Je suis un bulbe.

Bon on arrête de rire et on essaye de rentrer dans la métaphore.

Je suis un bulbe et à l’approche du printemps je sens qqch. qui me tire vers le haut. Pourtant je ne veux pas sortir, je préfère rester là, blottie en moi.

J’ai encore tant de chose à comprendre sur moi, tant de couches de ma personnalité  à explorer. Et pourtant je n’ai plus le temps, qqch pousse à sortir, qqch me pousse à grandir.

Je ne veux pas, j’ai peur. Tant de choses dehors, tant de gels qui pourraient d’un coup de froid détruire ce que je viens de mûrir… A chaque feuille sortie je crains un blizzard, à chaque bourgeon formé je crains les pucerons.

Mes racines sont elle assez forte pour me faire à nouveau grandir? Pourront elles un jour reconquérir les pierres auxquelles elles s’étaient accrochées? Pourront elles un jour se lier avec ces autres plants qui, eux, semblent déjà fleuris?

Je suis un bulbe et je dois sortir malgré le vent au dehors…

Répondre