Aujourd’hui je vous présente une recette pour les conserves en bocal. Ce n’est pas anodin car c’est ma participation au concours lancé chez Papilles et Pupilles en collaboration avec la marque de bocaux Le Parfait. Le but étant de proposer une recette pouvant s’appliquer aux conserves.

J’ai commencé la cuisine en bocaux lorsque je cultivais mon jardin ouvrier et qu’il fallait se soumettre au diktat du rendement du jardin. Au début ça m’amusait beaucoup, malgré mes faibles moyens de conception, d’ailleurs aujourd’hui j’utilise toujours une couscoussière pour stériliser et fermer mes bocaux. Mais n’ayant plus de jardin, je fais des bocaux surtout quand je reviens de chez les grand-parents avec les valises pleines de fruits et légumes, ou quand je traficote des confitures et des vins de baies sauvages.

Si j’ai choisi de proposer la riste d’aubergine, c’est que la saison se prête particulièrement bien à l’utilisation des légumes de la ratatouille, et qu’elle reste la recette la plus simple et la plus originale pour l’utilisation des bocaux. (C’est d’ailleurs la première que j’ai vraiment apprise car j’adore les aubergines.)  Je conseille particulièrement l’usage des pignons de pin dans la recette car ça donne une petit note croquante et explosive de saveur au milieu des chairs plus arrosées des légumes mitonnés. Servie avec un riz en plein mois d’automne c’est un revival estival qui fait toujours sensation. Le secret étant d’être assez patient pour ne pas tout manger avant l’automne…

Par contre il faudra excuser la très mauvaise qualité des photos mais, mon appareil bridge étant en train de rendre l’âme, il a fallu utiliser le Nikon Coolpix du chéri qui est un calvaire pour la mise au point -__- (si je ne gagne pas le concours c’est de sa faute !)

Ingrédients : (Pour 2 litres, soit 2 grands bocaux)

  • 4 aubergines
  • 1 botte d’oignons nouveaux ou 3 oignons
  • 12 tomates (de préférence très, voir trop, mûres)
  • 1 petite courgette.
  • 4 gousses d’ail fraîches
  • persil frais
  • thym séché
  • pignons de pin
  • huile d’olive, sel, poivre.

Ajouter à cela les bocaux, une écumoire, un entonnoir, et le stérilisateur.

Commencez par faire revenir dans l’huile d’olive l’ail écrasé, les oignons découpés et les pignons de pin.

Une fois les oignons dorés, ajoutez les tomates coupées en huit et les herbes aromatiques.

Quand les tomates commencent à rendre leur jus, ajoutez la courgette coupée en rondelle ainsi que le sel et le poivre.

Quand les tomates ont fondu, ajoutez les aubergines coupées à votre convenance : si vous aimez la riste avec morceaux, faites une découpe grossière – comme moi – sinon coupez en petits dés pour obtenir une riste homogène. N’hésitez pas à rajouter une bonne rasade d’huile d’olive par dessus les aubergines, ça n’en donnera que plus de gout et facilitera la cuisson des aubergines.

Une fois que les aubergines ont bruni, couvrez tous les légumes d’eau. Mais attention : plus il y a d’eau et plus la riste fera de jus. Personnellement, comme je conserve le jus pour cuire du riz, je suis plutôt généreuse, mais dans le doute mettez peu d’eau et rajoutez-en en cours de cuisson.

Laissez cuire à feu fort (pour que le mélange réduise pendant 1 heure, 1heure 1/2), remuez de temps en temps. Le liquide doit réduire assez pour donner la texture de la riste. En règle générale, je profite de cette étape pour enlever les peaux de tomate. (Oui, je n’aime pas éplucher les tomates avant donc j’écume après.)

Puis versez (avec ou sans jus) dans les bocaux précédemment stérilisés.

Une fois les bocaux remplis, fermez les avec application et laissez tiédir. Il suffit ensuite de les mettre à bouillir sous l’eau pendant une demi-heure pour pouvoir les conserver une année.

A servir avec du riz et/ou une grillade, c’est divin

Pensez d’ailleurs à ne pas tout mettre en bocal pour pouvoir déguster le jour même. Et pensez à cuire le riz dans le jus de cuisson de la riste : c’est un régal !

PS:  et pour Hasegawa et Caroline voila ce que donne la dégustation 😉

Désolée pour la qualité de la photo, je récupère un bon appareil la semaine prochaine

7 réponses à “La riste d’aubergine façon marché pour conserve en bocal”
  1. Cela fait très envie ! Ici il n’y a pas beaucoup de jardins ouvriers ou du moins je n’en connais pas. Moi aussi j’utilise le couscoussier 😉

  2. Caroline dit :

    C’est une excellente recette tout à fait traditionnelle et absolument délicieuse.
    Pour ma part j’utilise de la coriandre plutôt que du persil … mais ça, hein … c’est une question de goût.

  3. Lulu dit :

    Mais comment on peux utiliser un couscoussier pour faire des conserves? ça m’intéresse j’ai des aubergines dans mon jardin et ce serait bien de les cuisiner en avance pour cet hiver. Et c’est où qu’on achète ces bocaux?

  4. Hasegawa dit :

    Hum rien qu’à voir les photos, j’ai faim!
    Je vais convaincre ma mère d’en préparer et faire en sorte qu’on les mette en conserve (on a souvent tendance à tout manger d’un coup *µ*)

  5. Ajmak dit :

    MIAM !
    Mais je rajouterais des épices avec

  6. Julien dit :

    Je vais de ce pas au jardin chercher les ingrédients et je lance la cuisson de la riste avant midi ! Personnellement, j’ai des aubergines violettes de florence, je vous les conseille, ce sont les meilleures et les plus douces. Merci encore et bravo pour la qualité du récit et des illustrations !

  7. Marine dit :

    Bonjour,

    Je suis journaliste pour l’émission 100% mag sur M6. Je prépare un reportage sur l’aubergine et je recherche le témoignage d’une personne qui pourrait préparer avec l’aide d’une amie un repas tout aubergine de l’entrée jusqu’au dessert (nous donner des astuces de préparation, de cuisson) et qui sera dégusté entre amis.

    L’idée serait de faire une séquence chez un primeur où vous pourriez nous montrer comment choisir une aubergine, comment la conserver.

    Le tournage doit se faire la semaine du 2 au 8 mai selon vos disponibilités.

    Vous pouvez me contacter au 01.46.43.90.48 ou par mail reportage83@yahoo.fr

    Cordialement,
    Marine.

  8.  
Répondre