Archives pour la catégorie “:: Regards sur le Monde ::”

Même si je ne suis plus en régime sans gluten depuis quelques années, j’essaye toujours d’équilibrer notre apport alimentaire en proposant autant de plats avec que sans gluten et sans lactose.
Du coup on cuisine assez souvent avec des matières premières alternatives, voire avec des produits sans gluten.
Et quand vous avez un enfant à la maison, les nouilles (ou les pâtes) sont un des plats les plus fréquents à table. Rien d’étonnant, ainsi, à ce que je me sois jointe à un atelier de cuisine italienne sans gluten Schär, puisqu’il s’agissait d’essayer des recettes de pâtes fraîches !

Et moi qui faisais déjà des nouilles maison grâce à notre machine à pâtes, je suis particulièrement convaincue par cette recette « noglu » ultra simple.

Rien qu’à revoir la photo, j’ai encore faim 😀

Et quand je vous parle de recette ultra simple, vous allez voir que c’est littéralement un jeu d’enfant 😉

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Lorsqu’on parle de campagnes d’intérêt public, on pense surtout aux campagnes de prévention santé, d’écologie ou de sécurité routière.
Et en France, ces campagnes ne brillent pas beaucoup par leur originalité ou par leur vocation à « faire du buzz ».

Il faut dire que les administrations ou associations qui achètent ses campagnes n’ont pas des moyens illimités ; ils ciblent ainsi la rentabilité et la sécurité de la campagne. C’est une logique qui se défend, mais qui a tendance à couter cher sur le long terme ; car il faut « payer » pour que le message soit régulièrement mis en avant et reste ancrés dans la mémoire des gens (pensez à « capitaine de soirée« ).

Toutefois, même si la France est très active sur les messages d’intérêt public, il y a certaines thématiques qui ne sont quasiment jamais mis en avant alors qu’elles pourraient être facilement mises en avant.
Et en cela, je pense au gaspillage alimentaire.

Aujourd’hui, vous avez tous (ou presque) été touchés par les campagnes de réduction des déchets ou le recyclage des objets électro-ménager. Les campagnes de « Mr Papillon »  et d » ‘écosystème » ayant été particulièrement efficace.
Pourtant, si l’on parle facilement de réduction/recyclage des déchets… on ne parle jamais du gaspillage.
Et c’est néanmoins le nerf de la guerre !

Car avant de recycler et réduire, il est peut-être temps de se poser la question des achats superflus !
Et c’est en cela que j’ai trouvé la nouvelle campagne de la région ile de France particulièrement intéressante.

On y parle avec des mots simples de l’achat superflus de l’alimentation, de l’impact sur les déchets, mais aussi de « l’indolence » de ceux qui prennent sans réfléchir.

Le fait d’avoir mis en scène les poubelles pour réduire l’accusation des propos est non seulement bien vu, mais aussi ludique grâce au mode d’animation suivi.

A mon sens ces campagnes devraient jouir d’affichage prioritaire sur les lieux publique mais aussi se décliner en affiche dans les lieux de restauration collective et, pourquoi pas, dans les lieux d’achat responsable.
C’est assez antinomique vis à vis du culte de la consommation actuel, mais la campagne à l’avantage d’être « belle » (en plus d’être légitime).

 

Bon à savoir :

De la cantine à la cuisine d’un appartement en passant par la salle de restaurant et les rayons des supermarchés, le gaspillage alimentaire s’invite à toutes les tables. Ici, ce sont les portions qui sont mal adaptées, là ce sont des plats qui peinent à séduire le client, parfois ce sont les pauses déjeuner, trop brèves, qui ne permettent pas de terminer un repas, souvent ce sont des doutes sur la conservation possible d’un aliment, ou encore des manipulations excessives de certains fruits ou légumes qui font qu’ils seront délaissés par les acheteurs… Bref, on a tous de très bonnes raisons de jeter… Et les résultats donnent le vertige : à l’échelle de la planète, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) évalue à un tiers la nourriture gaspillée chaque année. À l’échelle européenne, les tonnes de nourritures ainsi détruites permettraient de nourrir 200 millions de personnes. Car comment ne pas faire le rapprochement entre deux phénomènes : tandis que les poubelles débordent avec les restes de table et les produits pas suffisamment présentables pour rester dans le circuit, le nombre de repas servis par les Restos du cœur explose : +27% entre 2007 et 2012.

Vous trouverez l’ensemble des informations, ainsi qu’un article complet sur l’opération, sur le site du Comité Régional.

Comments Pas de commentaire »

Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous savez peut être que je suis intolérante au lactose.
Une intolérance diagnostiquée en 2007 et avec laquelle je me suis habituée à vivre.

Aujourd’hui, je me suis fendue d’un long article sur ce sujet sur l’autre blog.
Pour raconter mon expérience et permettre à d’autres de se réveiller (et de découvrir des solutions).

Si le sujet vous intéresse je vous invite ainsi à lire « Je suis intolérante au lactose… et alors ? « 

 

Comments Pas de commentaire »

Dans le secteur du tourisme, on ne voit pas souvent de campagnes humoristiques.
Il y a parfois des teasings originaux ou des campagnes de communication qui cherchent à se distinguer en marquant les esprits par des émotions fortes (la peur, l’affection, le choc…)
Mais il s’agit alors de faire sur-réagir par une émotion forte.
Jusqu’à présent, je n’avais pas vu de campagne qui sache faire de l’humour original et « gentil » en même temps.

Du coup, quand on m’a proposé de relayer la campagne de communication automne de Center Parcs, je me suis dit que ça valait le coup car, pour une fois, c’était très politiquement correct tout en étant drôle.
Le principe de la campagne 2013 : communiquer sur la notion d’été indien au premier degré.
Soit : coller de « l’indien » dans l’univers de marque Center Parcs

header-ete-indienC’est facile, certes, mais joliment réalisé.

Le vrai coup de pouce com’ de cette campagne vient surtout des vidéos réalisées en support.
4 vidéos qui s’amusent à remplacer les dialogues de films d’indiens par des échanges ayant trait aux services de Center Parcs :

Vidéo « Le spa » :

Vidéo « La foret » :

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

A potron-minet, Belleville prend parfois des aires de San Francisco…

Belleville vu par Mlle Gima

 

Comments Pas de commentaire »

Après trois ans de travail en freelance, il n’est pas facile de reprendre le chemin du salariat…

Aujourd’hui, cela fait 4 mois que j’ai signé un contrat chez un employeur, et je dois dire que l’acclimatation est rude. Pas tant à cause de mon travail (que j’adore), mais pour tout ce qui entoure un poste salarié.
Les horaires, le chemin du bureau, l’esprit d’équipe et les contraintes. Tout cela s’oublie vite lorsqu’on a été freelance aussi longtemps !
Mais la rééducation se fait, petit à petit, sans véritable douleur.

La seule véritable contrainte, c’est finalement l’investissement temps et le phagocytage de la vie privée.
Car en étant freelance et en travail autonome, on travail de chez soi, lorsque ce nécessaire, et avec une efficacité qui tiens avant tout au travail en solo.
Alors qu’en salariat en équipe… On doit aller travailler (1heure) … être présent pour l’équipe (6h /j) … passer du temps en réunion … etc …

Résultat : j’ai vu fondre mon temps personnel au profit de ma mission pro (que j’adore, je vous l’ai déjà dit ?).

Résultat collatéral : ce blog est mort. Ou plutôt sous respirateur artificiel…

Parce qu’il m’a fallu 4 mois (je viens tout juste de finir ma période d’essai) pour trouver ENFIN un rythme de vie.
Un équilibre précaire qui me permette de marier ma passion professionnelle, ma vie personnelle, mon investissement blogueur ET … le plaisir de manier la plume pour ce blog personnel.
Avec un peu de chance, je vais enfin trouver le temps de … trouver ce temps d’écriture !
On y croit très fort…

Comments 4 commentaires »

Chaque année c’est la même chose, le printemps me donne des envie de déco et de rangement. Il m’est même catégoriquement interdit de mettre le nez dans un magazine de déco sous peine de vouloir à tout pris me lancer dans des travaux ou de la déco. Du coup je recycle cette énergie dans des activités de maison moins lourdes en investissement financier : le tri et le rangement.

D’ailleurs ces deux étapes ont été couronnées de succès puisque j’ai achevé les tri des vêtement, des bibliothèques et de la cave. Les gens des encombrants et des associations caritatives ont été plutôt dubitatifs devant l’étendu des dons, mais la cave est définitivement rangée et les placards ont retrouvé une aisance d’espace qu’ils n’avaient plus.

Mais fatalement, après tant de rangement, c’est l’heure du grand ménage. Mais là j’avoue, j’ai triché. N’ayant pas le courage de m’en occupé j’ai fait appel à une femme de ménage. Parfois il faut savoir se faire plaisir et déléguer les gros travaux ménager à plus compétant (et surtout plus motivé).

Par contre, la dame en question à fait la moue quand j’ai annoncé que je n’avais que des produits ménager bio (« respectueux de l’environnement » plus exactement). Désolée madame mais le Shit-bang et autre bombe chimique ne rentrera pas chez moi ! J’ai juste quelques cachets de javel pour nettoyer la litière du chat alors la dame n’était pas convaincue en faisant l’inventaire de tout cela…

Pourtant, après une première journée de récurage intensif de la cuisine je l’ai converti !Ou du moins, l’une des marques de nettoyant bio l’a convertie !

Et oui, même pour de gros travaux de ménage (tout y est passé dans la cuisine : le sol, les placards, le frigo, les céramiques, les murs et mêmes les plaques de cuisine) une marque de produit ménager bio a réussi à tout décrasser. Et à ma grande surprise ce n’est pas la marque bio allemande que j’affectionne, mais une marque de bio française que je connaissais plutôt pour leurs cosmétiques.

Car la marque Durance et moi ça avait commencé par la découverte d’une jolie gamme de cosmétiques à la lavande. Ressemant il m’ont proposé de découvrir leurs produits pour la maison et j’avais accepté sans trop y croire. Car si j’adore leurs cosmétiques et leurs bougies parfumées, j’étais quelque peu septique devant des produits ménagers bio.

Mais bonne pioche ! Car les produits sont non seulement très bien présentés, mais ils sont aussi très efficace. J’utilise le liquide vaisselle depuis un bout de temps, et la lessive liquide à fait ses preuve. Mais la surprise de taille c’est l’efficacité du nettoyant multi-usage !

Et c’est pas moi qui le dit mais la dame de ménage : « parce que ça sent très bon et que ça lave très bien » ! Moi je n’ai fait constaté, et ça sent effectivement très bon mais ma cuisine est surtout très propre.

Mes parfum préférés dans la gamme de soins de la maison Durance ? Verveine-Menthe et Pamplemousse-Sauge. Pour un peu on en mangerait !

Bref, Durance pour la maison c’est désormais validé ET adopté définitivement.

Tant pis si ça coute un peu plus cher que des nettoyants classique, c’est assez beau pour être mis en évidence à coté de l’évier et c’est tellement plus agréable que du conventionnel !

Plus d’infos : soin de la maison et soin du linge Durance


Comments 3 commentaires »