Et oui, la recherche d’emplois ce n’est pas limitée aux joies des CV et des relances téléphoniques. Il y a aussi, parfois, la joie d’un contact qui abouti et d’un entretien d’embauche. Enfin, je parle de « joie » mais ça ne l’est pas toujours.

Il y a l’entretien où tout ce goupille parfaitement : timing, questions/réponses, épluchage du CV, etc, pour qu’au final on ne sache pas pourquoi ça donnera pas de suite. Mais qu’est ce que j’ai mal fait, mal dit, ou pas assez démontrer ?

Ensuite il y a l’entretien « Fail », où vous arrivez frais et motivé avant de réaliser qu’ils se sont trompés dans la rédaction de l’annonce et que le poste qu’ils proposent n’est pas du tout ce qui vous intéresse. Le pire, c’est que c’est souvent pour ce genre de poste que l’on vous rappellera. Un candidat sur-diplômé pour ce poste ça fait bien pour eux, et juste un peu « rabais » pour vous, non ?

Il y a aussi l’entretien « nouvelle star ». On vous convoque une fois pour détailler vos expériences, voir faire des tests. Puis une seconde fois avec le chef de service. Là fois d’après vous êtes sélectionné pour un entretien avec le DRH. Et lorsque vous pensez que c’est bon, on vous mets en concurrence avec d’autres « innocents chercheurs d’emplois » pour voir qui est le plus affamé aura le plus de mordant sur ce poste.

Évidement il y a aussi l’entretien complètement loupé, où même sans le vouloir on à tout fait de travers et on s’excuserait presque auprès du recruteur pour lui avoir fait perdre son temps (évidement ce problème n’a absolument rien a voir avec la soirée très arrosée de la veille).

Et puis il y a les rendez vous comme celui de la semaine passée.

Un entretien pour un poste en dessous de mes capacités réelles mais qui me plait bien car : 1-stable 2-proche 3-relativement bien payé 4-relativement très polyvalent. Tout ce que je recherche comme job-planque en attendant de passer les concours.

Pour débriefer je dirais que je m’en suis très bien tiré (malgré une ou deux réponses que je regrette) et ma candidature les intéresse visiblement.

Seulement…

…Seulement au début du rendez vous ils ont confondu mon CV avec celui d’une autre, et ils ont cru avoir affaire à cette personne directement envoyée par le DRH avec sa recommandation. DRH qui est, évidement, la personne qui attribuera le poste en définitive.

Donc bref, y a comme un malaise. J’ai réussi à ne pas garder ça en tête lors de l’entretien. Mais à la sortie il y a cette déprime, somme toute stérile, qui m’a abattue pour les 3 jours suivants.

Je m’attendais à être prise très rapidement parce que j’ai vraiment été au combat pour décrocher l’annonce, l’entretien et le poste. Mais voila qu’on m’annonce que le poste est à pouvoir dans 2 mois et demi, que je n’aurais une réponse que le mois prochain (pour un autre entretien)  et, sans le vouloir, je découvre qu’il y a des concurrentes « recommandées ».

Bref, pas toujours la joie l’entretien d’embauche.

4 réponses à “L’entretien d’embauche.”
  1. Etincelle dit :

    Je compatis, je suis en plein dedans!
    Bon courage à toi

  2. La perchée dit :

    le monde est une jungle 🙂 et le monde des chercheurs d’emploi pire encore !

  3. Patchouli dit :

    Je compatis et oui, le monde du travail est devenu un monde sans logique et sans pitié…..
    Moi aussi je cherche un emploi et j’ai alterné emploi et chômage par période, et j’ai eu des entretiens d’embauche en tout genre….J’en ai même eu un où la drh m’a dit qu’elle m’avait reçu juste par curiosité, après la lecture de mon CV !
    Bon courage….
    Je découvre ton blog et vais continuer de le feuilleter, je l’aime bien…..

  4. saroune dit :

    Oh la la le marché de l’emploi c’est la guerre ! Allez courage !

  5.  
Répondre