Lors de ma journée à Marseille, j’ai pu visiter le train évènementiel des 30 ans du TGV et profiter de l’ambiance assez festive que ce train et ses animateurs ont instauré dans la gare. Musique, ballons, ateliers pour enfants, jeux concours et visite des cabines des conducteurs. Une aire de récré qui s’est implantée en plein milieu de la gare de Marseille St Charles.

Et cette ambiance tient avant tout à la disponibilité des bénévoles qui assuraient l’évènement, et à l’envie bonne enfant des passants de s’essayer aux différentes activités.On était loin de l’image d’une SNCF sourde aux consommateurs et d’un TGV désaimé par le public.

Et pour la peine, c’est TGV lui-même qui vous propose de poursuivre l’expérience de son anniversaire, même si vous n’avez pas pu vous rendre sur la tournée du train évènementiel. Car il faut savoir qu’on pouvait gagner des abonnements de train ou des billets TGV.

Et bien qu’à cela ne tienne, on vous fait gagner ici 750 € de bons d’achat train !

Le concours « TGV, 30 ans avec nous »

Pour participer c’est très simple :

  • Laissez un commentaire ici en racontant un de vos souvenirs du TGV (attention on parle bien du TGV).
  • Vous n’oubliez pas d’indiquer une adresse email valide pour qu’on puisse vous contacter.
  • Les participations sont ouvertes aux résidents français du 27 juin au 2 juillet 2011

Dimanche 3 juillet, je tirerai au sort et attribuerai des lots tels que :

– 1er tiré au sort : 1 lot de 150 € de bon d’achat TGV
– 2eme et 3eme tirés au sort : 1 lot chacun de 90 € de bons d’achat TGV

Mais ce n’est pas tout  :

Avant le tirage au sort Naïma, Plastie, MissGiny et moi choisirons chacune notre commentaire préféré  et nous vous offrirons  4 prix « coup de cœur du jury » composés chacun de 105 € de bons d’achat train.

Comme ça tout le monde peut espérer remporter un lot, alors n’hésitez pas à nous raconter vos plus beaux souvenirs.
Bonne chance à tous !


Et merci aux bénévoles de chacune des dates de la tournée !

84 réponses à “Concours pour les 30 ans du TGV : 750 € de billets de train à gagner !”
  1. Kaki dit :

    Je me souviens que toute petite (je vais avoir 35 ans), dans les classes primaires, notre instit nous avait fait faire tout un dossier sur cette merveille de technologie pour l’epoque…

    Sinon, fille de divorces, mes suvenris avec le TGV sont lies aux vacances chez mon pere, un sentiment grisant de liberte puisque je voyageais seule avec mon Walkman (mon dieu, je suis vieille!) sur les oreilles…

    Merci pour ce concours, et je croise les doigts

  2. Silana dit :

    Ca avait l’air génial cette journée.
    Le TGV, c’est presque mon meilleur ami.
    Grâce à lui, je vais voir mes amis, mon amoureux, je vais travailler, je rencontre des blogueuses qui habitent l’autre bout de la France, je pars en vacances etc.
    Depuis que j’ai 18 ans, je ne voyage presqu’avec lui. J’ai parcouru au moins la moitié des lignes de France et de Navarre. J’y ai mangé, dormi, j’y suis restée coincée un jour de grand froid, j’y ai embrassé un inconnu aussi (mais chut !), j’y ai parlé allemand, anglais, français, langage des mains avec un russe.
    Bref, des souvenirs, j’en ai des tonnes !

    Le tout dernier date d’hier. C’était la première fois que je prenais le TGV avec mon chaton, Bagheera. J’appréhendais un peu de la laisser tout le trajet dans son sac de transport mais dans notre petite salle, j’ai eu de la chance de tomber sur des personnes très tolérantes qui ont accepté que je la sorte. Forcément, la panthère noire était ravie d’autant d’attention et s’est laissée caresser par qui le voulait. Jamais je n’avais parlé aussi facilement à des inconnus, de tout, de rien et le trajet est passé très vite.

    Vive le TGV et les rencontres qu’il apporte !

  3. Athéna64 dit :

    La première fois que j’ai pris le TGV, je me dirigeai vers un week-end de folie avec trois de mes amis. Moi qui n’avais jamais rien pris d’autres comme moyen de transport que ma voiture, quelle aventure c’était que de prendre le TGV !

    Ayant pris soin de me renseigner sur la manière de composter un billet (non, je ne suis pas stressée, juste très (trop) organisée et je n’aime pas les imprévus…), une amie me dépose à la gare et me souhaite de passer un bon moment. Je m’en vais donc composter mon billet, et là oh surprise ! Le numéro de TGV présent sur mon billet et celui indiqué sur le tableau ne correspondent pas… Même heure, même jour, même destination, tout correspondait, sauf ce fichu numéro.
    Prenant mon courage (et mon énorme sac) à deux mains, je me dirige néanmoins vers mon train (même pas peur de finir à 300 km de ma destination initiale).

    Après avoir demandé confirmation à un gentil monsieur que le TGV partait bien vers là où je souhaitai me rendre (ne sait-on jamais), je croise un militaire qui lui aussi me demande son chemin. Lui répondant que c’est mon premier voyage en train, nous avons décider de faire la route ensemble, car tant qu’à se perdre, autant se perdre avec un garde du corps ! Nous nous installons, quand trois de ses camarades rentrent dans le train, eux aussi demandent leur chemin et s’installent avec nous.

    Le TGV démarre enfin, c’est parti pour deux heures de trajet. Nous discutons de nos parcours mutuels (bien que le mien de petite étudiante n’était rien comparé à celui de quatre grands baraqués), quand nous nous arrêtons dans une petite ville. Déjà que nous étions installés en plein passage, voilà que deux cyclistes rentrent en nous demandant de nous pousser pour que leurs chers petits vélos ne soient pas abîmés ! Comme s’il n’y avait pas assez de places ailleurs.. J’étais en outre ravie de finir mon trajet avec un guidon quasiment collé au visage.

    Nous arrivons enfin à destination, et mes quatre grands camarades m’aident à sortir du TGV en portant mon énorme sac jusqu’à la sortie. En résumé un premier trajet en TGV qui – sauf l’épisode du vélo – m’a donné envie de reprendre le train !

    * Merci pour ce concours, nous verrons bien les résultats ! *

  4. Chibi dit :

    Un moment amusant dans le TGV, il y a quelques années, je faisais un Bordeaux > Brest et j’étais en pleine couture de ma coiffe étudiante pour la mettre à jour avec ma nouvelle ville d’étude.
    Et là un des passagers me dit :
    – mais vous êtes en Art et Métiers…
    – hum non, filière Maths puis InfoCom
    – ah bon ? moi j’étais faluchard il y a 40 ans, et je suis en Art et Métiers
    – Ah… mais vous savez monsieur, moi je le suis depuis 2 ans, et c’est beaucoup plus répandu que Art et Métiers et Médecine…

    Et ce monsieur du coup de 60 ans environ m’a raconté pleins d’anecdotes de sa vie estudiantine et m’a posé pleins de questions sur l’évolution de cette superbe tradition étudiante 🙂

  5. Malicia dit :

    Le train… c’est souvent toute une histoire ! Personnellement, c’est grâce à lui que j’ai pu vivre deux histoires d’amour, aussi intenses que différentes. Encore grâce à lui que je rentre retrouver mes amis, que je rencontre des blogueuses, que je vis de graaaandes aventures…
    Mais parlons du TGV. Malheureusement, je ne le prends que pour de petites destinations pas très exotiques : Paris – Lille, Lille – Lyon (la première étape qui me ramenait vers mon premier amour)…
    Ce qu’il y a de bien avec les transports en commun, c’est qu’ils rapprochent les gens, il leur donne un point en commun justement, celui d’être là, tous ensemble, inconnus mais si proches… et parfois c’est même le cas avec des gens que l’on connaissait.
    Il y a quelques années, j’étais en internat, et pour les vacances, ils avaient organisé un séjour à Paris. Parmi les personnes qui étaient là, il y avait cette fille avec qui j’avais très peu parlé, jamais eu l’occasion ni le feeling. On s’est retrouvées côte à côte dans le TGV pour s’y rendre… et là, on a commencé à sympathiser, comme ça, naturellement. On a parlé pendant tout le trajet. A l’hôtel, nous partagions la chambre avec une autre fille, une bonne amie, on s’est de plus en plus rapprochées pour ne plus se « quitter » de tout le séjour. Celle qui était pour moi une inconnue avant de rentrer dans le TGV est devenue une personne que j’appréciais en sortant et au retour dans le TGV, c’était une amie. C’est ça le charme des transports en commun, ça rapproche les gens, parfois ils se côtoient sans se regarder et d’autres fois, on se découvre des points communs avec des personnes qu’on avait à peine remarqué ou qu’on aurait jamais cru pouvoir rencontrer !
    Bonne journée !

  6. Vesper L. dit :

    c’était il y a 6 ans : je quitte Tours pour retourner à Lille en changeant de train à Paris… Le TGV Tours-Paris est en retard, je rate donc ma correspondance à Paris : pour compenser cet aléa, la SNCF propose de me « surclasser » en 1ere classe, j’accepte, il est tard, 22h, ça compensera ! Finalement, je prends le dernier TGV reliant Paris à Lille (celui qui part vers environ 23h) j’arriverai chez moi vers minuit quinze au lieu des 20h prévus ! Tant pis… en 1ere classe, c’est calme…. puis soudain, débarque quelques contrôleurs qui ont fini leur journée… et qui retournent eux aussi à Lille : on sympathise un peu et je leur raconte mes « déboires » avec le train précédent et leur dit que « pas de bol, c’est mon anniversaire demain, c’est pas de chance ce retard, etc… »… quelques minutes plus tard, le TGV s’immobilise sur les voies, on apprend qu’il y a un incident sur les voies quelque part dans le Nord ce qui dérégule le trafic ! les contrôleurs plaisantent en disant qu’on va dormir dans le train, etc.. qu’à cela ne tienne, je suis déjà super en retard, j’ai raté ma première correspondance, j’ai pris le dernier train pour Lille, je ne suis plus à ça près…. finalement, le train repart et j’arrive à Lille à 1h 15 du matin et avant de « débarquer du train », le contrôleur s’adresse aux voyageurs : « veuillez nous excuser pour ce retard, etc….. et nous souhaitons un très très joyeux anniversaire à XXX (moi !!!) en lui souhaitant plein de bonnes choses pour cette journée qui commence (il était une heure du mat’ )) j’étais hyper en retard, crevée, mais cette toute petite attention m’a redonné le sourire, et je remercie les contrôleurs de ce train de m’avoir fait passer un bon voyage « retardé »….

  7. Elfia* dit :

    Merci pour l’organisation de ce concours.

    C’était un matin un peu gris. Cela faisait quelques jours que je me « trainais », lasse.
    En fait, je me souviens: j’avais surtout envie de me terrer au fond de mon lit jusqu’à oublier comment je m’appelle. Mais le billet était réservé…

    Tout est allé de travers dès l’arrivée à la gare. J’avais oublié la moitié de ce que je voulais emporter, trop à la bourre pour faire correctement mon sac, la course entre le train et les métros pour arriver à l’heure à la gare et découvrir que le train était retardé de plusieurs heures. Résignée je me suis posée dans un coin et j’ai ruminé: oui j’aurais dû rester à la maison à broyer du noir, tranquille, sans horaire, avec accès illimité à la boîte de chocolat, il y a des jours comme ça. Et tout ce que je fais ne sert à rien!… Au bout d’un moment, je me suis mise à observer le gens: cette fille qui portait des ballerines violettes, ce type assis dans un coin et qui écrit dans un carnet, un sourire aux lèvres, il me fait penser à Erik. Cette femme en robe verte, avec des talons vertigineux qui se pressent vers la sortie, un bébé qui pleure et une maman cernée, un groupe de nénettes lookées comme dans les magazines et juste à côté un groupe de vieilles dames très colorées occupées à critiquer.
    C’est vraiment une activité passionnante d’observer les gens à Paris… Il y a une telle diversité, comme dans toutes les grandes villes, je suppose.

    Je suis enfin dans le train. Après quelques fouilles archéologiques, je mets la main sur mon MP3 et m’installe. Un autre plaisir du voyage: une musique envoûtante qui m’emporte vers des histoires plus étranges les unes que les autres.

    Un vieil homme s’assied à côté de moi. Nous nous saluons poliment. Le charme désuet des bonnes manières…
    Je m’apprête à replonger dans mes rêveries, ponctuées d’inquiétudes stupides, mais mon compagnon de route se tourne vers moi, il m’a aperçue dans la gare, je n’avais pas l’air d’avoir le moral, bien qu’il m’ait vu sourire parfois. Alors, il se présente: il s’appelle Yan, il fabrique des instruments de musique « anciens ». Sa voix est une musique, bien plus envoûtante que celle de mes écouteurs…
    Je ne m’en suis pas rendu compte, mais nous arrivons à Marseille. Alors, Yan sort un bout de papier d’un vieux carnet et y griffonne quelque chose avant de me le tendre. C’est son adresse, et une phrase… Il me propose de passer le voir dans sa boutique une semaine plus tard…

    La suite… ? Ma foi, je n’en sais encore rien. Le souvenir que je viens de vous conter n’est pas un souvenir comme un autre. Je ne suis jamais montée dans un de ces TGV dont on me parlait enfant. C’est un souvenir du « futur ». Parce que mes plus beaux voyages sont devant moi…

    En attendant, je vais chercher la boîte de chocolats…

  8. Ladybug dit :

    Mon meilleur souvenir de TGV ? Quand je l’ai prise pour la première fois toute seule, à 18 ans, pour aller voir mon oncle et ma tante préférés à Paris et faire les soldes là-bas 😉
    Sinon, j’ai peu l’occasion de le prendre… si je gagne, j’irai bien voir ma tante qui vit au bord de la méditerranée !

  9. Pupuch dit :

    Mon meilleur souvenir de TGV remonte à 2 ans.

    J’étais parti avec ma copine de l’époque à Cannes pour les vacances d’été. Après avoir eu les joies du train de nuit et passé de belles vacances, nous sommes rentré à Paris en TGV.

    Nous avons eu le plaisir d’avoir des sièges confortable, une climatisation bien réglée et être au calme à l’étage. Bien que le train était complet du fait du 15 août, nous avons apprécié ce voyage de retour.

  10. Esther dit :

    Je participe avec plaisir 🙂
    Pour moi le TGV c’est un départ en vacances, un doux sentiment de liberté de pouvoir glisser sur les rails à une vitesse incroyable pour rejoindre le sud, les vacances, en quelques heures, chose qui n’était pas possible avant !
    Lilloise de naissance, je remercie le TGV de pouvoir me ramener près de ma famille en une heure seulement, et presque toujours sans problème !
    Le TGV évoque donc pour moi d’abord un sentiment de praticité, et puis surtout : LE REPOS ! Que ce soit pour le week-end ou pour les vacances, c’est toujours un sentiment d’évasion et c’est précieux….
    Merci pour ce concours et bonne journée à tous !

  11. Manou dit :

    Et pour gagner ce magnifique tee-shirt rose, comment c’est qu’on fait ? ;o))

    Blagounette à part, le TGV = praticité, rapidité, convivialité et VACANCES !!!

  12. karynou dit :

    Coucou!
    Je tente ma chance car j’ai un petit souvenir TGV épique! L’année dernière je suis partie le 14 juillet en TGV pour Genève afin de passer quelques jours en haute savoie retrouver une de mes meilleures amies qui vit la bas. Ce jour la il tombait des trombes d’eau! J’ai sauté dans un taxi pour aller à la gare de Lyon mais j’étais déjà trempée! Avec ma valise et seule en gare de Lyon impossible d’aller aux toilettes etc… j’ai du attendre d’être dans le train pour prendre quelques affaires sèches… Mais après 3h30 de tgv j’étais toujours bien mouillée… merci à mon jeans et a la clim! et la bas il faisait une chaleur a crever à tel point que mes amis ne voulaient pas me croire ! Je me souviendrai longtemps de ce trajet !!!

    Merci pour le concours ! 😉

    Karine

  13. ines cagliada dit :

    Mon premier souvenir du TGV… mélancolie quand tu nous tiens…
    Je suis originaire d’ un pays d’ Amérique latine (argentine) fille unique et très très famille… J’ étais venue ici faire un petit échange d’ étudiants et j’ ai décidée d’ aller faire un petit voyage en solo pour ne pas rester enfermée toute seule dans l’ appart. En France c’ était l’ hiver ( d’ ailleurs bcps plus froid que ce que je connaissais) et j’ ai pris un billet pour genève…. Ma première grande aventure en TGV, jeune, impatiente , rêveuse, tout ensemble ^^ c’ était après un moment , vers la moitié du trajet que je suis restée sans voix face à quelque chose que pour vous semble tout à fait normal ms pour moi c’ était une grande première…. La neige…. je voyais les petits flocons coller à ma vitre et comment petit à petit le sol se remplissait de cette poudre blanche immaculée…. j’ aurais tellement aimé partager ce moment avec quelqu’ un… maintenant je le partage avec vous ^^
    pour la petite histoire, évidement tout était couleur rose jusqu’ au moment où arrivée sur place je me suis rendu compte que j’ avais oublié mon passeport et je j ‘ étais donc bloquée à la douane!!! ms bon les gentils douaniers on fait une exception et m’ ont laissée passer…. oufff^^
    Merci pour le concours et pour lire nos petites anecdotes

  14. nathalie dit :

    le TGV commence à devenir obligatoire pour moi avec une partie de la famille en Bretagne et l’autre moitié dans le Var 🙂
    D’ailleurs, mes dernières vacances ont mal commencé : un taxi qui n’avait pas de GPS, ne connaissait pas la banlieue et adore prendre tous les bouchons possibles, au final, on arrive en retard à Gare de Lyon et on rate le train, et bien sûr, obligés de reprendre de nouveaux billets 🙁 (IDTGV ça n’est pas une bonne idée finalement)… on finit par prendre le TGV… places confortables… ça va… on commence à se relaxer… et puis le paysage défile… c’est ce que j’aime le plus en fait dans le TGV, le paysage qui défile, le temps qui change, on passe du gris au ciel bleu de Marseille en 4h et quelques, et là, on se sent tout de suite mieux, enfin on est arrivés, enfin on est en vacances !
    si je devais faire le comparatif du train entre la fin des années 70/ début 80 et maintenant, quand j’allais dans le sud, on gagne quand même 4 heures de trajet… (et les trains sont moins tape cul qu’à l’époque :D)
    les paysages défilent plus vite, mais on est plus vite en vacances, on est plus vite au soleil, on est plus vite à la plage, on est plus vite ailleurs !!! et ça c’est bien ! 😀
    bon, les vacances sont terminées, mais vivement les prochaines 😀

  15. MInette dit :

    J’avais rencontré mon copain dans un TGV allant a Marseille . Il était assis a côté de moi. J’ai fais tombé mon magazine a ses pieds ( sans faire exprès hein? ^^ ) il me l’a ramassé et s’est mis a parler ensemble. On a passé tout le reste du voyage a bavarder tout les deux. Depuis ce jour on ne s’est jamais quitté . Ca va bientôt faire 3 ans.

  16. LaNe dit :

    En tapant « TGV » sur mon blog, il y a tellement de posts qui remontent, à croire que j’y passe ma vie. Dont celui ci http://www.thestagedoor.fr/2009/05/04/train-a-grande-vitesse/

    Mais je ne vais pas tricher. Je vais en écrire un exprès, parce que le TGV et moi c’est bizarrement un peu une histoire d’amour, qui a commencé il y a presque dix ans… alors j’espère pouvoir gagner qq chèques cadeaux, vu tout ce que j’ai dépensé !! 🙂

  17. Comète dit :

    Mes souvenirs remontent à au moins 4 ans quand je prenais le Lyon Paris presque toutes les semaines, souvent pour un aller retour dans la journée ! Vive les relations à distance et la vie d’étudiante ! Je crois qu’on a participé à l’enrichissement de la SNCF 😉

  18. nadine M dit :

    Bonjour,

    Je participe avec plaisir!!
    La dernière fois que j’ai pris le TGV , je revenais de la spa party!
    J’avais des souvenirs pleins la tête !!!
    Installée comme une princesse en 1ere classe, je me surprenais à regarder le paysage ,la campagne si verdoyante, tout juste de temps de rêvasser à ma soirée de la veille et j’étais arrivée ! et oui Paris – Nancy en 1h 30! La technologie, c’est tout de même merveilleux!
    merci pour ce concours et ce retour en arrière!

  19. andaf dit :

    Je tente ma chance.
    J’ai de nombreux souvenirs concernant les TGV surtout de l’année pendant laquelle je voyageais souvent pour voir mon chéri, j’étudiais à Paris et lui à Bordeaux (heureusement que c’est fini, c’était dur).
    Je me rappelle surtout une fois lorsque, à cause d’un incident technique sur le RER E, j’ai dû faire un détour par la Gare Saint-Lazare pour descendre à Montparnasse (ne me demandez pas comment, je ne me souviens pas des détails). J’étais sûre d’arriver en retard, la valise pesait trop, je courais comme une désespérée en criant qu’il faut arrêter le train (il était 6h30 du matin, imaginez la gueule du monde lorsqu’ils entendaient mes cris de la mort). J’ai même demandé à un homme qu’il porte ma valise jusqu’au train (quai 1, je me rappelle encore après 4 ans) pour que je puisse courir plus vite, j’arrive à la première voiture avant ma valise et je les prie d’arrêter le train qui s’apprêtait à partir, ils m’ont dit que c’est impossible d’arrêter la fermeture une fois le processus lancé et « soit vous montez sans valise, soit vous prenez le suivant » (ils sont drôles, dis donc !) Du coup, j’ai dû prendre le train suivant, mais les agents de la SNCF ont été gentils et ne m’ont pas demandé de payer de supplément.
    Voici l’une de mes nombreuses mésaventures avec le train (et surtout à cause des métros).
    Merci pour ce concours.

  20. Plastie & Cie dit :

    J’imagine qu’en tant que membre du jury j’ai pas le droit de jouer ? Alors, juste pour le plaisir, je raconte quand même…

    J’ai l’habitude, lorsque je termine un livre dans un train, de le laisser sur place. Avec un petit mot. Comme une bouteille à la mer, dont on espère qu’elle finira entre de bonnes mains. J’avais donc fini un livre ce jour-là. Et je l’ai laissé. Avec un mot disant combien il m’avait touché et, en guise de signature, mon email. Quelques semaines plus tard, j’ai reçu un mail empli d’émotion [NDLR : c’était un livre sur le deuil] d’une femme en peine, pour qui ce livre avait été un joli signe de la Vie qui continue…..

    Ca n’est arrivé qu’une seule fois qu’on me « réponde ». Mais au nom de cette fois-là, qui m’a infiniment touchée, je continuerai à semer des livres dans les TGV…

  21. La 1ère fois que je l’ai pris c’était en 1984 … C’était nouveau, moderne et beau (orange = beau à l’époque !).
    De Bordeaux nous allions en stage de formation à Dijon et nous avons donc pris ce train pas encore mythique à la Gare de Lyon. J’ai même photographié ma collègue devant la motrice !

    Puis le TGV Atlantique, tout bleu, a relié Bordeaux à la capitale et j’y ai passé une partie de ma vie professionnelle.

    Dans la multitude de souvenirs, l’un d’entre eux émerge et « me colle à la peau ». Un « non professionnel ».

    Je m’étais lancée, comme une vingtaine d’enflammées du cerveau, dans l’aventure du blog culinaire, à une époque où personne ne connaissait le mot même de « blog ». Invitée à passer un week-end de blogueuses, je me lançais dans cette nouvelle aventure des rencontres à l’autre bout de la France avec de parfaites inconnues.

    Tout s’est tellement bien passé que le dimanche je réalisais à 14 h 55 que mon TGV partait de Montparnasse à 15 h 15. Après une course effrénée dans le métro parisien (avec changement s’il vous plait) entre Hôtel de Ville et Montparnasse-Bienvenue, ayant pensé au moins 10 fois mourir d’épuisement dans les couloirs et escaliers, tirant mon sac rouge, devenu légendaire, je réussis à agripper in extremis la poignée du train et me hisser, en nage et cramoisie, dans le wagon, sous les yeux d’un contrôleur ébahi alors que la porte se fermait derrière moi.

    Etant montée en Première Classe, il m’a laissé reprendre mon souffle avant de m’accompagner à ma place, alors que mon portable sonnait à tue-tête, mes nouvelles amies étant persuadées que j’avais raté mon train.

    Je n’ai jamais raté un train de ma vie et si vous rencontrez des bloggueuses 1ère génération, elle vous parleront de la fille au sac rouge ….

    Et si nous avions la nuit devant nous je pourrais vous raconter comme un Premier de l’An, fauchés comme les blés, Jean-Pierre et moi trouvé sous notre siège deux billets de banque pliés qui nous ont permis de nous offrir de quoi nous restaurer à la voiture 14.

    Je pourrais aussi vous faire vivre le cadeau d’anniversaire que nous avions réservé à notre plus jeune fille pour ses 13 ans. Un réveil à 4 h du matin pour une journée à Paris avec en prime, un ami de colonie qui l’attendait sur le quai de la gare à Montparnasse …

    Mais nous n’avons pas la nuit devant nous, nous avons sûrement vous ou moi, un train à prendre ….

  22. chevat marion dit :

    merci TGV, tu me me permets de m’évader, de prendre un nouveau départ et à grande vitesse…
    pour moi, c’est chalon-montpellier et grâce à toi l espoir de redécouvrir l’amour qui m’attend là-bas, merci tgv

    (bon j ‘avoue, c ‘est mon cher et tendre qui fait l essentiel des trajets et pour parler pour lui…merci à la voiture bar d’occuper ces quelques heures qui le séparent de moi:)

  23. Blandine dit :

    Ecolo je voyage principalement en train et en TGV quand c’est possible
    Mon anecdote à moi est récente, elle date de 2007.
    Je partais rejoindre ma belle famille dans le Sud avec ma petite fille de 6 semaines dans les bras. Premier périple de maman.
    J’arrive chargée comme une mule dans le wagon de première, en salle basse. Regard glacial quand j’entre.
    Un nouveau né est rarement le bien venu.
    Ma poupée a été adorable tout le trajet n’a pas pleuré ni crié, Et quand le train a eu du retard, les langues se sont déliées, les gens se sont montrés solidaires et prévenants.
    Gardant ma poupée pour que je puisse aller aux toilettes. M’aidant pour la changer. Partageant un sandwich avec moi qui n’avait rien emmené, comptant sur le wagon restaurant dévalisé pour me sustenter.
    Un trajet qui aurait pu être bien plus compliqué sans ces passagers….
    Mon premier voyage aurait pu être un cauchemar il a été un délice.

  24. Luna dit :

    Le TGV je l’aime bien parce que c’est le meilleur doudou du monde !
    Je monte dedans je m’assoie dans un coin, et la je regarde le défilé. Il a des gens de toutes les couleurs toutes les nationalités et ça dans chaque train. Si on est un peu beaucoup pipelette comme moi on arrive toujours à dialoguer et a faire de nouvelle connaissance encore mieux que face book mais en réelle!
    Pourquoi Le TGV un doudou ? Parce que depuis mes 14 ans et encore maintenant c’est le seul qui réussie à me bercer et à m’endormir en moins d’une 1/2h … j’ai beau lutter pour regarder le paysage, ça finis toujours de la même manière je dors … ça ma toujours surprise !

  25. anne dit :

    Pour moi c’est la honte……..
    Je m’explique je ne suis pas montée dans un TGV avant euhhhhhhh disons..40 ans.. c’est à dire il y a peu..
    J’ai adoré!!
    Le confort,la vitesse !!
    La prise wii bref toute la technologie!
    Cela change des autres trains que j’ai l’habitude de prendre!
    Joyeux anniversaire

  26. Charline dit :

    J’ai toujours eu un sentiment partagé pour le train. Vivant une relation longue distance pendant un peu plus de 6 ans, il pouvait m’apparaître comme un soulagement aussi bien qu’un déchirement. J’en ai versé des larmes sur le quai de la gare, toujours sous le regard bienveillant du personnel.
    Hormis le bonheur des retrouvailles et la douleur de la séparation, j’avais une considération plus que basique du train. Je demandais un voyage où je pouvais avoir un siège confortable, sans que personne ne vienne perturber mon trajet.
    Jusqu’au jour où j’ai effectué un trajet Paris-Marseille en idtgv qui ne m’a jamais paru aussi court. Un wagon entier dédié aux loisirs avec des blind test, des cours de maquillage, une ambiance conviviale qui m’a fait voir le voyage sous un oeil différent.
    Et je regrette que cette initiative ne soit pas répandue sur toutes les lignes. A bon entendeur. PS : j’utilise la ligne du tgv Est 😉

  27. Lili dit :

    Hello,
    Aucune chance que je sois le coup de coeur, j’ai trop pris le TER ou le Corail mais pas assez le TGV 😉
    Ce qui me vient en premier, c’est l’état de plénitude dans lequel j’étais collée à la fenêtre pendant 5-6h pour revenir de chez un ex dans le Sud… Quelque chose de très simple en somme 😉
    Bonne fin de journée et merci d’organiser ce concours 🙂

  28. Lucile dit :

    Mon dernier bon souvenir de TGV c’est celui qui a changé ma vie.
    Un aller-retour Paris-Aubagne pour le travail (TGV jusqu’à Marseille puis gentil chauffeur pour Aubagne), une petite semaine à profiter du Sud et à me questionner sur mon avenir, ce que j’allais faire avec mon nouvel amour me lancer ou temporiser. Et puis, celui qui hantait mes pensées a sauté dans un train et m’a offert 12 heures magiques de présence à mes cotés pour la confirmer finalement chaque jour qui passe depuis. Lui, garde le souvenir des heures d’attente puis de tristesse dans le wagon du TGV. Moi, je me souviens de mon retour, quelques jours plus tard, heureuse et effrayée des changements qui se profilaient dans ma vie.
    C’était il y a un tout petit peu plus d’un an. Depuis, nous habitons ensemble, nous sommes parents et nous planifions le mariage. Tout ça grâce à un aller et retour fou en TGV à travers la France juste pour un baiser.

  29. soony dit :

    mon meilleur souvenir c’est le TGV family la fois où j’ai pu prendre le train avec mes enfants c’était top, y a un wagon réservé pour les enfants où ils peuvent jouer, crier et faire du bruit sans que celà gêne les voyageurs et ça pour une maman avec des enfants en bas âge ça vaut de l’or lol

  30. lorraine dit :

    mon souvenir du TGV est en fait un agglomérat de toutes les rencontres faites dans le train quand je voyageais beaucoup, un Paris-Brest à refaire le monde avec les contrôleurs avec mon chien en guest-star, les voyages le soir entre Lyon et Paris a dîner tous ensemble avec les gens qui partageaient notre emplacement, a refaire le monde, mon chéri tentant de me convaincre que non, un troisième aller-retour au wagon restaurant n’était pas forcément indispensable (oui, mais la salade était trop bonne, aussi), des rencontres donc, qui d’un coup rendaient ce qui à la base est une contrainte (un voyage en train, parfois long et ennuyeux) en un moment de franche poilade avec des inconnus.
    Inconnus qu’on ne reverra pas, et c’est peut-être ce qui donne toute sa saveur a cet instant précieux. Le partage gratuit, sans arrière pensée, qui met un sourire dans le cœur de chacun.

  31. titepepett dit :

    bonjour,
    mon meilleur souvenir c’est quand j’ai demenagée du nord au sud
    avec mes enfants. je me souvient de mon grand qui était surpris par sa vitesse, pas etonnant il n’a que 4 ans ans.
    Et mon petit de 2 ans qui a pris c’est aise dans un carré, avec pied sur la tablette, un doudou dans une main et le biberon dans l’autre;
    Et surtout leur joie a l’arriver à l’ouverture des portes quand ils ont sautés dans les bras de leur pére qu’il n’avait pas vu depuis un mois.

  32. […] Mlle Gima nous demande de raconter une histoire avec le TGV. Le truc, c’est que je retourne le sujet dans tous les sens et je suis incapable de sortir UNE histoire. Il suffit de chercher TGV sur mon blog et de voir les kilomètres d’articles que j’ai pu écrire à ce sujet. Le TGV et moi, c’est un peu une histoire d’amour. Une histoire qui dure depuis presque 10 ans, avec une relation toute particulière à cette ligne Paris – Aix en Provence… […]

  33. LaNe dit :

    Je triche un peu mais c’était pas possible en un seul commentaire !
    http://www.thestagedoor.fr/2011/06/28/tgv-30-ans/

  34. Femin'elles dit :

    J’ai un souvenir tout particulier du TGV c’est lorsque mon fils avait 10 mois, c’était la première fois qu’il le prenait. Il était dans sa période ou il imitait tout ce qu’on faisait. Dans le train, une personne agée s’est mise à tousser, mon nain se met à faire pareil, un autre éternue, rebelotte il fait semblant d’éternuer , la honte !! J’en rigole maintenant mais sur le coup je faisais pas la fière ! Il venait d’apprendre à marcher aussi donc je me suis donc casser le dos en faisant des allers retour dans les wagons, histoire qu’il se dégourdisse les pattes et au final, pour épargner mon dos, je l’ai porté en écharpe, et il s’est endormi dedans sous les yeux attendris des contrôleurs.

  35. jellybaby dit :

    Alors je ne vais pas faire l’originale sur un point, puisque j’ai aussi adhéré (et j’adhère encore) à la formule histoire d’amour/ stage/ nouveau boulot/vacances/ parents divorcés/ beaux-parents provinciaux (en fait tous à la fois, dans mon cas!) = beeeauucoup de TGV…
    Mais je vous raconte surtout ma plus belle histoire avec la SNCF, qui fut très succincte. L’an dernier je faisais un stage à Marseille, et mon chéri est resté à Lyon. Je n’avais pas beaucoup d’argent, ce qui fait que j’ai eu très peu l’occasion de lui rendre visite. Il me manquait trop, mon stage se passait super mal, la proprio chez laquelle je logeais était vraiment horrible (elle débarquait dans ma chambre juste pour voir si j’étais là, coupait l’eau chaude pour ne pas que j’en prenne trop, a encaissé mon chèque de caution derrière mon dos, bref l’histoire d’horreur), et (désolée les marseillaises) j’ai détesté la ville. Je me suis fait embêter tout le temps, voler mon portable, presque renverser par des voiture et j’en passe.
    Et enfin mon dernier jour de stage est arrivé. J’ai amené toutes mes valises avec moi au boulot pour pouvoir décamper d’autant plus vite, tourné le dos à ma proprio, puis ma patronne, il faisait une chaleur étouffante. Je finissais le stage à 18h normalement, mais dans la mesure où ma patronne m’avait dit qu’elle organisait un pot pour mon départ, j’ai visé large et pris un TGV pour 20h30. Au final rien… je ne sais pas si elle a zappé ou fait exprès, il n’en demeure pas moins qu’il n’y a jamais eu de pot, que je suis arrivée à la gare à 18h30 avec mes cinquante valises, essoufflée, fatiguée, avec 2H pour attendre. Dans un pur moment de désespoir j’ai tenté le tout pour le tout, j’ai demandé au contrôleur sur le quai du train qui partait à 19h pour Lyon si je pouvais monter dans ce train pour Lyon. Et là il voit que je galère, il sourit et me dit oui…! Je l’ai remercié mille fois, suis montée dans le train (un gentil passager ma même aidée avec mes valises. Lorsque le train est parti, je me suis retournée et j’ai vu un magnifique coucher de soleil descendre sur la ville de Marseille, comme si malgré tous nos différends elle m’offrait un dernier spectacle de beauté en guise de réconciliation. Je suis rentrée chez mon chéri (qui est maintenant chez moi aussi) avec 1h30 d’avance, et c’était une des plus belles 1h30 de ma vie, puisque j’avais enfin retrouvé les bras de mon amoureux, qui m’attendait avec un grand bouquet de roses. Depuis je guette tous les contrôleurs que je vois dans le train, des fois que je puisse remercier celui-là à nouveau!

  36. Mae dit :

    Le TGV et moi entretenons des relations ambiguës ! Ma belle-famille habite en Bretagne, mes amis habitent un peu partout en France, nous aimons beaucoup nous organiser des escapades, et par ce côté, TGV rime avec souvenirs heureux : week-ends festifs ou familiaux, rendez-vous entre filles du Sud du Nord de l’Est de l’Ouest pour nous rejoindre chez la seule qui habite Paris, découverte de coins magnifiques en France… J’ai toujours adoré partir le samedi matin très tôt, pour découvrir les paysages de France au lever du soleil, me réveiller doucement, savourer un bon livre… Et à l’inverse le TGV du dimanche soir est souvent teinté de mélancolie et/ou de fatigue (les doux souvenirs du changement de gare entre Montparnasse et Gare de Lyon le dimanche 19h…), on se repasse les photos, on s’endort en même temps que les villes que l’on traverse…

    Et sinon je travaille à Grenoble et me rends souvent à Paris et banlieue pour raisons professionnelles, et là, c’est un tout autre lien qui m’unit au TGV ! Je connais par cœur toutes les liaisons, tremble toujours à l’évocation du « 05h20 », mesure ma chance lorsque je peux prendre le « 6h00 », et apprécie les rendez-vous en après-midi qui me permettent le luxe de prendre le « 10h00 ». C’est tout le contraire du moment de détente quand je le prend dans ma vie « perso », ici le TGV c’est discuter du rendez-vous à venir, finir le support power point que-l’on-aurait-du-déjà-finir la veille, l’anticipation des métros à venir (le 14 direction olympiades, heu t’es sure qu’avec le RER ce serait pas plus rapide), les coups de fils coupés passés avec les responsable technique qui devait régler un problème pour notre réunion là dans une heure, la recherche frénétique de prises pour recharger l’ordinateur portable sinon t’es foutue, les yeux doux au contrôleur pour squatter sa petite loge jaune où justement il y a la Prise.. Et le train du retour béni des dieux, qu’il ne faut pas louper sinon on rentre chez soi 1h30 + tard… dans lequel on arrose / noie notre RDV à coup de rosé et de cacahuètes…

    C’est tout ça le TGV pour moi !

  37. Gloria dit :

    Alors mon meilleur souvenir TGV a d(abord été négatif. Je devais rejoindre mon amoureux à Toulouse que je n’avais pas vu depuis 2 semaines. Je m’étais pomponné, sappé, rasé de près lol. bref tout s’annonçait bien.
    Première obstacle, je suis en train de me prendre à manger quand j’entend que mon TGV est près à partir, ni une ni deux je m’élance et l’attrape de justesse.
    Ensuite, suite ç un problème technique mon train s’est arrêté 1h30 en pleine voie. J’étais tout près de retrouver mon doudou et ce p****n de TGV s’arrête. Ensuite il a roulé à 2 à l heure jusqu’a Toulouse.
    On est arrivé en pleine nuit, j’étais a 2 doigts d’aller trouver un agent et lui passer mes nerfs dessus, comme ils nous ont proposé de nous rembourser le trajet, mais j’ai vu mon homme qui m’attendais au bout du quai et j’ai tout oublié.
    Finalement grâce au TGV j’ai put faire Paris Toulouse pour retrouver mon doudou, alors que je n’aurai pas put sans ( je déteste le train et n’ai pas de permis ).

  38. Marisa dit :

    Ho… des bon d’achat TGV, ce serait parfait pour allez voir un peu ma maman dans le sud…
    Pire/meilleur souvenir d’un voyage avec cette compagnie: Avoir dormi par terre pendant le trajet sous les sieges x4 avec tables, toute recroquevillé… Un mal de dos pendant trois jours… Galerien, quand tu nous tiens.

    merci pour le concours!

  39. Juju 78 dit :

    Juillet 2010, enceinte de 6 mois, je prends le TGV direction La Rochelle pour passer quelques jours de vacances chez mes parents … accompagnée de mes 2 de filles de 4 ans 1/2 et 2 ans … 3 heures de train … autant vous dire ZE challenge du jour!!

    J’avais réservé les billets plusieurs semaines avant la date de départ, j’ai donc pu bénéficier d’un trajet en 1ère classe! Ca c’est mon premier meilleur souvenir de ce trajet, un voyage en 1ière classe avec mon gros bidon et les louloutes, autant vous dire, que du bonheur!!

    Mais pas QUE du bonheur pour les autres passagers du train, c’était en semaine, donc une clientèle plutôt hommes d’affaires ou personnes agées …
    La tête des gens quand je suis montée dans le wagon!!!

    Mais je dois dire que je ne sais quel dieu ou ange étaient avec moi ce jour là, mes filles ont été vraiment, mais alors vraiment ADORABLES!!
    A tel point qu’on est devenu « l’attraction » du wagon!
    Pensez vous, une pauv’ femme enceinte voyageant seule (mari indigne!) avec ses 2 enfants, ça fait peine à voir!

    Mes filles ont pu profité d’un moment de dessin animé sur l’ordinateur d’un businessman, de gateaux (beaucoup de gateaux!) offert gentillement par la mamie voisine, de nombreux sourires et même de plusieurs histoires racontés par le papi voisin!

    Le comble? Quand on me demandait si j’attendais une 3° fille dans mon ventre, et que non mesdames et messieurs, cette fois ci c’était un garçon!!

    Un très bon souvenir ce voyage en TGV donc!!
    J’arrivais donc détendue et heureuses à La Rochelle, sous le un soleil radieux!!

    Merci pour le concours!

  40. Emma dit :

    Mon plus beau souvenir TGV c’est le jour ou j’ai trouver l’amour…

    Tout d’abord j’adore prendre le TGV c rapide et je m’y sen bien, je le prend assez souvent car beaucoup de mes ami(e)s vive loin de moi, pour ma part je le prend que pour des vacances alor c toujours un moment de bonheur ^^

    Ce jour là je parter voir mon meilleur ami qui vi à Grenoble pour un weekend.
    Comme dans tout TGV il y a un controleur de billet, d’abitude je dois avouer qu’il sont tous agée de 40ans (rire), moi je n’est que 25ans aujourdhui, à l’époque 23ans.
    Bref pour en revenir à l’histoire, le controleur s’annonce (préparation des billet) je l’aperçois, il était plutot grand brun, yx marron, bel silhouette, puis vien mon tour, échange de regard, sourire…oups je rougi, et il la remarqué aie c’est encore plus génant, il prend mon billet et me souhaite une bonne journée et repard. Aprés sont dépard je me dit yahoo vraiment trés mignon mais bon je suis bien trop timide pour osé quoi que ce sois.
    Heuresement pour moi il reaparait pour me redemander mon billet mais discretement il me gillsse sont numero sur un petit bou de papier avec un petit mot « je vous trouve charmante » signé Michael.J’était juste aux anges, je lui ai envoyé un message trés rapidement et c’est comme ça que notre histoire d’amour à commencer.
    Aujourdhui celà fais presque 2ans que nous sommes ensemble, on s’aime, je suis heureuse d’avoir pris le TGV ce jour là.
    Si je gagne j’ai l’idée de lui faire la suprise de prendre le train ou il sera le jour de nos 2ans ^^ pour ce retrouver comme au 1er jour.
    Merci pour ce jolie concour, cela me fait trés plaisir de pouvoir raconter mon histoire d’amour.

  41. Lexou dit :

    Bonjour !

    Moi ce n’est pas tant un souvenir mais ce que le TGV représente pour moi. Aujourd’hui je n’ai que ce super moyen de transport pour me permettre d’aller voir ma famille qui habite à Nancy. Alors si je gagne je pourrais les voir + souvent et donc j’en aurais des bons souvenirs à raconter par la suite !

  42. CHa dit :

    Je prends le train assez souvent. Et pourtant le meilleur souvenir que j’en ai est l’ensemble des possibles que constituent chaque minute à bord de ses rails en action.

    Chacune de ces possibilités m’est arrivée, au fil du temps, et à chaque fois je le note précieusement (un peu comme quand on regarde un joli film et que l’on voudrait voir cette situation arriver, qu’elle arrive, et qu’on en mesure l’importance)

    Voici mon préféré.

    Descend où tu veux. Je partais de Lille pour rejoindre ma mère en Bretagne, passer quelques jours. Oui, mon billet m’emmenait à Brest. Oui je l’avais payé. mais voilà, arrivé à Rennes pour le changement de train de 30 ou 40 minutes, j’ai eu envie de faire connaissance avec la ville et j’ai donc oublié Brest pour la journée.
    Boire un café dans un lieu inconnu, que je n’aurais jamais du connaître, qui ne m’attendais pas aujourd’hui. Etre à l’improviste dans les bras d’une ville, seul.

    Le retour à Brest avec le dernier train était encore meilleur.

    Une envie qui coute cher (moins qu’un Paris-marseille avec escale à Melun) , mais qui aujourd’hui est un souvenir qui n’a pas de prix (comme Mastercard)

  43. alexia dit :

    Le TGV Chambéry -Paris a littéralement changé ma vie, c’est comme ça qu’un jour je suis allée à un entretien d’embauche pour partir travailler en Russie, c’est comme ça que j’ai rejoins mon ami, russe qui habitait Paris et vécu une magnifique histoire d’amour franco-russe et c’est aussi comme ça que je retourne maintenant vers mes montagnes, le TGV me fait rester connectée entre deux villes et deux cultures , j’aime!!

  44. Pablito dit :

    Mon souvenir du TGV ce fut un jour où j’arrive à Gare du Nord ultra stressé car je vais rater mon train (j’étais à la bourre encore une foir). Heureusement le TGV était toujours à quai, je monte dans le train par le premier wagon, traverse les 9 wagons avant d’atteindre le mien et là je vois que quelqu’un est assis à ma place. Je lui dit gentiment qu’il est assis à ma place, me montre son billet et, en effet il était assis à sa place mais pour le train de 2h auparavant. Moi avec un petit air de winner, je lui fait remarquer qu’il s’est trompé de train. Quelle ne fut ma surprise quand il m’annonce que cela fait bientôt 2h qu’il attend assis à sa place le départ du train et que à cause de la neige rien ne bouge. Là mon visage change complètement et je sors illico chercher un contrôleur pour lui demander si je peux quand même monter dans ce train dont le départ est imminent et là il me laisse monter à bord et ce fut le plus grand bonheur de la soirée, car j’ai pu ne pas arriver en retard à Lille pour rejoindre mon amoureux!

  45. Marie dit :

    Étudiante studieuse que je suis, j’avais décidé de commencer la dissertation « Internet facteur de démocratie ou de l’industrie mondiale? » (Oh oui c’est encore plus fun que ce que vous pouvez imaginer…). Je m’assoie à la place indiquée sur le billet, à côté d’un monsieur d’une quarantaine d’années. Je sors ma trousse Hello Kitty (oui je suis bizarre), mes jolies pages blanches. L’homme sourit.
    Pendant 20 min me voilà en train de souffler, rechigner et faire des moues indescriptibles… Je sens une tape sur mon épaule. Je lève la tête d’un air surpris et aperçois avec stupéfaction que mon voisin m’adresse un regard compatissant :
    « Avez-vous besoin d’aide? Je suis désolé, je me suis permis de lire votre sujet. C’est très intéréssant. Je suis intervenant à la faculté de Rennes, et j’ai 2h à tuer. Alors si vous voulez, j’ai quelques idées.
    – Euh… Alors là, je vous avoue que je ne m’y attendais pas. C’est vrai qu’un coup de main de serait pas de refus… »

    Et nous voilà en train de tergiverser sur les réseaux sociaux et l’industrie informatique au milieu des paysages de Loire Atlantique.
    À la fin du trajet, nous avions trouvé un plan en trois parties. J’ai eu 13. Ce trajet en TGV valait pourtant un 18…

  46. naima dit :

    bonjours, merci pour le concours.
    pour la 1er fois de ma vie je vais etre tata^^ 😉 et j’aimerais bien lui rendre visite, moi qui suis dans le sud et ma soeur est de la bretagne, elle me manques ya lontemps que je ne l’ais pas vu… 🙁 donc c pour moiiii !!!! merci !!!!! sinon que des bon souvenir quant je prenais le TGV^^
    bonne chance a tous !

  47. Delfine dit :

    Un joli souvenir : j’ai retrouvé un ami d’enfance que j’avais perdu de vue…
    C’était sur un trajet qui m’amenait en vacances…
    Les routes se croisent, s’éloignent, se retrouvent… et parfois, là, tout près de soi dans le même wagon, le « tourbillon de la vie » s’arrête… Ahhh « ce curieux sourire qui m’avait tant plu »…
    les paysages défilaient à la fenêtre et le temps s’est suspendu dans nos regards…

  48. Zara dit :

    Un souvenir ? 1 seul ?
    Non parce que avec le nombre d’heures passées dans le TGV depuis mes 15 ans, j’en ai des souvenirs !
    Tu veux que je te raconte lequel ?
    – Le coup du vomi partout ? (c’était pas moi einh)
    – la fois où le TGV s’est pas arrêté à mon arrêt ?
    – la fois où j’ai perdu mon chat dans la rame ?
    – la fois où arrivée à destination j’ai du refaire aussitôt un aller retour car j’avais oublié mes clés ?
    – la fois où je me suis fait draguée par un psychopathe ?
    – la fois où j’ai failli me prendre un coup parce que j’ai insisté pour qu’une personne aille téléphoner dans l’inter wagon ?
    – la fois où j’ai fait des câlins xxx avec mon copain (dans la rame, je précise, les toilettes c’est trop facile) ?
    – la fois où j’ai failli passer Noel dans le train (et où on chantait des chansons de Noel avec mon frère pour détendre les gens) ?
    – la fois où j’arrivais pas à descendre ma valise ?
    Et il y en a tant d’autres… 😀

  49. Le jour ou j’ai vu Guillaume Canet dans le TGV Paris-Rennes; j’étais avec des amies, deux d’entre elles gloussaient comme des poules en le regardant lire son journal dans son fauteuil 1ere classe. Il est descendu une station avant nous (Le Mans). Mes deux amies-groupies sont descendues sur le quai pour le regarder partir; dommage qu’elles ne soient pas remontées à temps pour le départ du train (fail ?).

    J’aurais pu également raconter que je prends le TGV très très souvent depuis plus de deux ans car mon chéri n’est pas pas Parisien, mais lorrain (TGV obligatoire).

    Merci pour ce concours!

    Mon mail: ellelipstickquotes@yahoo.fr

  50. Jenny523j dit :

    Mon premier souvenir de TGV remonte à 2005…ma première fois en TGV, et tout seule en plus ! Un trajet assez long, Nice Paris ! Direction la capitale, pour découvrir les monuments et la vie parisienne, mais aussi pour retrouver ma cousine et passer quelques jours de vacances avec elle ! Un super souvenir, j’ai eu un super voisin de transport, qui est aujourd’hui devenu un de mes meilleurs amis ! Comme quoi, 6h de train peuvent passer très rapidement…

  51. olan dit :

    Le TGV a été la découverte de mon fils de 11 ans cette année, lors d’une courte expédition sur Paris. Une belle surprise car lui qui n’aime pas trop la nouveauté à adoré et cela reste son plus beau souvenir de notre séjour dans la capitale (!): le fait de pouvoir se promener , se restaurer, jouer et se déplaçer rapidement sans les inconvénients de la voiture , tout cela il ne l’avait jamais envisagé et lui a vraiment plu.

  52. jeanluc petitprez dit :

    une merveilleuse invention je n’ai pas de souvenir particulier je participe tout simplement

  53. poune82 dit :

    Pour moi c’est un départ vers Marseille, à peine le temps de s’installer qu’on était arrivés!! génial!!

  54. Pascale L. dit :

    Il me l’a pris ! il me l’a propulsé ! il me l’a volé ! oui, c’est du TGV dont je parle. Je garde toujours en mémoire la porte de la voiture de ce fichu TGV qui s’est refermée derrière lui. Il n’ avait que 17 ans, et avait choisi de laisser le soleil au sud pour vivre de nouvelles aventures dans la capitale. J’ai longtemps maudit le TGV. Aujourd’hui, 5 ans après ce douloureux moment, chaque TGV qui me ramène l’homme qu’il est devenu est une joie… merci !

  55. miguelino dit :

    bonjour,

    mes meilleurs souvenirs de gare etaient quand j’avais 14 ans,et que j’fesais metz /nancy tout les week ends de septembre pour voir mon cheri de l’époque rencontré en colo en aout,ca n’a pas duré longtemps :p

    merci pour ce concours!

  56. Kloelle dit :

    Voiture 5 – Place 31 – Côté fenêtre.

    Côté fenêtre, je l’ai demandé. J’aime être gagnée par le vertige de ces villes, de ces champs à perte de vue qui défilent sans nous laisser le temps d’ancrer notre présence. Je vais passer 3 heures sur ce fauteuil étroit, trois heures de solitude assumée…espérée. Je me pelotonne contre le dossier de velours. Impression d’être de passage dans une autre histoire.

    La voix légèrement nasillarde du contrôleur a confirmé le terminus. Je suis bêtement soulagée. Une vieille dame au visage renfrogné s’installe côté couloir. Je sors mes livres. Cet étalage sur ma petite tablette indispose ma voisine. Je lui adresse mon plus beau sourire. Elle se tasse contre son accoudoir : décontenancée. Les livres…Je ne sais lequel choisir. J’ouvre « Jeune fille » d’Anne Wiazemsky. Un train, c’est un lieu magique pour lire. Glissements de perspective, déplacements d’identité. La vie en marche. Chaque mot résonne avec plus d’intensité.

    Un téléphone sonne. Une voix qui se voudrait discrète éclabousse le wagon d’encombrantes confidences. La fille de Michel ne va plus à la fac depuis novembre et son père, cet incapable, ne lui dit rien. Je tente de me concentrer sur mes pages mais mon regard s’échappe et traîne le long des champs orphelins de couleurs. J’entends que Michel a mal vécu sa séparation et qu’il passe tout à cette insupportable gamine. D’ailleurs, c’est bien simple, il n’est plus question qu’elle aille chez lui quand il en a la garde. Je glisse mon regard vers la voix, cherche à surprendre la couleur des cheveux, le contour du visage de celle qui parle. C’est absurde. Quel besoin ai-je de savoir ?

    Ma lecture avance. Deux hommes rient aux éclats au fond du wagon. Je sors de mon livre. Ma voisine leur lance un regard courroucé. Ils étouffent péniblement leurs gloussements. J’aime cet étalage de bonne humeur. Flottement d’allégresse.

    Derrière la fenêtre, les immeubles ont remplacé les verts pâturages. Je range mon livre. Déjà. Je pourrais m’engouffrer dans le TGV le plus proche en partance pour n’importe où pour prolonger l’instant. Les voyageurs se pressent dans l’allée. Je suis la dernière à sortir. Dehors, le froid m’attend.

  57. Masquart dit :

    La première fois que j’ai pris le TGV, j’étais ado et je me souviens qu’a cause de la vitesse, j’avais été prise de malaise et j’avais été malade tout le long du trajet qui était Paris Marseille. Aujourd’hui tout va bien, c’est même un vrai plaisir

  58. nannnou78 dit :

    Un merveilleur souvenir du TGV, c’était mon dernier départ en vacances Direction Quimper, il faisait beau, on était cool, les vacances quoi!!

  59. Leone dit :

    Merci pour ce concours, même si tout au long de ma vie j’ai pris à multiples reprises le TGV,mon souvenir le plus fort reste ma première fois. J’avais dix ans ,j’en ai 37, faites le calcul! Le TGV était alors tout nouveau et une sacrée révolution à l’époque. Le maire de notre commune avait offert un voyage en TGV à tous les enfants en âge de voyager. Nous sommes partis avec les enseignants du village pour visiter Lyon, aller-retour dans la journée. Je me rappelerais toute ma vie de notre émerveillement devant la beauté du train,le « luxe » du wagon,la découverte du wagon-bar (!) mais surtout de la griserie causée par la vitesse:un de mes plus fort souvenir d’enfance!Longue vie au TGV!

  60. Thomas dit :

    Je suis papa depuis le 18 janvier, et mon plus beau souvenir de TGV est lié à Mia, ma fille.
    Très tôt, nous lui avons fait prendre le train pour aller rendre visite à ses grands-parents, du côté de Lille et de Tours.
    Son premier voyage fut un Paris – Lille en TGV, soit une heure de trajet. Une heure c’est peu, mais ça peut suffire à transformer un voyage en cauchemar. Et si notre fille ne supportait pas le train ? Et si nous devenions en quelques minutes les voyageurs les plus détestés de l’histoire du TGV ?
    À notre arrivée dans le wagon, nous sentons les regards des autres passagers braqués sur nous. Oh mon Dieu, un bébé de 3 mois dans un porte-bébés, quelle horreur. L’assurance d’une heure de hurlements et d’hystérie..
    Au final, ce fut une heure de bonheur et de fierté. Assise sur la tablette située devant moi, Mia a passé le voyage à sourire aux autres voyageurs, à se dresser sur ses petits pieds, à observer le wagon et à regarder le paysage.
    Les voyages suivants se sont tous bien passés, et furent autant d’occasions de montrer aux gens que tous les bébés ne sont pas atrocement bruyants. Depuis, le train est devenu notre moyen de transport favori.

  61. marthe dit :

    mon souvenir tgv c’est une fête improvisée dans le tgv par une bande de jeunes ou j’ai pasé un bon moment de complicité et tout le monde à joué le jeu et s’est amusé pendant le trajet !

  62. anne lise dit :

    Mon meilleur souvenir TGV date de 1983. C’était la première fois que je voyais ce train en gare de Lyon.
    J’avais 11 ans et je venais à Paris dans le cadre d’un voyage scolaire. Nous avions mis 7 heures pour venir de ma Dordogne natale et là on nous montrait un train capable de réduire notre temps de trajet de manière considérable: j’étais fascinée…!
    On a pu le visiter: il m’a semblé être le luxe absolu.
    J’ai dû attendre presque 6 ans pour prendre ce fameux TGV (ligne atlantique) et la sensation a été à la hauteur de de mon attente: rapide, silencieux et luxueux.
    Depuis, la vie m’a conduite à de nombreuses reprises à prendre le TGV et c’est toujours le même plaisir.

  63. aurelie eusoge dit :

    les départ en TGV sont toujours très émouvant je me souvient de la fois ou mon marie et moi partions de notre région pour 2ans en quittant nos familles et amis
    une nouvelle expérience nous attendais …
    ce départ a été le plus triste de toute ma vie
    mais ce qui est le plus beau dans c’est départ c’est qu’il y a toujours un retour de prévus et la pour la peine ça a été mon plus beau voyage en TGV après deux ans d’absence les retrouvailles sur le quai etait vraiment pleine d’émotion et de joie

  64. gargouille24 dit :

    Nous sommes en 1984. Je suis collégien au collège de Vouvray (37). Mon professeur d’Histoire-Géo, à l’occasion d’une sortie de fin d’année scolaire, nous a indiqué qu’il est contraint de se séparer de sa maison : le tracé du futur TGV passe en plein milieu de sa salle de bain. Nous ne comprenons pas tout de suite ce qu’est ce fameux TGV…il nous raconte même qu’il pourra circuler à plus de 300 km/h et que Paris sera à un tout petit peu plus d’une heure. En cette même période, il y aura des heurts entre les futurs agriculteurs expropriés et les responsables de ce projet. Heureusement que les responsables ont tenu bon….sinon pas de TGV en Touraine…Malheureusement, nous ne disposions pas dans ces années là d’internet pour disposer d’informations sur ce TGV. Il a fallu attendre quelques années avant de découvrir cette très belle réussite française. Aujourd’hui, c’est toujours un réel plaisir de voyager en TGV qui d’ailleurs évolue avec son temps.

  65. space2003 dit :

    Un beau souvenir pour moi en TGV, un Lyon-Montpellier en 2004. Je travaillais la semaine à lyon et rentrais chez moi le week-end dans le sud.
    Je voyageais seule, pas toujours rigolo quand on est une jeune femme, on est souvent importunées….
    Un jeune homme s’est assis à coté de moi, du même age que moi, nous avons discuté tout le long du voyage, avons échangé nos numeros, nous sommes revus et sommes devenus amis…. Une belle rencontre.
    Merci le TGV!

  66. mahe dit :

    Alors mon histoire TGV est très simple. Je venais d’acheter des places en première classe (oui, en seconde il n’y en avait plus) avec ma chérie. Nous nous installons donc, profitons du confort, mais je suis quand même un peu bougonneux car cela nous a coûté plus cher que prévu.
    Malgré tout direction Courchevel ! (hiver 2009).
    Mais quelle surprise dans ce wagon. Je n’avais pas fait attention, il y avait le festival « les femmes en or » à cette période et dans le train nous étions donc au milieu de personnalités comme de la Villardière, Mimi et bien d’autres! Du coup on en a profité pour connaître un peu ses personnes qui se sont montrées très accessibles et cela reste mon meilleur souvenir de TGV 🙂

  67. Brukos dit :

    TGV : Très Grande Victoire ! sur le quotidien, sur les loisirs, pour le travail aussi, pour le confort, pour la communication, pour les échanges, pour la tranquillité, pour la modernité, … pour la vie quoi !
    Très heureux d’être du siècle qui a vu naître le TGV, nous avons grandi ensemble !

  68. Guitteny dit :

    Bonjour,

    Mon plus beau souvenir avec le TGV sa été quelques jours avant mes 16 ans, je faisais le trajet Nantes-Nice, on me demande de montrer mon billet de train, plus une pièce justificative qui montre bien que je suis dans les 12/25 ans pour la réduction.

    Le monsieur qui me contrôlais, me dit vous ressemblez a une personne que j’ai connu il y a bien longtemps, j’ai demandé a bon qui : il me réponds un vieux monsieur qui est maintenant décéder, j’ai demander son nom et prénom cela me disais rien donc j’ai appeler mes parents et cette personne était tout simplement mon papy avec qui ma mère avait couper les ponts, depuis le contrôleur et moi nous continuons a nous parler et grâce a lui j’ai pu avoir des photos de mon papy que je n’ai jamais connus, et c’est vrai que il y a une sacrée ressemblance. Grace a ce monsieur j’ai pu connaitre mon papy a travers des mots, des photos… comme si je l’avais connu des mon enfance.

    Quand je raconte cette histoire autour de moi on me dit souvent que on aurais dit une histoire que on peux retrouvée dans les films, moi je dit ce n’est pas histoire de film mais un conte de fée.

    Juste en écrivant cela j’en ai les larmes aux yeux…

  69. Desguers dit :

    alors je n’est pas l’occasion de prendre le train mais cette année je travaillais pour le nettoyage du TGV de nuit qui partais pour Paris les rails étaient normalement bloquer au cadenas donc je fini le nettoyage que j’avais a faire et au moment de sortir du TGV les portes ce ferme et me voila coincer dedans en direction de paris personne ne c’était aperçu que j’étais parti avec le train enfin a la gare j’ai pu descendre et je suis rentré j’aurai aimer une autre façon de prendre le TGV

  70. littlenini dit :

    j’ai de merveilleux souvenirs de gare,les odeurs,l’ambiance,cette liberté qu’on ressent en gare,j’ai toujours aimé ça…

  71. Stephanie dit :

    A peine plus de 3h30 nous séparent d’un week-end féérique à Disneyland. Pour nous, juste le temps de se détendre bien installé avec un peu de musique. Mais avec des enfants de 3 et 5 ans, très excités par le monde merveilleux qui les attendait, pour qui le temps est une donnée plus qu’abstraite, je craignais 3h30 en enfer.
    Ils étaient tellement bien, le nez contre la vitre, à regarder les paysages défiler à toute allure. Quelques crayons, un livre de coloriage pour divertissement, le voyage est passé avec une rapidité déconcertante. J’ai même pu lire, ce qui est impossible en temps normal s’ils sont réveillés.
    Le retour fut tout aussi bien. Fatigués par leur week-end, ils ont dormi, confortablement installés dans leurs sièges !!!
    Cet aller retour m’a offert une pause dans ma vie de maman, ce qui me semblait tout à fait impossible avant.

  72. cathy59 dit :

    bonjour,
    j’ai pris le TGV pour la 1ère fois au mois de mars de cette année (à 47 ans ,on ne rigole pas dans l’assemblé), pour allez voir mon fils et sa petite famille qui a déménager sur Montpellier !!
    pour la st valentin mon petit mari m’a offert le voyage (ça était une des plus belle st valentin j’allais revoir mon fils et mes petits fils que je n’avais pas vu depuis noël ).
    la 1ère fois a était une grande aventure surtout que nous n’avons jamais pris de vacances hors du nord-pas-de calais depuis notre mariage .
    très stressé de peur de loupé la correspondance à Paris (ben oui il fallait changer ) donc aux
    pas de course nous montons de justesse dans le Paris Montpellier .
    une fois bien installer le TGV s’élance a grande vitesse et une voie dans le micro nous informes que le wagon restaurant est ouvert , mon mari me regarde et dis tu n’as pas faim ?? euh si un peu ( nous nous sommes lever a 5h pour prendre notre correspondante a 6.25h )
    le petit déjeuner était déjà loin !
    me voila partie à la recherche du resto pour prendre 2 petits déjeuners , après mettre trompé je me retrouve à l’étage supérieur et une dame très gentille m’indique le chemin .
    je trouve enfin le resto et je reviens à ma place avec mon trésors , un café bien chaud , du lait , un petit pain au chocolat , du pain chaud , du beurre et de la confiture, et un grand jus d’orange que nous avons tout englouties en admirant le paysage qui défiler très vite !
    nous sommes arrivés avec 20 mn de retard et pour mon plus grand bonheur mon fils était la sur le quai de la gare avec mes loulous qui m’ont sauter dans les bras !!

    les vacances finit vient le moment du retour , c’est le coeur gros que mon fils nous conduits à la gare de Montpellier avec mes petits fils et juste avant de monter dans le TGV mon 1er petit fils dit a mon mari :
    (alex) papy toi tu peut partir mais mamie doit resté (papy) mamie ne peut pas resté mon chéri (alex) si j’en ai trop besoin de mamie ! (papy) moi aussi j’ai besoin de mamie (alex) hein papa qu’on en a besoin de mamie ?? (mon fils ) moi aussi j’aimerais gardé mamie avec nous mais elle doit repartir avec papy ! et la les grosses larmes , nous avons du nous séparé plus top de mon fils pour ne pas lui faire encore plus de peine de nous voir monter dans le TGV .
    le retour c’est fait comme à l’aller , arrêt à Paris et la course pour attraper la correspondance pour Lille , nous y sommes arrivés !

    une grande aventure le TGV et une grande histoire d’amour au bout de la rame !
    au mois d’août nous y retournons en TGV mais direct celui la Lille Montpellier en un traite ca va être plus cool , j’ai hâte de le reprendre pour revoir ma petite famille qui me manque beaucoup ….

    le TGV est une très grande invention !! faire 1200km en 5h sans la fatigue et rencontré de nouvelles personnes et voir ce paysage qui défile à la vitesse grand V , je trouve ca génial !
    MERCI AU TGV pour cet formidable aventure !

    merci pour ce concours
    bon week-end
    gros bisous

  73. Zef dit :

    Mon binôme de facultés et moi effectuons notre stage de fin d’études dans une entreprise proche de chez mes parents. Évidement, je l’héberge. Le vendredi soir, je l’accompagne à la gare où elle prend son TGV pour retourner chez elle à 150 km. Un vendredi soir, elle rate son train … Je ne sais pas pourquoi mais de retour dans la voiture au lieu de rentrer chez mes parents, je prends la route pour la ramener chez elle. Je roule au hasard avec sa complicité, nous nous perdons plusieurs fois, achetons un sandwich dans un village pour aller le manger dans un champ un peu plus loin, nous avons pris notre temps et comme d’habitude beaucoup ri ensemble. Je la dépose enfin à son domicile et prend le chemin du retour. Ce voyage m’a ouvert les yeux sur mes sentiments, il lui faudra plus de temps mais nous sommes maintenant mariés, parents et toujours aussi heureux d’être ensemble. Pour moi le meilleur souvenir de TGV, c’est celui que l’on a vu s’éloigner nous laissant penauds sur le quai.

  74. Zef dit :

    Petite précision : c’est une histoire vraie !!

  75. mitsuko dit :

    le tgv me sert regulierement, et c’est toujours avec plaisir que je le prend! quel dommage qu’il n’y ai pas plus de ligne car c’est vraiment pratique! longue vie au tgv

  76. flore m. dit :

    Alors mon plus beau souvenir du tgv c’est sa découverte en fait :p Cette année j’ai enfin testé ce fameux moyen de locomotion qui m’a permis de rejoindre mes grands parents habitant à Calais en une vingtaine de minutes au lieu de plus d’une heure de voiture, et ce pour la modique somme de 22e 😀 J’avais l’impression de ne pas mériter mes vacances chez mes grands parents, en passant si peu de temps dans les transports ^^ à peine le temps de monter, décharger ses sacs, trouver une place, s’installer confortablement que hop! on est arrivé 😀 Franchement le jour où j’ai essayé le tgv pour la première fois, ça été comme une mini révolution ^^

    Voilà pour moi 🙂

  77. vanheulle paty dit :

    Perso simplement le fait de pouvoir être loin et totallement dépaysé en très peu de temps

  78. Virginie B dit :

    Alors moi jme rappelle il y a quelques années mes 2 frères (environ 15 ans à cette époque) devaient partir de Marseille pour aller à Saint Etienne. Pour celà il devait effectuer un changement de train à Lyon. Le départ tout se passe bien sauf ma mère qui angoissait un peu de les laisser partir seuls (un pressentiment peut être ou l’instinct maternel) ^^

    Alors premier souci, un problème sur la voie et le train prend 2h de retard, pas très grave mais assez pour titiller ma môman ! Puis ensuite un coup de fil de la gare de Lyon de mes frères, ils ne se sont pas arrétés à la bonne gare ! Comment dire, on s’en doutait un peu, les mecs n’ont pas le sens de l’orientation c’est bien ça non ?! ^^

    Du coup ils ont pu repartir car la SNCF les a aidé en faisant le transfert à la bonne gare et ils ont pu arriver en 1 morceau mais avec une belle honte et 5h de retard à Saint Etienne ^^

    Hihihi trop fort mes freros !!!!

  79. laurence G dit :

    Quand j’étais petite, je suis partie en classe de neige en tgv, il faisait ses 1ers voyages,et moi je faisais le mien; il était orange. Depuis les années ont passé, il va encore et toujours plus vite, il a changé de couleur, mais je me souviendrais toujours de ma fusée orange qui m’a fait découvrir la neige♥

  80. Stéphane dit :

    Mon TGV préféré, c’était celui que je prenais de Paris pour rejoindre la Bretagne pour les congés ou bien un long week-end. Monter dedans, c’était déjà un peu les vacances !

    Maintenant, j’habite en Bretagne alors plus de TGV… mais surtout plus de TGV du retour et celui-là, je l’aimais moins ^_^

  81. Un beau souvenir de TGV remonte à quelques années quand j’allais à Angers (de Paris). J’avais emprunté un sac à ma grand-mère et à l’intérieur d’une poche zippée, j’ai retrouvé le papier qu’elle serrait précieusement dans son sac quand elle effectuait un trajet en TGV pour venir me garder au domicile de mes parents (quand j’etais une enfant et que je restais seule 15 minutes dans l’appartement entre le départ de mes parents et l’arrivée de ma grand-mère). Sur ce papier soigneusement rédigé de sa main et de sa plus belle plume, on pouvait lire: « en cas de malaise ou de défaillance, prévenir Mr G…… au collège ………. (tél:………) »
    J’ai toujours eu une relation très privilégiée avec ma grand-mère!

    Bise et mille mercis pour ce chouette concours

  82. Mlle Gima dit :

    Merci à tous de votre participation.

    Je vous annonce juste un petit délais pour les résultats :
    On départage les coups de cœur du jury puis on tireras au sort et on annonceras les gagnants ensuite.

  83. Delfine dit :

    Arrrhhhh………… c’est cruel de nous faire attendre !! 😉

  84.  
Répondre