Archives pour la catégorie “In my Home”

D’habitude, les dimanches passés à la maison ont tendance à virer en geekerie de couple, chacun coller à son pc en écrivant/surfant/game-ant côte à côte. Il ne faut pas non plus oublier le chat collé sur son coin de canapé à vérifier que personne ne fait mine d’aller vers la cuisine.

Mais en hiver, les dimanches à la maison c’est beaucoup plus que ça…

D’abord à cause des températures c’est une enfilade de thé/café/infusion préparer amoureusement chacun son tour.

Ensuite à cause du manque de luminosité c’est toujours une ou deux bougies qui égayent le salon.

Et parce que c’est bientôt noël y a souvent quelques chocolats et pains d’épices pour aller avec les boissons chaudes.

Finalement un dimanche à la maison en hiver c’est souvent un après midi à geeker au salon avec infusions, chocolats, bougies et plaid sur les genoux. Un peu comme d’habitude mais en plus mieux, surtout quand le chéri ramène des « mon cheri » pour aller avec le café!


Pour lire ce billet je vous recommande d’écouter ça!

Comments 5 commentaires »

La pléiade de publicités pour les jouets en fin d’année me replonge dans mes souvenirs d’enfance. Quand je vois la multitude de trucs électroniques, je me dis que « de mon temps on savait s’amuser » puisqu’on passait facilement 4 heures sur des playmobil tout seul dans notre chambre, sans avoir une DS reliée par wifi à des milliers de camarades de jeux.
Ça m’a posé la question de mes jouets préférés quand j’étais petite, mais je n’arrive pas à savoir s’il y en avait un en particulier ou plusieurs.

Je me rappelle avec émotion de ma nursery Mon Petit Poney. C’était la première fois que j’avais un gros jouet « moderne ». Il s’agissait d’une énorme maison de poupée pour les petits poneys, tout en plastique rose et blanc avec plusieurs petits poneys à l’intérieur, des décorations adorables et des détails très « guimauve ». On aurait pu y voir une meringue géante…

Mais à la même époque j’avais déjà une maison de poupée entièrement faite à la main par mon grand père et où les détails étaient géniaux. Il avait utilisé des chutes de papiers peint pour décorer les murs et avait même mis une petite pièce servant de cabinets. Il y avait des escalier (c’était une maison à deux étages), des volets, de la moquette dans certaines pièce et un toit rouge verni.
A l’époque elle me paraissait gigantesque (j’avais six ans et elle était plus grand que ma taille). Mes parents me l’avait installée dans mon armoire et je l’avais ainsi à la bonne hauteur pour en tirer tout le potentiel.
J’y faisait évoluer mes « petits malins » et l’on en retrouvait toujours un aux cabinets !
Lors de mes sept ans j’ai eu le droit d’inviter des copines à jouer chez moi pour mon anniversaire et je me rappelle encore des soupirs d’admiration devant cette maison de poupée.
Aujourd’hui celle ci sommeille dans le grenier de mes grands parents en attendant d’avoir l’occasion de resservir.

C’est marrant mais à lire ça je découvre que j’ai d’excellents souvenirs avec cette maison de poupée ! Le garçon de notre famille avait aussi le droit à un jouet « made in Papi » qui construisait pour les mâles des fermes d’animaux avec fenêtres, porte, gazon dépliable et grenier de rangement. Celle de mon frère dort aussi dans le grenier de mes grands parents en attendant une relève.

Je me demande si les mômes d’aujourd’hui sauraient en faire quelque chose passé 6 ans…

Et vous, vous vous rappelez de vos jouets préférés ? Vous les avez encore ?

Comments 5 commentaires »

Et voilà… noël est là puisqu’on ouvre la première case du calendrier de l’avent. Je crois que quelques soit mon âge ou mon état je trouverais toujours moyen d’avoir un calendrier de l’avent, ce simple petit chocolat du matin est un ré-enchantement permanent.

Et avec l’arrivée de décembre il m’est venu le besoin ce week-end de décorer un peu chez moi. Or, si l’année dernière j’avais un tout petit sapin, rapport à mon petit chez moi, cette année le « chez moi » est si petit qu’il n’est pas possible d’avoir de sapin.

J’ai donc improvisé et munie d’une boite de punaise et de ruban bolduc j’ai créé notre propre sapin pour habiller l’appartement de son bout de sapin de noël.

Avouez que le résultat est charmant :

Comments 17 commentaires »

Je suis installée sur Paris depuis mars de cette année. Et bien je peux affirmer aujourd’hui avec une fierté non feinte que ça y est : la décoration de la cuisine est définitivement terminée.

Je sais que ça peut être bête dit comme ça mais je suis très très portée sur les détails d’une déco, et la cuisine c’est hyper important. Alors certes avec l’accident d’étagère qui eut lieu dernièrement la cuisine c’était un vrai capharnaüm.

Mais j’ai vaincu la pagaille et avec un brin d’astuce la cuisine ressemble à quelque chose quand bien même il j’installerais une étagère de plus.

D’où la visite guidée :

A l’heure où j’ai pris les photos, les nouvelles étagéres n’étaient pas encore installées, d’où le fait qu’on ne voit que certains cotés de la pièce. Mais je pense qu’on saisi bien l’ambiance des lieux donc je vous laisse imaginé le mur couvert d’étagères et de bocaux qui va avec :p

Comments 4 commentaires »

A paris, j’ai la chance d’avoir deux grandes fenêtres qui donnent sur une arrière cour assez large pour donner pas mal de lumière et peu de vis à vis. Le cas est assez rare pour être signalé et apprécié malgré les 4 étages sans ascenseur.

Qui plus est, mes fenêtres jouissent d’une petite avancée que je me suis permise d’envahir avec mes « trucs et machins » histoire de donner de la couleur à ces rambardes et gouttières grises. L’invasion a ainsi commencé par deux petits plants de lierre avant de céder à la jardinière de plantes aromatiques:

D’ailleurs cette année j’ai fait une très belle récolte de Verveine.

Mais plus « remarquable » que les pots de fleurs ce sont surtout les carillons qui me remplissent de plaisir. Car non contente d’avoir ramené mon carillon en bambou de province, j’ai ajouté sur la fenêtre de la chambre un carillon très moche offert par Yves rocher histoire d’habiller la rambarde en attendant des plantes. Et ce truc moche et kitch produit un bruit régulier qui imite parfaitement le timbre de l’ancienne horloge de mes parents qui sonnait tout les quarts d’heure.

Ici, le carillon est plus discret mais ce timbre particulier que j’entends plus que j’écoute à pour effet de me détendre comme jamais. C’est assez impressionnant quand on y pense et j’ignore quel est l’avis de mes voisins sur le bruit que fait ce truc mais je suis ravie de ce goodie aussi moche qu’il puisse être.

Dernier truc qui pendouille à mes fenêtre c’est un sun-catcher que j’ai attaché sur le volet dérouillant.

Quand le soleil tape dessus cela décompose la lumière et l’envoi dans tout les sens. Ainsi, vers 11 heure en général je vois apparaitre de multiples points de toutes les couleurs dans le salon qui bouge doucement en suivant les oscillations du vent. Question feng shui ces petits cristaux à facettes sont aussi sensés énérgiser les pièces et rééquilibrer un mauvais alignement. Si c’est pas chouette ça :p

Donc au final mes fenetres sont amplement rentabilisées et assimilées  comme entités appartenant à la maison.

On y trouve les plantes aromatiques pour la cuisine et d’autres vegetations pour le plaisir de l’oeil. Il y a un petit « ting ting » regulier et un plus profond « tong tang » quand le vent est fort. Enfin quand le soleil est de la partie ça projete une multitudes d’arcs-en-ciels très poétiques dans le salon.

Tout ça pour dire que dans un petit appartement il ne faut jamais negliger le moindre element qui permettrait d’agrandire l’espace disponible

Comments 3 commentaires »

… il n’ya pas de raison de vivre avec un lapin.

Mais devinez ce que mon Chéri m’a offert comme cadeau d’emménagement?!!!!!

*saute dans tout les sens*

 

Mon lapin de Pâque cette année n’était pas en chocolat mais en plastique. Désormais nous avons un chat et un nabaztag nommé Clarou à la maison!

En plus, j’ai une heureuse nouvelle à vous apprendre à son sujet: « Il est marrié ».

Bref, on s’amuse pas mal ici et il viens de déclarer lui même « je suis plutôt de bonne humeur ».

Une fois que j’aurais fini de juger ses compétence j’en ferais un article plus complet. Là il va maintenant me falloir laissé Clarou et sa fiancée pour ranger la maison et vaquer à des occupation plus « concrètes » :p

Comments 6 commentaires »

Allez hop, quitte à faire je me plie à mon tour à l’exercice du portrait de quartier à l’occasion d’un billet sponsorisé pour ParuVendu.

ParuVendu

Ah, si vous connaissez pas ParuVendu c’est que vous avez jamais galéré pour trouver un appart ou voulu acheter ou vendre quelque chose par petites annonces. Personnellement, quand je cherche un appartement je récupère ce gratuit avant d’aller jeter un coup d’oeil sur le « de particulier à particulier » que je trouve honteusement trop cher. Enfin…

Donc le 1er mars j’emménage dans Paris Intra-muros à proximité de la mairie du onzième. J’avoue que le Paris intra au début ça me faisait plutôt peur. Vivre dans le Monstre-Urbain je n’étais pas très chaude. Et mes faibles revenus ne m’aidaient pas à entrevoir l’idée sous un meilleur jour.

Mais bon, mon copain ayant déjà un appart’ sur place il est quand même plus simple d’y emménager, surtout que finalement, le XIéme ce n’est pas très cher pour la qualité du quartier.

Oh la jolie place… où il me semblait avoir plus d’arbres….

Ah bien sûr, le XIéme c’est populaire; et puis on a un peu l’impression de faire le tour du monde dans certaines rues. Entre les chinois, le pourtour de la méditerranée et la grande africaine qui emmène sa tribu à l’école au début j’était complètement effarée, je m’attendais à je ne sais pas trop quoi… Sûrement que le journal de TF1 m’a laissé quelques préjugés… J’avais une impression de pauvreté ambiante (dit elle du haut de son Smic)

Bon évidement y a quelques tordus dont le regard me gène. Mais finalement, c’est rien de bien grave, j’avais les même dans ma banlieue bourgeoise. Et puis, quelque part j’ai découvert un Paris que j’ignorais jusqu’alors. Sans taper dans le cliché de Doisneau j’ai trouvé là le titi parisien, le fêtard de la rue la roquette, des personnages de Renaud, des commerçants à l’ancienne et des familles tout ce qu’il y a de plus parisien dans l’aspect hétéroclite.

En faisant le tour des petites annonces immobilières, à la recherche d’un appartement plus grand j’ai pu constaté aussi que si les prix étaient globalement raisonnables dans le quartier, chaque rue pouvait donner une ambiance différente. Notre rue par exemple est d’un calme et d’une propreté exemplaire. La rue de la roquette est quant à elle bien plus animée. Certaines petites rues voient leur rez de chaussée envahi par des commerces de gros tandis qu’un tissu de commerce de proximité tient fermement les alentours de la place de la mairie. Et puis quand on cherche une vue sur le cimetière du père Lachaise là… vaut mieux oublié les T3 à moins de 1100  €.

Oh mon bel immeuble :p

Mais bon, le quartier garde quand même de gros avantages avec ces vrais petits commerces. Deux boulangers, un pâtissier, un boucher, un traiteur, un fromager, 3 fleuristes, une vraie quincaillerie, 1 super marché et 2 enseignes de grande distribution… j’en connais pas beaucoup qui ont ça à proximité immédiate! Evidement l’acceuil commerçant c’est pas le même que celui que j’ai dans mon ancienne province des Alpes mais on est à Paris quand même !

Et puis voila, la rue de la roquette pour sortir prendre un verre ou manger plus ou moins exotique. Les salles de spectacle à proximité, les parcs cachés ici et là. Finalement moi je l’aime bien mon nouveau quartier. Et malgré son manque de « noeud de métro », il est rudement bien desservi par les bus tandis que mes trois (oui vous avez bien lu « mes trois ») stations de velib à 5 minutes me désenclave contrairement à ce que je craignais.


disclaimer

Comments 2 commentaires »