Au début de la vie professionnelle on reste encore sensible, ou attentif, aux périodes de vacances scolaires. La faute aux copains encore à la fac et aux habitudes de calendrier. Mais au fur et à mesure du temps qui passe, et ceci tant qu’on a pas d’enfants, on oublis ces histoires de vacances puisqu’on n’y a pas droit… On oublis et on ignore jusqu’à a être confronte à la réalité des congés scolaire.

Et cette réalité se constate rapidement à Paris par un fait simple et incontestable: la population se divise par deux dans le métro! Pareil dans les autres lieux public: aucune file d’ attente (même à la urssaf!), le calme retrouvé dans les rues piétonnes et très peu de difficulté de circulation.

Ne nous leurrons pas: à Paris quand les enfants sont en vacances les parents s’ absentent. Et pour la peine le fait de trouver des places dans le métro, de ne pas attendre à la Poste et de pouvoir faire des courses à 18h30 sans se faire piétiner c’est de vraies vacances pour nous autre laborieux travailleurs.

Ajoutez à cela ce magnifique petit soleil hivernal du jour et vraiment… j’ai l’impression d’être en vacances, mais sans perdre de jour de congé ni mon salaire ^^

Parisiens, parisiennes, ne revenez pas: restez en vacances! Ca nous fait de l’air.

Répondre