Bonjour a tous!

Il etait 8h30 et lorsqu’on nous a dépose a Peyrus (la chapelle saint pierre). C’est l’heure du départ.

Nous étions fraîchement chausses et fringuants comme des randonneurs qui ignorent ce qui les attendent.

Et pour cause, le premier objectif était de monter sur le plateau du Vercors: 1100m de dénivelé positif. Après 4kilometres on a fait une première pause car nos coeurs tambourinaient a nos oreilles et on hésitaient entre vomir et s’évanouir. On a bu, mange du sucre et retrouve notre souffle.
Au bout d’une heure et un dénivelé de plus en plus dur j’avait envie de me coucher au bord du chemin et dormir…

Finalement après deux heures de grimpette on y est arrive.
On a parcouru les contreforts pendant quelques bienheureux kilomètres de plat avant d’entamer 600m de dénivelé négatif pour rallier Leoncel et son abbaye cisterienne. Chose fait pour midi.
S’en est suivi un picnic revigorant avant de reprendre la route une heure après.

Et la les choses ont commence a se gâter… 800 mètres de dénivelé positif avec des pentes entre 60 et 80% d’inclinaison! Cette fois ci je n’avait pas envie de l’allonger au bord du chemin pour dormir, mais pour qu’on me laisse y mourir. Il s’est trouve que mon chéri s’y est refuse.
Et a 14h30 on arrivait douloureusement a 1200m d’altitude. Nul humain (s’il n’est spéléologue ou prisonnier) ne peut comprendre ma joie de voir le ciel bleu au dessus de moi (au lieu des frondaisons) et un panorama se développer en face.

Bon le truc c’est que je me suis quelque peu amoche la jambe droite sur une pierre traîtresse. Mais a ce moment je n’y fait pas attention.

Par contre on en a profite pour s’offrir une pause café a l’auberge du grand Echaillon, judiscieusement placée au milieu de nul part. Ce fût l’un des pires café que j’ai goûte mais un agréable petit luxe sûr le chemin!

A ce moment la l’itinéraire ne prévoyais plus que deux heures jusqu’à notre étape du soir; mais ce ne fût pas exactement le cas…





Répondre