire des choix : l’offre est décidément trop large. Et pourtant je suis une vraie accro aux achats par correspondance, surtout lorsqu’il faut se faire livrer les 10 kilos de croquette du chat, sa litière ou tous les produits d’entretien écologique que j’utilise à la maison.

Du coup je me suis demandé ce que cherchaient les gens sur une boutique web spécialisée dans l’écologie.

Dernièrement on m’a présenté greencommerce.fr, une plateforme qui regroupe plusieurs vendeurs et qui vous orientent vers les objets dont on a besoin. Le service est gratuit pour les acheteurs et payant pour les vendeurs. Un prix reversé à des associations environnementales. Seulement si l’idée est géniale, le site ne me semble  pas pour l’heure assez rempli. On peut certes y trouver facilement des panneaux photovoltaïques ou des vélos à assistance électrique mais quand je veux de la lessive écologique ou des économiseurs d’eau le choix est beaucoup trop juste.

Du coup sur quoi se reporter pour s’aider dans le choix. La question est d’autant plus importante lorsqu’on cherche des cosmétiques bio parce que c’est alors le grand n’importe quoi. Tout le monde en propose sans vraiment orienter les choix par des avis. Le recours aux blogs et aux avis de consommateurs indépendants est quasi obligatoire si on veut une vraie information.

Personnellement j’ai mis une certaine méthodologie au point pour m’en sortir…

Souvent je commence par faire une recherche par type de produits sur de gros sites marchands qui mêlent allègrement business et marché « écologique ». Une fois que j’ai sélectionner deux ou trois produits, je fais une enquête sur les blogs pour avoir des avis de consommateurs.  Ça me permet de choisir le produit que je vais vouloir essayer.

Ensuite je passe à l’enquête des prix. Auparavant je consultais des comparateurs de prix, mais ceci sont de plus en plus souvent dépassés. Je vais donc sur le site du fabriquant à la recherche d’un « prix conseillé en magasin ». S’il n’y a rien je fais des essais avec google pour voir qui propose quel prix. On sera souvent surpris de voir que ce sont rarement les « gros » sites qui proposent les tarifs les plus bas. Surtout si on prend en compte la question des frais de port.

Après cette étape, il ne reste souvent pas beaucoup de site candidat à la vente. Je finis généralement sur des sites comme le monde du bio ou e-citizen, surtout lorsqu’il est question de produits d’entretiens. Le monde bio parce que c’est une boutique engagée qui essaye de se démarquer par sa politique de prix, et e-citzen parce que c’est une plateforme de marché où les marques proposent elles mêmes leur produit (ce qui garantit un prix correct)  et qui s’engage à reverser 5% du prix des produits à une association de mon choix.

Maintenant je ne suis pas sûre que cette méthode soit la meilleure, comment faites vous pour acheter des produits écolo sur internet ? Quels sont les sites à qui vous faites confiance ? Qu’est ce que vous demandez à un site web « bio » ?

Comments 4 commentaires »

Une fois n’est pas coutume j’ai accepté de publier une vidéo de publicité. Oui oui ça fait bizarre rien qu’à le dire. Mais ce n’est pas pour rien car cette fois ci c’est le label du bois français qui se lance dans le « street marketing » comme ils disent; et bientôt, la forêt arrive sur les toits de Paris.

Un évènement unique qui aura lieu le 30 septembre sur les toits de Paris: La forêt investit la ville.

C’est plutot une belle vidéo, non?

Plus d’infos sur nos-forets.org.

Comments 4 commentaires »

Donc hier, on s’est amusé à édicter les commandements de l’écologiste pratiquant les rapports sexuels engagés. Mais comme tout le monde n’a pas la fibre militante, voici une petite liste des produits actuellement sur le marché et visant à faciliter les bonnes actions écologiques sans trop révolutionner vos pratiques.

– Les préservatifs bio :
Oui ça existe. Faut dire qu’à la base les premiers condoms étaient fabriqués en boyau de cochon (glamour quand tu nous tiens…). Maintenant, pour satisfaire le consommateur adepte du bio (et vegan par dessus le marché), on vous propose du préservatif 100% caoutchouc traité avec des produits non nocifs. Le truc c’est que pour la peine les allergiques vont connaitre quelques chaleurs non désirées… mais les producteurs affirment que c’est du latex non allergène… (Recherchez la marque RSFU).

A défaut on peut aussi vous proposer les préservatifs bio-dégradable (oserai-je avouer qu’ils sont compostables* ?) comme on les trouve chez Escaboucle (qui les a fabriqués pour les campagne de la mairie de Paris notamment).

– Les lubrifiants bio :

Pour les lubrifiants il y a évidement des alternatives naturelles, toutefois j’ai beau m’échiner je dois vous avouer que je n’en ai pas trouvé de bio.
Du coup on trouve plutôt de la composition naturelle, avec principalement la marque Sylk (eau et composant naturel) car compatible avec tous les préservatifs

Mais pour ceux qui recherchent un lubrifiant plus « costaud », il y une autre marque alternative aux composants 100 % naturels : Bioglide avec une gamme plus étendue de produits.


– Les sex-toys :

Pour revenir au problème des sex-toys, si je vous parle de leur fabrication problématique c’est en parti à cause d’un rapport très alarmant de greenpeace quant aux composants.

Donc pour se faire du bien sans prendre de risque pour la planète, privilégier les joujoux en verre et pyrex.
Et puisque les piles sont polluantes (et leur recyclage une vaste fumisterie mensongère), mieux vaut prendre de sages et stoïques jouets.

D’ailleurs pour éviter d’utiliser des piles dans les vibros, il existe maintenant des vibros qui se rechargent sur secteur. Je ne suis pas convaincue qu’une batterie soit meilleure que des accus, mais il fallait le signaler pour les accros aux vibrations.
Enfin comme le sex-toyeur écolo est écologiste (oui, oui), il pensera à suivre la campagne anglo-saxonne de recyclage de sex toys pour laquelle on rend un vieux « rabbit » en échange d’un nouveau à moitié prix. Or, comme la moitié des acheteuses ont les yeux plus gros que le ventre, la campagne a fait beaucoup d’émules pour rendre l’imposant bestiau contre quelque chose de plus mesuré et plus écologique (moins gourmand en piles et sans mauvais composants chimiques).

Maintenant vous savez tout ^^

Mais si vous avez des choses à m’apprendre : je vous écoute !

* l’idée du préservatif compostable a donné lieu à beaucoup de jeux de mots pourris pendant la rédaction de cet article, notamment avec la perle de Donio : « Tu vois ce légume gamin ? Et bien quelque part c’est un peu ton petit frère »

Comments 4 commentaires »

Et si on parlais sexe ? Ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé sexe, non ? Mais cette fois ci on va parler sexualité à la mode « bio ». Parce que voyez vous, même au pays des labels écologiques on assume le port du préservatif, l’utilisation des lubrifiants et… des sex-toys. Donc « petite » revue de ce que j’ai vu et aperçu jusqu’alors.

Tout d’abord les commandements de l’écologiste qui fait l’amour écologiquement (ça c’est le concept) :

  • La  lumière éteinte tu garderas : oui, l’économie d’énergie peut justifier la perte d’un sens, sinon faut faire l’amour le jour 🙂
  • En couple fidèle tu pratiqueras : parce que bon, les préservatifs c’est du déchet en plus, donc au bout de 3 mois et avec confiance envers l’autre (si c’est possible) on va faire sa batterie de dépistages et si c’est bon on peut coïter sans condom. Il vous reste plus qu’à trouver un moyen de contraception pour ceux qui ont besoin
  • D’ailleurs si t’es écolo et contre la reproduction immédiate, en tant que femme, tu choisiras le stérilet pour éviter d’aller mettre de l’œstrogène partout de part le monde. C’est malheureux à dire, mais la contraception hormonale est l’un des facteurs chimique les plus polluants, source de stérilité chez l’homme et de mutation chez les animaux (ce n’est pas une blague, allez voir ce lien). Reste plus qu’à trouver un gynéco qui accepte de le poser (et là bon courage… hors planning familial c’est galère.)
  • Les excitants chimiques et les lubrifiants pétro-chimique tu éviteras. Quand on est écolo on ne sur-utilise pas des produits raffinés. Or, tous ces produits en contiennent beaucoup…
  • Enfin, le pratiquant sexuel écologique n’achètera pas de sex-toys en plastique ou à pile. Il faudra se retourner vers le verre ou céder aux sirènes des piles rechargeables. C’est peut-être triste, diront certains, mais ça fera travailler votre créativité (lâchez cet épis de maïs tout de suite, il y a des mineurs qui lisent ce blog !)

Ça c’était pour les commandements un peu rabat-joie. Demain on parlera  plus concret avec la présentation de produits qui permettent de faire quelques consensus dans une pratique sexuelle écologique (mais non dépourvue d’ustensiles)

La Suite

Comments Pas de commentaire »

Pour l’anniversaire, je souhaitais avant tout inviter des partenaires commerciaux en rapport avec  les lignes éditoriales que je développe. Il était donc normal de chercher un sponsor qui colle avec les causes « Nature » telles que l’écologie, la santé et le bio. En contactant le site où je m’approvisionne, je ne me mouillais pas trop mais quand j’ai eu la très bonne surprise de recevoir leur accord je me suis fait un plaisir de préparer cette présentation de Toutallantvert.com

Pourquoi ai-je démarché ce site comme sponsor ?

Tout d’abord parce que je suis cliente chez eux. Et qu’en tant que cliente je connais la valeur de leur SAV et de leur suivi de clientèle. Un problème avec une référence ? Une recherche d’objet précis ? Un contact par mail et c’est une réponse individuelle qui est fournie. Quelque chose qui manque sur la VPC internet !

Ensuite parce que leur choix de produits et de gammes est plus qu’intéressant. On trouve tout ce qu’il faut pour la maison, l’habillement, l’hygiène, bébé et même les cadeaux.  Ils ont même d’excellents kits de découverte thématique qui jouissent d’une petite réduction pour découvrir ou faire découvrir !

Enfin parce que dans la pléiade de boutiques écolo qui se sont ouvertes sur le net, c’est l’une des rares qui marque un vrai engagement avec des valeurs humaines, écologiques et pédagogiques. Le site permet aussi de s’initier via leur blog et de petits guides à télécharger gratuitement.

Comment le site a-t-il choisi de s’intégrer à l’anniversaire ?

Pour un site qui n’a pas l’habitude de travailler avec les blogs, j’ai eu la surprise de recevoir un accueil très sympathique et même enthousiaste lorsque le projet a été présenté en son entier. Et le pompon c’est qu’en téléphonant pour finir de se mettre d’accord, on a fini par causer pendant 1h30 d’écologie et de citoyenneté, ce qui a fini de me convaincre sur leur engagement.

Tout Allant Vert a donc choisi de participer avec des bons d’achat pour vous permettre de choisir ce qui répond le plus à vos problématiques et intérêts personnel. Ce sont en tout 5 bons d’achat qui seront mis en jeu tout à l’heure et qui récompenseront 3 personnes choisies au hasard et 2 choisies par moi même et l’équipe de ToutAllantVert !

Merci à ToutAllantVert.com pour leur participation !

Comments Un commentaire »