Archives pour la catégorie “La cuisine de Mlle Gima”

Même si je ne suis plus en régime sans gluten depuis quelques années, j’essaye toujours d’équilibrer notre apport alimentaire en proposant autant de plats avec que sans gluten et sans lactose.
Du coup on cuisine assez souvent avec des matières premières alternatives, voire avec des produits sans gluten.
Et quand vous avez un enfant à la maison, les nouilles (ou les pâtes) sont un des plats les plus fréquents à table. Rien d’étonnant, ainsi, à ce que je me sois jointe à un atelier de cuisine italienne sans gluten Schär, puisqu’il s’agissait d’essayer des recettes de pâtes fraîches !

Et moi qui faisais déjà des nouilles maison grâce à notre machine à pâtes, je suis particulièrement convaincue par cette recette « noglu » ultra simple.

Rien qu’à revoir la photo, j’ai encore faim 😀

Et quand je vous parle de recette ultra simple, vous allez voir que c’est littéralement un jeu d’enfant 😉

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

J’ai beau adorer cuisiner, je suis aussi une grosse flemmarde qui a parfois envie que tout soit fait d’un claquement de doigts… tout en se permettant de dire « c’est moi qui l’ai fait« .
Du coup, j’aime bien regarder ce qui se fait dans le rayon des aides culinaires.

En découvrant qu’Alsa lançait un kit pour faire des guimauves soit-même, j’ai (un peu) basculé en mode mono-maniaque.
Je DEVAIS essayer le kit car… j’adooooore la guimauve !
C’est mon péché mignon en boulangerie et je suis capable de me rouler par terre si mon mari refuse de m’en acheter quand on passe à Toulouse aux abords des meilleures guimauve à la violette du monde.

Et donc… j’ai eu mon paquet « Mes Guimauves maison » :


Et je n’ai guère attendu avant de me lancer à l’action !

Il suffit de rajouter 10cl d’eau à la poudre puis de battre le mélange 3 minutes au mixeur.
Pour ce premier essai je n’ai rajouté ni colorant, ni parfum. Je voulais voir ce que cela donnerait.

J’ai laissé reposer 1 heure au frigo, démoulé, découpé en morceaux puis saupoudré de sucre glace pour que ça ne colle pas et voilà :
Des sucreries rebondies, fondantes et très chamallesques :

Question texture et aspect c’est un vraie réussite.
Question gout, comme je n’ai mis aucun parfum, c’est un rendu qui se rapproche plus du chamallow que d’une guimauve traditionnelle. Il faut clairement prendre parti lors de la réalisation de la recette pour lui donner un « vrai » gout.
Mais les enfants adoreront car c’est sucré et rebondi comme il faut !

 guimauve alsaDésolée pour la photo de mauvaise qualité, j’étais occupée à en manger :p

Je sais qu’il est assez facile de faire des guimauves maison, mais je ne pense jamais à acheter de quoi en préparer.
Alors avec ce kit « d’urgence » c’est tout simplement parfait.

J’en achèterais probablement pour tester des gouts et des couleurs les plus surprenant possible !

 

Comments Pas de commentaire »

Parce que j’adore la fête Halloween, je prend toujours le temps de concevoir un buffet à la hauteur avec des recettes et des plats pour Halloween.

Et cette année, avec le shopping que j’ai pu faire à New-York, j’avoue être plutôt fière du rendu. ^^

et merci Instagram pour les filtres et mise en forme 😉

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Pour une invention pareille il faut remercier Bandaï, qui nous gratifie là d’un gadget inutile mais au combien désirable :

Avec une accroche comme : « Viens chez moi, je te fait des gyoza » , vous êtes sûr de remporter un francs succès. Et en regardant le manuel, on pourrait presque croire que c’est simple.

Admirez aussi le détail : un petit tiroir pour récoler les gyoza prêt à cuire !

Pour les aficionados, rendez vous sur Geek-Stuff où vous trouver le « gyoza maker » pour environ 46 € !

Comments 2 commentaires »

Impossible de voyager sans s’essayer à la gastronomie locale. A l’occasion de notre weekend dans le Jura j’ai évidemment gouté à tous les fromages locaux comme le morbier, la cancoillotte et surtout le comté.

Mais si je connaissais aussi le vin jaune du jura, ce sont les plats à la carte qui m’ont particulièrement surprise, avec en tête de liste l’Escalope Jurassienne !


Escalope jurassienne, servie avec un gratin dauphinois, des légumes et du vin jaune du Jura

Je peux me targuer de connaitre relativement bien les plats de montagne proposés par là bas (gratin, tartiflette, fondue, tarte à la myrtille, etc) mais je ne connaissais absolument pas cette façon de faire les escalopes. Et j’ai tellement apprécié que j’ai demandé la recette pour vous :

Recette de l’escalope Jurassienne :

Ingrédients : 1 escalope de veau, 1 tranche de jambon blanc, 1 tranche de comté, du beurre, un peu de farine, 1 œuf, de la chapelure, et des champignons.

Recette :

  • Farinez l’escalope puis trempez la dans un œuf battu avant de la recouvrir de chapelure.
  • Faite dorer  des deux cotés dans une poêle puis déposez dans un plat à gratin.
  • Recouvrez de la tranche de jambon des champignons coupés et de la tranche de comté.
  • Enfournez 5 à 10 minutes le temps de gratiner le fromage.

C’est extrêmement goutu, chaud et revigorant par jour de pluie ou de grand froid. Un plat bien de montagne mais tout de même plus fin que tout ce qui se fait en gratin habituellement. Franchement, je suis fan ^^

Comments Pas de commentaire »

Après notre arrivée à Bern, nous nous sommes donc rendus dans le petit village de Trubschachen, la patrie (pour ainsi dire) de Kambly. Et la marque est ici si célèbre et implantée dans le paysage culturel suisse que nous nous y sommes rendus en train Kambly ! Car la marque de biscuiterie est en partenariat avec la région pour dynamiser la ligne ferroviaire qui dessert l’usine mais aussi l‘univers Kambly !

Si je connaissais auparavant ces biscuits pour en consommer moi-même et pour vous en avoir déjà parlé, j’étais loin de me douter de l’importance de cette marque en Suisse. Car ce n’est pas seulement une success-story helvétique, c’est aussi une histoire de valeurs et d’engagement qui a laissé sa trace dans la petite et la grande histoire locale. A l’exemple de ce qui s’est passé pendant la seconde guerre mondiale : la marque a tout simplement cessé de produire pendant les conflits mondiaux pour ne pas rogner sur la qualité alors que les matières premières se faisaient trop rares et de mauvaise qualité ! Une décision qui pourrait s’apparenter à un suicide commercial, mais qui a fait grande impression sur le consommateur.

Même si, en tant que blogueurs, nous avons pu rencontrer le monsieur Kambly actuel et visiter les chaines de production, je pense qu’un passage sur le site historique de la marque est la meilleure façon de découvrir cette marque et ses valeurs, omniprésentes dans toute la production. Le site de Trubschachen est conçu comme une porte d’entrée dans leur univers avec, à la fois, un magasin d’usine, un café, un atelier de biscuiterie et des animations historiques. Une triple motivation pour vous pousser à venir déguster et découvrir l’univers Kambly !

Et vous pouvez me croire, ça se bouscule dans le magasin d’usine !

Je n’avais encore jamais gouté la spécialité historique de la marque (la Fine Crêpe, également appelée Bretzeli en Suisse) mais je suis aussi repartie avec mon petit paquet à prix « cassé» sous le bras, le magasin vendant ce qui est retiré de la chaine production car « pas assez parfait ». Et vous ne pouvez pas imaginer à quel point les critères de sélection sont drastiques sur les chaines de production. En France il est peu probable qu’une marque pousse à ce point la qualité…

C’est tellement « suisse » me direz-vous, que le terme de « biscuit haut de gamme » prend toute sa mesure sur place. Pour la marque, ses biscuits symbolisent un art de vivre pour les personnes exigeantes qui savent jouir des moments de la vie. Et ceci explique surement le prix assez élevé des biscuits Kambly en magasin car ils ne font aucune concession sur la qualité. Et ça se ressent forcément sur des marges de matière première incompressibles.

Mais bon, si nous étions invités à venir discuter du style de vie Kambly, on a aussi pu jouer nous aussi aux maitres pâtissiers Kambly. Et Mr Kambly s’est lui aussi prêté au jeu après nous avoir fait visiter l’espace historique Kambly ! Un sacré moment où l’on a pu préparer des créations de la marque de façon artisanale, mais aussi créer notre propre biscuit à partir de certaines spécialités de la marque.

Regarde bien maman, je cuisine avec unr journaliste du mag’ de Sophie Dudemaine 😉

Et à ce jeu-là, c’est Isa qui s’est amusée à relooker les célébrés Florentins (appelés « Mandelcaramel » en Suisse) :

(comparez avec la version originale)

Et pour le plaisir des yeux, voici quelques clichés de cet atelier cuisine très sympa et sûrement trop gourmand 😉

Du coup, si vous voyagez en suisse, je ne saurais trop vous recommander d’aller faire un tour là-bas car la boutique est certes d’un intérêt gourmand inégalable (et économique vu les prix pratiqués), mais les espaces culturels sont aussi intéressants.

Et à défaut, si vous ne voyagez pas, sachez que vous pouvez découvrir les gâteaux Kambly au salon du chocolat de Paris. Une fois qu’on a croqué dedans, je vous assure qu’on comprend qu’il faut parfois faire le choix de payer un peu plus cher une boite de gâteaux pour comprendre ce qu’est vraiment un bon biscuit (même en supermarché ;-)).

Merci encore aux équipes Kambly et Havas pour ce voyage épuisant mais trèèèès gourmand !

Cet article est sponsorisé par Adrider.

Comments Pas de commentaire »

Une recette très simple qui vous permettra de vous débarrasser du chou dont vous ne savez pas quoi faire. Prévoyez le sacrifice de quelques patates et carottes à cette noble cause. Prévoyez aussi de manger pimenté.

Ingrédients : oignons rouges, tomates, carottes, chou, pommes de terre, piments vert. Prévoyez aussi de l’huile, de l’ail et du sel.

Préparation : Émincez les oignons rouges et coupez les tomates en quartiers, les carottes en bâtonnets, le chou en morceaux, les pommes de terre (épluchées) en deux et les piments verts en fines lanières.

Recette :

Faites chauffer l’huile dans une cocotte, et faite-y revenir les oignons émincés quelques minutes.

Ajoutez les tomates, les carottes et l’ail pilé, puis mouillez.

Ajoutez ensuite le chou, les pommes de terre et un peu de sel.

Couvrez d’eau, et laissez cuire une vingtaine de minutes.

A la fin de la cuisson, rajoutez les piments verts pour parfumer.

Comme vous pouvez le constater, c’est une recette très simple, dont le principal attrait est de mettre du piment pour aider le chou à passer. L’autre intérêt étant que ce plat donne plus l’impression de manger des légumes que les autres qu’on nous a fait, et que ça donne bonne conscience quand on prépare un wat de ne pas faire que des plats à base de viandes et de féculents.

Comments Pas de commentaire »