Dans la sélection court métrage du festival 2009, il est clair qu’on a vu beaucoup de choses avec des surprises quant au genre et ou la forme. Disons même que celle ci fut débridée, tout en exécutante la prouesse de mettre cote à cote du court métrage d’auteur de 49 minutes et des prestations artistico-esthétiques de 20 minutes.

C’était assez perturbant de se heurter à ces genres et ces formats si différents, surtout lorsqu’ils étaient projetés par paquets de 3 ou 4. Personnellement,  j’en suis venue à apprécier l’expérience, même si certaines projections m’ont paru (en conséquence) trop longues ou trop courtes.

Pour ce dernier billet, je souhaitais faire un focus sur des films dont je ne vous ai pas encore parlé, mais qui représentent ma catégorie « espoir à ne pas perdre de vue », avec des coups de cœur qui méritent quelques lignes à leur sujet.

Nota: je me suis aperçue hier que la présence de vidéos dailymotion dans l’article saccage la mise en page dans les flux RSS. Si vous lisez cet article par RSS je vous recommande de venir  lire sur le blog car il y a des vidéos qui ne s’affichent pas autrement.

La première bonne surprise c’est « Birth » de Signe Baumane.

Un court métrage d’animation qui traite de l’accouchement et du rapport des femmes à la maternité. Honnêtement je suis la seule du jury à avoir apprécié vraiment ce film. Mais je trouve qu’il traite avec intérêt des réactions négatives des femmes à leur enfant (rejet, dépendance, colère, etc). On parle ici avec franchises et clarté de névroses que l’on tait d’habitude. La technique utilisée permet de donner un ton moins morbide ou dramatique que l’usage et la société imposent d’habitude sur ce genre de sujet.

Amina, dix-sept ans, est enceinte et découvre que les bébés ne naissent pas dans les choux… Elle demande conseil à ses tantes espérant trouver auprès de ses aînées réconfort et soutien. Mais ce n’est pas exactement ainsi que les choses se passent : ce qu’elles lui racontent est bien pire que ce qu’elle imaginait et sa grossesse vire au cauchemar… Après Teat Beat of Sex, Signe Baumane poursuit son exploration caustique des angoisses féminines. Sans tabou, elle évoque cette fois la maternité et donne à voir de manière irrévérencieuse les craintes qui envahissent la psyché féminine à ce moment-là – la transformation du corps, le cordon ombilical métaphorique, la peur d’être dépossédée de soi… L’enfant, avant même sa naissance, est un tyran et la mère sa première victime. Un humour corrosif et un univers visuel inventif, pour un film qui bouscule les idées reçues.

L’autre coup de cœur c’est pour « Diplomacy » de Jon Goldman. On ne pouvait pas le récompenser car il ne correspondait pas au prix qui nous était imparti. Par contre il a remporté le prix du public, et c’était amplement mérité ; la finesse de ses dialogues et l’idée géniale de son scénario ne pouvaient pas laisser indifférent : c’est un film court et efficace qui joue sur l’humour d’un double jeu des personnage et de l’ambivalence de la traduction. Le fait qu’on aie choisi les USA et l’Iran étant un petit plus qui place l’histoire dans l’actualité contemporaine bien qu’il fasse  perdre un peu de la gratuité de l’humour. Ce parti pris est parfaitement assumé par l’auteur qui est heureux de bousculer les idées reçues de chacun des deux pays sur son antagoniste.


La secrétaire d’État américaine est sur le point de rencontrer le ministre iranien des Affaires étrangères. Chacun est accompagné d’un interprète : Michaël pour le côté américain et Azar, une jeune femme lumineuse, pour la partie iranienne. Face à la tension croissante, ils improvisent une stratégie tacite commune et se mettent à travestir les propos des dignitaires… Avec brio et énergie, au rythme croissant des regards qui se croisent, Jon Goldman tisse avec sa caméra le chassé-croisé d’une négociation, rendant palpable au fil des échanges une tension contenue toujours sur le point d’éclater. Partant d’un sujet d’actualité brûlant, le film évoque l’incompréhension latente entre l’Iran et les États-Unis et ouvre un questionnement plus large sur la possibilité d’un dialogue. Comment arriver à s’entendre ? Avec une ironie lucide, le film suggère que parfois, il suffirait de déplacer quelques mots : les relations diplomatiques sont parfois tenues par le fil subtil de la rhétorique…
Enfin je voudrais attirer le regard sur « Regarder Oana », le court métrage d’animation de Sébastien Laudenbach, qui a été assez mal reçu par le public.  Il utilise deux techniques : le stop motion et l’animation classique. Or, si les plages dessinées n’ont pas posé de souci, j’ai beaucoup entendu dire que les parties en stop motion étaient, au choix:  trop longues, trop rapides, trop nombreuses, trop fouillis…
Personnellement, si j’ai trouvé que certains tableaux manquaient de lisibilité car se succédant trop vite, il n’en reste pas moins que j’ai beaucoup aimé. Le fait de n’utiliser que de la nourriture pour faire parler le personnage masculin – il est pâtissier donc on utilise que de l’alimentaire -, l’utilisation de l’ensemble de l’écran pour y faire figurer les message, ce sont des traits que j’ai jugé intéressants.
Ce que je regrette, c’est plutôt  la faiblesse de l’histoire, car celle ci est entendue voire même attendue sur la fin.
Cela reste un film à voir, ne serait-ce que pour le plaisir de l’animation très riche qui y fourmille.
« Oana travaille, et moi je la regarde. Ce soir, le dernier dossier sera plié. Elle ne veut plus traduire les mots des autres et dit que demain elle commencera à écrire pour elle. Mais elle ne le fera pas, je le sais. » Regarder Oana est « un film à lire et à écouter » : le récit du quotidien du couple, au centre de ce court métrage, se construit grâce à l’alternance entre des dessins, enrichis d’un dialogue en voix off, et des phrases composées à partir d’aliments. Tout en poésie et subtilité, les lettres se conjuguent avec les images pour faire émerger les désaccords et donner à comprendre les motifs de l’éloignement. Particulièrement originale, cette oeuvre étonnante joue avec les mots et les matières, repoussant les limites de l’animation en termes de créativité.

4 réponses à “Le festival Paris Cinéma vu de l’intérieur – Partie 3”
  1. Chloé dit :

    Honnetement… Il est en train de devenir sérieusement chiant ton blog. Tu nous prends pour des cons ou quoi? Tu ne fais que la pub de tes sponsors et ton blog est devenue soporifique.
    Tu te prends pour une star de web et crois qu’on va suivre comme des moutons?
    Tu étais pertinante, touchante, un peu naïve, là c’est tout simplement navrant.
    Essaie de revenir à la réalité, sinon tu vas perdre la majorité de tes lecteurs. Ou si tu n’as plus rien à dire, arrete ton blog. Sérieusement.

  2. Mlle Gima dit :

    @Chloé:

    S’il y a un truc qui m’insupporte c’est l’usage des « gros mots »; c’est peut être vieux jeux mais on peut parfaitement dire les choses sans avoir à utiliser du « con », du « chiant », etc.

    Ceci étant dit en quoi puis je me prendre pour une « star du web » quand je suis en train de causer cinéma? Où suis je en train de faire de la pub pour des sponsors? Tiens d’ailleurs , j’ai des sponsors?
    Je dit clairement lorsque quelque chose est offert, c’est mal d’être transparente? Ou alors est ce mal d’avoir accepter?

    S’il y a l’impression que j’accumule ce type de billet c’est tout simplement parce que je traites de ces actualités lorsqu’elles sont là. Or dernièrement ça a été compact.
    Et même comme ça, je comprend pas une réaction aussi « entière »…

    Je prends les sujet d’articles sur les 15 derniers jours:
    – Culture: 5 billets [ballet (1) + livre (1) + expo (1) + films (2)]
    – Blog et twitter: 3 billets
    – Article sur des événements offerts par agence: 4 billets [voyage (2) + festival du film (1) + concours Marc Lavoine (1)]

    Ce qui te plait se sont les billets d’humeurs? Et bien on ne peux pas passer son temps a écrire que des humeurs.

    Maintenant je crois que je me suis assez justifiée alors que je n’ai aucun intérêt à le faire quand on est interpellé de cette manière.
    La réalité à laquelle tu m’appelles c’est de n’écrire que ce que les gens veulent lire? On me reproche de m’assujettir à des sponsors qui n’en sont pas, ok, mais je ne me rappelais pas non plus m’être assujettie au lectorat qui manifeste ainsi.

  3. Donio dit :

    De la pub pour un festival terminé et pour des films en court métrage (format vendeur s’il en est) pas encore tous distribués ?!?

    Vile chienne capitaliste, tu as vendu ton âme à la grande distribution !

    En plus tu prétends avoir aimé ces films, haha ! Laisse moi me gausser… Qui aime aller au cinéma de nos jours ? Ca a plus de cent ans ce média de [censuré pour grossièreté], t’es complètement out ma pauvre, tu pourrais pas lire des blogs plutôt ?

    (Je précise pour les gens ayant subi une ablation de la zone de l’ironie qu’il s’agit de second degré, ça me fait mal de devoir le préciser mais j’ai l’impression vague qu’il le faut là)

  4. Chloé dit :

    Et bien je préfère déjà lire cette réponse! Ca me rappelle des bons souvenirs bloguesques…

  5.  
Répondre