Je crois que ça faisait longtemps que je n »avait pas autant aprecié l »instant

Les cri des piafs, la pureté de l »air, les couleure de la montagne, la fraicheur du temps, un simple trajet.

Ca a liberé un poid de l »entendre reconnaitre que c »etait en grosse partie de lui et que si j »avais ma part c »est lui qui n »arrivait pas à se detacher et garder pour lui.

Ca en a libéré un autre de l »entendre avouer qu »il n »aimais pas me voir l »eloigner. Ca m »a fait (un peu) peine de voir que je pouvait m »eloigner de lui sans les regrets que je craignait.

Ca m »a fait du bien d »etre dans ses bras, parceque j »ai compris.

J »ai compris qu »il etait là mais que son absence ne me genais pas plus que ça. J »ai compris que j »acceptais enfin ce qu »il etait, et que je pouvait desormais le juger.

Mais j »ai comrpis que je l »aimais toujours aussi bien dans ses bras que loin de moi.

C »est Doudou, et je suis Tinette. C »est con, mais c »est beau. Et merde à ceux qui ne sont pas fichu de comprendre et que ça derange

Répondre