Archives pour la catégorie “Vercors”

Comme je commence tout juste à me remettre de l’échec de nos vacances rando dans le Vercors, je me suis dit qu’il valait mieux exorciser les retombées de cette blessure idiote en faisant quelque chose de nos souvenirs. Et pour la peine j’ai répondu présente à un concours lancé par une toute jeune émission télé de la chaîne voyage : « amis d’en France ». L’émission a pour but de faire découvrir avec un duo d’animateurs fortes têtes des idées week-end dans une région de France. Pour ceux qui ne connaissent pas encore, je vous recommande d’aller voir le le site ou les extraits; c’est frais, animé et ça rappelle les bonnes émissions de tourisme qu’on avait jusqu’alors cantonné chez les anglo saxons. Pour le concours, saluant le lancement de leur émission, on nous proposait de faire comme les animateurs : vous présenter les bons plans week-end d’une région française : ce sera donc le Vercors pour nous.

Souvenir 2009 du Vercors

Souvenir 2009 du Vercors

Le Vercors, c’est quoi, c’est où ?

Ça se trouve en Rhône Alpes (Sud Est de la France), et c’est délimité par la région montagneuse entre la Drome et l’Isère. Précisément le Vercors c’est le nom donné aux plateaux montagneux qui se trouvent entre Grenoble et Valence, et qui descendent ensuite vers le sud. En plus d’être doté d’un patrimoine historique abondant et d’infrastructures sportives importantes, la région possède aussi un parc naturel parmi les plus accessibles de France pour l’observation de la faune de montagne et très riche en flore exotique.

Le plus simple pour se rendre là bas est d’utiliser les gares TGV de Grenoble et Valence, voire la gare de Roman sur Isère.

Le Vercors, on y dort où ?

Si vous venez en train puis en taxi/bus le plus simple sera un hôtel dans une des « villes » locales ou des stations de sport d’hiver. En effet les liaisons de bus sont plus fréquentes et l’offre hôtelière importante.

Par contre, si vous venez en voiture ou que vous ne craignez pas les déplacements à pied, je vous recommande plutôt les chambres d’hôtes et centres de séjour locaux.

En tête de liste :

L’auberge du Collet à la Chapelle en Vercors (ou plus exactement à 1 kilomètre à pied). C’est une auberge familiale coquette, vraiment pas chère et où l’on mange comme des rois avec un accueil très pro. La demi pension pour deux personnes est à quelque chose comme 88 € avec petit dej, repas et chambre. En plus on peut vous aiguiller vers les randonnées du coin, la traversée du Vercors en vélo et les hôtes sont vraiment disponibles en cas de besoin.

Je recommande aussi particulièrement le gîte « La rondeur des jours » à SAINT-ANDEOL qui a pour particularité de pouvoir accueillir des stages et séminaires tout en étant isolé et dépaysant. On y est très bien accueilli et encore une fois les hôtes sont là pour vous faire plaisir en étant disponibles dans cet endroit reposant et confortable

Le Vercors on y mange quoi ?

Alors avant tout chose on y mange des spécialités comme les ravioles. Ce n‘est pas fabriqué à proprement parler sur le plateau mais à Royans. Si vous êtes dans la Drome, vous allez les manger en sauce, si vous êtes sur le Vercors ce sera gratiné. Et mon dieu que c’est bon ! Avec ça, un peu de charcuterie locale avec la caillette (un pâté de viande mélangé).

Mais c’est rayon boisson que les spécialités sont les plus intéressantes ! Je vous passerai le vin de noix que j’aime bien mais qui ne plaît pas à tout le monde, par contre je vais vous faire l’apologie de la clairette de Die. Ce vin à bulle de la région drômoise est à proprement parler surprenant : très fruité, il rappelle la pêche et l’abricot, tout en conservant ce coté frais et légèrement acide qu’on trouve toujours chez les pétillants. Il se boit aussi bien en apéritif léger que comme dessert gourmand. J’en suis particulièrement fan.

Le Vercors on y mange où ?

On n’a jamais eu de mauvaise surprise, même en mangeant dans certains tripots des villages reculés. Il y a d’ailleurs moyen de manger vraiment pas cher dans les bars/restaurants de village (12 € menu complet avec « vin »).

Mais s’il y a une adresse à ne surtout pas louper, c’est le restaurant La providence à Lans en Vercors. Derrière son apparence de restaurant familial pour touriste, c’est en fait une grande et belle adresse gastronomique. Le chef y est « toque gourmande » et propose une formule carte blanche que je vous encourage vraiment à prendre. Pour 40 € à peu près, le chef se déplace à votre table et vous demande ce que vous aimez manger, quelles sont les saveurs qui vous plaisent ou vous déplaisent. Avec ces informations, il vous dit ce qu’il a en cuisine et vous propose deux trois idées de plats qu’il pourrait vous faire ou… essayer sur vous. Si vous êtes d’accord sur ces premières idées, il repart en cuisine et concocte spécialement pour vous un menu à vos goût et selon les arrivages de cuisine. Oui madame, vous êtes une reine et ici on l’a bien compris ^^. Et quand le dessert arrive méfiez vous de votre gourmandise ; c’est souvent un morceau de chacun des gâteaux qu’il y avait en cuisine ! Je ne suis jamais sortie de là en ayant encore faim. Et pour 150 € à trois on est aussi sorti fin faits, parce que le sommelier s’accorde très bien avec le chef pour trouver les vins qui vous plairont et qui iront parfaitement avec vos plats.

Mais la question principale est : Le Vercors on y fait quoi ?

Alors là attachez vos ceintures parce que niveau activité vous allez être servis. Derrière les idées loisir de base en montagne avec la randonné tous niveaux confondus et le ski, il y a profusion d’occupations qui vous tendent les bras.

Paysage du Nord Vercors en été

Paysage du Nord Vercors en été

Pour rester dans le séjour sportif et découverte : la randonnée avec un âne. Ça ravira les enfants si vous en avez, ça fait plaisir aux mamans de ne rien porter, et en plus de ça on se balade tranquillement en prenant le temps de découvrir les lieux et les animaux.

Toujours dans le sportif il y a le saut à l’élastique : pratiqué régulièrement sur le pont de Ponsonnas, c’est un très beau site pour s’y initier. Personnellement je ne suis pas du tout fan mais rien qu’à voir les zozos qui plongent c’est plutôt sympa.

Enfin, un truc qui m’a beaucoup plu quand j’étais plus jeune : la spéléologie. Il y en a pour tous les niveaux, j’ai commencé vers 6 ans dans la région d’Autrans et j’ai continué jusqu’à mes 17 ans en essayant plusieurs zones de la région.

Tiens une dernière chose à faire si on vient en hiver : si vous en avez assez des rando raquettes et du ski alpin ou de fond, essayez les traîneaux à chien. C’est un peu cher quand on y pense, mais c’est à essayer au moins une fois pour le coté sensations que ça procure !

Car s’il y a une chose qui ne manque pas sur le plateau ce sont les grottes. Et en n’étant pas sportif il y a quand même beaucoup d’accès tout public avec des grottes aménagées. La meilleure est sans doute celle de Chorance (qui nécessite un trajet sur la départementale traversant les Gorges de la Bourne et livrant des panoramas ahurissants) avec sa salle aux stalactites transparentes et ses aquariums avec bébête préhistoriques. Mais je vous recommande aussi la grotte de la Luire qui se visite aux flambeaux ! Et là bonjour le dépaysement.

A droite l’une des salle de la grotte de Chorance et à gauche la départementale pour se rendre là bas (oui c’est bien une départementale, et c’est pas la vue la plus ‘original’ du trajet :p )

Niveau culturel vous pouvez aussi profiter de la dimension historique du plateau avec la route de la résistance (oui les résistants du Vercors c’est ici) et le mémorial. Chaque petit village pratiquement a sa plaque commémorative de cette période sombre et en même temps glorieuse.

Si c’est le patrimoine humain qui vous intéresse, je vous recommande aussi un passage par Monchardon qui se trouve être la plus grande communauté bouddhiste rurale de France. Les moines vous accueillent de bonne grâce et des visites sont même organisées pour découvrir le temple. C’est extrêmement perturbant de trouver ce bout d’Asie dans cette région de France, mais très rafraîchissant d’en sortir après avoir discuté avec les moines et les stagiaires. Ça dépayse à tout point de vue !

La grande salle de Monchardon (source: cliquez sur la photo)

La grande salle de Monchardon (source: cliquez sur la photo)

Enfin, pour occuper vos soirées, il y a aussi des activités autres… Dans le genre inclassable : la piscine à vagues de Villard de Lans par exemple avec sa voisine la patinoire où l’on peut admirer des matches des équipes pro de hockey sur glace (je suis fan, les ambiances sont toujours géniales). Il existe aussi des sorties nature de nuit pour écouter les chouettes chanter ou aller épier les chamois à l’aube. (En même temps les chamois et les mouflons ce n’est pas ce qui manque).

Cascade vue en rentrant de rando

Cascade vue en rentrant de rando

Donc voila, j’espère qu’avec tout ça vous ne manquerez pas d’idées pour aller passer un week-end détonnant dans le Vercors. Si vous connaissez d’autres plans je suis quand même preneuse car j’aime beaucoup la région et je compte y retourner.

Comments 2 commentaires »

Lors de la montée de Leoncel (voir note de la veille) j’avais commence a développer une douleur a l’aducteur de la jambe droite. Douleur au début assez diffuse mais qui a décide de se rappeller a mon bon souvenir une fois la pause au Grand Echaillon terminée. Car entre temps les muscles se sont refroidis…

Toutefois, comme il ne restait que 7 kilomètres annonces avec 2 heures de trajet, la douleur ne m’inquiétais pas.Le chemin était plutôt plat et traversait des prairies, des sapinières, ou des petites vallees qui rendaient le paysage bien sympathique.
Or, arriva le moment ou le chemin arrêtait d’être plat. Un panneau nous a mis la puce a l’oreille en annonçant 4kilometres restants a faire en … 1h10.

On a commence a descendre, descendre et descendre. Et plus on descendait et plus j’avais du mal a avancer et plier ma jambe droite. Le panneau suivant nous annonçait encore trois kilomètres pour 50 minutes… Plus ça allait et plus la distance restante semblait s’accordait du crédit de temps!

Au final entre le Grand Echaillon et Bouvante le Haut (notre étape du soir) on a mis bel et bien trois heures entrecoupe de gros mots, douleurs et ras le bol de “ses pentes a 70% qui ne veulent pas en finir”. On est arrive fin morts au gîte en espérant une baignoire (qu’evidament il n’y avait pas).

En discutant avec notre hôte on a toutefois eût la surprise de s’entendre proposer les clefs de la piscine et l’on a pu barbotter pendant une heure dans l’eau chaude en face des montagnes grace a la vue offerte par lovées la baie vitrée.

Par contre après un repas animes avec un guide de la région et une nuit douloureusement passée (douleur a la jambe droite), il a fallu se rendre a l’évidence… La douleur est belle et bien une blessure.

En discutant de cela au petit dejeuner avec le guide rencontre hier il a été décide qu’on ralirais La Chapelle en voiture grâce a sa copine (rencontre la veille aussi).
Après consultation du médecin, il s’avère que j’ai une dechirure de l’adducteur. Mon chéri n’est plus seul a m’interdire la marche ; le docteur se range de son côte et m’impose le repos. Encore une fois je dois écouter des gens raisonnable, je hais ce mot frustrateur…

Il est 12h30, je me venge sûr une assiette conséquente de chacuterie et ravioles, il faut qu’on se trouve un plan B…



Comments 4 commentaires »

Bonjour a tous!

Il etait 8h30 et lorsqu’on nous a dépose a Peyrus (la chapelle saint pierre). C’est l’heure du départ.

Nous étions fraîchement chausses et fringuants comme des randonneurs qui ignorent ce qui les attendent.

Et pour cause, le premier objectif était de monter sur le plateau du Vercors: 1100m de dénivelé positif. Après 4kilometres on a fait une première pause car nos coeurs tambourinaient a nos oreilles et on hésitaient entre vomir et s’évanouir. On a bu, mange du sucre et retrouve notre souffle.
Au bout d’une heure et un dénivelé de plus en plus dur j’avait envie de me coucher au bord du chemin et dormir…

Finalement après deux heures de grimpette on y est arrive.
On a parcouru les contreforts pendant quelques bienheureux kilomètres de plat avant d’entamer 600m de dénivelé négatif pour rallier Leoncel et son abbaye cisterienne. Chose fait pour midi.
S’en est suivi un picnic revigorant avant de reprendre la route une heure après.

Et la les choses ont commence a se gâter… 800 mètres de dénivelé positif avec des pentes entre 60 et 80% d’inclinaison! Cette fois ci je n’avait pas envie de l’allonger au bord du chemin pour dormir, mais pour qu’on me laisse y mourir. Il s’est trouve que mon chéri s’y est refuse.
Et a 14h30 on arrivait douloureusement a 1200m d’altitude. Nul humain (s’il n’est spéléologue ou prisonnier) ne peut comprendre ma joie de voir le ciel bleu au dessus de moi (au lieu des frondaisons) et un panorama se développer en face.

Bon le truc c’est que je me suis quelque peu amoche la jambe droite sur une pierre traîtresse. Mais a ce moment je n’y fait pas attention.

Par contre on en a profite pour s’offrir une pause café a l’auberge du grand Echaillon, judiscieusement placée au milieu de nul part. Ce fût l’un des pires café que j’ai goûte mais un agréable petit luxe sûr le chemin!

A ce moment la l’itinéraire ne prévoyais plus que deux heures jusqu’à notre étape du soir; mais ce ne fût pas exactement le cas…





Comments Pas de commentaire »

Certains se font un devoir de partir en vacances en plein mois d’aout (ou juillet, c’est selon), mais moi je déteste ça. Donc du 1er au 11 mai on prend nos clics et nos clacs pour aller voir ailleurs s’il on y est.

Au programme:

  • Valence: les copains, le soleil, la Drôme.
  • Le Vercors: parce qu’on a une idée plutôt “deviante” des vacances on s’est dit que relier Valence à Grenoble à pied (en passant par le Vercors quitte à faire)  était une chouette idée des vacances.
  • Grenoble: un retour aux sources est toujours une belle parenthèse estivale, surtout si on squatte chez les copains
  • Lyon: quitte à faire, passer manger une andouillette et dire coucou à la famille reste une bonne option pour clore ces quelques jours

Ne comptez pas sur ma présence ces prochains temps, l’iphone et la connexion 3G font des miracles mais je ne peux garantir la réponses aux emails et la publication régulière de billets. Des billets ont été programmés en publication automatique mais y a rien de grandiloquent. Y a un cerbère nommé à la surveillance des lieux et je gere les urgences de là où je serais.

Faites pas de betises, on reviens bientôt avec le plein d’energie et des tas de suprises pour l’anniversaire ;-)

Comments 2 commentaires »