La chronique Save My brain du mois est dédiée aux accros du shopping qui découvrent à travers la lucarne de la télé que « trop dépenser c’est mal parce qu’il y a plein de monde qui n’en a pas les moyens ». A chacun d’en penser ce qu’il veux 😉

Faire du shopping quand on n’a pas de sous

Françaises… Français… C’est la crise ! Le spectre de la récession et du chômage passe sur notre beau pays en agitant sinistrement les chaînes des réductions budgétaires au dessus de nos têtes. N’entendez-vous point les hurlements du capitalisme le soir au fond des bois ? C’est qu’on vient de lui annoncer les cours de la bourse…mauvais ça, très mauvais.

De façon plus personnelle, n’entendez-vous pas votre porte monnaie qui manque d’air ? Votre budget courses qui renâcle à la dépense et cette superbe paire de ballerines Jimmy Choo – qui espérait rejoindre votre dressing – se mettre à pleurer à l’idée de rester coincée dans cette vitrine loin de vous ?

Oui mesdemoiselles : nous sommes pauvres ! Plus un rond pour faire des emplettes ! Un mois que je n’ai pas fait les boutiques ! (Nan les soldes sur Internet ça ne compte pas.) Mes nerfs commencent à craquer… J’ignore à quoi ressemblent les vitrines actuelles, je regarde les sacs en papier que j’ai amassé auparavant en me demandant si jouer à la marchande me permettrait de faire passer un peu cette frustration.

A l’heure où Jean Pierre Pernault m’annonce encore un fait divers tragique lié à « La Crise » (prononcez ce mot en laissant le son traîner en bouche et en roulant des yeux) je me demande si je ne devrais pas avoir honte en achetant cette paire d’escarpins d’été soldée à même pas 10€ au lieu des 140€ initiaux. Peut être que la semaine prochaine ces 10€ me manqueront lorsqu’il faudra aller acheter les 5 fruits et légumes par jour recommandés par la télé…

Et pourtant…

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE EN ENTIER

Répondre