Je me sens acculée. Comme si la gamine que je suis venais pour la premiere fois de se retrouver en butte au coté inéliénable du destin que fixe la vie.
Qu”on me donne un probleme budgetaire, des difficultés alimentaires, une crise relationelle, tout ça je m”en fout , je resolverais le soucis. Mais là c”est trop…

3 jours sans vraiment comprendre les propos et realiser ce qui se passe. Un coup de fil desastreux à grenouille et d”un coup je realise ce qui va se passer.

Les tableaux idéliques de ma bulle en ont pris un cacré coup.

Avec les collegues qui s”envollent du 5eme etage, une belle mere qui rechute et se condamne et la maman grenouille qui s”eteind…

non vraiment c”est génial, et je touche du bois pour rien voir venir d”autre.

Le pire dans tout ça c”est l”idée que j”ai faillit pour Grenouille et que je ne sais pas ce que je dois faire pour Doudou.

Quand j”ai appris ,la seule chose que j”avais en tete c”etait de partir, de prendre mes jambes a mon coup et de m”enfuir loin. Loin de ceux qui trouve rien de mieux que replonger et casser tout se qu”on essais de me mettre sur pied.

Ces idées sont passées. Mais j”en suis pas pour autant tres fiere.

Mine de rien de voir Grenouille m”a fait pas mal de bien. Je cache pas que j”en avait une trouille bleue. Mais ça c”est fait. Je suis contente de voir que malgrés ça, elle n”est plus seule et que des choses biens vont en sortir.

Mais ça me conforte dans cette idée que je ne sais pas voir la Mort. L”avenir me montrera a quel point ça peut etre handicapant ou son contraire mais j”avoue ne pas dramatiser sur ce point. La personne est la et puis elle ne l”est plus.

Pour moi ça doit se faire ainsi. mais je narrive pas a en prendre le poid

Bref je m”embrouille.

j’arrete.

Répondre