C’est la rentrée, l’occasion pour moi de vous envoyer sur ma dernière « chronique ordinaire » de Save My Brain: la rentrée des classe. Exceptionnellement il n’y a pas d’illustrations car Pulpulu a osé partir en vacances (non mais vous vous rendez compte: depuis quand les illustrateurs ont ils les moyens de prendre des congés?).

Chroniques ordinaires : la rentrée des classe.

Toute occupée que vous êtes à vous dorer la pilule sur les plages/montagnes/terrasses (rayer les mentions inutiles), vous n’avez peut-être pas encore remarqué ces subtils changements qui annoncent la fin des grandes vacances ? Et oui, les marronniers se fanent et la papèterie a débarqué dans les rayons des magasins.
Pour vous ce n’est peut être rien, mais pour moi qui prend comme une injure personnelle les cris de vos bambins tous les jours dans la rue en bas de chez moi, ça sonnerait presque comme un air de triomphe : enfin la paix ! Plus de mômes en liberté quelque soit l’heure du jour ou de la nuit et plus de piscine réservée pour le centre aéré. Vengeance : ils seront bientôt enfermés dans des salles de classe à regarder rêveusement par la fenêtre !

Et pourtant…

Et pourtant je les envie au possible, ces troupeaux d’enfants turbulents qui auront bientôt le privilège d’avoir un cartable à remplir, de pouvoir choisir un agenda et un stylo plume tout neuf, de devoir colorier avec application un emploi du temps et de vérifier avec maman combien de livres il faudra couvrir.
Même si on ne se l’avoue pas facilement, ça rend nostalgique ces rayons de supermarchés aux couleurs de la rentrée. Les courses de classe, c’était l’une de mes périodes préférées. Le choix cornélien de l’agenda, l’odeur des fournitures, la beauté des pages de cahier encore vierges et l’angoisse de bien réussir sa première page…
Rha ! Mais qu’est ce que je ne donnerais pas pour y retourner… Les courses scolaires, c’était comme une débauche d’achats où les choix et les besoins finissaient par me tourner la tête avant de me procurer une énorme satisfaction de désirs comblé. Et puis venait le jour de la rentrée, la liste des classes, savoir avec quels copains on sera, qui est la maîtresse, montrer ses nouvelles affaires aux copines, etc…

[…]

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE EN ENTIER

2 réponses à “Les chroniques de Mlle Gima: La rentrée des classes”
  1. miss lollipop dit :

    ça y’est, c’est la rentrée, temps pourri et crève à l’appui !!! je hais cette période, ça me déprime…les vacances sont bel et bien finies snif

  2.  
Répondre